• "Avec l'arrivée de Neal a commencé cette partie de ma vie qu'on pourrait appeler ma vie sur la route. [...] Neal, c'est le type idéal, pour la route, parce que lui, il y est né, sur la route...
    Neal Cassady, chauffard génial, prophète gigolo à la bisexualité triomphale, pique-assiette inspiré et vagabond mystique, est assurément la plus grande rencontre de Jack Kerouac, avec Allen Ginsberg et William Burroughs, autres compagnons d'équipées qui apparaissent ici sous leurs vrais noms.
    La virée, dans sa bande originale : un long ruban de papier, analogue à celui de la route, sur lequel l'auteur a crépité son texte sans s'arrêter, page unique, paragraphe unique.
    Aujourd'hui, voici qu'on peut lire ces chants de l'innocence et de l'expérience à la fois, dans leurs accents libertaires et leur lyrisme vibrant ; aujourd'hui on peut entendre dans ses pulsations d'origine, le verbe de Kerouac, avec ses syncopes et ses envolées, long comme une phrase de sax ténor dans le noir.
    Telle est la route, fête mobile, traversées incessantes de la nuit américaine, célébration de l'éphémère.

    Quand tout le monde sera mort, a écrit Ginsberg, le roman sera publié dans toute sa folie.
    Dont acte."
    Josée Kamoun

  • Drive

    Hettie Jones

    "et donc jeunes femmesvoici le dilemmequi est en soi la solutionj'ai toujours été à la foissuffisamment femme pour être émue aux larmeset suffisamment hommepour conduire ma voiture dans n'importe quelle direction"

    Il y a deux façons de présenter Hettie Jones, née dans une famille juive de Brooklyn en 1934. La première, c'est de rappeler qu'elle fut l'épouse de LeRoi Jones, artiste afro-américain qui rejoindra le mouvement des Black Panthers. La seconde, c'est de dire que cette écrivaine, qui côtoya Allen Ginsberg, Thelonious Monk, Jack Kerouac ou Billie Holiday, est l'une des voix majeures de la Beat Generation. Une femme d'exception qui conduit sa vie une main sur le volant et une main dans les airs.

  • Mine de propositions subversives, ce manifeste dans le plus beau style des avant-gardes fait de son titre l'étendard d'un projet d'envergure : la destruction en règle des mass media au moyen de leurs possibilités mêmes. Entre répandre de fausses nouvelles à l'aide d'enregistrements diffusés aux heures de pointe, procéder par contagion sonore - les bruits d'une émeute peuvent la stimuler dans la réalité - ou encore introduire dans le discours d'un politicien bredouillements et autres incongruités, Burroughs applique la technique du cut-up au monde sonore, arme à même de contrer cette autre arme de destruction massive, la médiatisation à outrance, moyen féroce de manipulation des consciences. Brouillons les pistes, aux sens propre et figuré. C'est piquant, stimulant et hautement explosif !

  • Tristessa

    Jack Kerouac

    Cette façon qu'elle a de se planter au beau milieu de la pièce avec les jambes écartées pour discuter, Tristessa, on dirait un camé au coin d'une rue de Harlem ou de n'importe où dans le monde, Le Caire, Bombay, dans ce monde où on se tutoie du nord des Bermudes aux confins de l'Arctique, là où la terre se déploie comme une aile d'albatros, mais la drogue qu'on prend là-haut, chez les Esquimaux dans les igloos au milieu des phoques et des aigles du Groenland est moins nocive que la morphine germanique que cette Indienne doit subir à en mourir dans la terre de ses ancêtres.

    En racontant son amour pour Tristessa, jeune prostituée mexicaine, Jack Kerouac nous offre l'un de ses récits les plus poignants, prière à une nouvelle Madone, perdue dans les cercles du désir et du manque.


  • OEUVRE POETIQUE COMPLETE DU « DERNIER DES BEATS »


    « Mes deux meilleurs amis ont toujours été Richard Brautigan et Tom Mc Guane. » Jim Harrison

    « Ce n'est pas tous les jours qu'on dégote un trésor pareil. Sometimes, I love America, et voilà. » Frédéric Beigbeder

    « Découvrir sur une table de librairie un livre de Brautigan qu'on n'a pas lu, quand on aime Brautigan, c'est toujours du grand amour. » Philippe Jaenada, ELLE

    « Richard Brautigan a traversé la littérature américaine comme un météore. » Martine Laval, Télérama

    L'édition bilingue tant attendue des oeuvres poétiques complètes de Richard Brautigan, avec de nombreux inédits.

