Gallimard

  • "Qu'est-ce que Les Contemplations ? C'est ce qu'on pourrait appeler, si le mot n'avait quelque prétention, Les Mémoires d'une âme.
    Ce sont, en effet, toutes les impressions, tous les souvenirs, toutes les réalités, tous les fantômes vagues, riants ou funèbres, que peut contenir une conscience, revenus et rappelés, rayon à rayon, soupir à soupir, et mêlés dans la même nuée sombre. C'est l'existence humaine sortant de l'énigme du berceau et aboutissant à l'énigme du cercueil ; c'est un esprit qui marche de lueur en lueur en laissant derrière lui la jeunesse, l'amour, l'illusion, le combat, le désespoir, et qui s'arrête éperdu "au bord de l'infini". Cela commence par un sourire, continue par un sanglot, et finit par un bruit du clairon de l'abîme.
    Une destinée est écrite là jour à jour."
    Victor Hugo.

  • Ces deux chapitres, parmi les plus célèbres des Essais, sont une véritable leçon de tolérance. Montaigne nous apprend que les sauvages ne sont pas forcément ceux que l'on croit. Les chrétiens s'entretuant durant les guerres de Religion sont tout aussi sauvages que les Sauvages. 'Chacun appelle barbarie ce qui n'est pas de son usage' : nous sommes tous le Cannibale de quelqu'un.
    C'est aussi le récit d'une curiosité et d'une fascination : Montaigne nous parle de la découverte du Nouveau Monde, des récits des voyageurs qu'il a lus, et de sa propre expérience de l'altérité.
    Montaigne invente ici ce que l'on nomme le relativisme culturel : une société n'est pas meilleure qu'une autre ; pour comprendre des usages qui ne sont pas les nôtres, il faut simplement se mettre à la place de l'autre. Ce décentrement, ce regard éloigné, cette défense radicale de la différence sont aujourd'hui plus que jamais nécessaires.

empty