Editions des îlots de résistance


  • L'ouvrage est un essai qui rassemble et synthétise pour la première fois les éléments éparses d'une révolution qui gagne de façon dispersée le monde économique. Il présente un à un ces actifs immatériels qui constituent un nouveau paradigme, et dont la prise en compte représente à la fois un challenge, et une opportunité fondamentale :

    le capital humain, tout d'abord : compétences, connaissances, expériences, culture


    le capital organisationnel : brevets, procédures, bases de données, méthodes d'organisation


    le capital relationnel : actionnaires, clients, fournisseurs, régulateurs, marques, perspective de sens, globale, propre à tracer un chemin qui permettra de faire converger, enfin, les paradoxes de notre système économique, comme deux de notre système de pensée...

    />

  • Le mouvement des enseignants désobéisseurs, qui a surgi à l'automne 2008, est totalement inédit dans sa forme comme dans sa dimension. Tout est parti de la lettre d'Alain Refalo, adressée à son inspecteur et intitulée En conscience, je refuse d'obéir! Comme secoués par un électrochoc, des milliers de professeurs des écoles ont, à leur tour, informé leur hiérarchie par voie de lettres, personnelles ou collectives, qu'ils entraient en désobéissance ouverte contre des réformes néfastes et qu'ils en assumaient les conséquences. En effet, cette résistance dite " pédagogique " s'est cristallisée sur de lourds dispositifs autoritairement imposés par le Ministre ; ceux-ci ont profondément heurté la conscience de nombreux enseignants qui réalisaient ne plus pouvoir participer par leur silence complice, ou leur coopération active, à ce qu'ils estimaient être la déconstruction de l'école publique. Ce mouvement se poursuit et s'enracine. Cet ouvrage se veut une contribution pour mieux comprendre le sens et la portée de ce mouvement. Il analyse les réformes qui menacent aujourd'hui l'école de la République, et y répond par des actions et des contre-propositions étayées par la pratique des enseignants. Véritable manifeste établi par celui qui a initié cette résistance, ce texte argumenté et engagé s'adresse tant aux enseignants du primaire qu'aux parents d'élèves et aux citoyens soucieux de l'avenir de l'école publique. En conscience, je refuse d'obéir est un plaidoyer contre la fatalité et la résignation, un vibrant appel non-violent à l'insurrection des consciences ; il ne s'agit ni plus ni moins que dessiner et construire un avenir pour l'école, non pas sous le signe de la compétition et de la rentabilité, mais aux couleurs de la générosité et de l'espérance.

  • Le livre est un plaidoyer pour la paix ; répondant points par points au « discours du Nobel » (Oslo, décembre 2009), l'auteur questionne Barack Obama sur la validité de ses engagements, et sur les impasses dans lesquelles s'engage ce pays. Mais surtout, il pointe les contradictions entre les propos de paix du lauréat et les actes de guerre des Etats-Unis ; volontiers pédagogue, il affirme les mécanismes fondamentaux nécessaires à l'établissement de la paix, en posant les préalables indispensables à la mise en oeuvre d'un cercle vertueux pacifique.

  •   Depuis plus de trente ans, les experts se penchent sur le sort de l´Afrique, inquiets des ratés de son développement ; les solutions proposées restent infructueuses, comme si la compréhension de l´Afrique se trouvait déformée par un regard biaisé, qu

  •   Yacolidabouo, une expérience de développement de proximité Voici un petit village africain, ni plus ni moins mal loti qu´un autre, encouragé et accompagné par l´attention fidèle d´un sage ayant compris les ressorts essentiels du développement africain, qui passe en quelques années à un niveau de développement étonnant, performant et durable ! on assiste à la mise en place de ce cercle vertueux tant attendu : enrichissement, modification de la gouvernance, projets, perspectives, évaluation, démocratie...
    Certes l´expérience Yacolidabouo n´est pas (encore) un modèle, mais elle recèle la plupart des ingrédients qui vont permettre le décollage de l´Afrique, qui a déjà démarré d´ailleurs, pour en faire LE continent du XXIème siècle !
     Marcel Zadi Kessy, ingénieur, homme d´affaire, est depuis 2011 Président du Conseil économique et social de Côte d´Ivoire ; profondément inspiré par une dimension économique et sociale du vivre-ensemble, ce natif de Yacolidabouo  a depuis 46 ans conçu, expérimenté et développé pour ce village un projet de développement de proximité hors du commun.
     

