Hermann

  • Le rabbin et le psychanalyste - deux professions qui pour beaucoup représentent une promesse de révélation du sens. C'est par exemple la démarche très caricaturale du patient qui souhaite à tout prix que son psychanalyste interprète son rêve et lui en révèle sa signification sans ambiguïté, mettant fin à toute équivoque possible. Celui qui écoute, qui lit, serait donc détenteur d'une lecture «?vraie?», d'un sens authentique, signant la fin de la possibilité de toute autre lecture.
    Delphine Horvilleur explique ici combien cette théorie de l'interprétation comme théorie du signe serait en réalité gage de la mort de l'interprétation, en l'enfermant dans une fidélité stérile et sourde.

  • Quel discours se soucie encore de la vérité?? Pourquoi tenir cette exigence de vérité quand la parole est noyée dans des flux permanents d'informations et de duplications?? La littérature et la psychanalyse partagent un rapport singulier à la parole : celui du déploiement. À l'inverse de l'information, elles continuent à croire en la révélation d'une parole étrangère à l'intérieur de soi. En reprenant la scène de la rencontre entre Diane et Actéon des Métamorphoses d'Ovide, Yannick Haenel offre au lecteur une réflexion sur l'amour et le langage comme exposition d'une solitude sans laquelle aucun discours vers l'autre ne serait possible.

  • Ella Sharpe (1875-1947) est une analyste britannique élève de Hanns Sachs et James Glover. Professeur de littérature, sa formation d'enseignante influença fortement son approche clinique : Ella Sharpe conserva un lien très étroit à la langue dans sa technique d'analyste, manifestant une attention soutenue à ce que Lacan appellera le signifiant. Ses textes, commentés par Lacan dans ses séminaires où il reconnaît leur pertinence, sont ici traduits pour la première fois en français; ils donnent un nouvel éclairage sur la psychanalyse telle qu'elle se pratiquait en Grande Bretagne dans les années 1930. Ces traductions sont accompagnées de commentaires par des analystes de l'École freudienne : Jean Triol, Jean-Yves Méchinaud et Robert Samacher.

empty