Libretto

  • Soldat allemand capturé en août 1945 par l´armée Rouge, Clemens Forell écopa d´une condamnation à vingt-cinq ans de bagne dans des mines de Staline, près du détroit de Béring. Y parvenir dans des wagons à bestiaux, à pied dans la neige et le vent fut déjà une épreuve mortelle pour bon nombre des prisonniers. Forell, comme les autres, venus de partout, sera enfermé sous terre dans des conditions dantesques et n´aura de cesse de s´enfuir. De cette incroyable aventure humaine, il retiendra pourtant un amour sans mesure pour cette Sibérie qui l´aura tant fait souffrir ; une Sibérie rude au-delà de l´imaginable qui lui aura offert le plus incompréhensible des cadeaux : la vie.



    /> En 1953, un imprimeur-éditeur munichois, en écoutant l´un de ses techniciens raconter sa vie de prisonnier, son évasion et sa folle errance à travers la Sibérie, lui suggère d´en faire un livre. C´est le romancier allemand Josef Martin Bauer (1901-1970), captivé par l´histoire de cet inconnu, qui relèvera le défi de la narration et fera de cette histoire vraie l´un des plus bouleversants témoignages de ce que l´homme peut entreprendre pour demeurer libre.

  • Le livre Peter Blood, après une vie aventureuse, ne demandait qu´à exercer son métier de médecin dans une paisible bourgade d´Angleterre... jusqu´au jour où la justice du roi le condamne pour avoir porté secours à un rebelle et l´envoie au bagne dans les Caraïbes. Mauvais calcul pour ladite justice car Peter Blood s´évade avec quelques compagnons d'infortune, s´empare d´un vaisseau espagnol, et a tôt fait de mettre les Antilles à feu et à sang...

    Adapté au cinéma par Michaël Curtiz en 1935 avec Errol Flynn dans le rôle principal, Captain Blood est, aux côtés de L'Ile au Trésor et de Moonfleet, l'un des chefs-d´oeuvre absolus du roman d'aventures inspirés par la mer.

    L'auteur Né en 1875 de mère anglaise et de père italien, tous deux chanteurs d´opéra, le jeune Rafael Sabatini connut une enfance et une adolescence itinérantes qui lui permirent de maîtriser l´anglais, l´italien, le portugais et l´allemand. Il devint traducteur puis se lança dans l´écriture de romans d´aventures, de pirates, de cape et d´épée, et renouvela avec talent tous les codes de ces genres. Il est mort en 1950 ; sa tombe porte en épitaphe la première phrase de Scaramouche : « Il était né avec un don pour le rire, et l´idée que le monde était fou. »

empty