Fayard

  • En décembre 1811, aux abords de Ratcliffe Highway, dans le célèbre dock de Londres, deux séries de meurtres commis à douze jours d'intervalle vont, par leur violence et leur cruauté, déchaîner un vent de panique dans la population londonienne et une telle avalanche de critiques dans la presse que, pour ne pas tomber, le gouvernement se voit contraint d'offrir la plus forte récompense jamais proposée pour tout renseignement susceptible d'aider à la découverte des coupables. L'émoi est si grand que les meurtres de Ratcliffe Highway continueront à défrayer la chronique pendant plus de soixante-dix ans _ jusqu'à ce que Jack l'Eventreur, sur une scène voisine de l'Est londonien, vienne leur ravir les lauriers sanglants du palmarès criminel britannique.L'extraordinaire intérêt de ce livre est double: dans un premier temps, P.D. James et T.A. Critchley décrivent le système (on pourrait presque dire l'absence de système) de maintien de l'ordre dans la capitale britannique du début du XIXe siècle; dans un second temps _ et c'est là le tour de force de nos auteurs _, ils reprennent et décortiquent toute l'affaire à partir des sources encore disponibles, démontrent que le coupable désigné ne pouvait matériellement avoir commis les deux séries de crimes et désignent, à leur tour, à plus de cent cinquante ans de distance, les deux seuls coupables possibles...Du grand art policier.Née à Oxford en 1920, P.D. James a exercé diverses fonctions à la section criminelle du ministère anglais de l'Intérieur jusqu'en 1979. Anoblie par la reine en 1990, elle est l'un des gouverneurs de la BBC, siège à la Chambre des Lords et fait partie des comités du British Council et de l'Arts Council. Ses romans policiers lui ont valu les prix les plus prestigieux, dont, en France, le Grand Prix de littérature policière 1988.T.A. Critchley (1919-1991) a travaillé de nombreuses années au ministère de l'Intérieur. Il est l'auteur d'une Histoire de la police en Angleterre et au Pays de Galles.

  • Cordelia Gray n?a pas froid aux yeux. C?est une qualité utile quand on exerce le métier de détective privé. Lorsque Sir Ronald Callender l?engage pour enquêter sur le suicide de son fils Mark, elle se met bravement à l?ouvrage et débarque à Cambridge par un beau matin d?été. Promenades sur la Cam, parties échevelées, étudiants enjôleurs et professeurs au charme discret
    Pour un peu, Cordelia se laisserait gagner par la douceur des choses. Mais ce qu?elle découvre n?a rien d?aimable : la haine de classe, la médiocrité et le sadisme rongent cette société en décomposition. Est-ce le mal de vivre qui a poussé Mark Callender à se tuer ? Ou bien quelqu?un l?a-t-il froidement éliminé, maquillant le meurtre en suicide ?
    La menace est toujours là, comme une présence tapie dans l?ombre, prête à surgir si on l?approche de trop près. Et c?est exactement ce que Cordelia a l?intention de faire.
    « Une véritable romancière : une «romancière de crimes.» » (Le Monde.)

  • Miss Bolam, la directrice administrative de la clinique Steen, centre de psychothérapie des beaux quartiers de Londres, a été assassinée dans la salle des archives médicales. On la trouve au milieu des dossiers éparpillés, un burin en plein coeur et, sur la poitrine, une monstrueuse sculpture fétiche... Le commissaire Dalgliesh se fait, par son amour du détail, le complice de P.D. James et de son écriture stratégique pour créer le coup de théâtre de la révélation finale. La plus froide raison se laisse entraîner dans l'engrenage de la folie la plus meurtrière...A propos de Un certain goût pour la mort:" Attention, chef-d'oeuvre! " (Françoise Xénakis)" Tout ici est révélateur, fascinant jusqu'au vertige. Celui que procure la rencontre avec un formidable écrivain. " (Françoise Ducout)" Je mets quiconque au défi de trouver, chez un romancier français, plus de perfection. " (Gilles Barbedette)" Un style riche, élégant, d'une efficacité redoutable... et l'art du suspense. Décidément, elle a toutes les qualités, cette P.D. James. " (Bernard Géniès)Traduit de l'anglais par Françoise BrodskyNée en 1920, Phyllis Dorothy James a exercé des fonctions à la section criminelle du Home Office avant de se consacrer entièrement à l'écriture. Mélange d'understatement britannique et de sadisme, d'analyse sociale et d'humour, ses romans lui ont valu les comparaisons les plus flatteuses: Jane Austen, Iris Murdoch, Evelyn Waugh.

