Frémeaux & Associés

  • "Voyage au bout de la nuit, chef d'oeuvre littéraire incontesté dont Denis Poadalydès nous restitue toute la force brute, est présenté pour la première fois en version numérique (en coédition avec l'Historial de la Grande Guerre, et en accord avec Gallimard et la Succession Céline).
    « Louis-Ferdinand Céline est entré dans la grande littérature comme d'autres pénètrent dans leur propre maison. Homme mûr, muni de la vaste provision d'observations du médecin et de l'artiste, avec une souveraine indifférence à l'égard de l'académisme, avec un sens exceptionnel de la vie et de la langue, Céline a écrit un livre qui demeura, même s'il en écrit d'autres et qui soient au niveau de celui-ci. »
    Léon Trotsky (The Atlantic Monthly, octobre 1935)

    « Denis Podalydès, une science de la lecture, une lecture non intervenante, c'est magnifique. Sur une profondeur de 16 heures, la lecture la plus extraordinaire ! » Daniel Pennac (sur France Inter - Interview Vincent Josse). "

  • Fresque épique ayant pour thème le courage et l'audace, Le Hussard sur le toit est le grand roman d'aventure de Jean Giono, publié en 1951. André Bourdil, peintre, critique d'art, journaliste, homme de radio et proche de Giono, entreprit d'en réaliser la magistrale adaptation radiophonique diffusée pour la première fois sur la Chaîne Nationale RDF le 11 février 1953. Les personnages principaux sont interprétés par Gérard Philipe et Jeanne Moreau. Avec l'accord de Gallimard et de Laurence Bourdil, Frémeaux & Associés remet à la disposition du public cet enregistrement historique, qui en sus d'être contemporain à la publication du roman, rappelle un âge d'or de la radio. Enfin, comme l'annonce Giono dans l'introduction de ce document sonore : "L'adaptation radiophonique (...) est magistralement et très malicieusement réussie par André Bourdil, qui a compris mes intentions les plus secrètes."
    Patrick FRÉMEAUX

  • "Dans les années 1960, Marcel Pagnol devait enregistrer le texte intégral de La Gloire de mon père. Avec la littérature et le cinéma, Pagnol avait toujours manifesté une haute sensibilité à la dimension sonore de ses oeuvres. Aussi avait-il décidé d'enregistrer sa propre lecture des textes qui l'avaient fait connaître à la France entière. Malheureusement, comme souvent, le sonore resta dans l'ombre de l'audiovisuel et cet enregistrement ne fut jamais mis à la disposition du public. Aujourd'hui, grâce à la succession Marcel Pagnol, la Librairie sonore des éditions Frémeaux & Associés a l'honneur de présenter cet enregistrement totalement inédit de l'un des textes francophones les plus connus au monde - dans la lecture de son auteur en personne! Plus qu'un testament posthume, la voix de Marcel Pagnol nous révèle un imaginaire intemporel qui est l'un des plus beaux chants d'amour à la Provence de notre patrimoine littéraire; un véritable hymne à la vie devenu l'un des fleurons de la mémoire collective des Français de toutes générations."
    Patrick Frémeaux

  • "[...] il n'y a pas de fatalité extérieure. Mais il y a une fatalité intérieure : vient une minute où l'on se découvre vulnérable ; alors les fautes vous attirent comme un vertige."
    Antoine de Saint(Exupéry
    "Vol de nuit décrit en quelques pages fortes l'aventure symbolique de l'aéropostale. Aventure des hommes en lutte avec les éléments, en conflit au plus profond d'eux-même entre bravoure et angoisse, entre devoir et humanité : si la vie humaine n'a pas de prix, nous agissons toujours comme si quelque chose dépassait, en valeur, la vie humaine... Mais quoi ? Antoine de Saint-Exupéry, alors agé de trente et un ans, met dans ce roman son expérience de pilote, pionnier des lignes de Patagonie, mais aussi et surtout ses qualités humaines et son art de conteur. Il obtient pour cette oeuvre le prix Fémina."
    Patrick Frémeaux & Jean Yves Patte

