• «Douze février. On peut ruiner sa vie en moins de dix secondes. Je le sais. Je viens de le faire. Là, juste à l'instant. J'arrive à la porte de l'immeuble, une modeste baguette dans la main et la modeste monnaie dans l'autre, quand Merveille-Sans-Nom surgit devant moi. Inopinément. À moins de cinq centimètres (il est en train de sortir et je m'apprête à entrer, pour un peu on s'explose le crâne, front contre front). Il pose sereinement sur moi ses yeux sublimes. Je baisse les miens illico, autant dire que je les jette quasiment sous terre, bien profond, entre la conduite d'égoût et le tuyau du gaz. Sa voix amicale résonne dans l'air du soir : - Tiens ! Aurore ! Tu vas bien ? Je reste la bouche ouverte pendant environ deux millions de secondes, avant de me décider et lui hurler à la figure : - Voua ! Merdi !»

  • Edition enrichie (Préface, notes, variantes, dossier sur l'oeuvre, chronologie et bibliographie)La jeune Cécile Volanges quitte son couvent pour faire l'apprentissage du monde et épouser le comte de Gercourt, mais une de ses parentes, la marquise de Merteuil, entend profiter de ce projet de mariage pour se venger d'une infidélité que lui a faite autrefois Gercourt. Elle charge donc son complice, le vicomte de Valmont, de pervertir Cécile avant ses noces. Mais loin de Paris, dans le château de sa vieille tante, Valmont s'est de son côté mis en tête de séduire la dévote présidente de Tourvel, et une idylle bientôt se noue entre la « petite Volanges » et le jeune Danceny.
    Rien ne semblait destiner Laclos à la littérature, et Les Liaisons dangereuses, qu'il fait paraître en 1782, sont la seule grande oeuvre qu'ait achevée le capitaine et futur général d'artillerie. Le succès est immédiat, mais le roman, frappé de condamnation morale, cessera d'être réédité pendant une partie du xixe siècle. De Baudelaire à Giraudoux, de Malraux à Roger Vailland, ce sont des écrivains qui peu à peu l'imposent comme un chef-d'oeuvre que le cinéma va populariser. Il se peut que l'impeccable maîtrise de ce roman par lettres nous soit devenue lointaine : elle n'empêche pas qu'il sollicite encore nos rêves et nos fantasmes. 


  • Un siècle les sépare...

    Hadrien et Adrien sont deux garçons de treize ans qui habitent à quelques kilomètres l'un de l'autre, en Picardie. Ils ont des problèmes à l'école, à la maison et avec les filles, comme la plupart des garçons de leur âge. Il n'y a qu'une seule chose qui les sépare : Hadrien vit en 1914 et Adrien en 2014.
    Leurs destins vont mystérieusement se mêler, leur permettant d'échanger du courrier alors qu'ils croient chacun écrire à un cousin éloigné !
    Lorsqu'ils comprennent ce qu'il se passe, Adrien se rend alors compte qu'il doit prévenir Hadrien que la Grande Guerre est sur le point d'éclater et qu'il doit à tout prix se mettre à l'abri !

  • Au coeur de la Première Guerre mondiale, Marthe, fiancée à un soldat, noue une liaison avec le narrateur, âgé de quinze ans...
    Publié en 1923 par un jeune prodige de la littérature qui devait mourir la même année, Le Diable au corps, grand roman de l'adolescence et de la guerre, fut salué à sa sortie par les plus célèbres écrivains d'alors, de Cocteau à Mauriac. En romançant une aventure sans lendemain, Radiguet porte à son suprême point d'élégance la clarté rigoureuse du récit d'analyse à la française. Le Diable au corps, seul roman paru de son vivant, est l'un des rares livres où, par-delà le succès de scandale qui entoura sa publication, notre siècle s'est reconnu durablement.

  • Edition enrichie (Introduction, notes, appendice, biographie et bibliographie)
    Carmen, sauvage et corrompue, passionnée sans tendresse, ne sait ni attendre quand elle désire, ni résister quand on lui plaît. Carmen est de ces femmes incandescentes qui savent susciter la passion dès le premier regard, celle du narrateur, d'abord, et celle de Don José, surtout, qui pour elle plongera dans la briganderie et le crime. Carmen est une créature insaisissable, tourbillonnant dans le monde coloré et sulfureux des contrebandiers andalous et des bohémiens transis d'amour, peinte d'une main de maître par un Mérimée au sommet de son art.Édition revue de Jean Balsamo.

