TDO Editions

  • Occitanie, de nos jours.
    Si, pour écrire son prochain livre, le journaliste toulousain Gabriel Hadour choisit de s'installer à Saint-Martin d'Ayguevives, petit village perdu au coeur des Pyrénées, ce n'est pas par hasard. L'ouvrage qu'il prépare est consacré, justement, à une série de meurtres atroces ayant ensanglanté cette vallée isolée en 1921. Ces terres glacées, il veut les sentir, il veut les comprendre.
    Mais ce qui ne devait initialement être qu'une paisible retraite d'écriture se transforme vite en cauchemar, lorsqu'un mystérieux tueur se met en tête de reproduire à l'identique les crimes du passé. Pour tous, cela ne fait aucun doute, le « Diable des Pyrénées » est de retour. Gabriel, lui, en est certain : la traque ne fait que commencer.

  • Occitanie, de nos jours. Qui est ce maniaque qui kidnappe ces pauvres jeunes femmes, les assassine froidement et dépose leurs cadavres sur les passerelles des écluses du canal du Midi ? À quoi riment ces tristes mises en scène, ces dépouilles allongées sous des draps blancs, comme autant de linceuls ? Une fois de plus, le journaliste toulousain Gabriel Hadour se retrouve mêlé bien malgré lui à une affaire sinistre. Mais pour traquer celui que la presse a surnommé « Le tueur du Canal », il n'est pas seul. À ses côtés, la flic bretonne Yuna Klec'h se bat pour sauver sa petite soeur, qui vient de tomber entre les griffes de l'assassin. Ensemble, ils ont cinq jours, pas un de plus, pour retrouver sa trace, avant que le tueur n'accomplisse sa besogne sanglante. Seront-ils de taille ?

    Alexandre Léoty est journaliste de presse écrite, auteur et écrivain. Avec ce nouveau roman policier, il plonge ses lecteurs au coeur d'une aventure à la fois inquiétante et addictive, faite de rebondissements et de faux-semblants. Une course contre la montre mortelle qui ne laissera personne indemne.

  • Jeudi 9 février 1899
    Collectionneur, ethnographe et voyageur, Georges Labit, Toulousain intrépide, est foudroyé dans la force de l'âge.
    Très vite, les rumeurs les plus invraisemblables circulent sur les obscures circonstances du drame.
    Curieusement, son père, Antoine Labit, une des plus grandes fortunes de la Ville rose, s'oppose à toute enquête de police et détruit de nombreux documents dans les archives de son fils.
    Quels secrets cherche-t-il à préserver ?

    Lundi 22 janvier 1900
    À la faveur d'un inventaire dans la réserve du Muséum de Toulouse, Frédéric Lacome, étudiant en paléoethnologie, découvre une mystérieuse relique qui va l'entraîner dans le sillage de l'énigme Labit.
    Au mépris des mises en garde, il s'enfonce dans les méandres de la bourgeoisie franc-maçonne dont il doit déjouer les machinations pour faire émerger la vérité.
    Bousculé jusque dans ses convictions, ce qu'il découvre dépasse l'imagination. Mais c'est une autre révélation qui boule­versera sa vie...

    Polar historique inspiré de faits réels, doublé d'un récit initiatique sur fond de passion, La Pierre de l'Orgueil plonge ses protagonistes dans les remous d'une France déchirée entre religion et laïcité, à l'aube des bouleversements du XXe siècle.

  • Samuel, fils aîné issu d'une vieille lignée protestante cévenole, rejoint les Camisards pour défendre sa religion et s'opposer aux dragonnades. Les soldats du Roi finissant par menacer aussi sa famille, il abandonne les armes et conduit les siens à l'abri, dans les Corbières, au milieu des ruines du château de Roquenégade découvert par hasard.
    Le baron de Nigri, propriétaire du château, les autorise à s'installer et fait de Samuel l'intendant de ses terres. Sur celles-ci vit une communauté albanaise à laquelle appartient Janina, une jeune veuve en conflit avec sa communauté... Samuel en tombe amoureux fou. Hélas, alors que l'Édit de Nantes a été révoqué, le père du jeune homme, pasteur huguenot, est condamné aux galères pour avoir publiquement célébré le culte protestant.
    Samuel, en bon fils, obtient du subdélégué de l'Intendant royal la place de son père. Il part donc à Marseille, enchaîné et la mort dans l'âme, laissant Janina seule dans une tribu hostile...