    PRIX FEMINA
    GRAND PRIX DE L'ACADEMIE CHARLES CROS
    GRAND PRIX DE L'ACADEMIE DU DISQUE FRANCAIS

  • "La Gloire de mon père, enregistré par Marcel... Voilà des années que Jacqueline Pagnol, ma grand-mère, m'en parlait... Mon père, Frédéric, l'avait même surpris le micro à la main. Mais cet enregistrement était perdu et j'avais fini par croire qu'il s'agissait d'une légende familiale tout comme cette copie 35mm de "La Prière des étoiles" qui avait été vue dans la cave de la maison parisienne de mon grand-père alors qu'il avait détruit ce film, à coup de hache, dans la cour de ses studios marseillais en 1942. J'avais donc arrêté de chercher cette "Arlésienne" depuis quelques années déjà lorsque, en fouillant dans le grenier, pour collecter des éléments destinés à réaliser des bonus DVD, je trouvais un carton, hors d'âge, recouvert d'un bon doigt de poussière. Celui-ci était enfoui sous une pile considérable de documents tout aussi poussiéreux. Une étiquette calligraphiée indiquait: "La gloire de mon père". Il s'agissait de l'original de cet enregistrement; une dizaine de vieilles bobines craquantes et cassantes accompagnées du micro qui avait servi à la prise de son. Imaginez mon émotion! et la joie que cela procura à toute la famille. Il fût naturellement décidé de mettre cette oeuvre à la disposition du public par l'intermédiaire de Patrick Frémeaux et de sa Librairie sonore. Cette découverte a été le point de départ d'une fouille méthodique de ce gigantesque grenier..." Nicolas Pagnol
    "Frémeaux & Associés - La Librairie sonore, en partenariat avec France Inter et en accord avec les Éditions de la Treille et la succession Marcel Pagnol met à la disposition du public pour la première fois l'enregistrement inédit du deuxième ouvrage de Souvenirs de mon enfance : Le Château de ma mère. Le succès dans le monde francophone de l'édition de La Gloire de mon père rappelle l'importance de cet héritage, désormais incarné par son auteur." Patrick Frémeaux

  • "L'enregistrement historique de la pièce de la Comédie Française, diffusée par la radio publique en 1954. Un grand spectacle sonore plein d'humour et de suspense conservé par l'Institut national de l'audiovisuel et remis à la disposition du jeune public par les éditions Frémeaux & Associés.
    Un tour du monde en 80 jours avec Phileas Fogg et Passepartout rempli de rebondissements, permet de faire découvrir l'imaginaire de Jules Verne superbement interprété par les comédiens français !"
    Patrick Frémeaux

  • Ce roman "extraordinaire" au sens premier du terme est l'un des premiers fleurons d'un genre promis à une grande réussite. Né en 1920, Jean Desailly, d'abord passionné par les Beaux-Arts se tourne vers le Théâtre. En 1942, il remporte le premier Prix du Conservatoire et entre rapidement à la Comédie Française. En même temps le Cinéma s'accapare sa silhouette et son talent... bientôt les maisons de disque le réclament.

  • "Tout au long de ses livres, Marguerite Duras a étendu sa recherche aux dimensions ignorées ou méconnues du désir, pierre angulaire de son oeuvre. Avec Le Ravissement de Lol V. Stein, elle nous entraîne dans la quête acharnée et troublante des splendeurs de l'amour fou entrevues par son héroïne.
    Suivant le sillage d'une parole sobre et mystérieuse, l'auditeur se laisse emporter jusqu'à l'horizon de cette magnifique histoire qui brille d'une inoubliable intensité.
    Envoûtant récit auquel Fanny Ardant prête sa voix exceptionnelle. Grave, vibrante, passionnée, elle effleure le profond velours des phrases et fait surgir des échos qui se prolongent en chacun, bien après l'avoir entendue. La poésie, il est vrai, irrigue cette narration - trame serrée du silence et du cri, de la suggestion, des secrets mal enfouis - à laquelle les mots imposent leur cadence musicale. Ne serait-ce pas aussi que l'auditeur y retrouve, en miroir ou en reflets fugitifs, le visage dont il sait tout, son visage même ?"
    Christiane BLOT-LABARRÈRE
    Auteur de "Marguerite Duras" Collection Les Contemporains - Editions du Seuil, 1992

