BnF collection ebooks

  • BnF collection ebooks - "ABAISSE - Ne pas confondre avec bouillabaisse, nom d'un potage connu dans le Midi. L'abaisse est une pâtisserie qui occupe le fond d'une tourte ou d'un vol-au-vent. La manière de confectionner l'abaisse se trouvera à l'article PATISSERIE"

  • « En lisant cette dernière oeuvre du maître, on retrouvera cet amour de la vie des vivants, ce don de plaire, ce besoin de conter, cette bonne humeur, cette netteté d'esprit, ce parfait bon sens, toutes ces belles qualités qui font le charme de ses livres, mises cette fois au service d'un art utile à tout le monde, et duquel dépendent la santé, l'humeur et la durée de la vie. »
    Alexandre Dumas n'était pas uniquement l'auteur incontournable de romans populaires : il était également un fin gastronome soucieux de transmettre son savoir, ce Grand dictionnaire de cuisine en est la preuve incontestable.

  • « Pour offrir au public l'ouvrage que je livre à sa bienveillance, je ne me suis point imposé un grand travail ; je n'ai fait que mettre en ordre des matériaux rassemblés depuis longtemps : c'est une occupation amusante, que j'avais réservée pour ma vieillesse. En considérant le plaisir de la table sous tous ses rapports, j'ai vu, de bonne heure, qu'il y avait là-dessus quelque chose de mieux à faire que des livres de cuisine, et qu'il y avait beaucoup à dire sur des fonctions si essentielles, si continues, et qui influent, d'une manière si directe, sur la santé, sur le bonheur, et même sur les affaires. Cette idée mère une fois arrêtée, tout le reste a coulé de source : j'ai regardé autour de moi, j'ai pris des notes ; et, souvent au milieu des festins les plus somptueux, le plaisir d'observer m'a sauvé des ennuis du conviviat. Ce n'est pas que, pour remplir la tâche que je me suis proposée, il n'ait fallu être physicien, chimiste, physiologue, et même un peu érudit. Mais ces études, je les avais faites sans la moindre prétention à être auteur ; j'étais poussé par une curiosité louable, par la crainte de rester en arrière de mon siècle, et par le désir de pouvoir causer, sans désavantage, avec les savants avec qui j'ai toujours aimé à me trouver. »

  • « Les grands vignobles de la Gironde sont une des gloires de la France, une des sources les plus fécondes de sa prospérité commerciale et agricole ; ils lui assurent une sorte de royauté que personne ne lui conteste, et forment autour de son front une auréole qu'on ne saurait trouver chez une autre nation de l'univers.
    Eh bien ! nous avons entrepris d'élever à notre beau pays un monument digne de la haute renommée de ses produits sans pareils ; et pour rendre notre oeuvre complète et irréprochable, nous avons voulu tout voir, tout constater par nous-même. Nous avons consulté les propriétaires, nos praticiens, nos oenologues les plus distingués ; nous avons visité un à un les châteaux, les principaux vignobles, surtout les crus de haute distinction.
    Dans ce pèlerinage artistique et oenologique, nous avons admiré tantôt la magnificence, tantôt l'aspect monumental et pittoresque des habitations des grands propriétaires qui ont voué leur intelligence et leur activité à la vigne, c'est-à-dire à la plus noble des productions de notre vieille France.
    Et, en admirant ces châteaux, les uns crénelés, les autres couronnés de tourelles élégantes, précédés de portiques, ornés de clochetons, nous nous sommes demandé pourquoi on n'avait pas réuni dans une même galerie ces monuments anciens et modernes de notre viticulture nationale.
    Alors, nous avons résolu d'utiliser, pour la glorification de notre pays, non seulement nos connaissances sur la viticulture et l'oenologie, mais encore l'art photographique, dont nous avons fait une étude particulière, étude que le jury de la dernière Exposition de Bordeaux a jugée digne de son approbation, puisqu'il a bien voulu nous décerner une de ses médailles. »
    BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir en version numérique des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Tous les genres y sont représentés : morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d'histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse.