  • En plat du jour, le boeuf-carottes peut se consommer très relevé : pimenté, avec une madone des sleepings...
    peu ragoûtant, sous le scalpel du légiste...
    indigeste, assaisonné aux pruneaux de gros calibre...saignant, cuisiné par les polices concur-rentes...
    Mais gare aux plats du jour qui se mangent froids, comme la vengeance!
    Laissons-nous entraîner dans cette traque... noire!
    Orfèvre en matière d'enquêtes, l'auteur n'épargne au lecteur ni les angoisses du métier ni les risques à payer. A ce prix... élevé, les bons sentiments de la police donnent la meilleure des littératures policières.

  • Le phare

    Phyllis Dorothy James

    Au large de la Cornouailles anglaise, Combe Island abrite une Fondation destinée à permettre à des personnalités éminentes de venir jouir de la quiétude de ce lieu coupé du monde et se ressourcer à l'iode marin. Outre les résidents permanents - Emily Holcombe, dernière héritière des propriétaires de l'île, Rupert Maycroft, l'administrateur de la Fondation, Adrian Boyde, le comptable, Dan Padgett, le factotum, etc. -, Nathan Oliver, un écrivain de réputation mondiale, y séjourne régulièrement, accompagné de sa fille Miranda et de son secrétaire Dennis Tremlett. Alors que l'île accueille deux nouveaux visiteurs, l'un de ses habitants est retrouvé mort dans des conditions pour le moins suspectes. Chargé de mener une enquête aussi rapide que discrète, car Combe Island doit prochainement servir de cadre à un sommet international, le commandant Dalgliesh a très vite la certitude qu'il s'agit d'un crime. Mais l'île est soudain la proie d'une autre menace, beaucoup plus insidieuse, celle-ci, et qui compromet la participation de Dalgliesh...Dans le huis clos d'une île battue par les vents se trouvent réunies toutes les qualités chères aux aficionados de la « reine du crime » : évocation vivante des lieux, incursions subtiles dans la vie des personnages, sans oublier les rebondissements d'une intrigue trépidante.

  • St Anselm, un collège de théologie fondé au xixe siècle et situé sur un promontoire isolé et venteux de la côte sud-est de l'Angleterre, accueille une vingtaine d'étudiants qui se destinent à la prêtrise anglicane. Lorsque l'un d'eux, Ronald Treeves, est découvert mort au pied d'une falaise, enseveli par une chute de sable, son richissime père adoptif, Sir Alred Treeves, demande à New Scotland Yard de réexaminer le verdict de « mort accidentelle » énoncé à l'issue de l'enquête. Le commandant Dalgliesh, qui a lui-même fréquenté le collège au cours de son enfance, accepte de venir passer un week-end sur les lieux pour ce qu'il ne croit devoir être qu'une vérification de routine. En réalité, il va se trouver confronté à l'une des plus sordides affaires de sa carrière. Car d'autres visiteurs sont attendus ce même week-end au collège, et tous n'en ressortiront pas vivants.P. D. James a trouvé avec ce petit collège de théologie un cadre idéal pour un roman policier, un monde presque clos où fermentent les passions. Outre les quatre ecclésiastiques qui dirigent l'établissement et assurent les principaux cours, outre la vingtaine d'étudiants et l'infirmière Margaret Munroe, il y a Gregory, le professeur de grec excentrique, Emma, la très belle professeur de poésie, Eric, le factotum qui élève des cochons et qui reçoit tous les quinze jours dans son cottage sa demi-soeur incestueuse...Tout est en place pour tisser une intrigue complexe dont les lectrices et lecteurs suivent les entrelacs avec une délicieuse angoisse."Un livre éblouissant. " (François Rivière, Libération, à propos de Une certaine justice.)« Phyllis Dorothy James a du génie pour mettre d'emblée ses lecteurs sous électrochoc. » (Christian Gonzales, Figaro Madame.) « P. D. James prépare ses meurtres comme d'autres mamies anglaises concoctent le gigot à la menthe. Avec du doigté et de l'éducation. » (Serge Raffy, Le Nouvel Observateur.) Traduit de l'anglais par Eric Diacon.

