Arts et spectacles

  • La forme " tableau " correspondrait à un moment déterminé dans l'histoire de la peinture et de l'art en général. Un moment chronologique : l'apparition du tableau dit de chevalet est assez précisément datée, ainsi que le serait l'annonce de sa fin. Un moment historique : le tableau semble être venu à son heure, laquelle a coïncidé avec le développement du commerce au long cours, l'accumulation du capital et la domination de la marchandise sous son espèce indépendante et fétichisée. [...] Telle est la ruse du tableau qu'aujourd'hui encore, toute proposition picturale de quelque conséquence puisse être comme traversée par lui. Le tableau n'en a pas fini de fonctionner tout ensemble comme modèle et comme norme idéale, alors même que la notion en aurait été, non pas tant récusée, que radicalement déplacée. [...] Le tableau, chose du passé ? Mais quel tableau, ou le tableau en quel sens du mot ? Le tableau en tant qu'objet ? Le tableau en tant qu'activité, et qui en appellerait à ce titre à une conception élargie du travail de peinture ? Le tableau en tant que fonction, comme l'a voulu Lacan, et qui pourrait s'exercer hors contexte, sinon hors-cadre ? Le tableau en tant que forme, sur laquelle la pensée puisse tabler, au moins par métaphore, dans sa propre activité, ses propres opérations, son propre travail, et jusqu'à en venir à jouer elle-même sur plusieurs tableaux ? La question qui est celle du tableau en appelle ainsi à quelques détours, sinon à quelques déplacements auxquels est exposé tout un chacun qui s'intéresse à l'art. H. D.

  • A mi-chemin entre l'hommage et la satire, à la fois proche et lointain de " l'homme Léonard " de Freud, Hubert Damisch oublie " l'homme Piero " pour analyser une œuvre d'art construire comme un souvenir d'enfance qui met en scène la plus vieille question de l'humanité : d'où venons-nous ? Et, d'abord, d'où viennent les enfants ? De la légende d'Œdipe au mystère chrétien de l'Incarnation, d'innombrables mythes racontent l'énigme de la conception et de la naissance comme un récit des origines de la mémoire humaine.
    Pour dire Un souvenir d'enfance par (et non de) Piero della Francesca, Hubert Damish envisage une fresque au motif singulier : la Vierge, vêtue d'une longue robe bleue déboutonnée sur le devant et les côtés, a la main gauche posée sur la hanche ; des doigts de la main droite, elle effleure la longue fente qui s'ouvre sur un ventre bombé.
    Ce geste sans exemple est celui de la Madonna del parto de Monterchi, non loin de Borgo San Sepolcro où Piero naît en 1406.
    L'auteur nous invite à le suivre dans le silence de cette chapelle toscane.
    A la compréhension historique de la " Vierge de l'enfantement " dans l'œuvre d'un Piero à la fois peintre et mathématicien, alliant l'intuition au concept, Hubert Damisch joint une dimension anthropologique. Par-delà la fiction sacrée du mystère chrétien, l'image de cette vierge entrevue n'a rien perdu de ses pouvoirs : elle renoue avec la mémoire archaïque de la " toujours jeune humanité ".

  • L'existence d'Alix Cléo Roubaud (1952-1983) fut d'une exceptionnelle intensité. Photographe, écrivain, complice de son époux Jacques Roubaud, amie du cinéaste Jean Eustache, elle a laissé une oeuvre intime et profonde.Après les trente ans qui ont suivi sa brusque disparition, ses photographies sont désormais conservées et exposées dans de grands musées. Mais un pan entier de son travail d'écrivain demeurait oublié. Ce livre se fonde sur plus de six cents photographies inédites - dont une cinquantaine reproduite dans cet ouvrage -, des centaines de lettres et d'écrits pour éclairer la vie intime d'Alix Cléo Roubaud et la force de sa conception de la photographie. Malgré l'importance de ses archives, certains mystères persistent. Restituer cette vie fulgurante, découvrir ces images, pose aussi la question de la mémoire et de ses oublis.Jacques Roubaud écrit dans sa postface : « Ce livre n'ignore pas la dimension autobiographique de l'oeuvre d'Alix Cléo Roubaud, mais il relativise son importance. Le chapitre qu'Hélène Giannecchini consacre à l'étude poussée d'une des photographies conservées, Quinze minutes la nuit au rythme de la respiration, constitue, je pense, l'illustration la plus accomplie de la richesse de sa démarche. »

  • C'est en 1946, dans un film d'Orson Welles, qu'apparaissent pour la première fois dans le cinéma commercial des images de la barbarie concentrationnaire nazie.
    Il faudra attendre Shoah de Claude Lanzmann, en 1985, pour que se fasse jour une nouvelle façon d'user de la caméra comme de l'instrument même de la prise de parole.
    A travers une suite d'essais comparatifs dont le champ va s'étendant aux autres arts, à commencer par la peinture, Hubert Damisch s'emploie à montrer comment le cinéma ne sera enfin devenu parlant qu'en passant par ce qui prend ici le nom de "montage du désastre".
    Mais comment parler de montage, comment parler d'"images", là où l'excès, le débord du réel sur toute visée représentative ou documentaire est à ce point abyssal?
    Hubert Damisch a enseigné pendant trente ans à l'Ecole des hautes études en sciences sociales. En 1997, il a publié dans la même collection Un Souvenir d'enfance de Piero della Francesca.

  • Quand mon frère et moi nous disons que pour faire un film à deux il faut que nous désirions faire le même film, il me semble que cela veut dire que tous les deux nous atteignons cet état où nous sommes hantés par les mêmes images lointaines qui s'éveillent en nous [...] dont nous ne parlons pas mais qui surgissent de notre enfance partagée. Ce ne sont pas des images mais plutôt des phantasmes, des bribes de scénario enfouis qui reviennent et nous attirent.Qu'est-ce qu'un père, une mère, un fils, une fille ? Qu'est-ce qu'un individu qui ne serait ni père, ni mère, ni fils, ni fille ? Est-ce pensable ? Après le nazisme et le communisme réel qui voulurent remplacer le lien généalogique par la soumission au Maître ou au Parti et avec le consumérisme contemporain qui starifie l'individu sans lien, c'est une question qui n'est pas insignifiante.« Indignez-vous ! » dit-il, « Indignez-vous ! » Le problème est que l'indignation est loin d'être libre de préjugés. Seule, elle est aveugle, prête à s'accoupler à n'importe quelle colère.Comme les événements télévisuels, beaucoup de films sont mis en scène pour être filmés.Le film Shoah de Claude Lanzmann empêchera peut-être que les humains des siècles à venir ne confondent Auschwitz avec Pompéi.Londres pour une rétrospective de nos films. Un critique nous a dit : « En tant que spectateur de vos films, j'ai toujours le sentiment d'avoir raté quelque chose, d'être arrivé trop tard dans la salle. » Nous l'avons remercié pour ce compliment.L. D.Jean-Pierre et Luc Dardenne sont cinéastes. Ils ont obtenu deux fois la Palme d'or au festival de Cannes (en 1999 pour Rosetta, en 2005 pour L'Enfant). Luc Dardenne a publié, en 2005, Au dos de nos images I (1991-2005) et, en 2012, Sur l'affaire humaine au Seuil, dans « La Librairie du XXIe siècle ».

empty