    La belle et le Camisard est un roman d'aventure fluide et richement documenté qui interroge sur le fanatisme, les emprises culturelles et religieuses, l'engagement, la liberté de conscience... et l'amour fou !

  • Printemps 1235 à Toulouse.Vingt-six ans après la croisade du roi de France et du pape contre les Cathares, la population panse ses plaies. Une nuit, les registres de l'Inquisition disparaissent de la maison de saint Dominique et leur gardien Jehaud la Taupe est tué. Le jeune Martin se voit accusé du double crime.
    De mensonge en complot, de disparition en assassinat, la famille Unardi va devoir lutter pour survivre.
    Pourquoi le voleur a-t-il pris la peine de tueur un vieil aveugle ? Pourquoi étrangle-t-on une femme qui avait fait voeu de silence et qui vivait recluse ? Quels mystères recèlent les souterrains de l'église de la Daurade ? Autant de questions auxquelles les Unardi devront répondre s'ils veulent échapper au bûcher.

  • Le 16 janvier 1277 arrive à Albi un nouvel évêque : Bernard de Castanet. Colérique, autoritaire, inquisiteur, cruel, Castanet cristallise très vite une forte opposition parmi les plus riches et les plus puissantes familles, opposition encouragée par l'administration royale. Pour contourner la protection royale l'évêque lance de vastes procès en hérésie contre les principaux chefs de famille.
    Il est épaulé par un moine de l'Inquisition, frère Foulques de Saint-Georges, qui apprécie les séances de torture et les belles Albigeoises dont les époux sont en prison.
    Mais les ouailles de l'évêque ne se laissent pas faire. Parmi les rebelles, outre les grands marchands, il y a le beau Matthieu, élevé par un Parfait dans la foi cathare, frère Benoît, un jeune chanoine de Sainte-Cécile qui s'ennuie aux offices, et les enfants du banquier Fenasse. Ils n'ont qu'un but : se débarrasser de Bernard de Castanet et de son âme damnée, l'odieux frère Foulques de Saint-Georges.

    C'est à partir des grands procès de l'Inquisition dans les années 1300 que Bernard Mahoux, historien et romancier, nous raconte, dans le tourbillon des révoltes, des destins exceptionnels.

  • Charles Corvec, condamné à perpétuité pour neuf homicides, sollicite un modeste auteur régional, René Salan, pour qu'il rédige un livre démontrant son innocence.
    Pour René Salan, écrire sur un criminel aussi sulfureux permet d'envisager le carton éditorial... Aux dépens de la mémoire des victimes ? Sur Internet, les documents accusant Corvec foisonnent. Les écrits du prisonnier, eux, clament son innocence... L'auteur interroge sa conscience : quel est son rapport à la mort ? À l'ambition ? Au chagrin ?
    René Salan commence à écrire... à reculons.
    Son épouse tente de le dissuader. Les proches des victimes le menacent.Mais le chemin de René Salan,balisé par un hasard vénéneux, le conduit inexorablement vers Charles Corvec... et peut-être pire encore.

    /> Dans ce roman à la première personne, Daniel Hernandez fait une pause dans sa saga de polars pour s'immerger dans les démons de l'écriture. Inspirée de faits réels, cette fiction est habitée d'une tension puissante et obscure qui ne faiblit jamais.

  • Les morts suspectes se multiplient près des sites cathares de la Haute Vallée de l'Aude. Accidents, meurtres ? Chargé de résoudre ces affaires, Jepe Llense, le commissaire catalan, héros récurrent des polars de Daniel Hernandez, se lance sans le savoir sur les traces d'un criminel aux allures de loup sanguinaire : le condottiere Lupo di Bianca Forza.
    Comment cet être maléfique qui a vécu au temps des Croisades manipule-t-il suspects, victimes et témoins depuis l'au-delà ? Comment ses pièges tendus des siècles auparavant se referment-ils inexorablement dans les années 2000 ? Souffle épique et paysages vertigineux accompagneront le lecteur jusqu'au bout du suspense.
    Daniel Hernandez est l'auteur d'une véritable saga policière qui oscille entre terroir et thriller. Au travers d'ouvrages empreints de ressenti, il témoigne avec virtuosité des paysages, de l'Histoire, de la vie sociale du Languedoc et du Roussillon.

