IRD Éditions

  • L'engagement pris par 147 chefs d'État d'accorder un « soutien indéfectible » à la réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) a eu un impact fort sur la structuration de l'aide, sur la définition des politiques promues et sur leur mise en oeuvre par les gouvernements des pays du Sud depuis dix ans. Mais quel en a été l'impact sur le développement des pays concernés et quelle distance reste-t-il à parcourir pour que les OMD soient atteints à l'échéance de 2015 ? Cet ouvrage propose un bilan à mi-parcours de l'état de réalisation des cinq premiers objectifs pour Madagascar. Outre un diagnostic chiffré des évolutions récentes observées en matière de pauvreté, de scolarisation, de santé ou encore d'égalité des sexes, il présence les résultats de recherches originales sur des thématiques aussi diverses que la demande d'éducation, les discriminations, la fécondité, l'occupation spatiale du territoire... Au travers d'analyses minutieuses d'économistes, de démographes, d'agronomes et de géographes, les facteurs de blocage susceptibles de freiner la marche de Madagascar vers la réalisation des OMD sont mis en lumière. Il est aujourd'hui certain que les OMD ne pourront pas être atteints en 2012, en partie du fait de la crise politique qui sévit à Madagascar depuis le début de l'année 2009. Mais en adoptant une perspective de long terme, ce livre apporte des éléments concerts, utiles pour la mise en place de politiques de lutte contre la pauvreté et la conduite d'actions de développement, dont il faudra tenir compte une fois la crise résolue.

  • Depuis plusieurs décennies, sous l'effet du défrichement, du surpâturage et de la pression démographique, les milieux naturels et les aires cultivées des régions semi-arides sont soumis à d'importantes dégradations. Malgré la mise en oeuvre des grands projets de lutte antiérosive depuis les années 1950, les espaces ruraux nord-africains ont notamment connu d'importantes baisses de productivité accompagnées d'une augmentation du risque de ruissellement et d'érosion des versants. Devant ce constat et face à la nécessité d'optimiser concrètement la gestion de l'eau et de restaurer la fertilité des terres, l'amélioration des techniques traditionnelles est la voie recommandée dans cet ouvrage pour mettre en oeuvre des projets intégrés de développement en milieu rural. Soutenue par le réseau érosion de l'AUF, l'équipe franco-marocaine de géographes, d'agronomes et de forestiers réunie pour cet ouvrage a analysé une trentaine de techniques traditionnelles de gestion de l'eau et des sols au Maroc. Testées dans différentes zones agro-écologiques et en tenant compte des facteurs économiques et humains, les techniques paysannes de lutte antiérosive sont présentées et commentées à la lumière des derniers acquis scientifiques. À partir de ces expériences, l'ouvrage propose des combinaisons de techniques traditionnelles de gestion des sols, optimisées et adaptées aux conditions locales. Il s'adresse aux enseignants, aux étudiants et aux chercheurs, mais également aux ONG et aux décideurs en charge des programmes de développement rural au Maghreb et dans les régions semi-arides.

  • C'est après la Seconde Guerre mondiale que la recherche française sur les pays tropicaux se structure selon un nouveau dispositif institutionnel. Dès 1946, Madagascar fait partie des pays précurseurs disposant d'un centre de recherche (PIRSM, Institut de recherche scientifique de Madagascar), de moyens logistiques et humains pour mener à bien ses objectifs scientifiques et de développement. Depuis, l'IRSM a été intégré à l'Orstom (Office de la recherche scientifique et technique outre-mer), devenu IRD (Institut de recherche pour le développement) en 1998, et le partenariat avec les chercheurs et universitaires nationaux s'est considérablement élargi. À travers différents parcours de recherche, cet ouvrage dresse, soixante-cinq ans plus tard, un bilan du chemin parcouru et dessine un panorama de l'évolution des connaissances dans les principaux domaines investis par l'IRD et ses partenaires : géographie, anthropologie, économie, démographie, santé, hydrologie, pédologie, minéralogie, océanographie, botanique et travaux sur les substances naturelles. Ainsi, des acteurs malgaches et français de la recherche nous livrent leur vision de l'évolution de leurs disciplines et nous présentent les modalités scientifiques et institutionnelles de leur collaboration. La production scientifique analysée permet par ailleurs de redonner vie à des travaux anciens peu accessibles. Outre les bibliographies propres à chaque chapitre, l'ouvrage est accompagné d'un DVD comprenant plus de 3 000 références issues de la base documentaire Horizon Pleins Textes de l'IRD, dont 1 800 disponibles en version intégrale (fichiers PDF) couvrant la majeure partie des travaux réalisés à Madagascar par l'IRD et ses partenaires malgaches.