  • " Le cadavre aux mains coupées reposait au fond d'un canot à voile qui dérivait tout près de la côte du Suffolk. C'était le corps d'un homme entre deux âges, un petit cadavre pimpant. " Cet homme, c'est _ ou plutôt c'était _ Maurice Seton, célèbre auteur de romans policiers. Pourquoi l'a-t-on assassiné? Qui est l'auteur de cette macabre mise en scène? Adam Dalgliesh mène l'enquête, avec l'autorité et la subtilité que connaissent désormais les lecteurs de P.D. James.Née en 1920, Phyllis Dorothy James a exercé des fonctions à la section criminelle du Home Office avant de se consacrer entièrement à l'écriture. Mélange d'understatement britannique et de sadisme, d'analyse sociale et d'humour, ses romans lui ont valu d'être sacrée " nouvelle reine du crime ". Un certain goût pour la mort a obtenu le Grand Prix de littérature policière 1988.

  • Martingale, la belle propriété des Maxie dans la campagne anglaise, est une bien grande maison et, avec un ari paralysé sur les bras, Mrs. Maxie est soulagée lorsque son amie, la directrice du Refuge St. Mary, lui propose une de ses pensionnaires, Sally Jupp, pour servir à table. Certes, la jeune femme est ce qu'il convient d'appeler une mère célibataire et elle a insisté pour ne pas être séparée de son enfant, mais par ailleurs, elle est si jolie, si reconnaissante, si docile... Jusqu'au jour de la kermesse paroissiale de St. Cedd, qui se déroule à Martingale, et au cours de laquelle Sally, non contente de porter la même robe que Deborah, la fille de la maison, annonce brusquement ses fiançailles avec le " jeune maître ", Stephen Maxie. Le soir même, un meurtre est commis et Adam Dalgliesh, mandé de Scotland Yard car les Maxie sont des gens en vue, va mener à Martingale une des enquêtes les plus troublantes de sa carrière, véritable huis-clos dont lui-même ne sortira _ sentimentalement _ pas tout à fait indemne." Tout est ici révélateur, fascinant jusqu'au vertige. Celui que procure la rencontre avec un formidable écrivain. "(Françoise Ducout, Elle)" Attention, chef-d'oeuvre! " (Françoise Xénakis, L'Express)" ... une vision réjouissamment pessimiste du monde... "(Pierre Démeron, Marie-Claire)Née en 1920, Phyllis Dorothy James a exercé des fonctions à la section criminelle du Home Office avant de se consacrer entièrement à l'écriture. Mélange d'understatement britannique et de sadisme, d'analyse sociale et d'humour, ses romans lui ont valu d'être sacrée " nouvelle reine du crime ". Un certain goût pour la mort (Mazarine, 1987) a obtenu le Grand Prix de littérature policière 1988.