  • « On pourrait citer plus d'un grand esprit qui, interrompant ses travaux d'imagination ou de science, n'a pas dédaigné d'écrire sur l'art de manger. Nous ne voulons pas parler ici des médecins ou des chimistes, dont les travaux sur la cuisine, considérée au point de vue hygiénique, se comptent par centaines, mais d'hommes tels qu'Apicius, personnage consulaire, ou Brillât-Savarin, grave magistrat, qu'une voluptueuse délicatesse poussa à méditer sur l'organe du goût et la nature des aliments.
    Charles Baudelaire a écrit sur la cuisine quelques pages qui témoignent, comme tout ce qu'a laissé l'auteur des Fleurs du mal, des réflexions longues et continues. Il expose des idées très personnelles touchant l'excellence des "viandes qui saignent et des vins qui charrient l'ivresse." Selon lui la question des sauces, ragoûts et assaisonnements, "demanderait un chapitre grave comme un feuilleton de science". Il appelle "toute la pharmacie de la nature au secours de la cuisine." Bel aperçu jeté par un poète sur les besoins journaliers de la vie et qui fait du cuisinier idéal un poète, un savant et un voluptueux ` connaissant les propriétés chimiques des matières !
    Alexandre Dumas avait des vues plus pratiques et d'une utilité plus immédiate quand il composa son Grand Dictionnaire de cuisine : c'est un livre usuel qu'il voulut faire, et l'on sait qu'il réussissait tout ce qu'il tentait. Mais le caractère pratique du livre est rehaussé par cette délicatesse du goût et cette originalité que possèdent seules les organisations supérieures. »
    BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir en version numérique des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Tous les genres y sont représentés : morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d'histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse.

  • De la Truffe

    Mm. Moynier

    « Plusieurs personnes auxquelles nous avons parlé de notre traité De la Truffe, nous ont tenu ce langage : "Mais qu'y a-t-il donc tant à dire là-dessus ?" Une pareille observation nous a fait relire notre manuscrit plusieurs fois ; et nous y avons fait des recherches, afin de saisir et de retrancher ce qui nous paraîtrait n'être que longueurs et superfluités ; mais nous n'avons rien trouvé : nous avons jugé indispensable de tout dire, de tout imprimer.
    D'autres personnes, dont les professions embrassent ce tubercule, nous ont fortement engagé à faire cette publication, afin surtout d'établir des bases sur l'emploi de la truffe, tout en nous laissant sentir du reste qu'il ne serait pas généreux de tenir ignoré les résultats de nos recherches et de nos travaux.
    En effet, amour-propre d'auteur à part, ce n'est point un opuscule à ajouter à tous ceux qui existent déjà, qui ont traité si légèrement et si imparfaitement de cette matière que nous avons entendu faire. Forts de douze années d'études de toute nature sur le tubercule, nous osons pouvoir dire le bien connaître ; et, puisque la truffe devient de plus en plus répandue, nous avons présumé qu'il serait agréable à l'amateur d'avoir sur elle un traité, qui en fût réellement un, dans lequel il pût puiser au besoin des moyens certains de la connaître et de l'employer : car jusqu'à ce jour on n'a pas fait encore à la truffe l'honneur d'une description aussi étendue qu'elle le mérite.
    Nous n'avons pas eu la prétention d'écrire pour un genre de littérature. Nous ne nous classons dans aucune école, ni dans l'ancienne ni dans la nouvelle ; nous n'avons voulu qu'être narrateurs, descripteurs ; dès lors, nous nous sommes seulement attachés à rendre avec clarté le sujet de notre publication.
    L'ordre et les divisions que nous avons suivis ont été encore en vue d'être les plus intelligibles que possible. Notre intention principale, en publiant ce livre, est de détruire les errements usités, en foi de ce qui a été écrit ou dit jusqu'à présent par des littérateurs, marchands ou amateurs, plus superficiels, que profondément instruits et éclairés sur leur sujet.
    Enfin, nous croyons avoir jeté les vraies lumières sur la connaissance et l'apprêt des truffes, en publiant dans notre quatrième partie les méthodes, que nous avons jugées être les seules appropriables à l'art culinaire en ce qui concerne la truffe. »
    BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir en version numérique des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Tous les genres y sont représentés : morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d'histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse.

