Chronique Sociale

  • La vie invente chaque jour du nouveau au sein de notre société où de nouvelles solidarités se tissent. Les valeurs qui les sous-tendent ne sont plus, comme au temps jadis de la Modernité, fondées sur la croyance en la maîtrise et la puissance de la technique et de la science, mais sur l'altérité, c'est-à-dire sur les relations fluides et imprévisibles qui relient les humains entre eux et, au niveau de notre planète, les humains, les vivants et les choses, ouvrant le moment écologique dans lequel nous sommes entrés. De nouvelles institutions émergent de cet en-commun qui apparaît, à bas bruit, dans l'horizontalité de la société. Elles se fondent sur la non-puissance et la non-permanence, et elles se montrent plastiques et en transformation continuelle. Pour les penser, nous devons revisiter nos philosophies. Dans cet ouvrage, l'auteur se tourne vers des philosophies pour lesquelles la raison devient seconde par rapport à la vie et à l'existence, là où les paradoxes règnent et où le discours rationnel et scientifique cède la place à la sensibilité, à l'art et à la poésie. Ces philosophies de la liberté, de l'advenir et de l'impossible, s'enracinent dans les pensées de l'existence et de l'indicible, au croisement de l'immanence et de la transcendance, marginalisées au profit des philosophies purement rationnelles dominantes aux XIXe et au XXe siècles. Elles retrouvent aujourd'hui un espace de déploiement inattendu, qu'active la rencontre, à l'échelle de la planète, entre les sagesses et les spiritualités des différentes civilisations. Irrigant une nouvelle anthropologie, elles ouvrent des chemins inédits et enthousiasmants pour la pensée et pour l'action à travers l'incertitude et l'incomplétude de notre monde

  • Le parti pris de l'optimisme Cet ouvrage présente les composantes-clés de l'évolution de l'humanité. Il montre les ressources sur lesquelles l'Homme a pu s'appuyer pour construire une organisation sociale performante et apprenante. L'auteur fait le choix de modéliser l'aventure humaine sur la base d'une double hélice permettant de repérer les événements vécus, leurs interférences, leurs incidences... Cette relecture historique permet de revenir sur notre perception du passé afin de plus justement adosser notre présent en vue d'esquisser les perspectives et les conditions de notre avenir humain dans sa complexité. Il se positionne sur les défis actuels de l'Humanité et donne des démarches pour garantir l'existence d'une société humaniste. Aujourd'hui seul l'optimisme de résistance, prôné dans cet ouvrage, est digne d'une pensée humaniste et d'une détermination à remplir la vocation spirituelle dévolue à l'humanité.

  • Altermarxiste? Géographe radical?
    Cet ouvrage aide à comprendre les liens entre options politiques et philosophiques ainsi que les directions dans lesquelles peuvent s'orienter aujourd'hui recherches et mouvements «altermarxistes» sur les différents continents. Difficile de ne pas passer par la case Lefebvre. Certes il demande un effort mais on n'y trouvera néanmoins aucun jargon inutile ni discussion de salon: seulement des références à Pascal, Schelling, Heidegger, Sartre, Clouscard...
    Une femme, un honnête homme du XXIesiècle - qu'il soit citoyen, militant, étudiant, enseignant - y puisera, à travers Henri Lefebvre, une arme pour l'intelligibilité du monde ainsi que pour la pratique.

  • Une pédagogie du quotidien L'apport de Michel de Certeau à la pédagogie du quotidien garde toute son actualité alors que l'historien est mort en 1986. La modernité de sa pensée conjuguée au conservatisme de l'école française explique que ses textes, originaux et forts, peuvent encore servir à comprendre et à améliorer la relation pédagogique. Non seulement, de Certeau a enseigné toute sa vie à l'Université, mais il s'est aussi intéressé à tout ce qui touchait l'enseignement en amont, qu'il connaissait bien par ses expériences de terrain, professeur de philosophie en terminale, formateur d'enseignants, et par ses lectures des pédagogues : Illich (qui deviendra son ami), Freire, Deligny... Il interviendra dans les débats autour de l'École défendant, par exemple, le rapport Rouchette sur la rénovation de l'enseignement du français à l'école élémentaire. Il récuse la séparation entre le contenu enseigné et la relation professeur-élève car il perçoit que nous traversons une crise qui marginalise le savoir et d'une manière concomitante favorise l'essor de tout ce qui touche à la communication. Il invite donc les enseignants à théoriser cette relation, peut-être par l'écriture de récits pédagogiques. De Certeau apparaît aussi comme l'un des intellectuels les plus pertinents pour penser l'apprentissage de l'écrit à l'École. Son analyse dispose de toutes les ressources d'une érudition sans faille qui anime une brillante intelligence. Mais, chez lui, il n'y a pas que la tête, le coeur passe avant, comme chez Pestalozzi, le grand pédagogue suisse. Il y a chez lui un intérêt non feint pour l'autre qui insuffle de la passion dans une oeuvre qui garde toute sa tonicité. Les textes de ce grand pédagogue de la fraternité apparaissent très utiles pour imaginer la pédagogie du quotidien dans une École en crise. C'est ce que montre cet ouvrage.

  • Depuis 2012, nous disposons enfin en français d'une traduction satisfaisante des livres publiés par Hannah Arendt aux États-Unis de 1951 à 1972. Il est ainsi possible à tout citoyen francophone curieux de cette pensée d'accéder directement à l'une des oeuvres politiques les plus originales du XXe?siècle. Pensée toujours vivante et qui, dans un moment de changement d'époque, peut nous aider non à trouver les solutions, mais, ce qui est plus essentiel, à nous poser des questions pertinentes.
    Les commentaires sur l'oeuvre d'Arendt se sont tellement multipliés depuis trente ans que le travail critique a peut-être fini par empêcher l'accès direct à sa pensée. Cet ouvrage poursuit donc un objectif?: fournir un guide de voyage à travers l'oeuvre politique d'Arendt.
    La première partie est consacrée à la genèse, comme penseur politique, de Hannah Arendt depuis sa naissance en Allemagne en 1906 jusqu'à la publication aux États-Unis des Origines du totalitarisme en 1951.
    La deuxième partie constitue le coeur du livre. Le premier chapitre propose une vision d'ensemble des oeuvres en naviguant d'un ouvrage à l'autre et en saisissant le développement d'une pensée s'élaborant à partir des événements. Les sept chapitres suivants permettent au lecteur de s'orienter dans chacun des sept livres. Le dernier chapitre propose un glossaire, le lecteur voyageant, à nouveau, à travers les sept livres avec, pour fil directeur, un choix des notions et distinctions qu'ils abordent.
    La troisième et dernière partie ouvre une réflexion sous forme de questionnement. En quoi la matière apportée par l'oeuvre de Hannah Arendt peut-elle nous aider à penser nos choix et nos actions??

empty