  • L'or

    Blaise Cendrars

    Obsédé par l'histoire de Johann-August Suter, par ce formidable récit d'aventure, ce destin si extraordinaire que celui du général suisse en exil qui se vit ruiné par l'or, Cendrars mûrit cette oeuvre depuis des années. Rédigé en 1925 et publié la même année, ce récit ne conte pas uniquement l'incroyable biographie de Suter, le premier milliardaire américain, c'est un fascinant tableau des Etats-Unis à une fabuleuse époque de leur histoire qui est livrée au lecteur, grâce à une prose franche et vive. Précurseur du vers libre, ami des peintres et de la bohème de Montmartre, le poète et bourlingueur Cendrars acquiert enfin une renommée avec L'Or en 1925.

  • Le Banquet

    Platon

    "Platon commence avec "Le Banquet" et la philosophie commence avec Platon. Il est vrai que le Banquet est un écrit. Mais il est vrai aussi que c'est avant tout une parole. Car c'est la parole qui a précédé l'écrit, écrit qui parait comme une somme, comme une des clefs de la connaissance.
    Cette oeuvre qui a nourri tant de réflexions au fil des siècles ne peut laisser Michel Aumont indifférent. Il nous invite à découvrir ce texte majeur de l'Antiquité comme on chercherait à découvrir l'une des pierres d'angle d'un édifice : celui de la philosophie.
    Alors chaque mot est pesé et, comme un métal précieux qui résonne sous l'action du lecteur-acteur, génère les ondes sonores d'une connaissance qui nous transperce, touche notre esprit, notre âme. Les périodes sont lumineuses. Aucune supercherie, aucune vaine inflexion.
    Avec patience, avec humour parfois, avec envie toujours, on avance, on goûte les controverses de ce Banquet auquel on peut se croire soudain convié, ou du moins duquel on devient témoin. On cerne les propos, on découvre des facettes inattendues, celles que l'art de Michel Aumont fait briller. Un lecteur-acteur, un guetteur d'esprit, un quêteur qui nous offre des instants précieux, rares."
    Jean Yves Patte & Claude Colombini Frémeaux

  • « Parce que j'ai maintenant des petits enfants, j'ai souvent envie de raconter des histoires. C'est la fonction naturelle des grands-pères, et peut-être leur plus grand mérite. Le mien, me racontait Peau d'Ane, la Belle et la Bête, Riquet à la houppe ; mais aujourd'hui, les fées ne s'amusent plus à changer une citrouille en carrosse, et c'est grand dommage, car elles nous feraient, avec un potiron, une "citroën", avec un concombre, une "dauphine", et avec une hirondelle, une "aronde"... Pour moi, j'ai préféré vous raconter l'enfance d'un petit garçon, qui fût aussi celle de vos grands-pères, et qui n'est peut-être pas très différente de la vôtre, car les petits garçons de tous les pays du monde et de tous les temps ont toujours eu les mêmes problèmes, la même malice, les mêmes amours. » Marcel Pagnol

  • Enregistrement historique de 1956 de Jean Topart.

    "C'est en 1919 que paraît La Symphonie pastorale. André Gide, en ce début du XXe siècle, est l'une des figures les plus importantes de la littérature.
    Malgré une enfance protestante et rigide, ainsi qu'une vie personnelle difficile, il est de ces écrivains révolutionnaires et géniaux qui bouleversent une époque par la force de leur seul Verbe. Au fil du journal d'un pasteur du Jura qui se découvre des sentiments troubles pour sa fille adoptive, Gide nous livre une féroce et acerbe critique de tout un monde, fondé selon lui sur l'hypocrisie, le mensonge et le mysticisme.
    Dans cette comédie dramatique, il fait naître sous sa plume des personnages fascinants, tant par leur simplicité et leur naturel que pour tout ce qu'ils évoquent en nous. André Gide sait tout des faiblesses des hommes et il nous en livre sa vision.
    Jean Topart, a débuté sa carrière dès 1948, puis a participé à l'aventure du Théâtre National Populaire avec Jean Vilar. Pour cet enregistrement radiophonique de 1956, il prête sa voix au pasteur, dont le Journal lucide et déchiré emplit la Symphonie pastorale. Son inimitable phrasé transcende la prose de Gide en une oeuvre poignante. Sa voix grave colle au texte pour offrir une autre forme de perception du récit. Elle place l'auditeur au coeur même du drame qui se noue et fait de lui un témoin troublé et fasciné."
    Guillaume Leclère et Claude Colombini Frémeaux

