éditions de la Rémanence

  • - 58%

    Dans une contrée lointaine soumise aux caprices d'une nature rugueuse et difficile, Oleg, jeune nomade des steppes, doit accomplir son rituel de passage à l'âge adulte. Sa quête le mènera aux confins des savoirs de son peuple. La découverte d'objets fantastiques, les livres, le plongera dans un imaginaire luxuriant d'autant plus séduisant que les secrets qu'ils révèlent sont réputés maudits. Entre fable et récit initiatique, Dzud nous invite à questionner la modernité, ses excès que nous connaissons tous, mais aussi ses qualités.

  • Lorsque deux frères se lancent dans l'ascension de la montagne sur laquelle leur père s'est tué quinze ans plus tôt, leur histoire les rattrape. Entre peur du vide, petite forme, mauvais temps et souvenirs douloureux, la randonnée tourne au chemin de croix. Mais pour le narrateur, dont le premier enfant naîtra dans quelques semaines, impossible de faire demi-tour : ce sommet est une obsession et un passage obligé avant de devenir père à son tour.

  • Sancie est une adolescente ordinaire de treize ans... presque quatorze. Elle habite avec ses parents et sa grande soeur Béatrix, va au collège et partage son temps libre avec ses copines Mathilde et Fantine. Tout irait pour le mieux si son entourage cessait de la considérer comme une gamine. Sa vie bascule quand elle rencontre Arthur, un jeune homme de dix-neuf ans, et plus encore lorsque Peterpan, un adolescent de dix-sept ans, devient son confident sur Internet. Pourtant, elle n'a pas été réellement honnête avec ce dernier : elle lui a menti sur son âge par crainte qu´il ne se détourne d´elle. Une relation fondée sur le mensonge peut-elle durer ?


    Auteur d'ouvrages pour la jeunesse, Calouan est aussi correctrice professionnelle et novelliste.Toile d'araignée est son troisième roman pour adolescents.



    « Un rappel percutant des risques de l'anonymat sur Internet ! » Le Monde des Ados « En lisant ce roman, les ados pourront très rapidement se mettre à la place de Sancie. Ils pourront ainsi mieux comprendre pourquoi l´héroïne se met en danger. [...] Toutsurmonado conseille aussi ce roman à tous les parents qui souhaitent savoir comment leurs ados peuvent se faire entraîner dans cette spirale sans pouvoir en parler. » Toutsurmonado


  • Gérard Lacour est un poète timide et réservé. Il aime profondément sa femme Nathalie, chanteuse de jazz lumineuse et fantasque. Ils sont heureux ensemble depuis dix ans quand un cancer, diagnostiqué chez Nathalie, fait irruption dans leur vie. Le couple se retrouve devant le seuil, face à la maladie, la mort. Gérard prend la plume et déroule, hommage-poème, son histoire à elle, racontée avec ses mots à lui.

  • - 50%

    Pour tromper l'ennui et mettre à profit ses six mois de convalescence, Jacques, célibataire endurci, s'inscrit sur un célèbre site de rencontres. Moins d'un an plus tard, enfin guéri, il décide de partir rencontrer Tatiana, la jeune femme avec laquelle il entretient une correspondance prometteuse, et se met en route pour Khabarovsk, aux confins de l'Extrême-Orient russe, à plus de 10 000 km de chez lui. Avec beaucoup d'humour, sans concession et tambour battant, il nous déroule son histoire, touchante et vraie, d'une rare fraîcheur. Car sur place, rien ne se passe comme prévu. Découvertes et péripéties s'enchaînent, jusqu'à prendre un tour totalement inattendu...

  • - 58%

    Une île en Méditerranée, 2023. Il règne un froid polaire. Camille, jeune insulaire, et Jack, un homme venu du continent, sont conduits à partager une maison isolée dans des conditions de vie précaires. Leur cohabitation les amène à se raconter, chacun dévoile à l'autre ce qu'il a vécu depuis le « Grand Évènement ». Alors qu'ils essaient de se reconstruire et de bâtir ensemble un avenir dans ce monde chamboulé, leur passé récent vient se télescoper avec le besoin qu'ils semblent avoir l'un de l'autre. Comment leurs fantômes vont-ils bouleverser le présent plus qu'il ne l'est déjà ?