  • Le commandant Adam Dalgliesh, de Scotland Yard, fouille dans le passé de Sir Paul Berowne. Cet aristocrate, promis à un brillant avenir politique, a été trouvé égorgé dans la sacristie d?une église de Paddington aux côtés d?un clochard, lui aussi saigné à blanc. Qui était Paul Berowne ?
    Une vendetta familiale, une jeune fille noyée dans la Tamise, une conversion mystique, autant d?indices qui semblent ne mener nulle part. Mais c?est peut-être en lui-même que Dalgliesh trouvera la réponse. Car ce flic peu ordinaire, poète à ses heures, amateur d?architecture et de musique baroque, possède lui aussi un passé douloureux. Et un certain goût pour la mort
    Le destin de Paul Berowne et celui d?Adam Dalgliesh finiront par se rejoindre à la dernière page de ce prodigieux roman à suspense.
    « Attention, chef-d?oeuvre ! » (L?Express.)
    « Tout ici est révélateur, fascinant jusqu?au vertige. Celui que procure la rencontre avec un formidable écrivain. » (Elle.)
    « Un style riche, élégant, d?une efficacité redoutable... et l?art du suspense. Décidément, elle a toutes les qualités, cette P.D. James. » (Le Nouvel Observateur.)

  • Un village des Fens, région marécageuse du sud-est de l'Angleterre. A la lisière d'un champ, dans la lumière glauque du petit jour, des hommes sont penchés sur le corps d'une femme: un inspecteur de police, le médecin du village et les responsables des principaux services du Laboratoire de médecine légale Hoggatt _ entreprise privée qui entretient des liens étroits avec la police et dont le nouveau directeur est une personnalité en vue. Le lendemain, l'un d'eux est trouvé mort dans son bureau, toutes portes fermées. Il ne peut s'agir d'un suicide. Mandé en toute hâte, le commandant Dalgliesh va mettre au jour bien des secrets douloureux, découvrir bien des jeux dangereux... Fidèle à son écriture naturaliste, P.D. James jette une lumière crue sur le monde qu'elle décrit: celui, chargé d'angoisse et de superstition, d'un milieu rural sans soleil où, par contraste, les sentiments les plus anodins prennent l'ampleur de passions destructrices." Attention: Phyllis Dorothy James n'est pas un vulgaire auteur de polars: cette lady est un auteur tout court. "(Gilles Martin-Chauffier, Paris-Match)" ... une vision réjouissamment pessimiste du monde... "(Pierre Démeron, Marie-Claire)" Une véritable romancière: une " romancière de crimes ". "(Jacques Roubaud, Le Monde)Née en 1920, Phyllis Dorothy James a exercé des fonctions à la section criminelle du Home Office avant de se consacrer entièrement à l'écriture. Mélange d'understatement britannique et de sadisme, d'analyse sociale et d'humour, ses romans lui ont valu d'être sacrée " nouvelle reine du crime ". Un certain goût pour la mort (Mazarine, 1987) a obtenu le Grand Prix de littérature policière 1988.

  • Un château victorien bâti sur une île, à quelques miles de la côte du Dorset : c?est là qu?un riche excentrique, auteur de romans policiers à ses heures, a convié quelques amis pour le week-end. Au programme des réjouissances, une pièce de théâtre montée par une troupe d?amateurs. Mais quelqu?un trouble la fête, se livrant à de macabres plaisanteries aux dépens des invités. La mort rôde autour de l?île. La terreur s?installe.
    Cordelia Gray, la jeune détective de la Proie pour l?ombre, joue les gardes du corps et observe d?un oeil acéré ces convives dont les bonnes manières dissimulent des vices inavouables. Energique, intuitive, elle dénoue un à un les fils de cette toile d?araignée criminelle.
    Dans ce roman subtil, la férocité, l?humour et le théâtre élizabéthain se mêlent de façon inimitable.
    « Avec P.D. James, le polar tremble sur sa base. La bonne question n?est plus : «A qui profite le crime ?», mais : «Que nous cachait donc ce cadavre ?» » (Paris-Match.)

