Bragelonne

  • 1864, Géorgie. Enrôlé contre son gré dans les rangs sudistes, le lieutenant Stark a fini par fuir une guerre fratricide par laquelle il ne se sentait pas concerné. 1865, Caroline du Nord. Stark se retrouve soudain à la tête de trois hommes aussi déclassés que lui - un déserteur, un voleur et un lâche - pour infiltrer les lignes ennemies et y mener une mission quasiment suicide. Mais que peuvent quatre mauvais soldats face à la barbarie d'un conflit et à la folie des hommes ?

  • « Dylan Stark, Pawhuska et les autres, tous ceux qui sont nés et naîtront sous la plume de Pelot, il vous faudra apprendre à les connaître... Parce que, quand vous aurez lu un Dylan Stark, forcément, il vous en restera quelque chose... » Sud-Ouest« Pierre Pelot a construit autour du personnage généreux de Dylan Stark, à travers qui il symbolise l'Ouest et la prairie, le jeu infatigable des Indiens et des cow-boys. » Le Magazine LittéraireSous le soleil brûlant du Grand Ouest américain brutalisé par la guerre de Sécession, la folie guette les hommes. Un western implacable !Septembre 1865, nord-ouest Arkansas. Poursuivi par des hors-la-loi sudistes, et lui-même à la poursuite des guérilleros d'El Paso qui ont assassiné ses parents, Dylan Stark se rend dans les montagnes de l'Arkansas, jusqu'à l'inhospitalière Unspeakable Town. Quasiment épargné par la guerre de Sécession, si ce n'est les raids sauvages menés par des nordistes, le village perdu est sous l'emprise du mystérieux Teafield, un vieux fou qui fait croire à son fils que la guerre continue...Révolté par cet ignoble mensonge, Dylan Stark fait éclater la vérité et ne tarde pas à avoir une horde aux abois à ses trousses.« Pierre Pelot est un authentique rêveur. Nous savions, il est vrai, que le Far-West n'a pas de frontières. » Le Figaro Littéraire« Un très grand écrivain, à la plume forte, virile, énergique et tendre à la fois ; un amoureux de cet Ouest américain que l'injustice et le racisme révoltent, que le marginal généreux et toujours en quête séduit. » Actual« Pierre Pelot trempe sa plume dans du bourbon et tue les mouches au colt. [...] Ses récits ont le souffle des grands espaces. » PiloteLe mot de l'auteur :Quand je pense à l'Ouest, quand me viennent aux yeux des images de roches et d'arbres, quand me coule aux oreilles la chanson des cours d'eaux, alors je vois un homme.Cet homme-là, c'est l'Ouest.Je ne le décrirai pas. Je ne dirai pas non plus : « Il était courageux, c'était un héros, etc. » Car j'ai en horreur ce terme idiot. Car aussi on n'est pas courageux. Le courage, je crois, est une chose qui va et vient au hasard des situations ; à certains moments il est là, à d'autres c'est la peur.L'homme dont je parle eut peur, et il lui arriva d'être également courageux.Je vais donc raconter cette vie d'homme. Évidemment, il y a énormément de choses à dire à propos de cet homme durant le temps qu'il fut debout. Puis, un jour, il est mort...Il est mort, et l'Ouest avait agonisé doucement, un peu avant. Mais ce n'est pas une chose triste.Je vais raconter la vie de cet homme parce que je la trouve belle, et grande, parce qu'elle ne suivit pas la piste commune.Cet homme avait pour nom Dylan Stark.Il est toujours mon ami.Pierre PelotPierre Pelot est un auteur vosgien né en 1945. Il a écrit près de deux cents romans dans les genres les plus divers, de la science-fiction au thriller, en passant par le western et la littérature générale, dont beaucoup ont été traduit dans plus de vingt langues. Avec des oeuvres telles que Delirium Circus ou La Guerre olympique, il est l'un des meilleurs auteurs de SF française. En compagnie d'Yves Coppens, il a signé Le Rêve de Lucy et Sous le vent du monde. Son Été en pente douce a été adapté au cinéma avec le succès que l'on sait.