  • L'initiative de la Grande Muraille Verte (GMV), projet transcontinental, est une réponse de l'Afrique à la désertification, à la pauvreté et au changement climatique. Elle repose sur une approche concertée, multisectorielle, mettant en synergie des actions de lutte contre ces trois fléaux majeurs pour le continent africain. La particularité de la GMV est, tout en créant et consolidant une ligne de défense par des activités de reboisement et d'aménagement, de contribuer efficacement au développement intégré des zones rurales et d'aider à la lutte contre la pauvreté dans le cadre d'un développement durable. Il s'agit de l'installation et de la mise en valeur intégrée d'espèces végétales à valeur économique adaptées aux terres arides et aux particularités locales, de bassins de rétention, de systèmes de production agricoles et autres activités génératrices de revenus. La GMV intègre ainsi plusieurs systèmes des plantations artificielles anciennes ou nouvelles, des unités agro-sylvo-pastorales. Des zones de parcours villageoises ou intercommunautaires, des parcs animaliers, des réserves communautaires et des couloirs de migration de faune. Cet édifice transcontinental est une référence de modèle d'intégration sous-régional mettant en exergue une initiative originale initiée par des pays fortement assujettis aux phénomènes de désertification et de changement climatique Il constitue un Modèle Multisectoriel de Développement Intégré des Zones Andes (MDI/ZA). Dédié à la lutte contre tes effets et l'avancée de la désertification, à la restauration et la mise en valeur des zones dégradées et au mécanisme de développement propre dû à sa forte capacité de séquestration de carbone. L'ouvrage vise un large public, notamment les scientifiques, enseignants, décideurs, techniciens charges de la mise en oeuvre de la GMV et permet d'apprécier l'originalité du projet dans son approche concertée et multisectorielle et ses résultats dans le développement intégré des zones arides a semi-arides.

  • L'île de la Réunion sera peuplée d'un million d'habitants vers 2030 et cette croissance s'accompagnera de profondes modifications structurelles. La population réunionnaise est de fait appelée à connaître un vieillissement rapide et une importante transformation de la pyramide des âges. Les impacts sur les flux migratoires, l'emploi, le logement, l'aménagement du territoire et la santé publique, qui conditionnent les perspectives de développement de l'île, sont ainsi au coeur des réflexions des chercheurs et des décideurs publics. Face à ces enjeux majeurs, cet ouvrage propose une analyse détaillée de la dynamique démographique de la Réunion, à la fois passée, présente et future. La situation démographique originale de l'île est comparée à celles des pays connaissant un développement économique similaire. Si la baisse de la mortalité et de la fécondité ont été extrêmement rapides, la fécondité reste aujourd'hui à un niveau relativement élevé. Dans quelles conditions et selon quel calendrier pourrait-elle rejoindre celle des départements métropolitains ? Intégrant un vaste corpus de données récentes sur la fécondité, la nuptialité, la mortalité, les migrations et les projections démographiques, les auteurs donnent des clés pour mieux comprendre les mutations en cours de la société réunionnaise. Les réflexions et les résultats présentés intéresseront les chercheurs, les décideurs, ainsi que les acteurs de la sphère politique, des administrations publiques et du système de santé.

  • La Guyane française, avec sa grande richesse culturelle et linguistique, offre un observatoire privilégié pour l'étude des relations entre langue et société. On y parle en effet une trentaine de langues d'origines multiples : langues créoles, amérindiennes, asiatiques, européennes. Des populations aux histoires diverses participent aux processus de migrations et d'urbanisation, se trouvant ainsi confrontées aux langues et cultures dominantes de la région. Tant dans le domaine de l'éducation que dans celui de la santé ou de la justice, la promotion quasi-unique du français conduit à des difficultés d'ordre linguistique et culturel à l'origine d'importants problèmes sociaux. Linguistes, anthropologues, sociologues, historiens, dicacticiens, psychologues croisent ici leurs analyses pour susciter des politiques prenant en compte la spécifié des langues et cultures guyanaises. Cet ouvrage s'adresse à la communauté universitaire, aux pouvoirs publics, aux enseignants, aux acteurs sociaux, mais également à tout lecteur concerné par les questions sociolinguistiques et anthropologiques telles que le contact des langues et des cultures, le rôle des représentations culturelles dans l'apprentissage des langues, la construction de l'identité et la place des langues dans cette construction.

