Littérature générale

  • La campagne, un couvent et, au sein de ce tranquille décor, les jeunes filles en effervescence de l'école religieuse. A la fois troublée, troublante et droite, Laurence s'est éprise de la Supérieure. Troublée aussi mais hors d'atteinte, la Supérieure sait convertir cet amour en admiration. Mais voici qu'à Paris, par hasard, les deux femmes se retrouvent. Laurence, qui fait de la peinture, est maintenant rusée, exigeante ; la Supérieure, plus désarmée, ne se montre peut-être vulnérable que pour mieux exorciser la chair. Les deux femmes côtoient l'abîme. S'en éloigner les séparerait. Ce renoncement est dur, comme de l'enfant et son ange gardien qui prendraient congé l'un de l'autre. Ce roman téméraire mais discret, doit à la qualité de son style sa pudeur et sa noblesse.

empty