  • « Dylan Stark, Pawhuska et les autres, tous ceux qui sont nés et naîtront sous la plume de Pelot, il vous faudra apprendre à les connaître... Parce que, quand vous aurez lu un Dylan Stark, forcément, il vous en restera quelque chose... » Sud-Ouest« Pierre Pelot a construit autour du personnage généreux de Dylan Stark, à travers qui il symbolise l'Ouest et la prairie, le jeu infatigable des Indiens et des cow-boys. » Le Magazine LittéraireAu coeur du Grand Ouest américain, la folie guette les hommes. Un western implacable, une formidable peinture de la brutalité des tyrans !Octobre 1865, Arkansas. Dylan Stark, le métis indien aux yeux clairs, a échappé aux fous d'Unspeakable Town et pris sous son aile le jeune Caerog, traumatisé par ce qu'il a vécu et incapable désormais de se suffire à lui-même. Les deux compagnons vont faire halte à Siloam, une ville dirigée par quelques soldats de l'Union. Au départ chargés d'assurer l'ordre en cette fin de la guerre de Sécession, les soudards se sont peu à peu transformés en véritables loups, cruels et tyranniques...Dylan Stark va avoir fort à pour soustraire les habitants à ce règne de terreur !« Pierre Pelot trempe sa plume dans du bourbon et tue les mouches au colt. [...] Ses récits ont le souffle des grands espaces. » Pilote « Pierre Pelot est un authentique rêveur. Nous savions, il est vrai, que le Far-West n'a pas de frontières. » Le Figaro Littéraire« Un très grand écrivain, à la plume forte, virile, énergique et tendre à la fois ; un amoureux de cet Ouest américain que l'injustice et le racisme révoltent, que le marginal généreux et toujours en quête séduit. » ActualLe mot de l'auteur :Quand je pense à l'Ouest, quand me viennent aux yeux des images de roches et d'arbres, quand me coule aux oreilles la chanson des cours d'eaux, alors je vois un homme.Cet homme-là, c'est l'Ouest.Je ne le décrirai pas. Je ne dirai pas non plus : « Il était courageux, c'était un héros, etc. » Car j'ai en horreur ce terme idiot. Car aussi on n'est pas courageux. Le courage, je crois, est une chose qui va et vient au hasard des situations ; à certains moments il est là, à d'autres c'est la peur.L'homme dont je parle eut peur, et il lui arriva d'être également courageux.Je vais donc raconter cette vie d'homme. Évidemment, il y a énormément de choses à dire à propos de cet homme durant le temps qu'il fut debout. Puis, un jour, il est mort...Il est mort, et l'Ouest avait agonisé doucement, un peu avant. Mais ce n'est pas une chose triste.Je vais raconter la vie de cet homme parce que je la trouve belle, et grande, parce qu'elle ne suivit pas la piste commune.Cet homme avait pour nom Dylan Stark.Il est toujours mon ami.Pierre PelotPierre Pelot est un auteur vosgien né en 1945. Il a écrit près de deux cents romans dans les genres les plus divers, de la science-fiction au thriller, en passant par le western et la littérature générale, dont beaucoup ont été traduit dans plus de vingt langues. Avec des oeuvres telles que Delirium Circus ou La Guerre olympique, il est l'un des meilleurs auteurs de SF française. En compagnie d'Yves Coppens, il a signé Le Rêve de Lucy et Sous le vent du monde. Son Été en pente douce a été adapté au cinéma avec le succès que l'on sait.

  • « Dylan Stark, Pawhuska et les autres, tous ceux qui sont nés et naîtront sous la plume de Pelot, il vous faudra apprendre à les connaître... Parce que, quand vous aurez lu un Dylan Stark, forcément, il vous en restera quelque chose... » Sud-Ouest« Pierre Pelot a construit autour du personnage généreux de Dylan Stark, à travers qui il symbolise l'Ouest et la prairie, le jeu infatigable des Indiens et des cow-boys. » Le Magazine LittéraireAu coeur du Grand Ouest américain, en territoire indien, un western implacable !Automne 1865, Arkansas. Dylan Stark a libéré la petite ville de Siloam de l'emprise des soudards qui y faisaient régner la terreur. Accompagné d'un ex-lieutenant des Confédérés, il lui faut désormais les escorter jusqu'au tribunal militaire qui les jugera. Une marche de plusieurs jours les attend, au coeur du territoire indien, où les esprits s'agitent plus que jamais... Sur la piste, les loups d'hier pourraient devenir les proies d'aujourd'hui. « Pierre Pelot est un authentique rêveur. Nous savions, il est vrai, que le Far-West n'a pas de frontières. » Le Figaro Littéraire « Pierre Pelot trempe sa plume dans du bourbon et tue les mouches au colt. [...] Ses récits ont le souffle des grands espaces. » Pilote« Un très grand écrivain, à la plume forte, virile, énergique et tendre à la fois ; un amoureux de cet Ouest américain que l'injustice et le racisme révoltent, que le marginal généreux et toujours en quête séduit. » ActualLe mot de l'auteur :Quand je pense à l'Ouest, quand me viennent aux yeux des images de roches et d'arbres, quand me coule aux oreilles la chanson des cours d'eaux, alors je vois un homme.Cet homme-là, c'est l'Ouest.Je ne le décrirai pas. Je ne dirai pas non plus : « Il était courageux, c'était un héros, etc. » Car j'ai en horreur ce terme idiot. Car aussi on n'est pas courageux. Le courage, je crois, est une chose qui va et vient au hasard des situations ; à certains moments il est là, à d'autres c'est la peur.L'homme dont je parle eut peur, et il lui arriva d'être également courageux.Je vais donc raconter cette vie d'homme. Évidemment, il y a énormément de choses à dire à propos de cet homme durant le temps qu'il fut debout. Puis, un jour, il est mort...Il est mort, et l'Ouest avait agonisé doucement, un peu avant. Mais ce n'est pas une chose triste.Je vais raconter la vie de cet homme parce que je la trouve belle, et grande, parce qu'elle ne suivit pas la piste commune.Cet homme avait pour nom Dylan Stark.Il est toujours mon ami.Pierre PelotPierre Pelot est un auteur vosgien né en 1945. Il a écrit près de deux cents romans dans les genres les plus divers, de la science-fiction au thriller, en passant par le western et la littérature générale, dont beaucoup ont été traduit dans plus de vingt langues. Avec des oeuvres telles que Delirium Circus ou La Guerre olympique, il est l'un des meilleurs auteurs de SF française. En compagnie d'Yves Coppens, il a signé Le Rêve de Lucy et Sous le vent du monde. Son Été en pente douce a été adapté au cinéma avec le succès que l'on sait.