  • Raimon-Roger Trencavel, le jeune vicomte d'Albi, Carcassonne et Béziers, prend peu à peu conscience de l'immense danger que représente l'Église cathare, dans laquelle il a été élevé par les compagnons de son père disparu.
    Après avoir épousé sur un coup de tête la fille du comte de Montpellier, la jeune et jolie Agnès, Raimon-Roger cherche des alliances. Mais ni le roi de France ni le roi d'Aragon ne veulent le prendre sous leur aile tant qu'il n'aura pas détruit par le fer et le feu l'Église cathare. Il ne peut non plus se confier à son oncle, le comte de Toulouse, parce que celui-ci veut profiter de la menace romaine pour mettre la main sur ses vicomtés.
    Pierre de Castelnau, légat brutal envoyé par Rome, s'attire l'hostilité de tout le Languedoc et périt sous la lance d'un chevalier provençal. Le pape Innocent III se sert de ce meurtre pour obtenir du roi de France le lancement d'une croisade armée contre les seigneurs du Midi.
    Et c'est bien seul que le jeune vicomte va affronter les impitoyables cavaliers de l'Apocalypse.

    Avec un grand souci historique et une belle inspiration romanesque Bernard Mahoux, historien et romancier, déroule sous nos yeux l'incroyable guerre entre le fanatisme et la tolérance qui a ravagé les pays d'oc au XIIIe siècle.

  • Quand le jeune médecin Charles-Auguste de Malepère soigne un soir de décembre 1664 à Montpellier un certain Pierre-Paul Riquet, il est loin de se douter que cette rencontre va être déterminante et que son avenir en sera bouleversé.
    Un avenir, en compagnie de ce génial inventeur, qui l'entrainera de Montpellier à Castres, de la Montagne Noire à la plaine du Lauragais, de Toulouse à Sète et de la Cour des Miracles à Versailles, à vivre une véritable Odyssée. Et aussi, inhérent à la recherche d'un fabuleux diamant, « le dix-neuvième mazarin », la possibilité pour lui de rencontrer la femme de sa vie et de pouvoir enfin venger la mort de son père.
    Un roman épique à la trame historique, qui vous mènera, cher lecteur, dans le Grand siècle, celui de Louis XIV et dans l'ombre et les pas d'un médecin de l'époque, sur les deux rives des eaux vertes de ce somptueux et merveilleux Canal du Midi.

  • Le sel de la vie.
    Voilà bien l'une des plus belles expressions de la langue française pour évoquer le plaisir en si peu de mots. On peut être explicite, économiser la langue, celle qui mélange les saveurs les plus exquises aux plus fragiles : la jouissance, la conscience d'être, la lenteur d'un instant d'exception, le goût des autres et de soi.
    Le sel de la vie.
    Si je m'étais attendu à ça...

    Dans quelques instants, ils vont se retrouver à Sète.
    Romancier anglais, Simon est devenu aveugle.
    Sophie travaille dans le monde de l'édition.
    Leur terrain de jeu va être celui des mots...

  • Vendémiaire, Brumaire, Frimaire... S'écoulent des mois républicains, des années tourmentées. Daniel Vidal, jeune médecin, les traverse de son mieux, espérant devenir enfin, aux yeux de la République, un Français de confession juive plutôt qu'un Juif de France.
    Il s'installe à Montpellier. Se marie avec Rebecca mais aime Marie. La silencieuse, la mystérieuse, l'insaisissable...
    Des cadavres mutilés apparaissent de loin en loin... La bête du Gévaudan est encore dans toutes les têtes... Le Chevalier sans Peur, hors-la-loi sanguinaire, multiplie les exactions...
    Nommé expert légiste, Daniel est amené à côtoyer le juge Joseph Durand chargé d'élucider ces affaires. Mais, les deux hommes, obsédés par leur passé, se perdent dans d'autres enquêtes. Ne cachent-ils pas eux-mêmes de lourds secrets ?

    Dans Tu ne te vengeras point, Véronique Chouraqui peint une fresque historique ardente, hyperréaliste et documentée, parfois nimbée de sortilèges. Une ombre rôde le long de cette intrigue digne de Dumas que sert un style lyrique et pourtant chirurgical.