  • Le décor: l'hôpital John Carpendar, imposant établissement d'époque victorienne abritant plusieurs services, dont une école d'infirmières. La première victime: une des élèves, tuée d'une manière particulièrement atroce. Les suspects: les infirmières, et, au premier chef, la directrice, la formidable Mary Taylor, et ses trois " secondes ", mais aussi le grand patron, le docteur Courtney-Briggs, dont on découvre bientôt qu'il a eu une liaison avec l'une des victimes. L'enquêteur: le commissaire Dalgliesh, bien sûr, qui, face à des femmes aguerries à la souffrance, dures à la tâche, habituées au secret professionnel, et farouchement féministes, aura fort à faire pour dénouer une intrigue dont les ramifications plongent loin dans le passé.Un P.D. James grand cru, qui valut à son auteur deux distinctions prestigieuses: la Dague d'or de l'Association des Ecrivains policiers britanniques et l'Edgar américain.Née en 1920, Phyllis Dorothy James a dirigé un des laboratoires médico-légaux de la police criminelle anglaise avant de se consacrer entièrement à l'écriture. Ses intrigues habiles, son style raffiné de femme cultivée, ses descriptions vigoureusement naturalistes de la vie anglaise d'aujourd'hui lui ont valu d'être sacrée " nouvelle reine du crime ". Un certain goût pour la mort (Mazarine, 1987) a obtenu le Grand Prix de littérature policière 1988.

  • Cette nouvelle intrigue concoctée par P.D. James se déroule dans le huis clos d?un petit musée londonien, le Dupayne, dédié aux années de l?entre-deux-guerres, véritable enclave de verdure et de calme située à la lisière du parc de Hampstead Heath. Administrée par les trois enfants de son fondateur Max Dupayne, cette institution rencontre des difficultés financières, et l?un des fils, Neville, psychiatre de son état, hésite à donner une nouvelle fois son aval à la reconduction du bail. Or sans son accord, le musée fermera. Aussi, quand on retrouve son corps carbonisé dans l?enceinte de l?établissement, est-ce tout naturellement sur les responsables et le personnel du musée que se portent les soupçons du commandant Adam Dalgliesh, dépêché sur les lieux.
    /> Qui a pu souhaiter la mort du médecin ? Son frère Marcus et sa soeur Caroline qui, eux, tiennent absolument à ce que le Dupayne reste ouvert ? Le conservateur, James Calder-Hale, dont on apprend qu?il a des liens avec les services secrets du MI5 ? Les deux employées modèles, Tally Clutton et Muriel Godby, qui se dévouent corps et âme à cette institution ? L?affaire se complique lorsqu?un deuxième corps est retrouvé, cette fois dans l?une des salles du musée, précisément celle consacrée aux meurtres célèbres des années trente

  • Adam Dalgliesh, un des plus fins limiers de Scotland Yard, a reçu une lettre d?un vieil ami l?invitant à lui rendre visite. Lorsqu?il arrive à Toynton Manor ? l?institution pour handicapés dont son ami est l?aumônier ?, il apprend la triste nouvelle : le père Baddeley est mort et enterré.
    Dalgliesh ne croit guère à une crise cardiaque. Aussi s?attarde-t-il dans cette étrange demeure. Très vite, Toynton Manor lui apparaît comme un repaire où les intrigues, les haines, les jalousies créent une atmosphère irrespirable. La série de morts mystérieuses qui s?ensuit ne fait que confirmer ses soupçons.
    « Chacun a un compte à régler, mais pas au point de tuer. Pourtant, il y a un cadavre et il faut faire avec. Vous aussi, n?hésitez pas à enquêter : c?est délicieusement atroce. » (Le Figaro Magazine.)

