First

  • Après LOL est aussi un palindrome et ses 20 000 ex vendus (GFK), voici un petit bijou caustique sur la rhétorique incroyablement inventive et franchement osée des élèves ! Mathilde Levesque s'amuse à passer au crible de la rhétorique le discours de ses élèves. En ressort un petit dictionnaire des figures de style pas piqué des vers, où cohabitent définitions parfaitement académiques et illustrations souvent déjantées... Ainsi le sacrosaint oxymore (l'"obscure clarté" de Corneille) devient une saillie irrésistible attrapée au vol en plein cours : - Non mais c'est pas possible, Kevin, vous êtes vraiment un cancre ! - Peut-être madame, mais un cancre sérieux. De même, le paradoxe impose le respect lorsqu'il est servi avec un aplomb imperturbable par Ali : - Madame mais faut vraiment qu'on sache la différence entre sonnet français et italien, là ? - Evidemment ! C'est très utile, vous verrez. - Ouais ben c'est de l'utile qui sert à rien, quoi. De quoi redonner un sacré coup de jeune aux figures de style, et prouver, s'il en était encore besoin, que la rhétorique est bel et bien pratiquée dans le 93, et de belle manière, s'il vous plaît !

  • Une enquête fouillée sur les filières djihadistes françaises.
    " Ce livre est le fruit de ma rencontre avec les frères Kouachi à l'occasion de la préparation d'un documentaire que je réalisais en 2005 pour l'émission Pièces à Convictions, sur France 3. Lorsque je rencontre Saïd Kouachi, en 2005, puis son frère Cherif, en 2008, je n'imagine pas que ces jeunes deviendront les tueurs froids de Charlie Hebdo. Que s'est-il passé durant ces dix années ? Un an après les attentats contre Charlie Hebdo et l'Hyper Cacher de la porte de Vincennes, et quelques semaines après les tragiques événements de 13 novembre 2015, que sait-on vraiment de la folie meurtrière des frères Kouachi, Amedy Coulibaly et les autres ? Les émotions, aussi fortes soient-elles, doivent laisser place à la raison pour comprendre comment trois adolescents représentatifs de cette jeunesse désoeuvrée des banlieues se sont radicalisés pour basculer dans le djihad. Pourquoi cette violence sans limites, et cette détermination farouche contre une société qui les a vus naître ? L'histoire de leur radicalisation remonte à plus de dix ans, comment se fait-il alors qu'une chaîne fatale d'erreurs et d'omissions des autorités françaises ait pu se produire ? Pourquoi plusieurs rouages de la société française (école, justice, prison) se sont grippés ? Comprendre et décrire la vie de ces tueurs, loin d'être des loups solitaires, est une impérieuse nécessité. Ces jeunes donnent un sens à leur mort à défaut d'en donner un à leur vie. Analyser ce phénomène, c'est anticiper sur l'avenir car nous n'en sommes, hélas, qu'aux balbutiements d'une guerre qui ne dit pas son nom."
    Karim Baouz

empty