  • La pêche occupe une place de choix aux Antilles mais fait face à des difficultés croissantes qui l'obligent à relever un certain nombre de défis portant aussi bien sur la gestion des ressources ou la modernisation de la profession que sur son intégration dans les politiques des pêches de la région caraïbe et de l'Union européenne. Cet ouvrage se propose de faire le point sur la question à partir des travaux réalisés à la Martinique et à la Guadeloupe par le Pôle de recherche océanologique et halieutique caraïbe, créé en 1986 par l'Institut de recherche pour le développement (IRD), l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (Ifremer) et l'Université des Antilles et de la Guyane (UAG). Réalisé à l'initiative de l'IRD et avec l'appui du Conseil régional de la Martinique, il dresse un état des lieux à partir des informations disponibles et s'interroge sur les problèmes en suspens. Cet ouvrage doit servir de référence aux scientifiques, aux décideurs et aux enseignants, mais il s'adresse également à tous ceux qu'intéressent la pêche et les ressources marines de la région caraïbe.

  • La désertification est un phénomène mondial qui affecte près de la moitié de la surface de la planète, notamment en Afrique où 43 % des terres se trouvent dans des zones arides ou semi-arides. La lutte contre la désertification dans ces milieux constitue une des priorités majeures des États sahélo-sahariens du Circum-Sahara. L' « Initiative africaine Grande Muraille Verte » (IAGMV) répond à ces enjeux via un ensemble d'actions destinées à assurer le développement socio-économique régional. Elle signe l'émergence d'un leadership de l'Afrique dans la prise en charge de ses défis environnementaux, à travers la gestion durable et la valorisation de l'important potentiel de développement des zones arides du continent. Malgré l'acquisition de connaissances scientifiques et techniques dans les domaines liés à la gestion durable des terres en zones arides, la majeure partie de ces données n'ont pas été capitalisées et diffusées, ce qui fragilise la mise en place des différentes politiques de lutte contre la désertification. Cet ouvrage a ainsi pour objectif de faire l'état des lieux des connaissances et initiatives sur la gestion des problématiques de la désertification. Il capitalise les résultats, les expériences, les techniques et autres données issues de la recherche scientifique, mais aussi des pratiques et des savoirs traditionnels acquis au cours des cinquante dernières années. Il propose les recommandations qui en découlent afin d'optimiser les stratégies et les performances des programmes et projets de l' « Initiative Grande Muraille Verte ». Il s'adresse aux chercheurs, hydrologues, écologues, agronomes ainsi qu'aux développeurs et aménageurs investis dans les programmes de lutte contre la désertification.

  • Dans ce petit atlas, on a voulu représenter les inégalités de développement par rapport aux grandes masses de population du monde, selon le procédé cartographique de l'anamorphose. Ces cartes, proportionnelles à la population, ont été agencées en séquences - historiques et prospectives - pour donner une lecture saisissante des grandes dynamiques démographiques, économiques et sociales qui conditionnent étroitement un développement durable.