  • Talking about culture in France... Art, literature, theater and the like immediately come to mind, without really lingering over the fundamental role culture plays as a constituent element of the societal link. Schools, families and the army can only exist because their cultures define and underpin their organization. Businesses are no exception to this iron law, and a lot of failures took place because it was neglected.
    Corporate culture isn't simply the story of a creation or of technological or commercial quests but a complex and dense collection of knowledge, behaviors and human relations whereby the company is able to exist, survive, move forward, and establish an intangible heritage of strategic importance.
    Assessing the challenges of a new world, technological changes such as the digital revolution or sociological disruptions such as the rise of women in businesses, European HR Directors are trying to pinpoint the resources of corporate cultures and to extract, at a time of globalization, a common that can transcend national cultures. It is because Europe's culture - rich and plentiful - reflects on businesses that understanding it, however difficult it may be, is essential to bring about a generation of combative companies that can tackle global challenges, accept their societal responsibilities and enrich, in every way, the men and women that work in them.
    Under the guidance of Yves Barou, entrepreneurs, administrators, strategists, philosophers, researchers, and teachers gathers to outline a subtle and constructive approach to corporate cultures.

  • Comment participer intelligemment à une scolarité de collégien ? Comment faire en sorte que ce temps central dans la vie des jeunes et des familles puisse être riche et puissamment productif ? Alors que le collège concentre les contradictions de la société, qu'il met en scène les enjeux, les aspirations et les violences de la vie moderne, bien des acteurs de ce terrain ne savent plus comment contribuer à son projet, ou simplement comment l'utiliser efficacement. Au coeur de ce malaise, probablement, une vraie difficulté des protagonistes à se parler: les professeurs espèrent mais sont interloqués par cette jeunesse en pleine mutation et recherche identitaire, les jeunes s'ébrouent dans un monde nouveau pour eux, que personne n'arrive bien à leur décrypter, les parents tentent d'avancer dans le brouillard, perdus entre leur progéniture qui cherche d'autres repères que les leurs, et les professeurs ou l'administration dont ils comprennent mal les motivations... Ce guide pratique à destination des parents tente de donner des clés de compréhension de ce monde complexe : expliquer les symboles, apprendre à dire et à nommer, donner des outils pour fluidifier les relations. Destiné à être " traduit " par les parents à leurs enfants, il traite de questions aussi diverses que le carnet de liaison, l'absence des professeurs ou l'utilisation des téléphones portables... Cet ouvrage porteur d'espérance est un encouragement à se saisir sans plus tarder de la gestion quotidienne du collège, afin de donner à nos enfants aussi bien des outils pour affronter cette réalité difficile, que du sens pour construire leur compréhension du monde.

  • Comment créer de la valeur sans oublier les valeurs ?
    A l´heure où les tensions entre ces deux pôles n´ont de toute évidence jamais été aussi fortes, une réponse à cette question est à la fois urgente et vitale, tant elle semble influer sur le maintien du lien social, et de ce fait la pérennité de nos sociétés.
    Comment faire ? Fred Kofman nous invite à réconcilier et organiser les potentialités offertes à l´être humain, en considérant l´entreprise comme une communauté humaine consciente, c'est-à-dire combinant et équilibrant les valeurs émotionnelles, morales, mentales et spirituelles qui la constituent.
    Rapprochant les approches occidentales et orientales, croisant recherches spirituelles et sciences cognitives, Fred Kofman propose un modèle clair et puissant, une vision globale de la quête intelligente du bonheur, susceptible de réconcilier et d´organiser de très différentes perspectives.
    Une entreprise consciente se distingue par la valeur qu´elle apporte à ses clients, à ses actionnaires comme à ses collaborateurs ; elle produit de la durabilité et des performances exceptionnelles, valorisant solidarité et dignité de chacun.
    Ce programme repose sur sept piliers fondamentaux, parmi lesquels :
    Une responsabilité absolue, colonne vertébrale de cette conscience une intégrité fondamentale, facteur essentiel du « succès au-delà du succès » une communication authentique, faite d´expression constructive et d´écoute active une coordination impeccable, susceptible d´accompagner la montée en puissance de ces facteurs de réussite.
    Au coeur de ce déploiement, l´entreprise consciente nous propose « comment être », plutôt que « comment faire », comme ressource ultime de l´excellence.
    Une contribution urgente, essentielle et déterminante pour donner du sens au développement de nos systèmes économiques.

  • Ce livre pose les jalons d´un modèle émergent qui se dessine à grands pas, accéléré par la crise, le modèle social européen.