  • Bretagne, demain :
    Une coupure d'électricité plonge la petite vie de Blanche et Hadrien dans le noir, ainsi que toute l'Europe. Un mystérieux appel résonne sur les ondes : le gouvernement cache qu'il se passe quelque chose au sud... la guerre ? Leur fille est loin, en vacances au-delà des Pyrénées.
    Hadrien décide de partir immédiatement à sa recherche, mais Blanche a peur.
    Paris, après-demain :
    État d'urgence, peuple bâillonné. Blanche est devenue Bianca, résistante. Les opposants à la dictature médiatique utilisent les réseaux de consommation pour faire passer leurs messages, sur les barquettes de poulet, les barils de lessive ou dans les fortune cookies, mais, bientôt, il faudra aller plus loin. Bianca trouve de la force entre les bras de Joshua, et jamais elle ne parle ni d'Hadrien, ni d'Élisabeth.

    Quelque chose a basculé sur la route.

  • Chloé, Bastien et Neville ont eu en cinquième une professeure de français qui n'aimait que les livres qui finissent mal. Un soir, elle les a emmenés pour la première fois au théâtre voir une représentation de Dom Juan de Molière. Cette soirée a changé leur vie. C'est décidé, ils seront comédiens ! Six ans plus tard, leur désir de monter sur scène est intact et ils se retrouvent au conservatoire d'art dramatique de leur ville. Le professeur le plus réputé, Monsieur Jeanson, les prend tous les trois dans son cours. Chloé va devoir concilier les cours de théâtre avec le rythme intensif de la classe préparatoire qu'elle vient d'intégrer. Bastien, prêt à tout pour faire rire, pense qu'il suffit de regarder une vidéo de Louis de Funès pour apprendre la tirade d'Harpagon. Le beau et ténébreux Neville a peur de se donner les moyens de son ambition, d'être un autre pour savoir enfin qui il est. Comment le théâtre va-t-il lier pour toujours la jolie jeune première, le valet de comédie et le héros romantique que Jeanson a su voir en eux ?
    Ce livre a reçu le prix jeunesse SOS Libraires 2014.

  • Sylvie

    Gérard de Nerval

    Edition enrichie de Bertrand Marchal comportant des chansons et légendes du Valois, une lettre-préface écrite par Gérard de Nerval et un dossier sur le roman.

    Voulant fuir Adrienne, belle actrice parisienne, et avec elle le monde illusoire du théâtre, le narrateur, qui n'est autre que Nerval, se tourne vers Sylvie, jeune campagnarde qu'il a jadis aimée. Mais le rêve fait place au désenchantement : le retour à la nature, celle de l'enfance dans le Valois, n'est qu'un mythe, et le grand amour de jeunesse se révèle être uen décevante paysanne. Et si ces deux femmes n'en formaient qu'une, 'deux moitiés d'un seul amour'?
    Le récit progresse selon la logique d'une traversée de la mémoire : l'auteur met en scène des souvenirs personnels ('à demi rêvés') et littéraires ; il témoigne d'une véritable érudition tout en faisant l'éloge de la culture populaire. La mémoire collective est pour lui assez vaste pour accueillir la réalité la plus ordinaire comme les mystères les plus sublimes.
    Avec cette nouvelle des Filles du feu, Nerval dit adieu aux chimères de la jeunesse et de l'amour idéal. Ce récit poétique, entre romantisme et surréalisme, est déjà une recherche du temps perdu.

  • Othello

    William Shakespeare

    « Oh ! prenez garde, monseigneur, à la jalousie !
    C'est le monstre aux yeux verts qui produit l'aliment dont il se nourrit ! »

    Général de Venise, Othello est un homme heureux : il a épousé la belle et vertueuse Desdémona. Mais son bonheur est fragile... Jaloux, le perfide Iago tente de séduire Desdémona qui le repousse. Pour se venger, il persuade Othello qu'elle a pour amant l'honnête Cassio,
    distillant le mensonge à la façon d'un venin.
    Tragédie captivante, magistralement construite, Othello est sans doute l'une des plus belles expressions littéraires de la jalousie.