  • Au fil de ces vingt et quelque nouvelles, l´auteur, variant les registres (réaliste, fantastique, policier, horreur), se joue de l´âme humaine et nous fait vivre les émotions de ses personnages à des moments critiques de leur existence. En nous installant dans une atmosphère inquiétante, d´une noirceur parfois inexorable mais où vacille toujours la possibilité d´une issue, les histoires de ce recueil perturbent, surprennent et ne laisseront personne totalement indifférent.






    Claire Gilbert a suivi des études de communication puis a travaillé dans les spectacles jeunes publics. Elle se lance dans l´écriture lors de congé parental et obtient le premier prix au concours d'écriture du Festival Roman(s) à Romans en 2010 ainsi que celui des Journées du Livre de Sablet l´année suivante. Aujourd´hui auxiliaire de vie scolaire et correspondante de presse, elle réside dans un petit village de la Drôme, près de Montélimar.

  • - 50%

    Un matin, le narrateur ressent ennui et lassitude à surfer sur la vague molle des réseaux sociaux. Il décide subitement d'une abstinence totale en la matière, pendant un mois minimum. Les instants habituellement passés à faire défiler le fil d'actualité de ses amis seront désormais consacrés à l'écriture de ce qui arrive à quiconque quitte ce monde virtuel. Il rapporte alors, dans ces notes qui se substituent à ses posts, quelques-unes de ses expériences dans cet autre univers et se livre à une réflexion - amusée et désabusée - sur ce que signifie vivre sans amis.

  • Après avoir bourlingué des années avec Lucas, Lili, journaliste, a envie de stabilité : elle s'ancre à Paris, il poursuit ses voyages, ils s'aiment... Mais une rencontre va faire vaciller toutes ses certitudes. Rubene est écrivaine, californienne, fragile, solitaire et mal dans sa peau. Pas douée pour aimer, ...

  • S'ils partagent les mêmes racines, les cinq enfants de la colline au grand puits ne se ressemblent guère et rêvent d'un avenir différent. À chacun sa vision du bonheur : l'amour, la terre, la guerre, le chemin de fer ou encore l'exode vers la ville. Pourtant, aucun ne vivra comme il l'avait espéré, et tous connaîtront un autre destin. L'Histoire se mêle à leurs trajectoires, et la vie ne laisse pas toujours le choix... Isabelle Giagnoni est tombée en écriture comme d'autres tombent en amour. Auteure de plusieurs récits et textes poétiques, elle vit et travaille à Paris. Les dimanches de Jeanne est son premier roman édité.

  • L'océan Atlantique, des côtes françaises aux contrées irlandaises et anglaises, est le décor des quinze nouvelles qui composent ce recueil. Adultes et enfants se donnent rendez-vous sur ses rivages comme sur la scène d'un théâtre où ils s'interrogent, explorent leur mémoire, leurs souvenirs, écrivent le récit de leur propre histoire. Dans l'attente de la direction à prendre, l'océan est là, témoin, confident. Il ne dit rien, il écoute. Simplement.


  • En Normandie, entre Cabourg et Houlgate, vit Raphaël, un garçon de huit ans qui aime sa mère de manière fusionnelle. Quand quelques années plus tard, il doit apprendre à surmonter son absence, le roman suit ses tâtonnements dans sa recherche d'un amour absolu, dans la quête de son identité et de sa sexualité. Ces apprentissages, à l'aube de l'adolescence, se feront aussi grâce à l'écriture et à la littérature qui trouvent des échos dans sa vie.





  • Au début des années 90, à Toulouse, un étudiant en sciences amoureux des mots rencontre Satoko. Elle est venue étudier, pour un seul semestre, la littérature française. Peu à peu, en dépit de leur différence de culture, les jeunes gens se découvrent, puis s'aiment. Dans ces beaux instants rythmés par les oeuvres qui les enchantent et les rapprochent, chacun préfère ignorer le bruit du temps : Satoko devra bientôt rentrer. Sauf si...








