Entreprise, économie & droit

  • De plus en plus souvent, des auteurs de fiction, des plasticiens, des cinéastes, sont traînés en justice par des associations d'extrême droite. Profanation, incitation à la violence, atteinte à la vie privée, diffamation, les arguments ne manquent pas pour interdire, bâillonner, punir. Comment une société, libérale et permissive, qui n'accepte de restreindre la liberté d'expression que dans le cas extrême d'incitation à la haine raciale, abandonne le soin de fixer la limite entre la liberté et l'interdit, à des lobbies dont l'idéologie est, ouvertement, xénophobe et liberticide ? Sur ce thème d'actualité, propice aux lieux communs et aux idées reçues, Christian Salmon a composé un dialogue drôle, érudit et émouvant, entre un Bouvard libéral et un Pécuchet légaliste.

  • L'auteur raconte et analyse les mutations qui secouent les marchés financiers et le gouvernement des entreprises. Il explique comment le pouvoir du capital est entre les mains des actionnaires et comment ces derniers posent leurs exigences financières, sociales et environnementales.

  • Des grands moulins érigés en bord de Seine aux montagnes rouges du nickel de Nouvelle-Calédonie, des appartements de Gabrielle Chanel à l'épaisse forêt de Malaisie, Éric Fottorino fait revivre les lieux et les acteurs de l'aventure industrielle française : les frères Michelin qui ont « roulé sur l'air », les frères Pereire, aux accents saint-simoniens, rêveurs de paquebots, Pierre-Georges Latécoère et ses ailes d'albatros, Armand Peugeot qui préféra l'automobile aux crinolines familiales. On découvre au fil des pages la passion et la patience, le labeur et le luxe, les fulgurances du génie et la pesanteur des jours, le succès au prix du doute, de la mort parfois. On découvre aussi les affinités du capitalisme français avec les milieux littéraires et artistiques. Grand reporter au journal Le Monde, Éric Fottorino donne à chacune de ces aventures sa dimension épique et romanesque.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Pauvres banquiers ! Ils nous ont expliqué que nous leur coûtions vraiment très cher, trop cher. Seize milliards de francs par an, rien que pour nos chèques. Ils voulaient donc nous les faire payer. Nos chèques leur coûtent cher, c'est vrai. Mais l'argent que nous déposons sur nos comptes leur rapporte infiniment plus. Nos pauvres banquiers étaient mal placés pour se plaindre. Face aux oppositions des consommateurs et du ministre des Finances, ils ont dû renoncer... pour le moment. Derrière l'affaire avortée du chèque payant, toute la réalité de la banque française se profile. Une réalité pas toujours brillante, faite de services insuffisants, de gestion hasardeuse, d'arbitraire. Nous possédons l'un des systèmes bancaires les plus sclérosés et les plus inertes qui soient. Un système condamné à dépérir... à moins qu'il ne se transforme. Les privatisations, la concurrence étrangère de plus en plus agressive, des consommateurs avertis et exigeants, vont entraîner de profonds bouleversements. Derrière les façades opulentes, l'édifice se lézarde et bascule. Que sera-t-il demain ?

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Député européen élu en 1989 sur la liste de Simone Veil, l'auteur pourfend ce qu'il appelle la mythologie anti-européenne. Il examine les reproches faits à la construction européenne, tentant de démêler ce qui est fondé de ce qui relève des a priori négatifs.

  • L'Europe va devoir entamer, dans les années à venir, un nouveau débat institutionnel. Le passage à l'union économique et monétaire, le rôle de l'Union européenne en matière de défense, la crise de légitimité du système politique européen, ne sont que quelques-uns des points sur lesquels la discussion devra porter. Les demandes d'adhésion introduites par de nombreux pays, posent, par ailleurs, un problème fondamental : comment adapter un système institutionnel conçu pour une communauté de six États membres, à un ensemble qui en comptera quatre ou cinq fois plus ? Les prises de position publiques sur ces différents points sont, d'ores et déjà, nombreuses. Quelle que soit l'issue de la négociation, une chose est claire. Le statu quo ne figure pas au nombre des options possibles. Si l'Union européenne ne trouve pas le courage de procéder aux réformes nécessaires, la stabilité de l'édifice sera irrémédiablement compromise.

  • On aurait tort d'oublier trop rapidement les événements de l'hiver 1995. Ils déterminent les actions politique, sociale et économique de demain. Encore faut-il analyser et interpréter cette colère prévisible qui a semblé surprendre les élites de notre pays. Derrière les revendications les plus explicites, au-delà de la défense des avantages acquis, à travers le soutien d'une grande partie de la population, et une exceptionnelle mobilisation régionale, il nous faut aujourd'hui percevoir une profonde lassitude et de nouvelles exigences. S'ils ne s'abandonnent pas à un fatalisme mondialiste, les décideurs (syndicalistes, politiques, chefs d'entreprise) peuvent trouver dans cette analyse les instruments décisifs pour leurs actions à venir. Ils peuvent désormais, ou s'enferrer dans des attitudes vaines et crispées, ou saisir les chances qui s'offrent à eux, en apprenant à écouter et à négocier. Écrit par deux sociologues, cet essai expose le nouveau type de relations sociales dont la France a aujourd'hui grand besoin.

  • Il y a, en France, des mots qui fâchent. Libéralisme est de ceux-là. Diabolisé par les politiques et les intellectuels, le libéralisme n'est pourtant pas ce que croient nos concitoyens. Loin d'être une doctrine anglo-saxonne, il fut inventé en France, d'où il s'exporta depuis la Révolution française jusqu'au début du XXe siècle. Loin d'être une doctrine strictement économique, il s'enracine dans l'histoire des luttes contre la tyrannie et constitue, aujourd'hui encore, un rempart efficace contre les privilèges et contre la menace totalitaire. Loin d'être une doctrine anti-sociale, il contient la seule recette crédible pour résorber le chômage, et il assure cette mobilité sociale qui nous manque tant. Le modèle français fait eau de toutes parts, mais nous nous obstinons à le défendre et à regarder avec condescendance les succès de nos voisins qui, tous, ont adopté l'économie de marché au nom du bien-être collectif. Les bonnes âmes qui entretiennent ainsi notre aveuglement, trahissent à la fois la cause des plus faibles et, ce qui fut longtemps une tradition française avec laquelle nous pourrions renouer, le libéralisme social.

  • Cette enquête dénonce la réalité économique responsable du krach financier marqué par l'intervention du FMI en Corée du Sud, Thaïlande et Indonésie. Elle insiste sur les pratiques industrielles couvertes par les plus grandes firmes internationales et sur la responsabilité des distributeurs occidentaux qui utilisent des entreprises sous-traitantes où les conditions de travail sont draconiennes.

  • Issu du film documentaire réalisé pour France 2, Le Travail dans la balance, cet ouvrage donne la parole aux personnes rencontrées à l'occasion du tournage dans les tribunaux des prud'hommes : les plaignants, les conseillers issus du patronat ou des syndicats, enfin les avocats qui interviennent aux conseils des prud'hommes.

empty