    Richard Brautigan est l'un des plus grands auteurs américains du XXe siècle. Membre de la Beat Generation et des mouvements de la contre-culture, il est l'auteur du roman culte La Pêche à la truite en Amérique, (Christian Bourgois et 10/18) mais également du Général su- diste de Big Sur, Retombées de sombrero, Un privé à Babylone (Christian Bourgois et 10/18) et d'un grand nombre de poèmes dont trois recueils furent édités au Castor Astral : Il pleut en amour, Journal japonais et Pourquoi les poètes inconnus restent inconnus.

  • Les années 1970 ont été l'âge des extrêmes, entre sexe, drogue et bien-sûr, rock'n'roll. Barry Miles raconte ici ses rencontres, à New York et à Londres, avec les légendes des années 1970 et montre à quel point des artistes comme Patti Smith, ou The Ramones, mais aussi des écrivains comme William Burroughs ou Allen Ginsberg, ont influencé l'émergence d'une contre-culture.
    Figure incontournable de la contre-culture, Barry Miles est l'auteur de plusieurs ouvrages sur la musique, la littérature, l'underground des sixties et des seventies : Hippies (Octopus/Hachette, 2004), Beat Hotel (le Mot et le Reste, 2011), Ici Londres ! Une histoire de l'underground londonien depuis 1945 (« Rivages Rouge », 2012).
    « Le leader de la section intellectuelle de l'underground. » - The Guardian
    « Un regard original sur les années 1970. » - ELLE (UK)
    « Miles est un pivot du Londres contre-culturel des années 1960-1970... Saisissant ! » - Metro (UK)
    « Une formidable plongée dans l'âge d'or de la culture underground. » - France Inter

  • Vie et aventures de Jack Engle est un roman feuilleton publié en 1852, dans le journal new-yorkais The Sunday Dispatch. Ce récit retrace l'histoire de Jack, un gamin des rues new-yorkaises recueilli par un marchand ambulant. Quelques années plus tard, son bienfaiteur décide de placer le jeune homme chez Cover, un avocat crapuleux, dans l'espoir qu'il fera carrière. Or, par un hasard des plus dramatiques, le héros se retrouve plongé dans le mystère de ses origines...
    Cette critique sociale sous forme de fiction rend en quelque sorte hommage à Dickens. Walt Whitman (1819-1892) est avec Emily Dickinson l'une des deux grandes figures de la poésie américaine du XIXe siècle. En 1855, il publia à compte d'auteur son « chant général », Feuilles d'herbe, recueil de poésie en vers libre révolutionnaire par sa forme autant que par ses thèmes, qu'il révisa et réorganisa jusqu'à la fin de sa vie en 1892. Peu d'oeuvres ont suscité autant de controverses dans l'histoire de la littérature.

  • La Beat Generation c'est Kerouac, Ginsberg, Burroughs : trois écrivains qui allaient bousculer durablement l'Amérique. Mais l'étincelle, celui qui a mis le feu aux poudres, s'appelle Neal Cassady. Il est l'alter ego, le «frère de sang» de Jack Kerouac qui en fait le héros de « Sur la Route » et du reste de son oeuvre.Il est charmeur, flamboyant et excessif, dans la vie comme dans ses lettres. Ces lettres fulgurantes qui impressionnent et enthousiasment. «Elles se rangent parmi les meilleures choses jamais écrites en Amérique» s'enflamme Kerouac qui s'en inspirera dans ses romans, allant même jusqu'à s'en approprier des pages entières.Inédites en français, ces lettres étourdissantes font enfin entendre les propres mots de celui qui reste « l'âme de la Beat Generation » - parfois tendres et touchants, parfois insolents et délirants. Voici le véritable Neal Cassady, brut et intégral.

