Seuil

  • « L´année dernière, confie Woody Allen, j´ai eu des problèmes avec le fisc. Sur ma déclaration d´impôt, j´ai essayé de faire passer mes notes de psychiatre en frais professionnels. Mais l´administration a dit que ça faisait partie des loisirs. On est arrivé à un compromis et on a fait passer ça en dons caritatifs. » Sur le chemin accidenté de la vie, Woody Allen peut accompagner chacun tel un chaleureux complice, un guide et un initiateur. Une occasion d´explorer quelques thèmes communs au réalisateur et à la psychanalyse : l´angoisse, l´identité et le changement, le pouvoir de la parole.

    « Et pour finir, conclut Allen, j´aimerais avoir un message un peu positif à vous transmettre... Je n´en ai pas... Est-ce que deux messages négatifs, ça vous irait ? »

  • Embauché en 2008 dans l'équipe de la matinale de France Inter, le portraitiste et chroniqueur « préféré des Français » est brutalement licencié le 23 juin 2010. Au-delà des pressions, des trahisons et des jeux de pouvoir, il raconte le quotidien d'une grande station publique française soumise pour la première fois de son histoire à la mainmise directe de l'Etat.

  • « Je veux rire, une fois encore, de nos délires ensemble. Sur les chemises bicolores. Sur Twin Peaks, sur Urgences. Sur les vaches. Sur tant d'histoires qui n'avaient pas forcément de rapport avec la télé parle de tout et de n'importe quoi (surtout de n'importe quoi). Oui, je pense à vous. Chacun se battant dans sa vie, pour sa vie. Contre la bêtise et le mensonge, contre tout ce qui manipule et avilit. Mais je n'ai pas envie de sortir les grands mots. Ça ne vous ressemble pas, les grands mots. Je vous vois au quotidien. Dans le jardin, au soleil. Dans les manifs. Les bagarres. Les fêtes avec les amis. Pas les grands mots, non. Les balades au bord de la mer. Le chat qui plisse les yeux sous la lampe. Les confidences et les secrets. Un livre qui fait vivre. Une vieille chanson qui se réveille dans la tête. Le plaisir tout bête de rigoler d'un taré à la télé... »

  • Tout le monde le sait : la soupe fait grandir, le rouge excite les taureaux, le soleil se lèvre à l'est... ou est-ce l'inverse ?Entre réponses toutes faites et croyances bien ancrées, les idées reçues ont envahi nos conversations. Vraies ou fausses, souvent drôles et improbables, elles sont si répandues que nul ne songerait à les remettre en question.Et pourtant, pourquoi ne réveillerait-on pas un somnambule ? Qui nous dit que, une fois réveillé, l'endormi deviendra dangereux ? Ne serait-ce qu'un bruit qui court ? Alors n'ayons pas peur, traquons le préjugé, questionnons les évidences, arrachons le somnambule à son sommeil - et la pensée à sa torpeur confortable. Une entreprise salutaire menée avec un humour décapant.Philosophes de formation, Sophie Fromager et Patricia Laporte-Muller ont notamment publié le Cahier de vacances philo (CNRS Éditions, 2008), qui a connu un très grand succès.

empty