  • L'An de Grâce 1305, dans le Midi
    Le jeune Guillaume de Blanchefort rêve de devenir chevalier du Temple, un fier templier qui dédiera sa vie au Christ. Il chevauche donc jusqu'à la commanderie de Montsaunes où il est attendu par le Commandeur Godefroy, qui doit l'admettre dans l'Ordre.
    Mais Guillaume, après sa rencontre avec la belle Alissende - promise à Évrard de Revel, un jeune noble cynique et cruel - voit ses certitudes mises à mal. L'amour aura-t-il raison de sa foi ? Survivra-t-il aux pièges tendus par Évrard ?

    À travers l'histoire tumultueuse de ce chevalier torturé, Florence Ferrari décrit les balbutiements de l'Ordre qui, à partir de la perte de Saint-Jean d'Acre en 1291, ne cesse de décliner. Dans Le Chevalier du Temple, le lecteur assistera impuissant aux persécutions subies par les templiers : les arrestations dans les commanderies, la torture puis, parfois, le bûcher, comme pour les hérétiques cathares.

  • Un samedi matin de juin, dans une belle résidence, Paul de Montfort, à peine la quarantaine, s'éteint brutalement suite à une attaque cardiaque foudroyante. Agnès, sa veuve, est inconsolable.
    Trois mois plus tard, Marcel Meynadier, un gendarme un peu candide, rend visite à un collègue de la Brigade de Recherches de la gendarmerie de Béziers et lui livre les confidences d'Adrien, père de Paul de Montfort : son fils aurait été assassiné par sa belle-fille, Agnès ! De prime abord, l'enquêteur n'en croit pas un mot mais, après quelques vérifications, il se pourrait que cette affaire ait été trop rapidement classée...
    Le gendarme biterrois ne sait pas encore qu'il a mis les pieds dans l'organisation secrète des francs-maçons, où nombre de ses supérieurs hiérarchiques gravitent. Les investigations promettent d'être difficiles...

  • À force de lire des livres de chevalerie, Don Quichotte s'est fait chevalier. À force de lire les biographies et les oeuvres des poètes occitans du treizième siècle, Fernand s'est rêvé troubadour.
    Il a même trouvé sa Dulcinée dans l'épicerie de Massan et il va lui faire la cour en s'appliquant à respecter toutes les règles de l'amour courtois.
    Est-ce folie ou sagesse ?
    Ouvrier agricole, vivant seul avec sa mère, condamné à une existence misérable et sans espoir, le voilà autoproclamé dernier troubadour d'Occitanie et soupirant de la plus belle, de la plus pure Dame de la région.
    Bien sûr, il va se heurter aux jaloux, aux médisants, à tous ceux qui vivent dans la réalité et qui ne peuvent évidemment pas le comprendre.

    Une histoire originale et joyeuse, menée de main de maître par Jean Pierre Grotti qui signe là un très beau roman.

  • Colomba, pauvresse devenue servante, vit à la fois le sort d'une femme ordinaire au Moyen Âge et une exceptionnelle ascension sociale, aventures incroyables dans un monde troublé de guerres et de croisades. Elle côtoie Azalaïs de Burlatz, la Dame de Toulouse, avec sa Cour et accède à la poésie amoureuse courtoise. On la suit dans les péripéties d'une femme de son temps, amour et maternité, rencontres avec amis et amants, fréquentation de poètes, hommes et femmes comme Raimon de Miraval et Azalaïs de Porcairagues.
    Porté par le désir et l'énergie de Colomba, l'auteur fait partager les états d'âme de l'héroïne et entraîne le lecteur en aventures, moments graves ou festifs ainsi que chevauchées depuis la haute Ariège et la vallée de l'Aude jusqu'à Toulouse, Carcassonne, Béziers, Montpellier et même la Catalogne. De quoi revivre la grande richesse de l'histoire occitane et européenne d'alors.

    Comme Les Dames et les aventures du troubadour Raimon de Miraval et La Dame de Toulouse, Azalaïs de Burlatz, ce livre se lit d'un souffle et nous propulse au Moyen-Âge comme si l'on y était.