  • « Mon intention, en mettant la main à la plume, n'a pas été, comme on le verra bien, de faire un traité de l'art culinaire ; je n'ai voulu que payer la dette que chaque individu est moralement obligé d'acquitter envers la société selon sa capacité et sa position : je fais part à la société de notions que je lui crois utiles.
    Parmi les traités plus ou moins bons que nous possédons sur la cuisine française (sur la reine des cuisines), il n'en existe aucun qui puisse, comme mon opuscule, servir de guide au gourmand qui, respectant sa santé, veut, tout en jouissant du plaisir qu'on éprouve à une bonne fable, ne pas s'écarter des lois de l'hygiène.
    Le sage gourmand n'est, comme le dit si judicieusement l'aimable auteur de la Physiologie du Goût, ni un glouton ni un insensé ; c'est au contraire un homme judicieux, modérément sensuel, qui sait savourer l'une des plus agréables jouissances de la vie ; celle qui, réunissant d'aimables convives, facilite les rapports de société, d'affaires ; inspire la bonne humeur ; amène les réconciliations ; entretient la santé dans son éclat et sa vigueur ; enfin est un doux et profitable passe-temps.
    J'ai eu occasion de voir de timides convives venir jusque dans mon laboratoire pour me demander des explications sur certains mets et sur leurs compositions ; de bons médecins même m'ont demandé des détails sur ma manière de doser et employer les épices, assaisonnements et condiments. Tout cela m'a démontré qu'un ouvrage manquait sur cette matière, et malgré la faiblesse de mes moyens j'entreprends de l'écrire.
    Mon intention est de faciliter aux personnes délicates le choix des aliments convenables à leur position, et de leur épargner le soin de consulter sans cesse le médecin sur cet objet : j'ai été assez longtemps atteint d'une gastrite chronique, et par conséquent sous la direction des hommes de l'art d'Hypocrate ; pendant mes souffrances je suis parvenu à apprendre ce que c'est que l'estomac, les voies digestives, les nerfs, etc., qu'ils sont l'effet et l'action des diverses préparations alimentaires sur ces organes délicats et sensibles, et les précautions à prendre pour éviter de les irriter. »
    BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir en version numérique des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Tous les genres y sont représentés : morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d'histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse.

  • « J'ai hésité beaucoup avant de me décider à écrire l'ouvrage que je publie aujourd'hui. Ce qui m'a fait balancer pendant de longues années, c'est, je le déclare, l'inutilité de la plupart des livres de cuisine publiés jusqu'à ce jour, qui, presque tous, n'ont fait que se copier servilement les uns les autres, répétant les mêmes recettes les plus vagues et souvent les plus fausses, adoptant tous les mêmes routines et les mêmes erreurs, ne précisant, dans leurs formules, ni poids, ni mesures, ni quantités, ni durées de cuissons, ravalant notre profession plutôt qu'ils ne la rehaussaient, enfin, ne pouvant être d'aucun secours pour personne, ni pour ceux qui savent, ni pour ceux qui ont à apprendre, ni pour les gens du monde, ni pour les gens du métier.
    Ai-je fait mieux ? Ai-je eu, enfin, le bonheur de réaliser ce livre de cuisine universellement attendu ? Le public pigera ; tout ce que je puis dire, c'est que j'ai fait autre chose que ce que l'on a fait jusqu'ici.
    On confond ordinairement dans les ouvrages culinaires la petite et la grande cuisine, les mets les plus simples avec ceux du genre le plus compliqué ; de là, un amalgame des plus fâcheux, et qui explique comment l'étude et la pratique de l'art culinaire ont fait si peu de progrès jusqu'à ce jour.
    Ainsi, pour citer un exemple, quoi de plus irrationnel que de donner les recettes des bisques, des suprêmes, des essences, pêle-mêle, avec les haricots de mouton, les sautés de lapins, les blanquettes, les veaux à la bourgeoise, les choses les plus élémentaires de la cuisine domestique ? Quoi de plus propre à tout embrouiller, à faire que personne n'y reconnaisse rien, ni maîtres, ni cuisiniers ?
    J'ai voulu séparer ce qui, à mon point de vue, ne pouvait sans inconvénient être réuni. À l'aide des dimensions exceptionnelles du livre, et qui me paraissent indispensables, si l'on veut embrasser la cuisine dans toute son étendue, j'ai pu diviser mon traité en deux parts bien distinctes : l'une pour la cuisine de ménage, et l'autre pour la cuisine d'extra. Ces deux branches se correspondent, sans aucun doute, et se complètent l'une par l'autre, comme j'aurai plus d'une fois l'occasion de le démontrer ; mais il n'en est pas moins vrai que, dans la pratique, elles représentent deux parties différentes. »
    BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir en version numérique des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Tous les genres y sont représentés : morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d'histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse.

