Entreprise, économie & droit

  • « Pour le trentième anniversaire de la 6e chaîne de télévision française, Léo Scheer nous raconte l'aventure échevelée de sa création, et les raisons pour lesquelles le secret entourant cette naissance a été aussi bien gardé. Du 1er mars 1986 au 1er mars 1987, Léo Scheer conçoit et dirige TV6, qui sera bientôt rebaptisée M6. Au même moment, Jacques Chirac devient Premier ministre, inaugurant la première cohabitation avec François Mitterrand. La « plus jeune des télés » incarne le tournant que représente cette année 1986, où l'on assiste à l'extension du domaine de la lutte des tontons flingueurs, Berlusconi, Murdoch, Maxwell et cie, confrontés à l'irruption des enfants de la télé sur leur territoire. La moyenne d'âge à TV6 est de 25 ans. Des figures, en décalage avec l'antique ORTF, tel Jean-Luc Delarue, y font leurs débuts. S'adressant à la jeunesse, elle modifie en profondeur le rapport d'une génération aux médias, et permet, grâce à la production de clips, l'émergence de chanteurs qui sont toujours « culte » aujourd'hui. Tout le monde a voulu effacer TV6 de l'histoire de la télévision, ce livre est là pour lui redonner sa place. » Extrait de: Léo Scheer. « TV6, La plus jeune des télés. » iBooks.

  • À ce jour, cet ouvrage est le seul à faire état des mécanismes à l'oeuvre dans le retour de la crise financière. À la cupidité des spéculateurs succède la panique. « Il faut sauver l'Europe » où, déjà endettés, les États cochons - pigs (Portugal, Irlande, Grèce et Espagne) - sont submergés par des montagnes de crédits. En fait, les dettes publiques camouflent une grave crise des banques européennes. Les citoyens européens vont le payer, d'abord avec la déflation et la désindustrialisation, puis par les actuelles réformes de structure, et de lourdes baisses des salaires. Ami (e) s lecteurs, serrez-vous la ceinture ! La « refondation du capitalisme » n'est pas pour demain. La rigueur, oui... car tout continue, bel et bien, à exploser.

  • « Memento mori », murmurait-on aux généraux romains pendant leur triomphe. « Rappelle-toi que tu peux mourir », voudrait-on chuchoter à l'oreille du capitalisme, à la fois triomphant et menacé, du début du XXIe siècle.
    La crise de 2008 est le symptôme d'une mutation maléfique du capitalisme depuis la chute du communisme, qui entraîne irrésistiblement vers le gouffre de l'inégalité, de la stagnation et du chômage l'ensemble des sociétés occidentales. La cupidité est devenue la valeur suprême, empoisonnant l'organisme social et déclenchant une série de maladies adventices : l'infection du lobbyisme, le virus de la rente, la septicémie de la finance, l'anémie de la mondialisation, le cancer des externalités... Ces plaies ouvertes au flanc du capitalisme se combinent en une gangrène infernale qui tue le progrès et l'espoir, instaure le règne de la peur et menace la substance même de nos sociétés. Muter de cet hyper-capitalisme cupide et mortifère à un néo-capitalisme juste et intelligent exige des dirigeants occidentaux une dose massive de lucidité dans le diagnostic, de volonté dans le changement et de courage dans l'exécution. Une réforme ? Non, une véritable révolution pour sauver le capitalisme de lui-même et restaurer solidarité, équité et efficacité dans nos sociétés malades.

    Henri de Bodinat, HEC, docteur en Business Administration de l'Université d'Harvard, est un entrepreneur (il a co-fondé Actuel et Radio Nova), un manager (il a dirigé Sony Music et le Club Med) et un investisseur dans le numérique. Il a vécu de l'intérieur la mutation du système capitaliste occidental.

  • Alexander Bard et Jan Söderqvist développent une vision matérialiste de l'ère informationnelle, fondée sur les neurosciences et la remise en cause des concepts, selon eux dépassés, d'âme, d'ego ou d'inconscient. En rupture avec la pensée humaniste qui s'est imposée au monde moderne par l'entremise des Lumières, de l'idéalisme hégélien et de la psychanalyse freudienne, ils montrent qu'à l'heure de la révolution techno­logique de l'information, le renouveau culturel, social et politique repose sur la pensée et la pratique du Réseau : l'homme n'est plus réduit à une entité isolée et homogène, il est un « dividu », morcelé et contradictoire, en relation constante avec son environnement, dont l'activité est moins déterminée par le libre arbitre que par la génétique. Après avoir posé la question du pouvoir à l'heure d'Inter­net, les auteurs des Netocrates en proposent ici une anthropologie et une éthique. Pour cela, ils procèdent à une relecture de Darwin - qui aurait pu prophétiser l'avènement du Net comme moyen de survie de l'homme -, de la généalogie de la morale propre à Nietzsche, et de la schizo-analyse conceptualisée par Deleuze et Guattari. Alexander Bard est sociologue et philosophe. Il est l'un des pionniers d'Internet, à l'origine de nombreuses entreprises d'e-commerce à succès, et dirige neuf réseaux internationaux. Jan Söderqvist est journaliste, éditeur et producteur de télévision. Il a traité de sujets aussi différents que la mode masculine, la crise asiatique ou la révolution technologique. Il est aussi conférencier chez SpeakersNet. Le premier tome des Netocrates, publié aux Éditions Léo Scheer en 2008, est aujourd'hui le livre portant sur le nouvel ordre politique issu de la souveraineté d'Internet le plus traduit dans le monde.

