Sciences humaines & sociales

  • Charles Spence, Professeur à l'Université d'Oxford, mondialement connu pour ses travaux sur l'alimentation, a travaillé avec les géants de l'industrie - Krügg, Toyota, et ICI. Avec son Gastrophysique, vendu à plus de 200 000 exemplaires dans le monde, il nous livre les secrets d'une nouvelle science qui nous éclaire sur nos choix alimentaires.
    Pourquoi consommons-nous 35 % de nourriture en plus lorsqu'on partage un repas avec une autre personne, et 75 % quand on mange avec trois personnes ? Pourquoi consommons-nous du jus de tomate en avion ? Comment les chefs et les entreprises envisagent-ils de transformer nos expériences culinaires ? Voici quelques ingrédients de la gastrophysique de Charles Spence. Ce professeur de l'Université d'Oxford nous explique comment nos sens, au-delà du goût, influencent nos comportements alimentaires, et nous révèle l'importance de tous les éléments d'un repas : le poids des couverts, le placement dans l'assiette, la musique de fond et bien plus encore.
    " Les plaisirs de la table résident dans notre esprit et non dans notre bouche. Cette vérité nous fait vite comprendre pourquoi la cuisine, aussi excellente soit-elle, a ses limites. C'est le rôle de " tout le reste " que nous devons comprendre pour déterminer ce qui rend vraiment les aliments et les boissons si agréables, stimulants et, surtout, mémorables. À y regarder de plus près, même une chose aussi simple que mordre dans une pêche mûre et fraîche est une expérience multisensorielle incroyablement complexe. Pensons-y un instant : notre cerveau doit combiner l'arôme, le goût, la texture, la couleur et le son des dents qui mordent la chair juteuse, sans parler de la sensation veloutée du duvet de la pêche dans la main et dans la bouche. Tous ces stimulus sensoriels, en plus de nos souvenirs, contribuent, bien plus que nous ne pouvons l'imaginer, à la détermination de la saveur. Et tout se combine dans notre cerveau ".
    Critiques :

    "La science populaire à son meilleur. Un texte clairvoyant, divertissant et truffé de faits que vous pouvez utiliser dans la cuisine, en classe ou au pub. " -; Daniel J. Levitin, auteur de The Organized Mind et This Is Your Brain on Music

    " Un regard fascinant sur la science de l'alimentation et sur la façon dont notre perception est façonnée par tous nos sens, pas seulement par le goût. " -; Sunday Times (UK)

    " Si le simple changement du nom d'un plat sur un menu ou de la couleur de l'assiette sur laquelle il est servi peut altérer considérablement notre perception du goût et de la qualité des aliments, tous les professionnels de la restauration doivent le lire et approfondir leurs
    réflexions. " - Larry Olmsted, auteur de Real Food, Fake Food, (New York Times Bestseller)
    " Peu de gens sont aussi disposés à comprendre l'importance des sens que
    Charles Spence. " - Ferran Adrià, Le restaurant El Bulli, Espagne
    " On ne peut pas ne pas se divertir, s'informer et s'éblouir. " - Heston
    Blumenthal, Le restaurant Fat Duck, Royaume-Uni

  • Vous est-il souvent arrivé de ne pas savoir dire « non » à une demande ? de ne pas oser dire que quelque chose vous dérange ? que vous n'êtes pas d'accord ?... Ne soyez plus victime des autres ou de vous-même ! On a souvent peur de s'affirmer car on craint la réaction - si ce n'est le jugement - des autres à notre égard. Et puis un jour, on essaie... et ça passe ! En effet, on a trop tendance à se sentir bloqué par une vision déformée de nous-même et de la réalité. Le Dr Wayne W. Dyer nous donne ici 10 « leçons », assorties de tests révélateurs, pour reprendre confiance en soi et adopter une position de gagnant dans la vie !

  • Des insectes au menu

    Vincent Albouy

    • Quae
    • 16 Juin 2016

    Des insectes à notre menu dans le futur ! Simple rumeur ou prévision crédible ? Un entomologiste et un spécialiste en nutrition se sont associés pour faire le point des pratiques anciennes ou émergentes, des points de blocage ou au contraire de ce qui pourrait devenir la solution au problème alimentaire de demain...Ecrit dans un style humoristique et très accessible, cet ouvrage vous donne toutes les clés pour vous forger votre propre opinion et, qui sait, inscrire des insectes à l'un de vos prochains menus... Vous reprendrez bien une petite chenille ?

  • Aujourd'hui encore la plus grande partie de l'humanité ne se soucie pas de nouveauté culinaire. L'idée même de ne pas rattacher à la tradition cet acte si fondamental et symbolique peut paraître inconcevable. Cette notion n'a même concerné qu'une frange de la population jusqu'à récemment. Ce qui ne laisse pas d'étonner quand on constate comme elle est aujourd'hui inhérente à nos comportements alimentaires.
    Cette histoire débute en France, au milieu du XVIIe siècle.
    La cuisine devient, dès le début du XVIIIe siècle, objet de spéculations intellectuelles qui l'entraînent sur le terrain de l'esthétique, discipline qui naît au même moment. Le restaurant lui offre un lieu où peut se former un public. Le XIXe siècle, quant à lui, voit apparaître la notion du cuisinier créateur qui s'épanouit à partir de l'entre-deux-guerres et triomphe avec la Nouvelle Cuisine. Libérant les cuisiniers de toute référence à une quelconque tradition et les sommant d'être inventifs, elle est, avec la globalisation, la cause principale du développement mondial de la cuisine et de l'apparition, ici et là, de grandes cuisines nationales.
    Aujourd'hui, le débat autour de la cuisine semble se réduire bien souvent à des questions d'esthétique. En ce sens, le courant moderniste, incarné par ce que l'on a appelé « cuisine moléculaire », a accentué cette tendance.
    Est-ce la fin de la gourmandise ? Face à un cuisinier devenu omniprésent et quelque peu autocrate, les « gastronomes » doivent s'interroger sur leurs pratiques, afin de mieux percer les secrets de leur gourmandise et pouvoir, alors, la revendiquer bien fort.

  • Tirés de ses innombrables souvenirs et anecdotes qu'elle conserve sur son pays lanusquet, Georgette Laporte-Castède nous offre une belle et minutieuse évocation de ce qui faisait « dautscòps » (autrefois, en gascon) - il y a maintenant plus d'un siècle - la caractéristique majeure et éternelle de la Lande de Gascogne : l'élevage extensif des moutons. Cela avant que la Lande perde sa signification d'origine et ne soit progressivement ensemencée en pins, à partir du second Empire.
    Georgette Laporte-Castède a écrit, de façon magistrale, sur ce qu'était la vie quotidienne dans les Landes de Gascogne, au début du XXe siècle, dans son évocation "pain de seigle et vin de grives". A une connaissance naturelle du parler gascon, elle ajoute des talents de conteuse et d'historienne de la mémoire du passé. On lui doit notamment Contes populaires des Petites landes, La Lande de « dautscops » : l'élevage des moutons, Autrefois dans la Lande, Regards sur le mariage traditionnel en Gascogne.

empty