Parascolaire

  • « L'école est un champ de batailles et de conflits plus ou moins feutrés. Quoi qu'il en pense et quoi qu'il en dise, le sociologue est dans cette bataille et y participe, même quand il veut s'extraire de la mêlée. » Par-delà les conflits d'intérêts et les querelles d'appareil, François Dubet pose son regard de sociologue sur les « faits d'école ».

  • L´ouvrage présente les premiers résultats de l´étude EuroPEP développant une analyse comparative des politiques d´éducation prioritaire (PEP) dans huit pays européens : Angleterre, Belgique, France, Grèce, Portugal, République tchèque, Roumanie, Suède. Il met l´accent sur les évolutions qui ont affecté ces politiques scolaires depuis leurs premières formulations comme « politiques de compensation » à la fin des années soixante. Il étudie leurs contenus et modalités de mise en oeuvre, confronte les débats et savoirs s´y rapportant. Les politiques de compensation sont nées dans une période d´optimisme quant à l´avènement d´une société plus égalitaire, et dans le prolongement des réformes politiques assurant la transition d´une école élitiste vers une école de masse unifiée, censée garantir l´égalité des chances. Elles sont alors le plus souvent des politiques territorialisées : il s´agit d´accorder des moyens supplémentaires et de mobiliser des ressources pour lutter contre les inégalités scolaires dans les territoires urbains où se concentrent les difficultés économiques et sociales. Certaines de ces politiques ont perduré jusqu´à nos jours ; elles ont néanmoins connu d´importantes transformations au nom de la lutte contre l´exclusion, tandis que de nouveaux dispositifs relevant d´une tout autre philosophie ont progressivement émergé ailleurs. L´ouvrage décrit et questionne ces évolutions impliquant la désignation des publics bénéficiaires, l´organisation, les curriculums, l´action pédagogique, les finalités. Multiplication de dispositifs particuliers, gestion des « groupes à risques », individualisation de l´enseignement, adaptations curriculaires autour des « besoins spécifiques » sont autant d´éléments qui définissent un nouvel âge des « PEP » dont le rapport aux enjeux de démocratisation de l´accès aux savoirs demeure bien incertain.

  • Depuis une vingtaine d'années, la justice des mineurs est le théâtre de profondes mutations, marquées notamment par la création de centres éducatifs fermés et l'ouverture de nouvelles prisons. Ces mutations heurtent l'esprit fondateur de la Protection judiciaire de la jeunesse, créée au lendemain de la Seconde Guerre mondiale pour rompre avec le traitement pénitentiaire des déviances juvéniles. Confrontés à une multiplication d'injonctions punitives visant à durcir les réponses apportées aux jeunes délinquants, ses principaux acteurs - en particulier les éducateurs - tentent de préserver la dimension éducative de leur action. En articulant enquête historique et démarche ethnographique, Nicolas Sallée analyse l'émergence, au coeur de cette tension, d'un modèle éducatif fondé sur une revalorisation controversée de l'enfermement et de la contrainte pénale. Ce faisant, il décrypte la diffusion contemporaine d'une morale de la responsabilisation qui renoue avec nos plus vieilles utopies disciplinaires.

empty