  • Prix du meilleur livre étranger 2014

    Veronika Zarnik est de ces femmes troublantes, insaisissables, de celles que l'on n'oublie pas. Sensuelle, excentrique, éprise de liberté, impudente et imprudente, elle forme avec Leo, son mari, un couple bourgeois peu conventionnel aux heures sombres de la Seconde Guerre mondiale, tant leur indépendance d'esprit, leur refus des contraintes imposées par l'Histoire et leur douce folie contrastent avec le tragique de l'époque.
    Une nuit de janvier 1944, le couple disparaît dans de mystérieuses circonstances, laissant leur entourage en proie aux doutes. Qui était vraiment Veronika ? Quelle fut vraiment sa vie ? Que cachait-elle ?
    Cinq proches du couple tentent alors de cerner l'énigmatique jeune femme et délivrent, par fragments, les nombreuses facettes de sa personnalité, et ainsi reconstruisent son histoire, celle de son mari et celle de la Slovénie. Une oeuvre polyphonique magistrale !

    Drago Jancar est né le 13 avril 1948 à Maribor, en Slovénie. Opposé au régime communiste et à ses gouvernants, il connaît la prison. Scénariste, puis éditeur, il est considéré comme le plus grand écrivain slovène d'aujourd'hui, avec des oeuvres telles que : L'Élève de Joyce (L'Esprit des péninsules, 2003), Aurore boréale (L'Esprit des péninsules, 2005), Katarina, le paon et le jésuite (Passage du Nord-Ouest, 2009) et Des bruits dans la tête (Passage du Nord-Ouest, 2011).

    « Le lecteur n'oubliera pas de sitôt la lumineuse figure de Veronika à l'innocence écrasée par la brutalité de la guerre. »
    Stéphanie Dupays. Le Monde des Livres.

    « Continûment servi par une traduction inspirée, le texte aux infinies nuances de Drago Jancar s'élève à ces hauteurs d'où rayonnent les chefs d'oeuvre, qui éclairent les convulsions de l'Histoire. »
    Jean-Claude Lebrun. L'Humanité.

    « Porté par une écriture aux accents lyriques et construit comme un puzzle, le récit capte les mouvements de l'Histoire - l'opposition entre les troupes allemandes et les partisans communistes - sans jamais sacrifier les destins singuliers des personnages. »
    Baptiste Liger. L'Express Styles.

    « En filigrane, et de manière subtile, ce récit pose la question de la responsabilité de chacun devant l'Histoire. »
    Gabrielle Napoli. La Quinzaine littéraire.

    « Cette nuit, je l'ai vue est un puzzle qui rassemble le crépuscule et l'aurore. Chaque personnage a son timbre unique, ses accentuations différentes. Jancar entend ce qu'il écrit, raison pour laquelle il compte parmi les auteurs les plus marquants d'aujourd'hui. »
    Transfuge.

    « Il nous livre là un roman magnifique, rédigé d'une plume délicate faisant contraster la dureté de la guerre et une écriture aussi foisonnante que poétique. »
    « Les Coups de coeur Payot ». Le Nouvelliste (Suisse).

  • Edition enrichie (Préface, notes et Dossier)
    Parce qu'il a cueilli pour sa fille cadette une rose dans le jardin de la Bête, un marchand ruiné se voit contraint d'échanger la vie de son enfant contre la sienne. La Belle, prête à sacrifier son existence pour sauver celle de son père, devient l'otage de la Bête, un monstre terrifiant. Mais dans ce château où règne la magie, la Belle va bientôt découvrir que l'amour éclôt parfois là où on ne l'attendait pas...Un récit intemporel et inoubliable sur la vertu, la modestie et la nécessité de voir au-delà des apparences.

  • "'Henri, je vous en supplie... Laissez-moi...'
    Mais il lui avait saisi les poignets, il l'attirait lentement, comme pour la vaincre tout de suite d'un baiser. L'amour grandi en lui pendant des mois, endormi plus tard par la rupture de leur intimité, éclatait d'autant plus violent, qu'il commençait à oublier Hélène. Tout le sang de son coeur montait à ses joues ; et elle se débattait, en lui voyant cette face ardente, qu'elle reconnaissait et qui l'effrayait. Déjà deux fois il l'avait regardée avec ces regards fous."

