Littérature générale

  • Nouvelle édition de ce parcours pédagogique à travers l'histoire et les formes des diverses utopies : le travail et les loisirs ; l'éducation, la famille et les relations amoureuses ; la ville et l'architecture, l'uchronie et la S.-F.
    C'est avec la publication de L'Utopie de Thomas More en 1516 que le mot se répand et que naît un genre littéraire associant critique sociale et description d'une " société heureuse ". L'utopie n'est pas une anticipation, mais un présent qui mise sur le bonheur, l'équité, l'abondance et le respect de chacun. Thierry Paquot explore diverses utopies écrites ou expérimentées qui se sont succédé depuis le XVIe siècle, en privilégiant certains thèmes : le travail et les loisirs, l'éducation, la famille et les relations amoureuses, la ville et l'architecture. L'utopie s'enrichit au XIXe siècle de l'uchronie, puis de la science-fiction, pour proposer de nouvelles alternatives à la " société de consommation ". L'utopie contient le pire et le meilleur, elle se révèle parfois autoritaire, totalitaire, culpabilisatrice, triste et uniformisante, tout comme elle peut favoriser le déploiement des désirs, démultiplier les plaisirs, répondre joyeusement aux attentes de ses membres. Ce sont ces paradoxes qu'analyse cet ouvrage documenté à l'écriture directe et passionnée, en s'attardant sur les oeuvres de Thomas More, Francis Bacon, Fénelon, Diderot, Sébastien Mercier, Robert Owen, Saint-Simon, Charles Fourier, Edward Bellamy, William Morris et quelques autres " sublimes rêveurs ".

  • Dès l'Antiquité, la réflexion sur le politique s'articule autour de celle du vivre-ensemble, cherchant à concilier la pluralité des valeurs et des cultures humaines. Depuis 20 ans, la question se pose désormais en termes de multiculturalisme, projet de reconnaissance équitable des différentes cultures dans l'espace public.
    En tant que projet de reconnaissance et de réévaluation des processus de minorisation à l'oeuvre dans la société, le multiculturalisme a été soumis à de rudes critiques ces dernières années. Dans le contexte sécuritaire et répressif de l'après-11 Septembre, sa fin, voire sa mort furent annoncées, y compris par des gouvernements qui ne l'ont jamais expérimenté. Pourtant, les enjeux qu'il revêt demeurent toujours d'une grande actualité : comment vivre ensemble, comment " faire société " ? Faut-il araser ou consacrer les différences ? Comment penser l'altérité à l'aune des questions fondamentales d'égalité et de justice sociale ? Ce sont ces champs problématiques que l'ouvrage propose d'explorer au prisme de débats philosophiques, d'une étude historique de l'intégration et de la citoyenneté, de l'examen critique des politiques nationales, à l'intersection d'une valorisation proclamée de la diversité et du renouvellement des processus de racisation et d'exclusion sociale.

  • Les rapports entre les entreprises et la société constituent un champ peu pris en compte par les sciences sociales. Pourtant notre vie quotidienne est largement déterminée par ce que font - ou ne font pas - les entreprises. Il s'agit d'appréhender leurs activités sous l'angle des responsabilités qui en résultent, sous forme d'un Manuel, aussi exhaustif que possible, des problématiques de la RSE..
    Les rapports entre les entreprises et la société constituent un champ qui a été peu pris en compte par les sciences sociales. Pourtant, la vie quotidienne est largement déterminée par ce que font - ou ne font pas - les entreprises. Acteurs économiques omniprésents, elles jouent également un rôle de plus en plus important dans la vie de la Cité. L'observation et l'analyse de ces rapports, tant du point de vue de la société que de l'entreprise, s'imposent dans un contexte de mutations profondes des cadres de vie et d'évolution des systèmes économiques.
    Les auteurs portent ce double regard en appréhendant les activités des entreprises sous l'angle des responsabilités qui en résultent. Ils scrutent les attentes de la société et les modes de réaction des entreprises à travers une vision sociohistorique qui en éclaire les déterminants.
    Face à l'approche managériale de la responsabilité sociale de l'entreprise (RSE), ils développent l'idée d'une " redevabilité " des entreprises envers la société résultant de leurs impacts sur l'environnement naturel et humain et des ressources qu'elles s'y procurent. Leur réflexion débouche sur des interrogations sur le sens, la nature, le rôle et le pouvoir de l'entreprise dans la société d'aujourd'hui.
    Cet ouvrage a été labellisé par le collège de labellisation de la FNEGE.

empty