Littérature traduite


  • L'Aurore de Selahattin Demirta, c'est le cri de la part éclairée d'un pays.

    Ce livre, écrit en prison, est en train de devenir un cri de ralliement et d'espoir. Des histoires kurdes dédiées " à toutes les femmes qui ont été assassinées et qui ont été victimes de la violence ". L'auteur aurait pu nous livrer un récit pesant sur les crimes d'honneur, le travail des enfants, l'exil ou la guerre, dans la Turquie et la Syrie contemporaines ; bien au contraire : il lui donne un ton drôle et irrésistiblement tendre.
    Subversif et obsédant aussi.
    Principal opposant au président Erdogan, seule voix progressiste de Turquie, Selahattin Demirtas est actuellement incarcéré depuis le 4 novembre 2016 dans la prison de type F, réservée aux prisonniers politiques, d'Edirne. Kurde de Turquie, avocat de formation, il est le leader charismatique du HDP (Parti démocratique des peuples), dont il fut le co-président et député jusqu'en février 2018.
    C'est lui qui a mené le HDP vers la victoire contre Erdogan en juin 2015. Ce parti d'opposition pro-kurde est le troisième du pays, le plus progressiste du Proche-Orient, ancré à gauche, défenseur de la minorité kurde et abordant les questions féministes ou LGBT.

    Selahattin Demirtas a été emprisonné après la levée d'immunité des députés du HDP par le président Erdogan dans le cadre des purges qui ont suivi le putsch manqué de 2016.
    Il est accusé de diriger une organisation terroriste, d'incitation à la haine et à la révolte, d'apologie de crime et des criminels... Il risque une peine de prison de 142 ans.

  • Dans le but de célébrer le chaurasi de leur grand-mère Chitralekha - soit son 84e anniversaire, très important selon la tradition népalaise -, ses petits-enfants se rendent à Gangtok, dans l'État lointain du Sikkim, en Inde du Nord-Est.
    Agastaya débarque de New York. Bien qu'il soit un médecin reconnu de trente-trois ans, il redoute l'inquisition familiale qui s'annonce puisqu'il n'est toujours pas marié, et il est même terrifié à l'idée que la raison de son célibat soit révélée au grand jour.
    Le rejoignent Manasa et Bhagwati, qui arrivent l'une de Londres et l'autre du Colorado. La première est surdiplômée d'Oxford, la seconde est une fugueuse déshonorée par sa famille.
    Tous trois affichent le même objectif : sortir indemne du chaurasi de leur grand-mère - un objectif qui s'éloigne au fur et à mesure qu'avancent les célébrations, d'autant plus qu'une servante acerbe et un quatrième invité inattendu se joignent à cette épique réunion de famille.
    Une savoureuse comédie de moeurs servie par l'humour et le ton caustique de Prajwal Parajuly. Un livre d'une grande intelligence, original et convaincant, lumineux et irrésistible. Une histoire d'amour et de pardon, tragique et drôle à la fois, pleine d'humanité.
    Prajwal Parajuly, de père indien et de mère népalaise, vit entre New York, Oxford et Gangtok, sa ville natale dans l'Himalaya indien. Fuir et revenir est son premier roman.

  • Kurde de Turquie, leader du HDP, parti d'opposition prokurde, l'auteur est incarcéré depuis novembre 2016. Dans ce nouveau recueil, il nous fait découvrir les différentes facettes de son pays et de ses habitants. Plus encore, il montre l'universalité individuelle comme collective des changements et des révolutions avec l'espoir pour perspective.

  • De Kinshasa, Alia a cinq ans quand elle arrive à Bruxelles. La ville lui est étrangère, les enfants avec qui elle joue sont blancs.
    Son père essaie de l'aider, l'initie à la boxe, qui devient pour elle le moyen de réprimer sa colère contre un monde hostile jusqu'au jour où elle entre dans la police. Ses collègues l'acceptent comme l'une des leurs. Mais ils veulent détruire les autres, les migrants qu'ils torturent grâce à une milice de policiers qui, comme Alia, ne sont pas d'origine belge.
    Nettoyer le pays des étrangers grâce aux étrangers, voici le but de cette organisation nationaliste.
    Grazyna Plebanek est boxeuse, journaliste et écrivain. Née en Pologne, elle est francophone et vit à Bruxelles.

empty