  • « Dylan Stark, Pawhuska et les autres, tous ceux qui sont nés et naîtront sous la plume de Pelot, il vous faudra apprendre à les connaître... Parce que, quand vous aurez lu un Dylan Stark, forcément, il vous en restera quelque chose... » Sud-Ouest

    « Pierre Pelot trempe sa plume dans du bourbon et tue les mouches au colt. [...] Ses récits ont le souffle des grands espaces. » Pilote

    « Pierre Pelot est un authentique rêveur. Nous savions, il est vrai, que le Far-West n'a pas de frontières. » Le Figaro Littéraire


    Deux hommes pris au piège d'une tragédie familiale, un western aiguisé, où la violence des émotions rivalise avec celle de la nature brute.

    Hiver 1865, Missouri. Dylan et Alwoy ont réussi à s'évader au camp de la mort de Mountain Grove.
    Ils trouvent refuge dans un étrange ranch où l'on est encore assez superstitieux pour clouer le hibou sur la porte.
    Tous savent ici qu'un tel signe est destiné à éloigner le malheur d'une maison. Et, derrière les murs, se noue en réalité un drame familial inextricable, une lutte entre un vieux père qui ne vit que pour ses chevaux, et un fils rétif qui dilapide l'argent de la famille, au risque de précipiter la chute du ranch.
    Il faudra davantage qu'un hibou crucifié sur la porte pour raviver la fierté dans le regard d'un père.


    « Un très grand écrivain, à la plume forte, virile, énergique et tendre à la fois ; un amoureux de cet Ouest américain que l'injustice et le racisme révoltent, que le marginal généreux et toujours en quête séduit. » Actual

    « Pierre Pelot a construit autour du personnage généreux de Dylan Stark, à travers qui il symbolise l'Ouest et la prairie, le jeu infatigable des Indiens et des cow-boys. » Le Magazine Littéraire


    Le mot de l'auteur :
    Quand je pense à l'Ouest, quand me viennent aux yeux des images de roches et d'arbres, quand me coule aux oreilles la chanson des cours d'eaux, alors je vois un homme.
    Cet homme-là, c'est l'Ouest.
    Je ne le décrirai pas. Je ne dirai pas non plus : « Il était courageux, c'était un héros, etc. » Car j'ai en horreur ce terme idiot. Car aussi on n'est pas courageux. Le courage, je crois, est une chose qui va et vient au hasard des situations ; à certains moments il est là, à d'autres c'est la peur.
    L'homme dont je parle eut peur, et il lui arriva d'être également courageux.
    Je vais donc raconter cette vie d'homme. Évidemment, il y a énormément de choses à dire à propos de cet homme durant le temps qu'il fut debout. Puis, un jour, il est mort...
    Il est mort, et l'Ouest avait agonisé doucement, un peu avant. Mais ce n'est pas une chose triste.
    Je vais raconter la vie de cet homme parce que je la trouve belle, et grande, parce qu'elle ne suivit pas la piste commune.
    Cet homme avait pour nom Dylan Stark.
    Il est toujours mon ami.
    Pierre Pelot


    Pierre Pelot est un auteur vosgien né en 1945. Il a écrit près de deux cents romans dans les genres les plus divers, de la science-fiction au thriller, en passant par le western et la littérature générale, dont beaucoup ont été traduit dans plus de vingt langues. Avec des oeuvres telles que Delirium Circus ou La Guerre olympique, il est l'un des meilleurs auteurs de SF française. En compagnie d'Yves Coppens, il a signé Le Rêve de Lucy et Sous le vent du monde. Son Été en pente douce a été adapté au cinéma avec le succès que l'on sait.

