• Innovation numérique pédagogique : adaptation de la série BILINGUE de Pocket-Langues Pour Tous ! Neuf extraits pour découvrir l'ouvrage majeur de la littérature espagnole en édition bilingue. La série BILINGUE de 12-21 propose : o une traduction fidèle et intégrale, accompagnée de nombreuses notes o une méthode originale de perfectionnement par un contact direct avec les oeuvres d'auteurs étrangers o une adaptation en version numérique étudiée, qui offre au lecteur trois manières de découvrir le texte : en version bilingue, en version originale et en version française. Pour découvrir cet ouvrage majeur de la littérature espagnole, neuf moments emblématiques des aventures de Don Quichotte et Sancho Panza ont été choisis : - les préparatifs de la grande aventure du gentilhomme campagnard métamorphosé en chevalier errant, - les moulins à vent, - les interventions de Don Quichotte et leurs conséquences pour le héros et ses victimes, - quelques rencontres faites au hasard du voyage : un porcher, deux prostituées, un maître et son valet..., - Sancho s'entretenant avec sa femme de l'avenir de leur fille, - les cancans de Dulcinée, - un cortège accompagnant la dépouille d'un riche gentilhomme, - un séjour dans le château du duc, - et enfin l'établissement de Sancho sur son île au poste de gouverneur.

  • Chez Kathy Acker, Don Quichotte est une femme qui, devenue folle après avoir subi un avortement, se lance dans une formidable aventure : se faire chevalier errant et combattre les enchanteurs malins de l'Amérique moderne en poursuivant « l'idée la plus insensée que jamais femme pût concevoir. C'est-à-dire, aimer ».
    Accompagnée dans sa quête d'amour par le chien saint Siméon, son Sancho Panza, elle erre dans un monde de mensonges et de faux-semblants, marqué par la brutalité des rapports entre sexes, la violence sociale, l'irrationnel religieux, l'oppression. Elle parcourt les rues de New York, de Londres, d'un Saint-Pétersbourg désolé, guerroyant contre son époque, les figures masculines historiques, mythiques, et littéraires (le Christ, Machiavel, Richard Nixon, Thomas Hobbes...). Au cours de cette errance, elle cherche à découvrir son identité, à nouer des liens émotionnels et sexuels, et ce malgré les enchanteurs malins, ennemis de la libre expression, qui rendent l'amour impossible et sont ici le capitalisme ravageur, le matérialisme, la pauvreté, l'aliénation, la servilité.
    Comme chez Cervantès, le roman de Kathy Acker est traversé d'autres textes. L'on y rencontre des romans d'amour courtois revus et corrigés par Acker (Lulu, Pygmalion, Les Hauts de Hurlevent, mais aussi Le Guépard, L'Histoire de Juliette...). Dans une folle explosion poétique et polyphonique, Kathy Acker pulvérise les frontières du genre littéraire (l'autobiographie devient fiction, le théâtre essai philosophique, le récit se fait poésie), travestit les canons de la littérature et emprunte à la culture populaire (Prince, Godzilla...), s'en prenant aux institutions sociales (famille, identité sexuelle, normes...) et littéraires (l'auteur, le récit, le plagiat, la fiction...).
    Dans ce somptueux et magistral roman - dont nous proposons une nouvelle traduction -, qui est sans doute celui de Kathy Acker qui pose plus que tout autre la question du genre, du féminisme, et de la liberté féminine (préfigurant les problématiques queer) l'auteur, dans sa volonté rimbaldienne de briser « l'infini servage de la femme » par la poésie nous offre un texte visionnaire, drôle, fou, insolent, savant, reconnu comme un de ses livres majeurs, qui véhicule une énergie, une vivacité époustouflantes et corrosives.

  • - 13%

    En plein coeur des débats sur la légalisation du cannabis thérapeutique, l'ouvrage de référence sur la question, écrit par les plus grands spécialistes internationaux, est proposé dans une nouvelle édition mise à jour.