  • "Votre oeuvre est remarquable, consciencieuse, et, à certains égards même, elle peut faire époque dans l'histoire du roman contemporain. Selon moi, cependant, elle dépasse les limites, elle sort des conditions de l'art à quelque point de vue qu'on l'envisage ; et, en réduisant l'art à n'être que la seule et simple vérité, elle me paraît hors de cette vérité."
    Sainte-Beuve écrivant à Zola en juin 1868.

  • "L'art d'avoir toujours raison est le catalogue raisonné des 38 stratagèmes possibles pour convaincre l'autre. Le présent ouvrage permet de donner à celui qui a tort tous les moyens d'obtenir une victoire sur son adversaire en évacuant le problème moral de la bonne ou mauvaise foi. Attention, cher auditeur, il n'est pas question ici de rechercher la vérité. Didier Bourdon rend hommage à l'optimisation de la pensée sur la morale dans l'art de la joute verbale. Sa performance servira les causes les plus viles comme les meilleures volontés."
    Claude COLOMBINI et Patrick FREMEAUX.

  • La Princesse de Clèves, premier des grands romans historiques, écrit par une femme du XVIIè siècle, marque également le début de la place des femmes en littérature. Dans toute son oeuvre, Madame de Lafayette énonce les ravages des passions, qui ne font que révéler les faiblesses des hommes. La Princesse de Clèves obéit à cette règle. Madame de Lafayette analyse les étapes du sentiment amoureux chez les trois personnages, ses effets sur leur comportement et la lutte de la princesse qui, pour ne pas tomber dans des intérêts et des plaisirs qui la rendraient méprisables à ses yeux, accepte le seul destin qu'on réserve aux âmes nobles, la mort. Annie Ducaux, après avoir incarné La Princesse de Clèves à l'écran pour Jean Cocteau, interprète cette oeuvre et nous fait vivre toute la force de ce chef-d'oeuvre de la préciosité classique. Claude Colombini Frémeaux

  • "De la Terre à la Lune et Autour de la Lune sont désormais sortis de leur cadre premier de "récits extraordinaires" et de science-fiction, pour faire figure d'ouvrages prophétiques. Entraînant d'autres chimères et d'autres rêves (tel le fameux film de Méliès le Voyage dans la Lune de 1902), ils ont permis aux utopies de devenir des réalités. Aujourd'hui leur pouvoir d'évocation, cette poésie digne d'un rêve éveillé, nous pousse toujours plus loin vers le territoire d'autres aventures inespérées. Dans les années 1950, Jean Desailly fait vibrer ses auditeurs qui devinent déjà que les visions de Jules Verne ne tarderont pas à devenir réalité. Grâce au progrès de la science et de la technologie, le réacteur permet de propulser à une vitesse inouïe des engins doués d'une force inconnue jusqu'alors et que bientôt - croit-on - la maîtrise de l'énergie atomique multipliera... Ainsi d'ailleurs l'annonce Hergé dans les calculs péremptoires du professeur Tournesol dans Objectif Lune de 1953 puis On a marché sur la Lune de 1954. Tous ces rêves sont devenus, au moins en partie réalité." J.-Y. PATTE

  • La Lettre au père de Franz Kafka est l'une des oeuvres majeures du xxe siècle.L'une des particularités de cette Lettre au père, écrite en 1919, est que son destinataire n'en eut pas connaissance. La passion que Thomas Compère-Morel nourrit pour Franz Kafka et pour sa Lettre au père nous a impressionnés. Son rapport fusionnel avec cette oeuvre incomparable nous a convaincus qu'il pouvait en faire une lecture qui restitue la force et la beauté du texte. Notre choix d'éditeur est donc allé vers l'engagement et l'authenticité. Parce qu'elle est libre, la lecture que nous donne Thomas Compère-Morel est émouvante et profonde. Sa voix exprime toute l'humanité de ce chef-d'oeuvre bouleversant.
    Claude Colombini et Patrick Frémeaux