  • Au bord d'une paisible bourgade languedocienne, Marcel Montségur, un paysan veuf replié sur son glorieux passé de vigneron rebelle, vit dans sa campagne en compagnie de six poules rousses et de Troumpéto, un coq ponctuel et consciencieux.
    Cette existence sereine et sans surprise va être brutalement troublée par la construction d'un lotissement privé, Le Soleil d'Occitanie.
    Deux mondes, celui des indigènes et celui des nouveaux venus, vont alors se côtoyer sans se rencontrer, avant de s'affronter au sujet de Troumpéto dont les cocoricos autant retentissants que matinaux exaspèrent les propriétaires des pavillons voisins.

    À travers ce fait divers malheureusement emprunté à la réalité, Jean-Pierre Grotti décrit avec un peu de nostalgie et beaucoup de sensibilité la perte de l'identité et du savoir-vivre de tous les villages de France, de Navarre et d'Occitanie submergés par le déferlement inexorable des vagues de citadins.

  • La dame de Toulouse

    Francis Pornon

    Azalaïs de Burlatz, une des premières femmes « li­bérées », a marqué son temps à la fin du XIIe siècle, une période où les grands seigneurs se disputaient les terres du Sud. Indépendante malgré ses charges - fille du comte Raimon V et épouse du vicomte de Carcassonne Rogier II - elle fut la protectrice des poètes-chanteurs (troubadours) et vécut des aventures romantiques, notamment avec le roi d'Aragon Alfonso II.
    Porté par l'énergie et le désir d'Azalaïs, l'auteur fait partager les états d'âme de son héroïne et entraîne le lecteur en aventures, moments graves ou festifs ainsi que chevauchées depuis Toulouse vers Albi et le Tarn, Carcassonne et l'Aude, le Languedoc et la Catalogne jusqu'à Barcelone, et même Saragosse. De quoi revivre la grande richesse de l'histoire occitane et européenne d'alors !
    Un roman qui se lit d'un souffle et nous propulse au Moyen-Âge comme si l'on y était.

  • Occitanie, fin du XIIIe siècle
    Du haut de son promontoire albigeois, face à l'horizon lointain où se dessinent le pays de Cordes et des Causses, Tancrède relit la lettre posthume de son père. Et les larmes lui montent une nouvelle fois aux yeux.
    Fils d'Enguerrand, riche propriétaire du domaine de Marhaba, sa destinée était toute tracée : il reprendra l'affaire familiale et la fera prospérer. Mais c'était oublier son irrépressible soif de savoir, son ardent désir de liberté.
    De l'abbaye de Saint-Michel de Gaillac à l'université de Toulouse, en passant par la célèbre faculté de médecine de Montpellier, il ne souhaite qu'explorer ce monde occitan en pleine mutation, encore traumatisé par la Croisade des albigeois et par l'Inquisition.

    /> Dans ce premier roman d'une grande sensibilité, Patrice Salerno, à travers le rite initiatique du jeune Tancrède, met en lumière les interrogations d'une société en plein bouleversement, meurtrie par les vicissitudes de l'Histoire.

  • Sylvain Vernières, heureux propriétaire du Clos du Diable, vaste domaine dont il a hérité situé dans l'arrière-pays héraultais, est un homme comblé ! Il est marié avec la ravissante Maryline, leur union a eu pour fruit Florence - le rayon de soleil qui illumine leur quotidien - et il vient de se lancer dans sa prime passion, la restauration. Aucune ombre ne pourrait ternir l'éclat de son bonheur.
    Sauf qu'un jour pourtant paisible, un lendemain d'orages violents, le fleuve Hérault, à proximité du pont du Diable, emporte dans ses flots tumultueux l'amour de sa vie.
    Comment Sylvain pourrait-il se remettre d'un tel drame, lui qui a déjà dû composer sa vie durant avec sa condition d'orphelin ?
    Avec Le Clos du Diable, Claude-Rose et Lucien-Guy Touati signent un roman d'une grande sensibilité. Ils mettent en lumière toute la richesse du terroir héraultais tout en lançant un vrai cri d'espoir à ceux qui pensent que la vie ne vaut plus la peine d'être vécue.