  • Il y a dans Ramuntcho tout ce que le lecteur espère d'un roman de Loti : une histoire d'amour un peu triste dans un décor exotique. Le pays basque est encore exotique en 1897 et, grâce à Loti, un paradis où les jeunes gens dansent, jouent de la pelote et font de temps en temps de la contrebande.
    Tous ces ingrédients ont fait l'immense succès de Ramuntcho. Pourtant, ces paysages admirables et ces splendides montagnes dissimulent la nécessité première du récit. Derrière les amours de Ramuntcho et de Gracieuse se cache l'aventure réelle de l'auteur qui partit pour le pays basque engendrer des enfants d'une race plus pure. De sa folle entreprise et de ses remords est né Ramuntcho, qui n'est donc pas un roman aussi simple qu'il paraît. Le lecteur d'aujourd'hui prendra un grand plaisir à lire cette histoire très forte de la conquête et de la perte d'un paradis perdu.


  • Le livre


    Et je me vois là, dans tout ça. Une petite chinoise de dix-sept ans, une paysanne, partie à l'usine parce que son grand frère entrait à l'université. Quantité des plus négligeables, petite abeille laborieuse prise au piège de sa ruche. Enfermée là pour une éternité.

    Aujourd'hui en Chine. Mei, jeune ouvrière de dix-sept ans vit, dort et travaille dans son usine. Elle rêve aussi.
    Confrontant un souffle romantique à l'âpre réalité, La Fabrique du monde est une plongée intime dans un esprit qui s'éveille à l'amour, à la vie et s'autorise, non sans dommage, une perception de son individualité.
    L'auteur
    Née en 1973, Sophie Van der Linden vit à Conflans-Sainte-Honorine. Elle a publié des ouvrages de référence sur la littérature pour la jeunesse, dont elle est spécialiste. La Fabrique du monde est son premier roman.

  • Moite von Lipwig, arnaqueur et imposteur, est contraint à faire un choix capital : être pendu ou remettre sur pied le service postal moribond d'Ankh-Morpork.Une décision épineuse.Mais il doit veiller à ce que le courrier passe, malgré la pluie, la grêle, la neige, les chiens, la Société de prévoyance et de bienfaisance des employés des postes, le président malfaisant de la Compagnie sémaphorique de l'interurbain, et un tueur nocturne.Sortir avec Adora Belle Chercoeur serait aussi bien agréable.Peut-être faut-il un filou pour réussir là où des hommes honnêtes ont échoué ; peut-être le poste équivaut-il aussi à un arrêt de mort.A moins qu'on n'assiste à une tentative de rédemption dans le monde timbré du courrier, un monde en attente d'un affranchi...

  • « C'était pendant l'été de 1968 que je tombai amoureux et que mon père se noya. »
    Cette première phrase cinglante annonce sans préavis les événements qui bouleverseront la vie d'un adolescent qui durant la belle-saison tombera amoureux de la petite voisine, découvrira que son père est lui aussi tourmenté par le désir et se trouvera confronté à la mort...
    Un livre où le sens de la formule et un récit ensorcelant ne sont pas sans rappeler les plus grandes tragédies grecques.

    « Une perfection. » Jean Soublin, Le Monde
    « Bouleversant. » Claire Julliard, Le Nouvel Observateur
    « Un livre miraculeux. » Frédéric Beigbeder, Voici
    « La littérature à son meilleur... Un bref chef d'oeuvre... aussi secret que Salinger, plus impitoyable encore que McCullers. » Michel Grisolia, L'Express

    Né en 1924, Charles Simmons est un romancier américain que la critique a comparé à J.D. Salinger. Seuls deux de ces romans ont été traduits en français Rides et Les Locataires de l'été. Il fut également éditorialiste pour la fameuse New York Times Book Review.