  • "Baudelaire écrit : "Je suis assez content de mon Spleen. En somme, c'est encore les Fleurs du Mal, mais avec beaucoup plus de liberté et de détail, et de raillerie". Conjoints dans une édition posthume de 1869 sous le titre de Petits poèmes en proses, ces textes auraient dû sans doute s'intituler Le Spleen de Paris. Tel était en effet l'intitulé auquel Baudelaire songeait. Dans cette marqueterie d'allégories, de pochades fantastiques, de vignettes lyriques, de nouvelles, de scènes de genre et de "doublets" de poèmes versifiés des Fleurs du mal, l'auteur traduit avec émotion le quotidien du "grand désert d'homme"dans lequel il muse solitairement, débuchant le grotesque et invoquant le sublime. Pouvait-on espérer plus belle voix que celle de Michel Piccoli pour s'adapter avec souplesse et véracité aux "mouvements lyriques de l'âme", aux "ondulations de la rêverie", aux "soubresauts de la conscience" que le poète avait l'ambition de suggérer ?" Claude Colombini-Frémeaux

  • Colline

    Jean Giono

    « La Provence dissimule ses mystères derrière leur évidence » Jean Giono
    Premier tome de "La trilogie de Pan", "Colline" , dans lequel "tout avait son poids de sang, de sucs, de goût, d'odeur, de son", est un brillant exemple du talent de Jean Giono. Le récit de Giono est tout emprunt d'une poésie qui lui est propre, cette poésie simple et douce, révélatrice du monde réel. Car c'est bien là le message de Jean Giono : il ne faut pas négliger la nature ! Grâce à de nombreuses et belles métaphores, l'auteur s'applique à toucher tous les publics, portant des idées parfois complexes aux yeux de chacun. L'auteur nous livre un roman baigné de soleil, de pureté et de douceur provençale
    Jean Chevrier prête sa voix à la lecture de "Colline" dans cet enregistrement de 1955. Son timbre, quoique parsemé d'accentuations parisiennes, est parfaitement adapté aux mots simples et purs de Jean Giono. C'est avec douceur et gaieté que Jean Chevrier nous offre sa "Colline", emplie de cette beauté provençale que Giono magnifia tout au long de son oeuvre. Claude Colombini

  • Ubu roi

    Alfred Jarry

    Ubu, présenté pour la première fois au public en 1888, ne pouvait que grandir pour devenir un symbole esthétique et moral et toucher de nombreuses générations de spectateurs. L'affreux bonhomme n'a d'ailleurs même pas besoin de la scène : il apparaît rapidement comme une référence, le terme « ubuesque » entre rapidement dans la langue. Quelques jours après la création, on apostropha le président du conseil pour le traiter de « Père Ubu ». Parmi ses nombreuses hardiesses, la pièce ose s'amuser de nos habitudes littéraires, détournant avec délectation de nombreuses références. L'intrigue, réduite à un prétexte, apparaît secondaire au regard des jeux, des décalages ironiques, d'un style tout en excès, sous l'égide de l'autorité littéraire de Rabelais. Jarry se voit considéré comme l'un des principaux créateurs du théâtre contemporain. Pour la première fois, la pièce d'Alfred Jarry fait l'objet d'une mise en scène sonore, sur une musique originale de Vincent Bouchot. Qui d'autre que Judith Magre et Michel Aumont pouvait se glisser dans la peau du Père et de la Mère Ubu, et scander les « Merdre » avec autant de veine rabelaisienne ? Claude Colombini-Frémeaux

