Eres

  • Cet essai sur la jouissance technologique propose une analyse des effets psychiques, sociaux, humains et civilisationnels, de deux grandes machineries modernes qui viennent suppléer notre pouvoir être défaillant : les télévisions (la télé, l'internet, le téléphone et la myriade de technopodes récents) et la « bagnole ». À travers des études détaillées et corrosives, l'auteur montre en quoi ces deux systèmes d'objets archétypiques modifient les conditions sociales de la vision et du mouvement corporel, la connaissance et l'action, et l'affectivité évidemment. Quelles sont alors les types de subjectivité que ces deux systèmes technologiques forment ? Quels sont les sujets qui en résultent ? Quel monde dessinent-ils ? Quelle humanité annoncent-ils ? Jean-Jacques Delfour, ancien élève de l'École normale supérieure de Saint-Cloud, professeur de philosophie en CPGE à Toulouse, enseignant en culture générale à la faculté de droit de Toulouse, auteur d'articles d'histoire de la philosophie

  • Les soins de l'âme contemporaine nécessitent l'analyse la plus fine des rapports entre le sujet parlant et ces nouvelles passions, les addictions. Si le discours sur les addictions se fait largement entendre chez les spécialistes et dans les médias, la parole des sujets est souvent réduite au rôle d'illustration, d'exemple. Cet ouvrage propose au contraire de s'attacher aux discours en eux-mêmes des sujets comme point de départ et présente une approche ancrée dans l'écoute étayée.

  • Pour tous ceux qui sentent l'emprise grandissante du discours bête et qui cherchent à comprendre comment il fonctionne pour mieux y échapper, voici un texte philosophique qui procède d'une déambulation dans la ville, comme autrefois Socrate dans la Cité, en s'arrêtant dans certains endroits sensibles et en commentant à vif certains problèmes liés aux discours qui se profèrent et aux paroles qui s'échangent. Le lecteur se trouve donc embarqué dans une aventure : voir ce qu'il ne voyait pas, entendre ce qu'il n'entendait pas et comprendre ce qu'il ne comprenait pas. Cela donne un côté vif et très plaisant à la lecture, qui évite les pesanteurs démonstratives et trop abstraites. Bref, ce texte ne philosophe pas « à l'allemande » avec des démonstrations purement conceptuelles, mais « à la française » avec un petit côté Neveu de Rameau... et parfois même un peu « à la brésilienne » (où, par exemple, les objets peuvent parler).

    Marilia Amorim est ancien professeur du département de psychologie sociale de l'université fédérale de Rio de Janeiro et actuellement maître de conférences à l'université de Paris 8. Elle a publié en France, notamment, Raconter, démontrer,...survivre. Formes de savoir et de discours dans la culture contemporaine (érès, 2007) et Dialogisme et altérité dans les sciences humaines (l'Harmattan,1996).

empty