Arts et spectacles

  • Ce n'est pas d'hier que la danse et les arts visuels se côtoient sur des terrains communs ou composent, par différents métissages, des oeuvres transdisciplinaires faisant appel à leurs champs de compétences respectifs. Aujourd'hui encore, le foisonnement des collaborations interdisciplinaires fait état d'un intérêt renouvelé pour les pratiques hybrides. Dans ces oeuvres, du moins celles qui nous intéressent ici, il ne s'agit pas simplement de traverser, voire d'investir l'espace d'accueil propre à chacun en présen¬tant des chorégraphies dans des musées ou en utilisant des oeuvres d'art comme éléments de décor d'une oeuvre scénique. Il est plutôt question, pour les artistes, danseurs et chorégraphes, de réfléchir aux différentes formes de collaboration qui leur permettent de mener leurs pratiques vers d'autres horizons. C'est dans cette optique que nous avons voulu aborder le présent dossier, en observant la danse contemporaine et ses rencontres avec les arts, avec la performance, de même qu'avec le théâtre, le cirque et le cabaret.

  • Au cours des dernières décennies, de nombreuses pratiques artistiques ont repensé le rapport entre l'oeuvre et l'exposition en travaillant celle-ci comme un médium ou comme un dispositif. Il en résulte une multiplication des façons de gérer ou de s'approprier l'espace muséal, par l'exploration de nouveaux formats ou de nouvelles modalités. Libérée de la simple monstration, l'exposition est devenue une oeuvre en soi. Ce numéro s'intéresse donc particulièrement aux artistes et aux commissaires qui oeuvrent en commun pour repousser les limites de l'exposition et offrir aux spectateurs une tout autre expérience. En complément du dossier, esse publie un spécial Québec à la Biennale de Venise (BGL, Jean-Pierre Aubé, Simon Bilodeau et Guillaume Lachapelle) et à la Biennale de La Havane (Stéphane Gilot).

  • Le dossier Indignation se veut d'abord l'écho des bouleversements sociaux et politiques qui ont pris forme depuis 2011 et que rien, d'ailleurs, ne semble vouloir essouffler. Dans ce contexte comment les artistes s'indignent-ils ? Si certains d'entre eux décident, de façon ponctuelle ou récurrente, d'exprimer leur indignation par le truchement de l'art, d'autres choisissent surtout l'action politique et prennent part aux manifestations populaires. Ce numéro s'attarde aux différents motifs d'indignation et aux stratégies employées par les artistes et les citoyens pour signifier leur mécontentement. La seconde partie du numéro présente plusieurs comptes rendus d'expositions et événements présentés sur la scène internationale.

  • Pour souligner son 30ième anniversaire, esse a délaissé l'habituel dossier thématique pour donner carte blanche à quelques auteurs invités à poser un regard sur des oeuvres ou des pratiques qui ont particulièrement retenu leur attention au 21e siècle. Se distinguant toutefois d'un palmarès des meilleures oeuvres de la dernière décennie, l'ensemble des textes permet plutôt de constater à quel point les voix et les formes d'écriture sur l'art sont aujourd'hui plurielles, à l'instar des pratiques dont elles soulignent la pertinence. Ce numéro propose donc un portrait éclaté de l'art et de la critique d'art qui se pratiquent en 2014, une aventure en images et en mots, un bref mais palpitant voyage dans l'univers d'une douzaine de commissaires.

empty