Climats (réédition numérique FeniXX)

  • Le chiffre deux existe rarement sans le chiffre trois. Et, pour parler d'un truchement, on évoque souvent une tierce personne. Dans ce roman, Bertrand du Chambon décrit un autre lui-même, Vétyver, tiraillé entre deux femmes : Anis et Menthe, dans un style très vif, direct, impudique, impudent - disons leste, dans tous les sens du terme. Bertrand du Chambon mène un étrange dialogue avec son lecteur, et lui donne à entrevoir les relations entre l'auteur et le moi, entre le personnage et la personne ; une autobiografuite écrit-il, et une histoire d'amour.

  • Insoumission aurait aussi bien pu s'intituler Une vie dans le siècle, tant son auteur fut témoin et acteur de son temps. De la défaite de 1940, à la fin de ce millénaire, Roger Curel aura en effet vécu la Résistance, les guerres de libération, ainsi que les singularités du fait colonial. Et, surtout, du pouvoir. Si, tournant en permanence autour de cette question, cet ouvrage n'hésite pas à défier, fustiger et condamner, c'est peut-être, comme il le déclare, qu'il y avait matière à jugement. L'écrivain ne nous raconte ici rien de plus que l'éternel combat des hommes de bonne volonté, et tous les risques qu'ils acceptèrent d'assumer, par loyauté et respect envers leurs semblables.

  • Isolés entre la forêt opaque et les caprices d'un grand lac nordique, les survivants d'un désastre global ont réinventé, tant bien que mal, leur existence de pionniers. Leur communauté, déjà au péril du vieillissement, de l'inertie, va peut-être se réveiller sous le coup des émotions qu'un scandale et les traces de mystérieuses visites soulèvent en son propre sein. Mais, devant le défi primordial que la Nature lui lance, la peur, l'espoir, laissent la place à la seule question qui mérite notre angoisse : sommes-nous les seuls ? Établi en Amérique depuis près de quarante ans, Richard Vernier a longtemps vécu dans le Michigan. Il demeure maintenant non loin du Mont Rainer et de Seattle.

  • Les grandes personnes sont douées pour le mensonge. Elles en fabriquent selon leurs besoins et les entassent autour d'elles, pour se protéger. Derrière ces remparts, elles font commerce d'hypocrisies qu'elles transmettent à leurs descendants. Ainsi va l'éducation, nationale et familiale. À dix-huit ans, Edmond Caumat est parti chercher en Indochine des réponses aux questions qui l'empoisonnent depuis l'enfance, aux temps de la défaite et de l'Occupation. En octobre 1950, au Tonkin, sa section d'infanterie est décimée dans une embuscade. Avec son camarade Bania, un géant sénégalais de cent trente kilos, grièvement blessé, Edmond tente de regagner le poste de Kiêt Lô, en échappant aux soldats du Viêt-minh. Avec l'espoir de retrouver Su'ong, son amie viêtnamienne. Mais pourquoi ces autres rescapés, dont il découvre les traces sur la piste, les ont-ils abandonnés ?

  • Au premier siècle de notre ère, Maxence de Tyr, responsable de l'espionnage romain pour l'Asie et l'Égypte devant le César Imperator, vient à peine de former son quatrième réseau, que ses sept membres vont se trouver confrontés à la naissance d'une religion, à la poursuite d'un thaumaturge, aux révoltes juives, et à tous ces complots qui donneront à l'Empire cinq empereurs en dix-huit mois. D'Alexandrie à Rome, en passant par Jérusalem et Corinthe, Ceux-de-Maxence vont ainsi nous dévoiler le secret de la dernière nuit de Jésus-Christ, et les dangereuses collusions du fondateur de son Église, Chaoul de Tarse, saint Paul.

  • Marie est une jeune banlieusarde, épouse d'un représentant moyennement honnête ; Julie est une espiègle adolescente, fille d'un père en mal d'affection ; Rita est une étudiante italienne, amante d'un savant professeur en perpétuel déplacement. Leurs trajectoires ne se croisent pas, leurs géographies ne se recouvrent pas. Et pourtant, quelque chose les relie, pas plus encombrant que le témoin d'une course de relais. Ce roman est le reportage de cette course qui, en vérité n'a pas de début et pas de fin. Les protagonistes se brûlent les doigts au contact de ce témoin dont ils cherchent, chacun à sa manière, à se débarrasser, non sans l'avoir manipulé avec circonspection. Force d'attraction, mais force de destruction, la chose effectivement n'épargne personne. Et pour cause, puisqu'il s'agit de l'objet de l'amour...

  • 24 poèmes accompagnés par 24 tableaux quadri de Tony Soulié.

empty