  • « Engagez-vous dans un métier d'homme ! Le Guet municipal a besoin d'hommes ! » Mais le Guet de nuit se retrouve à la tête d'une force comprenant le caporal Carotte (techniquement un nain), l'agent Bourrico (réellement un nain), l'agent Détritus (un troll), l'agent Angua (une femme... la plupart du temps) et le caporal Chicque (mis au ban de touche de l'humanité pour tacles dangereux). Or le mal est à pied d'oeuvre, il y a du meurtre dans l'air et du vilain dans les rues. Et il vaudrait mieux que l'affaire se règle avant midi, heure à laquelle le capitaine Vimaire prend officiellement sa retraite, rend sa plaque et se marie. Comme il s'agit d'Ankh-Morpork, à midi pétant, ça promet de sentir drôlement mauvais.

  • Octobre 1918. La guerre s'achève. Toussaint rentre chez lui. Il va retrouver Jeanne, sa femme, et la petite fille qu'il n'a pas vue grandir. Mais ce n'est pas du fond des tranchées qu'il revient, c'est de l'hôpital du Val-de-Grâce, service des gueules cassées.
    Pour Jeanne, ouvrière fleuriste, ce retour signifie le début d'un nouveau combat. Si pendant quatre ans elle a su affronter l'absence, la peur et les privations, le silence de l'homme qu'elle aime et le bandeau que nuit et jour il garde sur le visage seront des ennemis autrement plus cruels.
    Le chemin qu'ils vont parcourir tous deux, ensemble et séparément, Angélique Villeneuve le livre ici avec pudeur, cherchant l'éblouissement dans l'ombre et les fleurs dans l'hiver.
    « Elle voudrait pouvoir approcher Toussaint, lever vers lui un visage clair, elle voudrait n'avoir qu'un seul sentiment et ne rien inventer, et puis voilà que tout s'embrouille, rien n'est comme elle a prévu et elle n'a rien prévu, pas voulu y penser, pas pu croire qu'un jour ça allait vraiment arriver. »
    Angélique Villeneuve, qui a vécu en Suède et en Inde, est née en 1965 à Paris où elle habite aujourd'hui.

  • « Cette histoire m'a été contée mille fois. On la raconte dans tous les trains, dans toutes les gares, sur les quais de chaque port. Elle se propage par les routes d'Asie et les pistes d'Afrique, elle se murmure à la bougie dans les contrées sans électricité, elle court par les sentes des montagnes les plus reculées, elle se confie dans les paradis des cocotiers. Elle connaît autant de déclinaisons que de narrateurs. Elle a frappé les grands explorateurs comme les jeunes premiers. Elle est une expérience en commun à tous ceux qui vibrent à l'appel du lointain. Elle est redoutée comme la peste, repoussée aux calendes grecques, et pourtant, elle est presque inéluctable. »
    Des Himalayas à Montevideo, de l'océan glacial Arctique aux steppes de Mongolie, le voyageur ne sera jamais à l'abri de l'amour, que ce soit celui d'un homme pour une femme ou celui d'une famille pour son fils prodigue. Il est « l'un des plus grands périls que réserve la route ». Ce qui pourra faire douter, renoncer ou même ôter toute capacité à jouir de l'ailleurs. L'amour et le voyage seraient-ils définitivement deux pôles incompatibles se déchirant de leurs forces l'explorateur ? Douze nouvelles pour répondre à cette question par l'un des grands globe-trotters de notre temps.




    Après des études de géographie menées de par le monde et des voyages au long cours, Cédric Gras a passé cinq années à sillonner la Sibérie et l'Extrême-Orient russe dont il a tiré Vladivostok et Le Nord, c'est l'Est, tous deux publiés aux Éditions Phébus. Il est actuellement directeur de l'Alliance française de Donetsk en Ukraine. Le Coeur et les Confins est sa première incursion dans la fiction.