  • « La Marche des bannis est un morceau d'histoire racontant la déportation de la tribu des Cherokees. Il vous ouvrira une fenêtre sur un monde rude et captivant. Pierre Pelot trempe sa plume dans du bourbon et tue les mouches au colt. [...] Ses récits ont le souffle des grands espaces. » Pilote « Dylan Stark, Pawhuska et les autres, tous ceux qui sont nés et naîtront sous la plume de Pelot, il vous faudra apprendre à les connaître... Parce que, quand vous aurez lu un Dylan Stark, forcément, il vous en restera quelque chose... » Sud-OuestUne page tragique de l'histoire des Cherokees, contraints de quitter leurs terres et d'entreprendre la longue marche des bannis, une nouvelle Piste des larmes, pour rejoindre les réserves désertiques de l'Oklahoma. Mars-avril 1866, Oklahoma, Territoire indien. Dylan Stark, métis Cherokee, éprouvé par les horreurs de la guerre et de l'emprisonnement, retrouve les hommes de son peuple. Décidé à résister avec eux, et à partager leurs souffrances, il entame aux côtés de ses frères la longue marche des bannis vers une réserve désertique, loin de leurs terres ancestrales.Au coeur de cette tragique colonne, il côtoiera la mort et le courage, mais aussi l'amour, pour la première fois.« Pierre Pelot est un authentique rêveur. Nous savions, il est vrai, que le Far-West n'a pas de frontières. » Le Figaro Littéraire« Un très grand écrivain, à la plume forte, virile, énergique et tendre à la fois ; un amoureux de cet Ouest américain que l'injustice et le racisme révoltent, que le marginal généreux et toujours en quête séduit. » Actual« Pierre Pelot a construit autour du personnage généreux de Dylan Stark, à travers qui il symbolise l'Ouest et la prairie, le jeu infatigable des Indiens et des cow-boys. » Le Magazine LittéraireLe mot de l'auteur :Quand je pense à l'Ouest, quand me viennent aux yeux des images de roches et d'arbres, quand me coule aux oreilles la chanson des cours d'eaux, alors je vois un homme.Cet homme-là, c'est l'Ouest.Je ne le décrirai pas. Je ne dirai pas non plus : « Il était courageux, c'était un héros, etc. » Car j'ai en horreur ce terme idiot. Car aussi on n'est pas courageux. Le courage, je crois, est une chose qui va et vient au hasard des situations ; à certains moments il est là, à d'autres c'est la peur.L'homme dont je parle eut peur, et il lui arriva d'être également courageux.Je vais donc raconter cette vie d'homme. Évidemment, il y a énormément de choses à dire à propos de cet homme durant le temps qu'il fut debout. Puis, un jour, il est mort...Il est mort, et l'Ouest avait agonisé doucement, un peu avant. Mais ce n'est pas une chose triste.Je vais raconter la vie de cet homme parce que je la trouve belle, et grande, parce qu'elle ne suivit pas la piste commune.Cet homme avait pour nom Dylan Stark.Il est toujours mon ami.Pierre PelotPierre Pelot est un auteur vosgien né en 1945. Il a écrit près de deux cents romans dans les genres les plus divers, de la science-fiction au thriller, en passant par le western et la littérature générale, dont beaucoup ont été traduit dans plus de vingt langues. Avec des oeuvres telles que Delirium Circus ou La Guerre olympique, il est l'un des meilleurs auteurs de SF française. En compagnie d'Yves Coppens, il a signé Le Rêve de Lucy et Sous le vent du monde. Son Été en pente douce a été adapté au cinéma avec le succès que l'on sait.

  • La guerre de Sécession s'achève. Dans le Missouri, une petite compagnie de soldats Nordistes se retrouve chargée de pacifier l'État, ce qui n'est pas une mince affaire au coeur de cette région du Sud... Au milieu de la rancoeur des vaincus, des violences et des règlements de compte, les personnages pourront saisir toute l'ampleur de la difficulté qu'il y a à réapprendre à vivre en paix.

  • La fin de la guerre de Sécession se vit dans la souffrance, comme l'a lui-même expérimenté Dylan Stark, métis Indien, de retour à la ferme familiale dont il ne reste plus que des ruines calcinées.Déchiré entre son envie d'abandonner le passé derrière lui, et le désir impérieux de venger ses parents, Dylan assiste également à la ségrégation raciale dont continuent à souffrir les enfants noirs de sa petite ville natale. N'y a-t-il pas, là encore, un douloureux combat à mener ?

empty