  • « On a dit du Tableau de Paris de Mercier, que ce livre, pensé dans la rue, avait été écrit sur la borne. Cette critique, à notre avis, est un véritable éloge, et nous nous trouverions heureux, pour notre part, que l'on reconnût en nous lisant, que notre traité, médité dans la cuisine, a été écrit sur les fourneaux.
    En effet, ce n'est pas un ouvrage d'esprit ni de science que nous avons voulu faire, mais un livre pratique, exact, précis, un recueil complet de recettes et de prescriptions d'une intelligence et d'une application faciles.
    Nous avions dès longtemps été frappé de l'insuffisance et de l'imperfection d'un grand nombre de dispensaires de cuisine, faits pour la plupart à coups de ciseaux, ou copiés les uns sur les autres, et dans lesquels les erreurs, les indications ruineuses ou inapplicables fourmillent ; nous avons cru qu'il était utile et bon de faire enfin un véritable livre de cuisine, et nous nous sommes mis à l'oeuvre.
    Tout d'abord nous avons dû hésiter sur la disposition et l'ordre qu'il serait préférable d'adopter pour un semblable travail : jusqu'à ce jour, ç'a été par catégorie de comestibles, comme boeuf, veau, mouton, etc., ou par division de services, comme potage, hors-d'oeuvre, entrée, etc., que l'on a présenté l'ensemble des prescriptions culinaires. Il en résulte, croyons-nous, un grave inconvénient ; c'est qu'avant de faire la recherche d'un mets, il faut savoir à quelle catégorie il appartient, ou recourir à une recherche toujours fastidieuse, à la table générale. L'ordre alphabétique n'offre aucun inconvénient semblable ; avec sa simple classification il rend toute investigation facile ; aussi l'avons-nous adopté de préférence à tout autre.
    C'est donc un véritable Dictionnaire de cuisine que nous publions, à l'usage de tous les amis de la bonne chère et du bon marché ; un Dictionnaire complet, où nous avons admis, à côté de toutes les recettes que l'expérience a consacrées, toutes les récentes découvertes, toutes les innovations acceptées ; notre conviction étant que c'est en cuisine surtout, que tout ce qui est nouveau, quand il est bon, doit être bien accueilli. »
    BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir en version numérique des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Tous les genres y sont représentés : morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d'histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse.

  • « Purée d'oseille. - Ayez trois livres d'oseille, enlevez les côtes dures, lavez bien, égouttez ; mettez en ébullition dix litres d'eau dans un chaudron, salez, plongez-y l'oseille, laissez faire deux ou trois bouillons, égouttez sur le tamis de crin seulement quelques minutes ; passez avec le petit pilon, recueillez la purée ; mettez dans une casserole trente grammes de beurre, une cuillerée de farine, faites cuire trois minutes, mettez-y la purée d'oseille, chauffez bien, ajoutez trois oeufs entiers en remuant jusqu'à parfait mélange, finissez par un petit morceau de beurre et goûtez pour vous assurer de l'assaisonnement.
    Nota. - Si la purée devenait trop épaisse, par suite d'une attente un peu longue, il faudrait la détendre avec un peu de lait. »
    BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir en version numérique des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Tous les genres y sont représentés : morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d'histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse.

  • « En publiant ce nouveau traité des socles, des grosses pièces, des entrées froides et de l'entremets de sucre, j'ai pensé qu'il était nécessaire, tant pour les hommes du métier que pour moi-même, de diviser mon grand traité sur la cuisine moderne en cinq ouvrages publiés séparément : d'abord pour en faciliter l'acquisition, et ensuite pour obtenir le temps convenable à l'achèvement de cette longue et difficile besogne que je me suis imposée.
    D'après ce nouvel ordre de choses, j'ai donc extrait de mon Pâtissier royal parisien le traité des entrées froides et de l'entremets de sucre. Ces deux parties appartiennent incontestablement à la cuisine du jour. Je sais que nos cuisiniers actuels ont été empressés de confier ces deux belles parties aux pâtissiers hommes de goût et adroits. Nous avons en général la conviction que le froid réclame beaucoup de soins et de décors dans tous ses détails, et pourtant certains cuisiniers qui ne savent pas faire la pâtisserie (et qui par conséquent ne sont pas décorateurs), croient la chose facile dans son exécution ; de plus, ils ont la folie de dire qu'un bon pâtissier devient rarement bon cuisinier, et cela, parce qu'ils ont l'ignorance de la pâtisserie et qu'ils en sont jaloux ; car ils savent très bien que nous devenons supérieurs sitôt que nous voulons nous livrer à la cuisine, puisque en effet, lorsque nous réunissons la pâtisserie à la cuisine, ce talent nous donne une supériorité incontestable. Je veux soutenir ce que j'avance : mes ouvrages prouveront que pour devenir cuisinier parfait, il faut avoir été pâtissier distingué : témoin nos plus fameux cuisiniers modernes, MM. Robert, Laguipière, Lasne, Riquette, Penel, Breton, Imbert, Adancour, et autres cuisiniers fameux ; et je puis assurer ces messieurs que la science du pâtissier du jour réclame tout autant de facultés intellectuelles que la cuisine, celle-ci étant d'ailleurs plus facile dans ses détails et son exécution, tandis que la pâtisserie ne reçoit sa qualité que dans des compositions toutes différentes les unes des autres. »
    BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir en version numérique des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Tous les genres y sont représentés : morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d'histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse.