  • À la source de ce recueil, une observation attentive de nos doutes, nos solitudes, nos blessures enfouies et la mise en évidence de moments à la fois brefs et intenses où la vie palpite grâce à des rencontres, des décisions, des hasards, des surprises. L'auteur pose un regard sensible et doux sur ses personnages et leurs parcours qui nous parlent aussi de nos propres chemins.

  • J'ai quarante-et-un ans. Ce livre, je le ressens alors qu'il se termine, constitue un trait d'union entre les deux pratiques d'écriture qui sont aujourd'hui les miennes. Écrire sur les autres, écrire sur soi, écrire, tout court. Mes écrivains, ceux que je lis, que j'ai lus, m'ont, malgré eux, mené à moi, à ce je auquel, quoi qu'on en dise, on revient toujours. Ils me font advenir dans ce texte, sinon comme un écrivain, du moins comme un je qui écrit. Qui s'écrit.

  • - 50%


    Mebrat est éthiopienne. Dans son village, on pratique encore l'excision. C'est contre cette tradition que la jeune femme, moderne et courageuse, va décider de s'élever en refusant de confier sa cadette à l'exciseuse. Comment réagira le village ?

  • Rose-Marie est une femme au foyer qui s'ennuie dans sa vie insipide aux côtés d'un mari volage et de trois grands enfants qui s'éloignent peu à peu du cocon familial. Entre ses tâches ménagères et ses rêves d'indépendance perdus, elle s'isole peu à peu. Aziz, lui, est un petit voyou des quartiers, plutôt introverti, qui vivote au gré de mauvais coups en essayant d'asseoir son statut d'homme au sein de sa famille après la mort de son père et l'incarcération de son frère aîné. Enfin, il y a Nick. Américain, il a tout quitté du jour au lendemain il y a vingt ans pour retrouver son âme soeur en France. Abandonné de tous, seul dans un pays inconnu, ses mauvaises fréquentations ont fait de lui un tueur à gages. Les destins de ces trois personnages vont se croiser, les impacter de façon brutale et les conduire à faire des choix qui auront pour chacun des conséquences irréversibles.

  • - 50%


    Delphine est élevée par sa mère et ne connaît pas son père. Elle a grandi à Arles, au sein d'une cité-dortoir, et mène une vie un peu morne qui ne satisfait pas ses rêves d'enfant. Ébranlée par une expérience traumatisante alors qu'elle vient de rentrer au collège, la jeune fille traverse l'adolescence au gré de ses rencontres masculines, et cherche les moyens d'accepter son corps, à la fois troublée et fascinée par le déploiement de ses attributs féminins.

  • Deux adolescents que tout oppose : l'un suit ses parents au fil des mutations de son père et ses relations familiales sont difficiles, l'autre est ancré dans la ferme paternelle et très proche des siens. Le premier cherche le bonheur dans l'adversité, le second grandit dans la sérénité. Une amitié puissante et exclusive unit pourtant les deux garçons. Mais quand de l'affection naît l'emprise, le drame n'est jamais bien loin. Sans savoir exactement où il plante ses racines ni s'il adviendra, la tension monte. Car la manipulation est une arme dangereuse, l'amour et le désir des détonateurs instables.

  • Début des années soixante. Un village perdu dans la campagne. Maryse Labasle, la nouvelle institutrice, arrive avec son fils François dans le chaud silence de juin. François garde pour lui la douleur d´être séparé de son père. Jamais il n´en dira mot. Pour l´heure, il s´ennuie et joue aux billes tout seul. Heureusement, d´autres enfants... Michel, sauvageon fagoté comme l´as de pique, accompagné de son corniaud baptisé Lechien. Et puis Betty et Roselyne, des jumelles un peu nunuches. Enfin Marsel-Claude, avec un « s », alias Garcille, mi-fille mi-garçon, lunaire, bizarre... On ignore tout de ses origines, à moins qu´on préfère ne pas en parler. Que cache ce silence ? Pourquoi se taire ? Les enfants, eux, sont dépourvus d´états d´âme. Ils vont chercher à savoir. Et c´est au sein de leur Club des Six qu´ils partiront en quête de vérités...


    Henri Girard est romancier, conseiller littéraire et membre de plusieurs associations de défense des Lettres ou des auteurs. Il lui tenait à coeur depuis longtemps de rendre un hommage à Enid Blyton et aux aventures du Club des Cinq qui enchantèrent son enfance et lui donnèrent l´envie de raconter des histoires à son tour.