  • Jean-François Duval sillonne depuis vingt ans les États-Unis sur la piste de Jack Kerouac et des héros de la Beat Generation, avec en ligne de mire notamment la figure charismatique de Neal Cassady, le héros de Sur la route. Il a retrouvé et s'est entretenu avec plusieurs protagonistes majeurs de la légende beat : Allen Ginsberg, Carolyn Cassady, Joyce Johnson, Timothy Leary, Anne Waldman, Ken Kesey. Sous une forme très vivante, il nous livre ici les résultats de son enquête. Enquête sur Kerouac et la Beat Generation rend justice à un écrivain phare et à un mouvement dont l'impact social et littéraire est beaucoup plus important qu'on ne le pense généralement.
    L'ouvrage fait revivre de l'intérieur l'épopée des « Beats » au travers de témoignages de première main. Il montre comment le succès d'un livre culte, Sur la route, peut conduire à la déchéance et à la mort voulue à la fois de son auteur, Kerouac, et de son héros, Neal Cassady, tous deux victimes de leurs propres accomplissements. Il montre aussi que la contre-culture américaine, tout au long de la seconde moitié du XXe siècle et jusqu'à aujourd'hui, sans même que nous en ayons conscience (c'est-à-dire bien au-delà des signes apparents que sont le port du blue-jean, l'absorption de coca-cola et les influences musicales), représente la face cachée d'à peu près toutes les évolutions culturelles que nous avons connues en Europe.
    L'histoire des « Beats » est aussi notre histoire.
    Avec une riche iconographie, un Who's Who, des repères chronologiques et bibliographiques.

  • Jason Murphy

    Paul Fournel

    Tous les lecteurs de la Beat Generation connaissent les poèmes de Jason Murphy, mais le bruit court qu'il aurait composé un roman, écrit sur un rouleau avant même le célèbre Sur la route de Jack Kerouac. Certains affirment que le professeur Marc Chantier l'aurait eu un moment en sa possession.Un éditeur et une étudiante s'envolent sur la trace du fameux « scroll » de Paris à San Francisco. Chacun a ses raisons, chacun a ses chemins, chacun a ses moyens et c'est à qui arrivera le premier...Que cherche-t-on quand on s'intéresse de près à un auteur de la Beat Generation comme Jason Murphy ? Veut-on percer le mystère d'un texte parmi cent mille ? Le secret d'un homme en révolte ? Les différences avec Kerouac ou Ginsberg ? Les mystères d'une époque et d'un lieu devenus mythiques ? Cherche-t-on une vérité ou un mensonge ? Se cherche-t-on soi-même ?Chacun des personnages de ce roman construit un Jason Murphy à sa mesure ajoutant à son mythe et épaississant son mystère à mesure que s'éloignent les fumées du « Summer of love » dans le Golden Gate Park de San Francisco. Ainsi se tournent les pages d'une histoire de la littérature.

  • Au début des années 1960, Barry Miles était un étudiant en art ; à la fin il dirigeait le label Zapple des Beatles, vivant dans le légendaire Chelsea Hotel de New York. Voici le récit de ce qui s'est passé entre les deux. Durant cette décennie, Barry Miles organise avec Ginsberg et Burroughs la lecture qui marque l'avènement de la Beat Generation à Londres, cofonde la galerie Indica, véritable centre de commande de la contreculture et y lance le premier magazine underground d'Europe, International Times... Le journal de Miles est au plus proche des artistes des sixties, à la fois pour la littérature et pour la musique. Il fait se rencontrer Yoko Ono et John Lennon, suit la grossesse de Marianne Faithfull, collabore avec les Beat- les, fait la fête avec Frank Zappa et les Pink Floyd, s'entretient avec Mick Jagger et Leonard Cohen, enregistre Bukowski, Brautigan et Burroughs sur Zapple Records... Saisissant !

  • Texte intégral révisé suivi d'une biographie de Jack Kerouac. Poème en ancien français de Jack Kerouac, suivi d'un dossier sur la Beat Generation: brève histoire de la Beat Generation et de "Sur la Route". La chronique personnelle de l'Amérique des années 40 et 50 de Kerouac se double d'une formidable évocation de l'espace américain qui le rattache à la tradition des poètes bardes, comme Walt Whitman: l'auteur voulait inventer une forme romanesque aux dimensions du continent, une écriture aussi souple et nerveuse qu'un solo de jazz, aussi ample et fluide que le Mississipi.

  • Qu'est-ce qu'une contre-culture ? Comment interpréter le sens général des contestations et des ruptures culturelles de la seconde moitié du XXe siècle ? Comment reconstituer ces tendances et ces styles d'expression qui, dès les années 1950, ont bouleversé les mentalités ?Les discours sur la notion de culture, sur les altérations qu'elle subit, sur la diversité des influences qui la transforment, abondent ; mais ces discours font peu de place à la notion de contre-culture.Il est pourtant impossible d'en ignorer les innombrables expressions : Beat Generation, pop philosophie, rock culture, révolution psychédélique, mouvement punk, new wave, black metal...En insistant sur la richesse et l'éclectisme de ces manifestations, cet ouvrage montre que les contre-cultures entendent porter la révolution dans la vie quotidienne.Une réflexion novatrice sur un phénomène pluriel, porté par le désir d'une transformation radicale de la société.

empty