  • Qui étaient les Lapita, ce peuple qui, il y a plus de 3 000 ans, a colonisé nombre des îles du Pacifique, pour certaines alors inconnues ? Qui étaient ces hommes, comment ont-ils navigué et peuplé ces îles vierges ? Qui étaient ces hommes, comment ont-ils navigué et peuplé ? Par quelles voies maritimes sont-ils venus depuis l'Asie du Sud-Est ? Les Lapita sont-ils les ancêtres de tous les Océaniens actuels ? Qui étaient ces hommes, comment ont-ils navigué et peuple ? Que signifient les fameux motifs qui caractérisent leurs poteries et qui dessinent le fil rouge permettant de retracer leur épopée ? Un mouvement de peuplement stupéfiant par son ampleur géographique, près de 4 500 kilomètres parcourus d'ouest en est, et par sa courte durée, moins de 700 ans. Premier travail de synthèse en français consacré aux Lapita, cet ouvrage dépeint cette grande aventure maritime et fait le point sur les plus récentes découvertes de l'archéologie. Les sites, les motifs céramiques et les différentes hypothèses sur l'histoire des Lapita sont présentés de manière simple et didactique. Les nouvelles interprétations des décors des poteries permettent d'éclairer la période sous un jour nouveau. Les études de linguistique historique et d'ethnologie, mais aussi les nouvelles méthodes de biogénétique viennent en complément de l'archéologie pour mettre en lumière la vie sociale et culturelle des Lapita : la parenté, l'organisation sociale, l'environnement naturel, la navigation et même les croyances sont autant de domaines permettant de proposer une esquisse de ces ancêtres des peuples océaniens. Rendant compte de tous les aspects de la recherche actuelle sous une forme claire et accessible, cet ouvrage s'adresse autant aux spécialistes qu'aux étudiants et aux amateurs intéressés par cette période cruciale de la préhistoire océanienne.

  • De la Corne de l'Afrique aux Grands Lacs, de l'Éthiopie au Mozambique, le Rift est-africain s'étend en une succession de dépressions, de hauts plateaux, de lacs et de volcans, le long d'une fracture majeure du continent africain. Tel un grand livre ouvert, le Rift s'offre comme un vaste laboratoire naturel permettant de retracer l'histoire de notre planète, de comprendre l'évolution de l'écorce terrestre, la formation des océans et des volcans. Le Rift est aussi le lieu de découvertes paléontologiques spectaculaires et l'un des plus grands conservatoires de fossiles du monde. Il représente un terrain privilégie pour reconstituer les faunes, les flores et les environnements passes. C'est un des berceaux de l'évolution des premiers hominides et, plus tard, le lieu d'apparition des caractères et comportements de l'homme moderne. Mais le Rift est-africain est également un terrain propice à l'exploration des relations entre l'homme et le milieu, à la reconstitution des temps anciens des sociétés humaines. Véritable sanctuaire de la diversité biologique africaine, le Rift est le lieu d'origine de nombreuses espèces et variétés végétales cultivées et de races animales domestiques, mais aussi une région ou l'histoire a engendré une étonnante palette de sociétés humaines, anciennes ou actuelles. Dans une perspective souvent originale, largement illustrée, 35 spécialistes nous font partager leurs découvertes et interrogations sur la singularité du Rift et, au-delà de tout déterminisme simpliste, sur l'environnement est-africain et les peuples qui y vivent.

  • Les villages des alentours de Hà Noi révèlent un riche patrimoine culturel, technique et architectural. Plus de 500 villages de métier spécialisés dans la fabrication d'objets d'art et de culte, de produits agro-alimentaires, industriels, textiles ou de vanneries sont accessibles à moins d'une heure de la capitale. Ce patrimoine a été préservé, malgré les dures périodes de l'histoire vietnamienne, et constitue la base culturelle matérielle et immatérielle de la société villageoise du delta du fleuve Rouge. Un tourisme culturel pris en charge par les artisans eux-mêmes et par les institutions locales tente actuellement de mettre en valeur ce patrimoine et de proposer de nouveaux débouchés pour les productions artisanales. Cependant, jusqu'à présent, peu de touristes s'aventurent dans ces villages, dont certains sont perdus dans un dédale de routes au milieu des rizières. Leur histoire et leurs savoir-faire sont peu connus du public. Mal signalisés sur les routes, ces villages abritent pourtant l'essentiel du patrimoine architectural, technique et religieux du haut delta. Ce livre, fruit de plusieurs années de recherches par des spécialistes du Vietnam, offre à découvrir dix itinéraires inédits, agrémentés d'histoires de vie, de légendes, de descriptions des techniques artisanales, de promenades fléchées et de cartes d'accès pour visiter une quarantaine de villages autour de Hà Noi. Il est l'occasion de rencontrer ces artisans anonymes, aux savoir-faire traditionnels, dont les oeuvres s'exposent dans les nombreuses boutiques du quartier des 36 rues à Hà Noi et dans les capitales occidentales.