  • Dans le cercle feutré des hommes (et des femmes) de loi qui opèrent dans les Chambers de Londres (grands complexes de cabinets d'avocats), Venetia Aldridge, une avocate de talent au caractère bien trempé, fait acquitter un certain Garry Ashe accusé, sans doute à raison, d'être le meurtrier de sa tante. Mais quelle n'est pas sa stupéfaction lorsque, quelques jours plus tard, sa propre fille, Octavia, lui annonce son intention d'épouser... Garry Ashe! C'est le début, pour Venetia, d'une succession d'angoisses qui iront en empirant jusqu'au jour où on la retrouve assassinée avec une perruque de juge sur la tête et baignant dans un sang qui n'est pas le sien... Beaucoup, parmi son entourage, ne peuvent que se réjouir de sa disparition: son collègue Drysdale Laud, qu'elle menaçait de supplanter à la direction des Chambers; Harold Naughton, le secrétaire, dont elle ne souhaitait pas voir prolonger les services au-delà de l'âge (très proche) de la retraite; Simon Costello, un jeune confrère ambitieux dont elle avait promis qu'elle révélerait une tractation louche survenue quatre ans plus tôt; son amant, le député Mark Rawlstone, qui souhaitait mettre un terme à leur liaison afin de mener une vie plus conforme à une réussite politique; Garry Ashe, enfin, dont elle souhaitait empêcher le mariage avec sa fille. Autant de suspects que devra prendre en compte le commandant Dalgliesh, secondé par la fidèle Kate qui fait désormais équipe avec Piers, un très beau jeune homme, plus désinvolte et plus cynique qu'elle. Très vite, l'arme du crime est retrouvée _ un coupe-papier ayant appartenu à Venetia _ et le sang identifié comme celui qu'un autre avocat, Desmond Ulrick, avait mis de côté dans son réfrigérateur en vue d'une petite opération...Outre une intrigue magistralement construite, P. D. James nous offre, dans ce quinzième roman, une analyse approfondie des mécanismes de la justice _ de ses limites, de ses ambivalences _ sans se départir de la précision et du sens psychologique auxquels elle nous a habitués.

  • Dépêché dans une province lointaine, au climat rigoureux, aux habitants incultes et à la cuisine immangeable, le juge Ti regrette amèrement le luxe de la capitale. Un seul raffinement très en vogue est parvenu jusque dans ces contrées reculées : le go, jeu de stratégie d'origine ancestrale élevé au rang d'art. Les notables locaux en sont fous. C'est bien la veine du magistrat, qui n'y voit qu'un passe-temps pour oisifs ! Il est toutefois contraint de s'y intéresser de plus près lorsqu'il devine que le go pourrait avoir un rapport avec une série de meurtres survenus dans la région.
    S'engage alors une partie délicate, dont l'enjeu n'est autre que de nombreuses vies humaines.

  • Le commandant Dalgliesh, qui vient de publier un nouveau recueil de poèmes, part se reposer sur la côte du Norfolk, dans un ancien moulin qu'une de ses tantes lui a légué. Dalgliesh compte bien pouvoir oublier quelque temps à la fois Scotland Yard et son éditeur, mais un psychopathe étrangleur de jeunes filles qui sévit dans le Norfolk semble se rapprocher dangereusement du cap de Larksoken et, en outre, notre poète-détective ne peut se soustraire longtemps à la sollicitude de ses voisins: Alex Mair, directeur de la centrale nucléaire récemment érigée sur le cap; Alice, sa soeur, élégante, réservée, intimidante; Hilary Roberts, directrice administrative de la centrale; Neil Pascoe, écologiste passionné qui, de sa caravane sur la plage, organise la " résistance " à la centrale; Ryan Blaney, artiste peintre veuf et affligé de quatre enfants, locataire indésirable d'un cottage appartenant à Hilary; Miles Lessingham, qui rend cette dernière responsable du suicide de son ami... Et voilà que, au cours de sa promenade du soir, Dalgliesh bute sur un nouveau cadavre portant la " signature " de l'Etrangleur _ certaine mutilation particulièrement macabre. Or, presque aussitôt, on apprend que l'Etrangleur s'est suicidé avant que ce dernier crime ait été commis...Avec ce livre puissant et superbement orchestré, digne successeur de Un certain goût pour la mort, P.D. James prouve une fois de plus avec éclat qu'elle n'est pas seulement un des maîtres du roman policier britannique, mais, tout simplement, un des maîtres du roman contemporain.A propos de A visage couvert:" P.D. James raconte, en prenant son temps, nos plus vilaines pensées. On n'est pas près de s'en lasser. " (Pierrette Rosset, Elle)" Mrs James soumet la fiction policière au rituel d'une écriture critique, sans concession à la légèreté si souvent reprochée au genre par ses détracteurs. " (François Rivière, Libération)