    Présentation
    Ce livre unique en son genre continue de répondre aux questions les plus fréquemment posées : Quelles affections peuvent être soulagées, ou même guéries, par la marijuana ? De quelles façons absorbe-t-on ce remède hors normes ? Comment le cultiver le cas échéant ? Quelles sont les vertus médicinales respectives du THC et du CBD ? Quelle est la législation dans différentes parties du monde ? Quels sont les médicaments dérivés du cannabis disponibles aujourd'hui ? Où en est la recherche ? Quid des cannabinoïdes synthétiques ?
    Richement illustrée, alliant rigueur et humour, cette nouvelle édition intègre les nouveaux enjeux et dernières évolutions concernant cette plante complexe.
    CannaScope
    Cannabis médical comporte également un annuaire professionnel remis à jour chaque année, le CannaScope, qui recense les adresses, les sites Web, les salons, les festivals et plus de 550 contacts professionnels.

    L'autrice
    Figure emblématique, en France comme à l'étranger, du libre accès aux plantes, Michka a publié de nombreux ouvrages et articles sur le cannabis médical depuis plus de trente ans. Elle est ici accompagnée par le Pr R. Mechoulam qui découvrit le THC puis le CBD, le Pr A. Jansen, le Pr M. Guzman, le Pr D. Richard, J. Cervantes, et R. C. Clarke, tous experts de renommée internationale.

  • « Si Cervantes est l'écrivain dont je me sens le plus proche, cela tient à sa qualité de précurseur de toutes les aventures : si sa familiarité avec la vie musulmane donne à son oeuvre une indéniable dimension mudéjar, l'invention romanesque, à travers laquelle il assume la totalité de ses expériences et de ses rêves, fait de lui le meilleur exemple de l'attitude illustrée par le dicton : humani nihil a me alienum puto. Trois siècles et demi plus tard, les romanciers font encore du "cervantisme" sans le savoir : en composant nos oeuvres, nous écrivons à partir de Cervantes et pour Cervantes ; en écrivant sur Cervantes, nous écrivons sur nous-mêmes, que sa ferveur islamique nous soit étrangère ou familière. Cervantes reste le point vers lequel toujours convergeront nos regards. » Juan Goytisolo, extrait de « Vicissitudes du mudéjarisme », in Chroniques sarrasines, Paris, Fayard, 1985.

  • Manuel Fernández y González relata, en "El Manco de Lepanto"(1874), un episodio real de la vida de Cervantes en que pierde el uso de la mano durante la batalla de Lepanto, así como las diferentes hazañas previas a su participación en la guerra. En las novelas de Manuel Fernández pre domina la acción sobre la descripción y el análisis psicológico, y elige preferentemente asuntos históricos, legendarios y tradicionales.

  • L'Ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche est un roman écrit par Miguel Cervantes en 1605 et le second en 1615. À la fois roman médiéval - un roman de chevalerie - et roman de l'époque moderne alors naissante, le livre est une parodie des moeurs médiévales et de l'idéal chevaleresque, et une critique des structures sociales d'une société espagnole rigide et vécue comme absurde. Don Quichotte est un jalon important de l'histoire littéraire et les interprétations qu'on en donne sont multiples : pur comique, satire sociale, analyse politique. Il est considéré comme l'un des romans les plus importants des littératures espagnole et mondiale. Véritable satire de son époque, ce livre nous peint une culture et un pays bien différent. Dans le Tome 2, on joue avec différents niveaux de la réalité en incluant l'édition de la première partie de Don Quichotte et, plus tard, l'édition de la version apocryphe de la deuxième partie que les personnages ont lue. Ainsi, dans la deuxième partie, Don Quichotte et Sancho sont conscients du succès éditorial de la première partie de leurs aventures et sont déjà célèbres. En fait, certains personnages qui apparaîtront à partir de là ont lu le livre et les reconnaissent. De plus, dans un étalage de clairvoyance, aussi bien Cervantès que Don Quichotte même signalent que le roman deviendra un classique de la littérature et que la figure de l'hidalgo sera perçue durant les siècles à venir comme un symbole de la Manche.