  • Les sols font partie de notre quotidien. Marquant les paysages de leur empreinte, étroitement associés au développement de la vie et des sociétés humaines, ils assurent aux êtres vivants le gîte et le couvert. Contribuant au recyclage des déchets organiques et à la régulation du cycle de l'eau, les sols constituent par ailleurs l'un des principaux réservoirs de carbone et jouent un rôle important dans l'équilibre climatique de la planète. Mais les sols sont mal connus. Qui sont-ils ? Comment se forment-ils ? Quelles fonctions assurent-ils à l'égard des hommes et de l'environnement ? Dans quelle mesure les sols sont-ils menacés par l'urbanisation, la désertification, les pollutions agricoles et industrielles, l'intensification et l'uniformisation des pratiques culturales ? Ne sont-ils pas aujourd'hui en danger, à l'instar d'autres milieux naturels ? Plus que jamais, il importe de faire découvrir ce milieu particulier, déterminant pour l'avenir de l'homme et de la biosphère. Tel est l'objectif de cet ouvrage largement illustré, accessible à tous, qui donne à voir et à comprendre les sols dans toute leur diversité afin de mieux les préserver.

  • L'origine des pharmacopées traditionnelles L'élaboration des pharmacopées Les médicaments du XXIe siècle Comment les connaissances des savoirs thérapeutiques se sont-elles transmises au travers des différentes cultures ? Cet ouvrage innovant, qui réunit les travaux présentés au 4e Congrès européen d'ethnopharmacologie, fait remonter à la préhistoire les sources des connaissances thérapeutiques. Si les pharmacopées écrites jalonnent l'histoire des grandes médecines savantes, d'autres modes d'accès à la connaissance semblent exister dans l'univers chamanique des sociétés de tradition orale ainsi que dans la façon dont les animaux malades se soignent par les plantes. L'évaluation des propriétés pharmaco-toxicologiques et chimiques des plantes d'usage traditionnel devrait par ailleurs favoriser le développement futur des médicaments à base de plantes, l'un des thèmes porteurs abordés dans cet ouvrage. Mais l'objectif de ce livre est aussi de susciter, partout dans le monde, de nouvelles thématiques de recherche dans le domaine de la préhistoire du médicament et de la compréhension de l'acquisition et de la transmission du savoir. Le développement du phytomédicament non toxique destiné à l'homme et à l'animal figure également parmi les enjeux majeurs de demain.

  • Cet ouvrage réunit les résultats de recherches menées sur Acada raddiana, l'un des principaux taxons spontanés du genre Acada en Afrique, et qui, malgré sa large distribution et son importance dans l'économie rurale, n'a jusqu'à présent fait l'objet d'aucune synthèse spécifique. Différentes disciplines (écologie, écophysiologie, génétique, microbiologie, entomologie, physiologie et foresterie) ont été associées pour préciser la taxonomie et la répartition géographique de ce taxon, analyser la diversité aussi bien de la plante-hôte que des micro-organismes qui lui sont associés, caractériser son fonctionnement et les interactions en milieu naturel en réponse aux facteurs eau, azote et phosphore, enfin pour réunir les éléments nécessaires à son utilisation dans les opérations de réhabilitation. Cet ouvrage, qui s'adresse aux chercheurs et aux enseignants, ainsi qu'aux organismes de développement, est divisé en cinq parties : diversités, écologie, usages; fonctionnement hydrique, phénologie ; micro-organismes associés : diversités, physiologie ; interactions Acacia-milieu ; multiplication de l'espèce : aspects fondamentaux et appliqués.

  • De l'origine des espèces et des premiers inventaires naturalistes aux pratiques de pêche traditionnelles et actuelles, en passant par la systématique et l'écologie des principales familles, ce livre dresse un panorama complet et richement illustré des poissons d'eau douce africains. Les représentations symboliques et artistiques ancestrales, ainsi que de nombreux témoignages actuels, invitent le lecteur à découvrir comment la pêche et les poissons continuent d'imprégner profondément les sociétés africaines. La domestication des espèces, à travers la pisciculture et l'aquariophilie, est également abordée. Ce livre n'a pas le format classique des ouvrages scientifiques. En effet, les auteurs ont fait le choix de diversifier les sources d'information et de privilégier l'iconographie, afin de rendre la lecture plus attrayante pour un lecteur non spécialiste. Ainsi, la parole est donnée à des chercheurs de différentes disciplines et à des pêcheurs, qui témoignent de leurs connaissances théoriques et empiriques des poissons et de la pêche.