  • La crise actuelle est « un tsunami comme on en voit un par siècle », a déclaré Alan Greenspan, le plus haut responsable du système économique mondial, reconnaissant qu'il y avait une « faille » qu'il n'avait pas bien mesurée.

    Ce livre permet de comprendre ce qui vient de nous arriver et d'envisager lucidement ce que nous réserve l'avenir. Il explique les différentes bulles spéculatives dont l'éclatement provoque les crises financières successives. Il permet d'évaluer la façon dont l'économie réelle va être touchée par la crise de la déréglementation financière et de s'interroger sur les moyens d'en sortir.

    Il décrit comment tout va exploser pour nous faire entrer dans la prophétie d'Aldous Huxley : Les classes moyennes vont disparaître, il restera les Alphas de l'argent et les Omégas de la misère.


    Morad El Hattab a 34 ans. Conseiller-expert en stratégie géopolitique et financière, il est également écrivain et philosophe. Il a publié Chroniques d'un buveur de lune (Éditions Albin Michel). Il est le lauréat du Prix littéraire pour la Paix et la Tolérance.
    Philippe Jumel a 64 ans. Professeur agrégé d'histoire, il est co-auteur de La Génération 68 au service de la mondialisation (Éditions David Reinharc).

  • KRIZ est, après La Finance mondiale : tout va exploser (2008) et La Vérité sur la crise (2010), le troisième volet d'une série sur les causes et les conséquences de la crise mondiale qui se lit comme un véritable thriller. Il en récapitule les épisodes, analyse les derniers rebondissements, et annonce ceux qui vont suivre. Les spécialistes avaient trouvé les premiers volumes trop pessimistes. Depuis, les événements ont confirmé leur justesse, et tout le monde peut en juger, après plus de trois ans à entendre parler de ces sujets tous les jours.
    Nous sommes passés d'une crise à l'autre et nous comprenons que cela va continuer pendant des années. KRIZ est le mot qu'on utiliserait pour désigner dans un sms ce phénomène devenu banal et quotidien, dans lequel s'enfoncent inéluctablement l'économie et la société actuelles.


    Morad El Hattab est conseiller-expert en ingéniérie financière et en intelligence économique. Également écrivain et philosophe, il a publié Chroniques d'un buveur de lune (Albin Michel, 2006). Il est le lauréat du Prix littéraire pour la Paix et la Tolérance.
    Philippe Jumel est professeur agrégé d'histoire. Il est notamment co-auteur de La Génération 68 au service de la mondialisation (Éditions David Reinharc, 2008).

  • La justice française est à bout de souffle. Faut-il se résigner à son abaissement ? C'est ce que les politiques, de réformettes en reculs, semblent penser, comme s'ils avaient oublié l'enjeu vital qu'elle représente pour la démocratie.
    Jean-Claude Magendie, qui a été jusqu'à une date récente l'un des plus hauts magistrats français, profite de sa liberté de parole retrouvée pour analyser les dysfonctionnements de cette institution à la dérive et tracer les lignes de force de la refondation qui pourrait encore la sauver.
    Son essai clair et synthétique, diagnostic précis, fondé sur l'expérience la plus concrète, est, au-delà de l'angoisse et de la colère qui le portent, un programme d'action, le premier de cette ampleur qui soit proposé par un acteur majeur du système judiciaire.


    Jean-Claude Magendie est né en 1945 à Pau. Il a été président du Tribunal de grande instance de Paris de 2000 à 2007, puis premier président de la Cour d'appel de Paris jusqu'à sa retraite en 2010.

  • Acheter sans avoir eu en main l'objet, envoyer de l'argent quelqu'un que l'on ne connat pas et attendre avec srnit son colis, voil une manire de faire des achats qui n'est pas banale. Arnaques, fraudes, escroqueries vous guettent en permanence et pourtant 200 millions de personnes commercent au quotidien sur le site d'eBay, font des affaires ou font fortune pour certains et cela en dehors de tout contrle. Faut-il faire confiance eBay ? Comment djouer les piges et profiter de cette nouvelle activit qui bouleverse toutes les rgles du commerce ? eBay nous montre-t-il le chemin d'une nouvelle forme de shopping ? L'auteur nous livre les secrets et les cls de ce site qui, depuis 10 ans, connat une croissance vertigineuse et fait rgulirement la une de l'actualit. Une enqute pour comprendre un phnomne qui a sduit la plante et un guide pratique pour acheter et vendre astucieusement. Marie-Thrse Chedeville, pionnire de l'Internet en France, a cr et dirig sa web agency. Elle est aujourd'hui consultante en nouvelles technologies.

empty