  • Que feriez-vous si vous appreniez que votre mère s?est rendue coupable d?un crime atroce ? Et qu?après avoir purgé sa peine, elle s?apprête à sortir de prison ? Philippa Palfrey, elle, n?hésite pas une seconde. Cette jeune fille aux goûts raffinés, éduquée dans la meilleure tradition britannique par ses parents adoptifs, ne craint pas d?affronter les préjugés de classe et les horreurs du passé : avec tendresse, elle vole au secours de sa mère, Mary Ducton ? la meurtrière ?, pour la protéger d?un monde que dix années de prison lui ont fait oublier. Mais quelqu?un d?autre est au rendez-vous : c?est le père de la victime assassinée par Mary Ducton. Depuis dix ans, lui aussi attend son heure, guettant le moment où la meurtrière sera relâchée pour procéder lui-même à l?exécution que la justice s?est refusée à accomplir.
    La traque commence. Sur les bords de la Tamise, sous les arbres en fleurs de St James?s Park et dans les rues de Londres, un petit homme vêtu de gris suit sa proie à la trace. Il a tout son temps. Et il est certain de ne pas échouer

    « Un travail raffiné, cruel, qui fait songer à Pinter et Losey. » (Le Point.)

  • Avec Péché originel, première enquête du commandant Dalgliesh depuis Par action et par omission, P.D. James signe son roman de Londres _ et de l'eau. En effet, la Tamise y est omniprésente, à la fois centre géographique de l'intrigue et objet de méditation pour ses personnages, auxquels ses reflets changeants inspirent rêves, craintes, espoirs _ et, pour certains, de sinistres projets.Au bord de la Tamise, donc, non loin de la Tour de Londres, se dresse un faux palais vénitien construit en 1830 par Sir Francis Peverell, éditeur déjà célèbre dont la femme, dit-on, mourut peu après de mort violente. Ce palais, dénommé Innocent House, n'est jamais sorti de la famille et abrite aujourd'hui les bureaux de la très traditionnelle Peverell Press. Au moment où débute le récit, le président de la société, Henry Peverell, vient de mourir, son associé français Jean-Philippe Etienne s'est retiré, et c'est le fils de ce dernier, Gérard, qui a repris les rênes de l'entreprise. Or Gérard a décidé de " restructurer " toute l'affaire et, ce faisant, déchaîné terreurs et passions, non seulement dans le petit personnel, mais aussi parmi ses propres associés _ Claudia, sa soeur; Frances Peverell, qui fut sa maîtresse; James de Witt, amoureux de Frances; et Gabriel Dauntsey, poète déchu, presque octogénaire. Une première mort, quoique précédée d'événements troublants _ vol et falsification de documents _, ne retient guère l'attention de la police car il s'agit incontestablement d'un suicide, mais lorsqu'un second cadavre, curieusement profané, est découvert dans le même petit bureau attenant à la salle des archives de Peverell Press, Dalgliesh et sa nouvelle équipe, les inspecteurs Kate Miskin et Daniel Aaron, entrent en scène. Très vite, ils s'apercevront que le criminel qu'ils recherchent est d'autant plus dangereux que ses mobiles sont impénétrables et qu'il est prêt à tuer autant de fois qu'il est nécessaire pour couvrir ses traces...