  • À la marge des mondes indiens et chinois, territoire essentiel pour la compréhension des origines de l'homme et des peuplements anciens, carrefour migratoire pour la faune asiatique, le nord de la Thaïlande offre des conditions favorables à la conservation des vestiges du passé. Autant de raisons qui ont suscité les recherches récentes menées par la mission paléolithique franco-thaïe et dont le présent volume constitue une première synthèse. Au fil d'un itinéraire archéologique qui guide le lecteur dans les karsts du sud du Triangle d'Or, les auteurs revisitent l'archéologie préhistorique du Sud-Est asiatique à travers l'exploitation de nouveaux sites. Outre une étude détaillée de la mise en place des restes paléontologiques dans les grottes, les découvertes inédites de matériel lithique sont l'occasion d'une révision complète du faciès Hoabinhien. En s'appuyant sur ces données nouvelles, les auteurs proposent une synthèse originale intégrant la question du peuplement humain, l'évolution des techniques et l'histoire de la faune et des milieux anciens de la région. Ils ouvrent ainsi la voie vers une paléoécologie du milieu tropical forestier. Au travers de l'occupation des grottes par les moines bouddhistes, l'histoire récente est également traitée. Ces différentes approches permettent une relecture des événements qui, sur le temps long, ont abouti à la pluralité de l'homme actuel et de son environnement.

  • Que ce soit dans les déserts ou les marécages, sur les terres d'altitude ou au milieu des océans, l'homme a de tout temps su faire preuve de sa capacité à adapter ses pratiques agricoles aux terres les plus inhospitalières. En marge des grandes évolutions de l'agriculture, il a en effet su développer des conduites culturales originales qui sont autant de réponses à la sévérité des contraintes physiques et aux aléas de l'histoire. Stratégies simples de survie, solutions techniques parfois complexes, les agricultures de l'extrême présentées dans cet ouvrage étonnent par leur diversité et leur créativité. Elles s'inscrivent dans des contextes sociaux et culturels contrastés, tout en se faisant étrangement écho d'un continent à l'autre. Rédigé dans un style accessible à tous, abondamment illustré, cet ouvrage à plusieurs mains donne à découvrir la surprenante palette des « agricultures singulières » qui, au-delà de l'héritage exceptionnel qu'elles représentent, témoignent de l'infinie variété des formes d'agriculture développées dans le monde.

  • Comment peut-on massacrer son voisin ? Comment peut-on aimer celui qui vous exploite ? Ces deux questions hantent les travaux de Christian Geffray dans des contextes aussi variés que la guerre civile au Mozambique ou le trafic de drogues au Brésil, et sur des registres tels que la parenté ou le paternalisme. Associant l'anthropologie économique, dans sa version française longtemps influencée par le marxisme, et la psychanalyse dans son idiome lacanien, Geffray a pris le risque de décontenancer les tenants de l'une et de l'autre. Ses choix théoriques, comme ceux de ses enquêtes, étaient guidés par une sorte de nécessité, celle de défricher des pans du social peu fréquentés par ses collègues. Cela ne relevait jamais chez lui d'un défi gratuit à la marge de la pratique disciplinaire, mais d'une conviction que certains mécanismes fondamentaux de la vie en société se révèlent plus facilement dans ce « social hors la loi » que dans des contextes plus normalisés. La fonction et les méthodes de travail du chercheur face à l'illégalité ou à la guerre, le rôle de la souffrance et de l'amour dans la formation et le maintien de liens de domination, la circulation des biens comme support de la sujétion, l'interrogation sur la naissance et la dislocation des institutions, la conception de l'État... tels sont les thèmes qui rythment cet ouvrage. La diversité des lectures et des réactions face à la pensée de Christian Geffray en fait la matière et l'originalité. Mais au-delà des controverses, les chercheurs ici réunis ont tous souhaité rendre hommage à cet anthropologue infatigable, dont l'ambition affirmée comme une exigence morale était de proposer une pensée neuve de la vie sociale.

empty