    En effet, si les politiques sociales des différents pays européens semblent fort éloignées les unes des autres, elles n´en recèlent pas moins les signes d´une convergence puissante, qui élaborent lentement un modèle social novateur, original et efficace. La crise a mis à jour dans nos rapports sociaux des pépites qu´il est urgent de pointer et valoriser, pour en faire des atouts certains dans la globalisation ; les peuples ont soif de compréhension, et le monde regarde l´Europe et son histoire : il est temps de proposer aux européens le cadre de leur travail de demain !

  •     The crisis has brought social issues back to the center of European debates: the European social model is once again a central stake. But what model are we talking about?
    The model that encourages and structures social dialogue, Europe ´s true trademark, which has an impact every day, this social dialogue that outlines an innovative, original, effective dialogue, which may be a real asset for globalization.

    The model that dominates over the very view of the company, which will have to be more human if it is to absorb all the blows it is taking.


    This collective book was written by practitioners in the field of social issues, HR managers, union members, researchers, European Commission members, or even people involved in social rating or training.


    This is a multi-author book written by Europeans, driven by their national traditions and who currently face similar challenges - the transfer of knowledge in a context of demographic ageing, the inevitable rise in youth unemployment as well as awareness as regards corporate social responsibility in the company´s ecosystem.


    It shows us that social Europe is buying built on a day-by-day basis, anticipating and shaping the accession of a new social pact, and that Europe is thus affirming its identity compared with the American or Chinese models.

  • Et si la formation professionnelle était le remède au chômage de masse ? Pourtant la formation professionnelle fait l'objet d'un consensus mou car le sujet, faute d'être clivant, ne passionne pas. Il en va pourtant de l'emploi, de la compétitivité, et donc de la croissance. Il y a urgence car le chômage de masse se conjugue aujourd'hui avec des pénuries de main-d'oeuvre pour certains métiers. L'Europe vit sur ses acquis alors qu'il faudrait investir plus pour être à la hauteur du bouleversement des métiers. ON A TOUS DROIT À PLUSIEURS VIES PROFESSIONNELLES En période de crise, il faut plus de formations qualifiantes. En période de chômage élevé, il faut donner à chacun une chance de rebondir. En période de crise des finances publiques, il faut faire plus avec moins de budgets ! En période de mutation, chacun doit se préoccuper de son employabilité, c'est-à-dire d'apprendre pour demain. Le mot est lâché ; il nous faut apprendre pour demain, d'autant que le numérique peut résoudre la contradiction entre personnalisation des parcours de formation et massification. La double ambition de cet ouvrage, conduit par Yves Barou avec un collectif d'experts et de personnalités qualifiées, est de décoder avec simplicité et lucidité les mots et les concepts d'hier, d'aujourd'hui et de demain de la formation professionnelle, et, ainsi, de clarifier les enjeux sociaux et économiques sous-jacents. Il est également une adresse à l'ensemble des responsables politiques pour que la formation professionnelle soit la grande cause nationale qui nous réunisse dans la lutte contre le chômage et pour l'insertion.

  • Parler culture en France... C'est avec gourmandise que l'on évoque les arts, la littérature, le théâtre, sans trop s'attarder sur la place fondamentale qu'occupe la culture en tant qu'élément constitutif du lien sociétal. L'école, la famille, l'armée n'existent que parce que leurs cultures définissent et sous-tendent leur organisation.
    L'entreprise n'échappe pas à cette loi d'airain, et c'est du fait de l'avoir trop négligée que de si nombreux échecs ont eu lieu. Culture d'entreprise ? Ce n'est pas seulement l'histoire d'une création ou des conquêtes technologiques et commerciales, mais bien un corpus complexe et touffu de savoirs, de comportements et de relations humaines qui permettent à l'entreprise de (sur)vivre, d'avancer, et de constituer un patrimoine immatériel d'importance stratégique.
    Prenant la mesure des défis d'un monde nouveau, des bouleversements technologiques comme le numérique ou sociologiques comme la montée des femmes dans les entreprises, les DRH européens tentent de cerner les ressorts des cultures d'entreprise et de dégager, à l'ère de la mondialisation, le commun qui peut transcender les cultures nationales. C'est parce que la culture européenne, riche et foisonnante, se reflète sur ses entreprises, que sa compréhension, aussi difficile soit-elle, est indispensable pour que puisse advenir une génération d'entreprises conquérantes, capables de se mesurer aux challenges mondiaux, d'assumer leurs responsabilités sociétales et d'enrichir dans tous les sens du terme les hommes et les femmes qui travaillent en leur sein.
    Sous la houlette d'Yves Barou se sont rassemblés entrepreneurs, gestionnaires, stratèges, mais aussi philosophes, chercheurs, enseignants, pour esquisser une approche fine et constructive des cultures d'entreprise.

empty