Editions Paradigme (réédition numérique FeniXX)

  • Vitale et rituelle, l'eau de l'homme du Moyen Âge irrigue plusieurs mondes. Qu'elle s'offre dans son immédiat surgissement - source, rivière, pluie -, ou dans la proximité d'une domestication encore élémentaire - puits, citernes, aqueducs, moulins -, elle baigne l'économie et la vie quotidienne, l'imaginaire et le religieux. Mer, fleuves, rivières, elle est moyen de transport, lieu d'échange et force motrice. Sources et lacs, elle est aussi le domaine des fées et du merveilleux qui resurgit dans la littérature : mer du Tristan, bain de Mélusine, fontaine de Barenton... Venus de différents horizons à l'initiative du CEMO (Centre d'Études Médiévales d'Orléans), neuf chercheurs éclairent ici quelques-unes de ses multiples facettes.

  • À la suite de Chrétien de Troyes, le roman évolue, la primauté du sens laisse la place au plaisir du récit et trouvera sa représentation dans un cycle de romans mettant Gauvain en scène. Dès lors, le neveu d'Arthur n'est plus la belle image des romans du XIIe siècle, il devient signe à lire et déchiffrer : les récits arthuriens cessent d'illustrer l'éthique chevaleresque, ils deviennent le lieu d'une initiation à l'art du roman.

empty