  • Adélaïde, soeur cadette du très influent Comte d'Anjou Geoffroy, est appelée, par un jeu d'alliance politique, à faire un mariage stratégique pour consolider la place du lignage des Ingelgeriens à la table des puissants. Elle est promise à l'impitoyable Comte de Toulouse, Raymond, un homme cultivé, mais rongé par les démons de la culpabilité, le rendant ainsi violent et totalement imprévisible. Mais la jeune femme a du répondant : elle est connue pour être, elle aussi, d'un caractère retors, à la limite de l'effronterie.
    Ce rapprochement entre les deux familles est on ne peut plus important, car, en face, un bloc redoutable s'est formé : Guillaume de Poitiers, Duc d'Aquitaine, et son beau-frère Hugues Capet, Duc des Francs, ont fait alliance et encerclent les possessions de Raymond de Toulouse et de Geoffroy d'Anjou.
    Les deux jeunes esprits rebelles parviendront-ils à s'apprivoiser ? Rien n'est moins sûr...

    Avec Adélaïde et le comte de Toulouse, premier tome d'une saga consacrée à Adélaïde d'Anjou, Annick Miro, agrégée d'Histoire, et spécialiste du Haut Moyen-Âge, signe un roman historique d'une grande force émotionnelle, servi par une érudition rare.

  • Charlotte de Calvière, riche héritière, est une jeune fille au destin tragique : elle a perdu ses parents alors qu'elle n'avait même pas six ans. À onze ans, après de longues années d'une tristesse sans fond passées au couvent des Ursulines, elle est confiée à Antoine et à Marthe, son oncle et sa tante, et commence enfin à reprendre espoir en la vie.
    Mais il était écrit que Charlotte ne connaîtrait pas la paix : de Toulouse à Narbonne, de Carcassonne à Béziers, de Montpellier à Rodez, il se murmure que l'orpheline serait l'heureuse bénéficiaire d'une immense dot. À partir de là, une nuée de prétendants afflue au manoir de la famille pour demander la main de la jeune femme. Parmi eux, les Du Bosc se montrent les plus insistants, quitte à passer pour des loups à longs crocs.
    Le chef de famille, le Vicomte Gaspard Du Bosc, est prêt à tout pour marier son fils unique Fulcrand, un garçon gauche et lourdaud, à la pauvre Charlotte. Il préparerait même une action spectaculaire...

    Avec La Captive amoureuse, Gérard Hubert-Richou signe un roman historique totalement maitrisé. Tiré d'une histoire vraie - exhumée d'archives - le lecteur terminera déboussolé par la conclusion inattendue de ce fait-divers languedocien.

  • Perpignan, de nos jours. Lors d'une conférence, Marc Barzan, professeur de Littérature, fait une étonnante révélation au sujet de La Vénus d'Ille, célèbre nouvelle fantastique publiée par Prosper Mérimée en 1837. Peu après, l'enseignant est abusé par une troublante jeune femme qui lui dérobe les documents à l'origine de sa découverte. Quelques jours plus tard, elle est retrouvée morte. Avant d'expirer, elle a pu rédiger un curieux message en lettres de sang, comme une énigme à résoudre. Chargée de l'enquête, la commissaire Laura Verne sollicite l'aide de l'universitaire pour comprendre ce à quoi elle a affaire. Alors que le mystère s'épaissit, les cadavres s'accumulent et le voile se lève sur une guerre invisible entre deux groupes occultes poursuivant le même but : percer un secret millénaire qui semble reposer quelque part dans le massif du Canigou. Et dont le dévoilement va amener Laura et Marc à la lisière du monde connu.

  • Oublié par ses enfants dans une maison de retraite, Victor se repaît de souvenirs de son enfance occitane et de faux espoirs de retour à Massan, son village natal.
    Quittée par son compagnon, totalement démunie, Isabelle vit son installation chez sa mère comme l'ultime échec d'une existence ratée.
    Ces deux êtres abandonnés au bord du chemin vont se rencontrer puis, peu à peu, de confidences en confidences, de secrets de familles dévoilés en intimité de couple révélée, apprendre à se connaître et à se faire confiance.
    Mieux, ils vont puiser dans cette belle relation qui s'épanouit entre eux, et trouver la force de reprendre leur vie en main et de se dessiner enfin l'avenir qu'ils désirent.

    À travers des personnages émouvants et riches ainsi que des descriptions somptueuses, Jean Pierre Grotti nous livre une fois encore une histoire superbe pleine de tendresse et d'humanité.

empty