    L´auteur donne à ses personnages plus de relief, les étoffe, ne s´arrête pas à une simple ombre chinoise des romans du siècle dernier à la couverture cartonnée dont il reste de nombreux exemplaires dans des caisses remisées au grenier.

    Chaque personnage, quel que soit son âge ou son évolution au fil des pages, possède un fort tempérament, nous pousse à la tendresse et l´attachement. Chacun y va de son caractère, de ses rêves, de ses blessures, de ses échecs ou de ses victoires, de la relation à l´autre... Les enfants tiennent aussi bien leur rôle que les adultes.

    Une mention particulière pour le père du jeune Michel, Victor Côtel, un taiseux comme on dit, mais surtout une figure directement sortie du fin fond des campagnes, brute, charpentée, avec du fumet et une croûte brune... oui, un vrai camembert ce Victor !

    Ce roman s´adresse à tous les âges, chacun fera sa propre lecture, y trouvera son compte.

    DOMINIQUE LINN, ÉCRIVAIN Toujours fidèle à ce que nous aimons, l´écriture, la verve, l´amour de notre langue, j´ai dégusté ce roman comme une friandise, un fameux "roudoudou". Je suis retournée en "nostalgie". Merci de tout mon coeur.

    ODILE (LECTRICE) Un roman destiné aux adultes qui souhaitent replonger dans leurs lectures d'enfance.

    23/03/2015 - LA REPUBLIQUE DE SEINE ET MARNE Lecteur, vous avez entre les mains un petit bijou de "nostalgie heureuse", avec une écriture de la langue française, ciselée comme une pièce d'orfèvrerie.

    C.L. (LECTRICE) Le problème de ce roman - truffé de bonheurs d´expression -, c´est qu´une fois refermé, il ne vous lâche plus.

    PIERRE TISSERAND, ROMANCIER

  • Inspirés de la littérature japonaise classique, les sept récits de ce recueil mettent l'accent sur les déclinaisons du sentiment amoureux. Des temples zen aux brumes des lacs, des souvenirs meublant la solitude d'un ermitage aux villages au bord de l'océan, passions et traditions s'affrontent pour proposer un itinéraire où l'amour et la fatalité se croisent et s'entremêlent au pays de la beauté.

  • « Rien ne semblait devoir arriver. Rien ne semblait pouvoir exister d'autre que ce brouhaha cotonneux des couloirs, ces bousculades adolescentes chaque heure à la porte d'une salle de classe qu'on quittait, chaque heure, pour une autre salle de classe où tout serait pareil : chaque heure le bruit de troupeau qui s'engouffre puis freine, ...

  • Élevée et choyée par Dada, sa grand-mère, la petite Amy vit une enfance heureuse au Togo. Sa vie bascule quand, suite au décès de Dada, elle doit rejoindre ses parents installés en France. La jeune fille s´adapte facilement à son nouveau pays, mais pourquoi un tel désir d'indépendance et cette quête éperdue d'amour ?

    Retraçant un parcours difficile et une histoire pleine d´amertume, La Quête d´Amy est un roman engagé et émouvant qui montre comment des faits encore ordinaires, peuvent, littéralement, détruire des âmes innocentes.






    Actuellement hôtesse de caisse dans un hypermarché grenoblois, Naomi Ajavon a fait partie des premières mompreneurs françaises en créant son entreprise, Idéal´Nature, dans le but de contribuer au respect de l´environnement. Elle se consacre également à la littérature, en regroupant au sein de La Croisée des Plumes, un site dédié notamment à la littérature togolaise, des écrivains et des lecteurs passionnés puis en publiant La Quête d´Amy, son premier roman.

  • - 50%


    Parachuté au coeur d'une ruralité dont il ignore à peu près tout, Antoine Duplanquier rejoint la prestigieuse administration préfectorale de l'arrondissement d'Ussel, Haute Corrèze. Notre jeune commis va faire sur le tas l'apprentissage du drôle de métier de sous-préfet, où parfois le rocambolesque le dispute à l'absurde.

empty