  • Préface d'Alice Ferney

    Chef-d'oeuvre de Timothy Findley, Guerres ausculte l'esprit, les pulsions et les peurs de Robert Ross, jeune canadien crédule parti se battre en 1915 sur le front belge.
    « Rien ne manque de l'habituel roman de guerre, les convois, les tranchées, les gaz, les attaques aériennes, les obus, les rats, les blessés et les morts, mais il y a autre chose. De haut, de loin, par-delà le temps, il y a ce que l'on peut voir à côté de la bataille et qui, chez Findley, est d'une surprenante diversité. Il y a la vie animale, qui est l'un des sujets du livre. Il y a la vie de ceux qui attendent à l'arrière, leur angoisse, leurs chagrins, leur solitude, comment ce florilège de souffrances endommage la famille, femmes, mères et fratries. Il y a la vie en général : la sauvagerie maternelle, l'amour et la jalousie fraternels, l'impuissance de l'enfance, la difficulté d'être. Il y a l'amour, le mariage, la sexualité. Il y a tout ce qui arrive, la mort des enfants, le suicide, la maladie, la folie, la prostitution, la séduction, le viol. » Alice Ferney
    Une méditation sur la violence, la lâcheté, la peur et la souffrance, sur l'espèce humaine en somme.
    Timothy Findley est né le 30 octobre 1930 à Toronto et est mort le 20 juin 2002 à Brignoles dans le Var. Acteur et dramaturge d'abord, il se consacre ensuite au roman. En 1967, son coup d'essai est un coup de maître avec Le dernier des fous (Le Serpent à plumes, 1994). Suivront Le Grand Elysium Hotel (Laffont, 1985), Le chasseur de tête (Le Serpent à plumes, 1996), Nos adieux (Le Serpent à plumes, 1998), et Guerres, son chef d'oeuvre.

  • - 50%

    Au-delà d'une histoire d'amour impossible, la grande force de ce roman est qu'il nous parle de la vie.
    Une tache rouge sur l'oreiller, juste sous les cheveux de sa maman, morte sous les coups de son mari. Voilà ce que le petit garçon a vu, à cinq ans... Pour survivre, Kyle se jette à coeur perdu dans la musique, que sa mère aimait tant. Vingt ans après, devenu leader d'un groupe de rock, il est célèbre dans le monde entier. Mais inapte au bonheur.
    Coryn, elle, a grandi dans une banlieue sans charme. À dix-sept ans, elle tombe dans les bras de Jack Brannigan, qui fou amoureux l'épouse, mais, jaloux et violent, l'enferme dans une prison dorée, « Parce que tu m'appartiens... »
    Comment ces deux êtres que tout semble séparer auraient-ils la moindre chance de s'aimer ?
    Pourtant, à l'instant précis où les destins s'entremêlent, chacun d'eux sait que sa vie ne sera plus jamais la même.
    Élevée auprès d'un grand-père russe qui la nourrissait de contes, Angélique Barbérat a toujours écrit. Voyageuse, conteuse dans des écoles, elle a décidé de partager avec le public ce roman bouleversant, vendu en Italie et en Espagne avant même sa parution en France.


  • Devenir héroïne de comédie romantique...

    Vous en rêviez ? Elle l'a fait.
    Scarlett rêve de faire de sa vie un de ces films légers et romantiques qu'elle consomme sans modération. Déçue par son existence monotone, elle se demande si elle devrait vraiment épouser son fiancé. C'est alors qu'on lui propose un gardiennage en plein coeur de Notting Hill.
    Une retraite aux frais de la princesse dans le décor d'un de ses films préférés ? Voilà une offre qui ne se refuse pas. Tournant le dos à ses amis, à sa famille et à son futur ex, Scarlett se rend à Londres, bien décidée à devenir l'héroïne de son propre film.
    Sean, son voisin aussi séduisant qu'exaspérant, va venir pimenter son intrigue. Voilà peut-être l'occasion de faire de cette comédie romantique une belle histoire d'amour...
    Amateurs de belles histoires sur grand écran, ce petit bijou ne vous laissera pas de marbre !

  • Des réponses sans détour à toutes les questions sur l'enseignement de l'Église sur le sexe et le mariage. Ce livre vous aidera à connaître, comprendre et expérimenter l'amour humain véritable.

  • Maor est un jeune Olphite promis à un bel avenir dans sa caste : il a le don de Vision.
    Mais un jour il fait une découverte macabre qui le pousse à s'enfuir de l'école où il vit depuis dix ans. Propulsé dans le monde « réel » et métamorphosé par sa rencontre avec Sirius et le professeur Hermann, il doit se rendre à l'évidence : les Olphites cachent quelque chose à l'humanité...
    Poursuivis à travers la planète par les « pisteurs » d'Ikar, le guide des Olphites, Maor et ses amis vont vivre une aventure hors du commun avec un espoir fou : sauver la Terre.

empty