  • « C'est dans les environs de Reims et, d'Épernay, département de la Marne, que l'on trouve les coteaux célèbres qui produisent les vins mousseux. Ces vins sont extraits d'un mélange de raisins noirs et de raisins blancs, bien mûrs, bien sains, bien purgés de tout grain sec` vert ou pourri. Les grains les plus estimés doivent avoir la pellicule couleur pelure d'oignon ; ils ont alors une saveur fine et sucrée qui donne de l'agrément au vin. - Les raisins sont portés dans de grands paniers garnis de toile, et soumis avec promptitude à l'action du pressoir ; les deux ou trois premiers pressurages fournissent ce que les propriétaires fabricants appellent vin d'élite ; les derniers pressurages donnent les vins de taille et ceux de rebèche.
    Le vin mousseux reste de vingt-quatre à trente heures dans la cuve. On le met en tonneaux dès que l'écume formée à sa surface commence à bouillonner. Ce n'est pas dans la cave que les tonneaux sont préparés ; la chaleur est trop nuisible à la qualité du vin` et l'air des caves est, en hiver, moins froid que l'air extérieur ; on les met dans des celliers d'environ un mètre de profondeur. C'est là que, durant les gelées, on soutire ; en mars, on met en bouteilles ; quelques propriétaires attendent le mois de mai, et même plus tard encore, surtout dans les années où l'on redoute la casse. Les bouteilles sont aussitôt descendues et entreillées en cave ; plus celle-ci est profonde, moins la casse est à craindre. Lorsque le vin est disposé à une mousse violente, on le met dans une cave plus profonde encore ; mais, s'il annonce devoir être plus tempéré` plus calme, on ne le descend pas au-dessous des premières caves : dans un air trop frais, le vin ne mousserait pas. »
    BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir en version numérique des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Tous les genres y sont représentés : morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d'histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse.

  • « Ce nouveau Manuel de la cuisine française est divisé en deux parties, qui, bien que distinctes par les sujets qui y sont traités, sont cependant intimement liées l'une à l'autre et forment un tout complet.
    Les sept chapitres dont se compose la première partie sont consacrés à tout ce qui concerne le service, savoir : la bonne tenue d'une cuisine, les soins à donner aux divers ustensiles et à l'argenterie ; la décoration et l'ameublement de la salle à manger ; l'arrangement du couvert ; les convenances qu'on doit observer dans les invitations ; le nombre et la place des convives ; le choix des vins et la manière de les servir ; les devoirs des domestiques ; le service à la française et le service à la russe. À la suite de ces conseils et de ces prescriptions, nous avons donné, pour chaque mois de l'année, une liste de menus variés, composés avec le plus grand soin, destinés à offrir à toutes les maîtresses de maison, à toutes les mères de famille, et aux plus modestes ménagères, des renseignements utiles pour le meilleur choix des aliments suivant les saisons. L'art de découper termine cette première partie.
    La seconde partie renferme, dans une suite de dix-huit chapitres, tout ce qui a rapport à la cuisine proprement dite : d'abord les jus et les sauces, les purées et les quenelles, les rôtis et les fritures, c'est-à-dire les meilleurs procédés pour rôtir et frire, les hors-d'oeuvre, les garnitures et les assaisonnements ; ensuite les potages tout à la fois les plus simples et les meilleurs ; les relevés, les entrées et les rôtis de boeuf, de veau, de mouton, d'agneau et de porc frais ; la volaille (poulets, chapons et poulardes ; dindes et dindonneaux ; pigeons et canards) ; le gibier à plumes (faisans, perdreaux et bécasses ; pluviers, vanneaux et canards sauvages ; cailles et petit gibier) ; le gibier à poil (chevreuil, sanglier, lièvres, lapins) ; le poisson de mer et le poisson d'eau douce ; les légumes, les oeufs, la pâtisserie, les entremets sucrés. Un dernier chapitre, qui rentre plutôt dans le domaine de l'office que dans celui de la cuisine, est consacré à la cuisson du sucre, aux confitures et aux sirops.
    Chacun des sujets énumérés ci-dessus forme un chapitre particulier, et les divers articles d'un même chapitre sont toujours, autant que possible, présentés dans le même ordre, avec les procédés et les recettes qui leur sont utilement applicables, et sans répétitions inutiles. Avant tout il faut être clair et précis, si l'on veut se faire lire avec agrément et profit. »
    BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir en version numérique des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Tous les genres y sont représentés : morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d'histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse.

empty