Bertrand Suarez-Pazos

  • « Sept fois ils se sont dit oui. Dans des consulats obscurs, des mairies de quartier, des grandes cathédrales ou des chapelles du bout du monde. Tantôt pieds nus, tantôt en grand équipage. Il leur est même arrivé d'oublier les alliances. Sept fois, ils se sont engagés. Et six fois, l'éloignement, la séparation, le divorce...
    Edgar et Ludmilla... Le mariage sans fin d'un aventurier charmeur, un brin escroc, et d'une exilée un peu ""perchée"", devenue une sublime cantatrice acclamée sur toutes les scènes d'opéra du monde. Pour eux, c'était en somme : ""ni avec toi, ni sans toi"". À cause de cette impossibilité, ils ont inventé une autre manière de s'aimer.
    Pour tenter de percer leur mystère, je les ai suivis partout, de Russie jusqu'en Amérique, du Maroc à l'Afrique du Sud. J'ai consulté les archives et reconstitué les étapes de leur vie pendant un demi-siècle palpitant, de l'après-guerre jusqu'aux années 2000. Surtout, je suis le seul à avoir recueilli leurs confidences, au point de savoir à peu près tout sur eux.
    Parfois, je me demande même s'ils existeraient sans moi .»
    Jean-Christophe Rufin

  • La mort violente de sir Charles, dernier des Baskerville à résider dans la demeure familiale qui se dresse sur la lande sauvage, a-t-elle été provoquée par une créature terrestre ou doit-elle s'expliquer par l'intervention de forces occultes ? Le docteur Mortimer, ami et exécuteur testamentaire du défunt, fait appel à Sherlock Holmes.
    D'indices en déductions, cette fascinante enquête du célèbre détective Sherlock Holmes nous mène aux frontières du fantastique. Frissons et suspense sont au rendez-vous.
    Bertrand Suarez-Pazos donne vie à tous les personnages du roman et nous entraîne dans l'univers mystérieux de Sherlock Holmes. Tout au long de l'enquête, la musique rythme l'action. De son timbre clair et puissant, la clarinette basse incarne de façon saisissante l'effrayant chien des Baskerville.

  • Lors d'un voyage aux Philippines, Juan Diego Guerrero, écrivain américain célèbre et vieillissant, revit en rêves récurrents les épisodes de son adolescence au Mexique, à la lisière de la décharge publique de Oaxaca où lui et sa soeur Lupe ont grandi. Des émotions, il en aura tout au long de son périple, notamment avec Miriam et Dorothy, mère et fille aussi désirables qu'inquiétantes. ©2016 Éditions du Seuil (P) Traduction de l'anglais (État-Unis) : Josée Kamoun, Olivier Grenot

  • Confiteor

    Jaume Cabré

    Confiteor défie les lois de la narration pour ordonner un chaos magistral et emplir de musique une cathédrale profane. Sara, la femme tant aimée, est la destinataire de cet immense récit relayé par Bernat, l'ami envié et envieux dont la présence éclaire jusqu'à l'instant où s'anéantit toute conscience. Alors le lecteur peut embrasser l'itinéraire d'un enfant sans amour, puis l'affliction d'un adulte sans dieu, aux prises avec le Mal souverain qui, à travers les siècles, dépose en chacun la possibilité de l'inhumain à quoi répond ici la soif de beauté, de connaissance et de pardon, seuls viatiques, peut-être, pour récuser si peu que ce soit l'enfer sur la terre. ©2013 Actes Sud (P), Traduit du catalan par Edmond Raillard (Grand Prix SGDL de traduction 2013 pour l'ensemble de son oeuvre de traducteur et à l'occasion de sa traduction du catalan de Confiteor de Jaume Cabré).

  • Histoire d'amour inassouvi, tourmentée, drôle et touchante, À moi seul bien des personnages est une approche passionnée des sexualités différentes, la représentation intime et inoubliable de la solitude d'un homme bisexuel qui s'efforce de devenir ";quelqu'un de bien";. John Irving nous livre ici une formidable chronique du grand renfermement puritain face à la libération sexuelle et à la guerre du Vietnam, sans oublier l'évocation de l'épidémie de sida et ses ravages ainsi que l'effarant silence des gouvernants. Mais toujours avec humour. Un humour arraché à la tristesse et à la mélancolie. ©2013 Éditions du Seuil (P) Traduit de l'anglais (États-Unis) par Josée Kamoun, Olivier Grenot

  • À la suite du décès de son père, Ray, un illustrateur de 37 ans, doit abandonner sa vie et ses activités pour retourner dans la maison familiale. Il y retrouve Thomas, son cadet atteint de schizophrénie, qui passe ses journées devant un programme de cartes interactives sur son ordinateur. Convaincu de l'imminence d'une attaque terroriste, celui-ci mémorise les plans des grandes villes jusqu'au jour où il pense avoir surpris une scène de meurtre. Il ne cesse de harceler son frère pour qu'il aille vérifier sur place. De guerre lasse, Ray se rend à Manhattan, déclenchant malgré lui une spirale tragique... Adultère, schizophrénie, nouvelles technologies, meurtres dominent ce thriller à couper le souffle. © 2014 Befond (P), Traduction Renaud Morin

  • Alors qu'en 1943, face à une contraception défaillante, le souci de bien des femmes reste d'avoir un homme sans avoir d'enfant, celui de l'excentrique Jenny est d'avoir un enfant... Et surtout pas d'homme. Elle jette alors son dévolu sur le sergent technicien Garp, ";opérationnellement"; intact en dépit de son cerveau endommagé. De cette éphémère union naîtra S.T. Garp.  ©2006 Éditions du Seuil (P), Traduction Maurice Rambaud

  • Défendre cette femme... Effacer les clichés qui la défigurent. Briser le masque que le mépris a scellé sur son visage. Aimer cette femme dont tant d'hommes n'ont su que convoiter le corps et envier le pouvoir. C'est cette passion qui anime le cinéaste russe Oleg Erdmann, désireux de sonder le mystère de la Grande Catherine. L'effervescence du XVIIIe siècle européen se trouve confrontée à la violente vitalité de la Russie moderne. La quête d'Erdmann révèle ainsi la véritable liberté d'être et d'aimer.

empty