  • L'Ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche est un roman écrit par Miguel Cervantes en 1605. La première partie du texte se focalise sur une satire du système universitaire et du niveau d'érudition de son époque. Le roman commence par la description d'un pauvre hidalgo dont le nom exact ne sera révélé qu'à la fin de l'oeuvre : Alonso Quichano, originaire d'un village indéterminé de la Manche, qui devient fou en lisant des livres de chevalerie et qui se prend pour un chevalier errant médiéval. Il prend un nom suggestif : Don Quichotte de la Manche, baptise son cheval Rossinante, reconstruis les armes de ses ancêtres et choisit une dame pour en être amoureux, Dulcinée du Toboso. Sans que personne ne le voie, il se lance dans la campagne pour sa première sortie, mais soudainement il se rappelle qu'il n'a pas été « armé chevalier ». Alors, en arrivant dans une auberge qu'il prend pour un château et en rencontrant l'aubergiste, qu'il prend pour le châtelain, et des prostituées, qu'il prend pour des dames semblables à celles du monde des livres de chevalerie, il décide de faire là une « veillée d'armes » et convainc l'aubergiste de lui donner l'adoubement.

  • Texte intégral révisé suivi d'une biographie d'Elie Faure. Biographie de Miguel de Cervantes. "Unamuno l'a dit: la pensée espagnole ne s'intéresse qu'à l'homme, à l'homme en chair et en os. Et nous avons tous pu voir de près, évaluer, peser la chair de Sancho et les os de Don Quichotte. Cervantes ne connaît que l'homme dans sa réalité concrète, absolument indépendante des entités morales qu'on le dit représenter. Il se moque de la vertu, et du vice. L'homme. Lui seul. Et quel qu'il soit. Et comme il est. Sancho autant que Don Quichotte, et le galérien qui dépouille et Don Quichotte et Sancho. Comme chez ses frères les peintres, si violemment épris de ce qui est, et rien que de ce qui est, et de rien de ce qu'on dit être, les passages et demi-teintes ne sont pas chez lui dans le caractère formel où l'accent est farouche à souhait, mais dans les nuances de coloration, c'est-à-dire de pensée qui nous transmettent ce réel. A quoi bon toucher à ce qui est ? Il lui suffit de reproduire aussi les songes qui traversent ce qui est et les ombres qui l'entourent. On songe, encore un coup, à Zurbaran, surtout à Velazquez et à Goya où, si le prétexte du drame est incorporé à la forme, le drame réel flotte et nage autour de la forme." - Elie Faure

  • "El amante liberal" forma parte de la "Novelas ejemplares", escritas por Miguel de Cervantes entre 1590 y 1612. Reúne elementos de la novela morisca y la novela bizantina, aunque al mismo tiempo critica implícitamente algunos aspectos de ésta última. En la novela aparece, junto al tema del amor generoso, el del cautiverio, que en Cervantes tiene tintes biográficos, aunque se añadan otros inventados.

  • "La casa de los celos" forma parte de las obras teatrales de Miguel de Cervantes. El autor se embarca en una comedia de circunstancias con carácter caballeresco. Se estructura en tres actos, dentro de los cuales se funden el motivo carolingio con la leyenda de Bernardo del Carpio.

  • "El licenciado Vidriera" forma parte de la "Novelas ejemplares", escritas por Miguel de Cervantes entre 1590 y 1612. El estudiante Tomás Rodaja marcha a Salamanca a estudiar acompañando de un noble y allí se licencia con honores; viaja por diversas ciudades de Italia, pero pierde la razón a causa de una pócima de amor que le han suministrado en secreto y cree tener el cuerpo de vidrio y ser sumamente frágil, por lo que se obsesiona con la idea de romperse en mil pedazos.

  • Miguel de Cervantes escribe las "Novelas ejemplares" entre 1590 y 1613, y las publica tras el éxito obtenido por la primera parte del Quijote. Estas 12 novelas cortas son denominadas ejemplares por su carácter didáctico y moral. Se suelen agrupar en dos series, las de temática idealista y las de temática realista. En las primeras abundan los enredos amorosos, y es en esta seria en la que se enmarca "La señora Cornelia".

empty