  • Le Roi se retire à Marly
    Et d'amant, il devient mari
    Il fait ce qu'on doit à son âge
    C'est du vieux soldat le destin
    En se retirant au village
    D'épouser sa vieille putain.
    De nos jours, les dessous d'un cadre fastueux, haut lieu de la jalousie du pouvoir.
    Le mystérieux assassin du Château va-t-il se jouer impunément de la police judiciaire, terroriser en série jardiniers, architectes, conservateurs, fontainiers... ? Derrière les lourds secrets de l'Histoire, ceux ci se croyaient à l'abri des histoires.
    Et si, à Versailles, ces crimes nous étaient ... comptés !

  • La 7e femme

    Frédérique Molay

    La Crim' ne se repose-t-elle donc jamais, même le septième jour ?
    Sept jours pour faire cesser l'horreur !
    Le Quai des Orfèvres comme si vous y étiez : le fameux escalier, les filets de protection, la vétusté des murs... Si ces murs pouvaient parler, ils diraient l'esprit de corps, les tensions qui se nouent, les affaires qui se dénouent... et le combat implacable du patron de la Crim' : course contre le monstre, course contre la montre pour sauver la 7e femme !

  • A peine arrivé dans le monastère taoïste où l'a conduit une procédure de routine, Ti est confronté à une série inexplicable de suicides parmi les moines. Très vite, il est frappé par l'ambiance délétère d'un lieu où le fantastique côtoie la réalité, où les rêves sont vénérés à l'égal de révélations sacrées. En dépit des efforts d'un abbé anxieux de le voir s'en aller, Ti met au jour les mille péchés petits et grands de cette congrégation hors du commun.
    De son côté, Mme Ti, la première de ses trois épouses, mène sa propre enquête dans le couvent de nonnes bouddhistes situé sur une colline voisine, où son mari l'a envoyée soigner ses nerfs.
    Après avoir découvert qu'aucune des deux communautés ne l'emporte sur l'autre en matière de secrets et de mensonges, Ti se heurte à l'une des plus ingénieuses machinations de sa carrière de magistrat.
    L'auteur ressuscite la Chine policée et baroque des Tang, en compagnie d'un juge Ti plein de verve et de malice.


  • Que se passe-t-il dans le service de gynécologie-obstétrique du C.H.U. ?
    D'abord des lettres anonymes de plus en plus obsédantes, de plus en plus
    menaçantes...
    Et puis ces morts qui se succèdent...
    Le lieutenant Brandoni et le capitaine Pujol de Ronsac enquêtent chez les
    notabilités bourgeoises entre rébellions familiales et adultères discrets.
    Les intrigues du passé et du présent régissent ces pouvoirs locaux où les trahisons finissent par s'avouer « allergiques » aux fidélités.
    Médecin spécialiste, experte en littérature policière, Sylvie M. Jema nous entraîne au coeur d'un milieu dont elle connaît à merveille les pratiques et les secrets.

  • Les voûtes de Saint-Louis-en-l'Ile vibrent d'un son ensorcelant... Seule fausse note à cet enchantement, un concert de crimes avec, en ouverture, la dépouille du curé.
    De drôles de paroissiens fréquentent le quartier. Entre artistes et grand banditisme, le commissaire Mercier, lui, connaît la musique. Sur cette île chargée d'histoire, l'enquête décryptera-t-elle le code intime signé « Cremonensis faciebat... » ?
    A deux pas du quai des Orfèvres, l'auteur, médecin éminent, subit l'influence d'un autre Jules dont le souvenir romanesque hante encore les locaux et les nuits passées au « violon »...

empty