  • Le 24 novembre 1859 paraît à Londres L'Origine des espèces par le moyen de la sélection naturelle, ou la préservation des races favorisées dans la lutte pour la vie. L'auteur du livre, Charles Darwin (1809-1882), est un naturaliste de cinquante ans qu'un voyage autour du monde particulièrement riche en découvertes et l'oeuvre originale édifiée à sa suite, ont déjà fait connaître largement en Angleterre et en Europe continentale. C'est ce livre toutefois qui fera de son auteur le plus célèbre penseur de l'histoire naturelle qu'ait connu le monde depuis Buffon, et le principal bâtisseur - après Lamarck - , du transformisme moderne ou théorie de l'évolution des espèces vivantes. C'est de la traduction française de son édition définitive de 1876 que sont extraits les textes clés qui composent ce livre sonore, traduits par Aurélien Berra sous la direction de Patrick Tort, chercheur au Muséum, fondateur de l'Institut Charles Darwin international. « Aucun livre de science, écrit Patrick Tort, ne connut sans doute plus durable succès. Aucun ne suscita réactions plus vives ni controverses plus passionnées. « Cette laïcisation de l'histoire naturelle, qui s'inscrit elle-même dans un vaste mouvement d'autonomisation de la science face à la théologie, sera pour cela longtemps combattue par les Églises et les groupements mystiques restés fidèles au dogme, indéfiniment remanié mais toujours résurgent, de la Création du monde et du vivant par une intelligence transcendante et providentielle. » Éric Pierrot, grâce à sa lecture claire, nous restitue parfaitement la logique et l'intelligence du texte. Claude COLOMBINI FRÉMEAUX

  • Ecouter Werther, c'est aujourd'hui dépoussiérer un mythe. En effet tout le monde connaît "l'histoire" de Werther et son suicide, mais peu sont ceux qui connaissent véritablement le parcours intérieur de ce geste solitaire... Geste magnifique, mais aussi geste de désespoir social face à ses blocages intimes et aux barrières convenues par une société fière de ses convenances.

  • Ces lettres ont été éditées et mises en ondes par Radio France et vous trouverez ici les plus fortes, les plus touchantes, les plus révélatrices, choisies parmi plus de 8000 lettres reçues.
    Elles nous racontent une autre guerre parfois très différente des clichés lénifiants de nos livres d'histoire. Elles nous font entendre la vérité des mots écrits et prononcés par les parents de nos parents.
    "Pitié pour nos soldats qui sont morts! Pitié pour nous vivants qui étions auprès d'eux, pour nous qui nous battrons demain, nous qui mourrons, nous qui souffrirons dans nos chairs mutilées!
    Pitié pour nous, forçats de guerre qui n'avions pas voulu cela, pour nous tous qui étions des hommes, et qui désespérons de jamais le redevenir." Maurice Genevoix, LA BOUE
    Ils ont beaucoup écrit, les poilus, du fond de leurs tranchées, répétant en un leitmotiv désespéré : «Vous n'allez pas me croire...»
    Ils devaient exprimer l'horreur absolue qui les entourait, jour et nuit, sans répit, décrire cette «boucherie néronienne».
    De jeunes comédiens, qui ont l'âge de ces poilus épistoliers, 18, 20, 24
    ou 30 ans, lisent ces lettres. Leur émotion est palpable.
    C'est la qualité humaine et littéraire qui a fait la sélection des lettres
    publiées et lues. Et malgré l'horreur partagée, le lecteur, l'auditeur,
    n'ont jamais un sentiment de répétition. Des traits sont communs :
    beaucoup de poilus sont des paysans, que les moissons abandonnées et la terre maltraitée émeuvent : beaucoup racontent les tueries...
    Mais chaque voix est celle d'une personnalité.
    Certains ont un sens raffiné de l'écriture d'autant plus frappant qu'il tranche avec la bestialité qui les entoure.
    ... A lire, à écouter : ces paroles dégelées quatre-vingts ans après, étonnamment vivantes et présentes.
    Martine Lecoeur - TELERAMA

  • "Le Rouge et le Noir, publié en 1830, est le premier grand roman de Stendhal. Résolument contemporain (le livre est sous-titré "Chronique de 1830"), il met en scène un enfant du siècle, Julien Sorel, dont le roman s'attache à décrire "la vérité, l'âpre vérité", pour reprendre l'énoncé du projet littéraire de Stendhal. L'extraordinaire finesse de l'approche psychologique des personnages confère une universalité à ce roman au demeurant ancré dans un cadre historique, politique et sociologique parfaitement réaliste. Yvan Le Bolloc'h s'immerge dans Le Rouge et le Noir pour en offrir une adaptation contemporaine, enjouée et rythmée, témoignant de l'intemporalité des passions humaines."
    Claude COLOMBINI FRÉMEAUX

empty