Sciences humaines & sociales

  • Suspense garanti avec l'histoire des évasions les plus spectaculaires dans un format poche ! Marie Stuart, Catherine de Médicis, Casanova, le futur Napoléon III, Michel Vaujour... Jean-Baptiste Rendu nous offre ici le récit d'évasions ayant réellement eu lieu, faisant par la même occasion ressortir en arrière-plan le contexte historique ou politique mais aussi les conditions carcérales ou les lois de la guerre à un moment donné de l'histoire. Il met également en lumière la personnalité exceptionnelle d'individus qui, emprisonnés pour des motifs légitimes ou injustes, pour des raisons sérieuses ou futiles, ont su faire preuve de courage, d'ingéniosité, de force et de résistance physique. Spectaculaires, pittoresques, riches en rebondissements et en suspens, ces grandes évasions, dont la réussite fait intervenir la chance ou le hasard, vous laisseront coi !

  • Et si Napoléon avait suivi les traces d'Alexandre le Grand et envahi le Moyen-Orient ? S'il s'était évadé de Sainte-Hélène à bord d'un submersible faisant furieusement écho au Nautilus ? Si l'Empereur des Français avait conquis l'Amérique du Sud, ...

  • En prison, l évasion est le mythe par excellence. Pour la majorité des prisonniers, elle n en reste pas moins une pure abstraction. Pourtant, certains vont trouver les ressources nécessaires pour se faire « la Belle ». Échafaudant des plans dignes d une opération commando ou profitant d une faille offerte par les surveillants, ils vont y arriver. Franck Sénateur présente les plus belles des « Belles... » D Alcatraz à Borgo en Corse, des Baumettes à Sangyip au Tibet, Frank Sénateur nous raconte plus de vingt évasions de ces trente dernières années s étant déroulées dans le monde entier : Turquie, Inde, Côte d Ivoire, Cameroun, Égypte, République Démocratique du Congo, États-Unis, Mexique, Australie, Belgique, Suisse, Chine, Russie, France... Nous découvrons les histoires incroyables d évadés comme Charles Sobhraj, Pierre-Marie Santucci, Antonio Ferrara, Michel Vaujour, Albert Spaggiari ou Jean-Pierre Treiber.

  • Paris occupé, le 2 avril 1814. Alexandre Ier, tsar de Russie, reçoit le général de Caulaincourt. Les deux hommes sentretiennent de labdication de Napoléon Ier et du lieu qui accueillera son exil. Quelques jours plus tôt, lâché par ses maréchaux, lEmpereur a été vaincu et la Grande Armée balayée par les armées des Coalisés. Le 3 mai 1814, il débarque à lîle dElbe. Durant trois cents jours, il règnera en maître absolu sur cette île dà peine 224 km², située entre la Corse et la Toscane, quil semploiera à moderniser. Perpétuellement en mouvement, il sactive sans relâche, visitant chaque recoin de lîle, lançant de nombreux projets, veillant au moindre détail. Loin des grandes batailles qui ont forgé sa réputation, cest aussi un homme qui tente, malgré les dimensions dérisoires de son «royaume dopérette», de reconstituer le cadre impérial, avec son organisation, son étiquette, sa cour et son armée. Mais surtout, cest depuis Elbe quinlassablement il prépare son évasion et son retour en France.

    À partir des mémoires, de la correspondance officielle et de multiples témoignages de compagnons dexil, Marie-Hélène Baylac fait revivre avec brio le séjour de Napoléon à lîle dElbe, de son arrivée sous bonne escorte à son départ secret dans la nuit du 26 au 27 février 1815. Entre intrigues et manuvres, sagitent les partisans et fidèles de Napoléon, mus par un désir fervent de voir lEmpereur régner à nouveau sur lEurope.

  • Personne ne connaît réellement ces hommes en noir qu'un hélico vient de déposer aux abords d'un petit village d'Afghanistan. Et ces autres qui sortent d'un marais pour abattre un criminel de guerre en Croatie; qui assurent la garde protégée d'un général canadien au Rwanda; qui sévissent contre des preneurs d'otages au Pérou ou qui font mentir le président Milosevic, en faisant la preuve, sur place, du non-désarmement de la Serbie.

    DENIS MORISSET a fait partie des seize premiers membres de la Deuxième Force opérationnelle interarmées (FOI2 ou JTF2) de 1993 à 2001. Sa formation et son parcours stupéfiant en secoueront plus d'un et il tient du miracle qu'il soit encore là pour tout raconter. Sept de ses compagnons ne peuvent en faire autant.

    Plus encore et pour cause, le Canada ne rendra jamais hommage à ces combattants anonymes dont les vraies médailles de bravoure se résument aux nombreuses marques encore visibles sur leur veste pare-balles.

  • "Farnoux est une figure passionnée, hussard ou voltigeur, c'est selon les événements. Mais il n'appartient à aucune caste, faction ou fratrie. Il refuse et déteste l'embrigadement ou, comme il dit, l'encartage. C'est sans doute pourquoi sa vie ressemble à un roman d'aventures." Nous voilà prévenus : "La traversée qui débute ne sera que résistance, tumulte et désobéissance." Résistant, déporté à Buchenwald puis sur la ligne Siegfried, s'évadant enfin et endossant alors l'uniforme de l'armée US... Pour l'ôter peu après et repartir en Afrique... Qui oserait parler d'un homme ordinaire ? Pourtant, Abel Farnoux se veut ainsi. Il demeure que celui qui fut le conseiller spécial d'Edith Cresson à Matignon a fréquenté le siècle de près. De Dakar au Maroc, du Maroc à l'Algérie, sans oublier l'Italie et les Etats-Unis, de l'industrie privée au ministère des Affaires européennes, il a été de nombreux combats. Des premières liaisons téléphoniques avec l'Afrique à la naissance de la télévision couleur en Europe, il fut un acteur privilégié, mais "ordinaire", tient-il encore à préciser, de l'industrie électronique. Et avec la même passion il milita contre la torture en Algérie, contribua à la construction de l'Europe, ou à l'ouverture des pays de l'Est.
    Son itinéraire exceptionnel, ses rencontres avec Teilhard de Chardin, Senghor, ses rendez-vous avec Mitterand, Chaban-Delmas, Andreotti..., il a accepté de les confier à Jean-Michel Riou qui a su écouter et nous faire revivre, avec un talent rare d'écrivain, l'histoire d'un homme de liberté.
    © Flammarion 2002 Couverture : Arnaud Février © Flammarion

empty