Éditions Alexandrines

  • « Paris est la seule ville qui soit aussi un monde », disait Charles Quint.

    Paris a en effet toujours représenté une sorte d´Amérique. Des romanciers nombreux y résidèrent ; encore plus quittèrent leur province ou pays d´origine pour s´y installer, le temps d´une halte ou toute une vie.
    Ces écrivains ont noté leurs impressions ou traduit leurs sentiments dans des récits personnels ou dans des romans. Nous les avons suivis, eux, mais aussi leurs créatures que l´on observe cheminant dans les squares, les allées des Champs-Élysées ou du Palais-Royal, évoluant dans les hôtels bourgeois du faubourg Saint-Honoré et à Saint-Germain-des-Prés, trottant sur les Grands Boulevards.

    Cette visite du Paris des écrivains nous révèle des joyaux.


    Jean Le Nouvel est un Parisien amoureux de sa ville et baigné de littérature. Il a arpenté Paris durant quinze ans, revenant de ses balades ébloui de choses vues. Écrivain exquis, il les a associées, à l´aide de sa riche bibliothèque personnelle, à ce qu´en avaient dit ou conté les écrivains.

  • « C´est Durrell à Sommières, flânant sur le marché inondé de soleil avant de retourner écrire, à son maset. C´est Chabrol sur le mont Lozère, arpentant "sa" Cévenne à pas de géant. Et Daudet le Nîmois, jouant enfant sous la porte d´Auguste à la marelle. Le Gard, depuis toujours, aime les gens de lettres. Et ils le lui rendent bien, comme le rappelle ce savoureux ouvrage.

    Il y a ceux qui y sont nés, comme Marc Bernard et Jean Carrière, et ceux qui l´ont adopté : François Nourissier, ouvrant les portes de son château bohème d´Arpaillargues, ou Pierre Combescot devenu camarguais par l´entremise de Jean Lafont.

    Ainsi nourris de leur terre natale ou d´élection, les auteurs deviennent de formidables guides. On songe évidemment au plus célèbre d´entre eux, Robert Louis Stevenson, et à son Voyage avec un âne dans les Cévennes. Son récit, écrit en 1878, prouve encore aujourd´hui que les trésors ne sont pas seulement dissimulés dans les îles. » Hervé Denyons, Le Point.

  • Comment nos auteurs préférés vivent-ils quand ils s´interrompent d´écrire ? Certains vont et viennent, se promènent, vagabondent. D´autres se posent, le temps d´une saison ou d´une tranche de vie, avec femme, compagnon ou amis. Ils habitent des lieux de passage, ou des demeures, qu´ils imprègnent de leur parfum.

    Leurs meilleurs biographes ont suivi Victor Hugo et nous racontent.
    "Depuis 1834, Victor Hugo fait chaque année, au mois d´août, une longue excursion avec sa maîtresse Juliette Drouet. Presque chaque jour, il envoie une lettre à Adèle, sa femme, qui lui répond poste restante. Bien entendu Victor Hugo est censé voyager seul, par bienséance naturellement.

    En Seine-Maritime, des rues, des places, des lycées, des collèges, des écoles, mais aussi un musée portent le nom de Victor Hugo ; pourtant durant sa longue vie il n´y a passé que quelques mois, mais certains lieux ont imprimé leur présence dans sa vie et dans son oeuvre au gré des peines et des joies.

    Plus au nord, en Pas-de-Calais, Montreuil-sur-Mer s´impose comme un des lieux fondamentaux du roman Les Misérables..."  

  • Ce territoire est parsemé de romans ! écrit l´un des 35 biographes de ce guide. Terre de douceur et de beauté, la région Centre a vu naître les plus grands écrivains français. De Tours à Bourges, de Valençay à Orléans, de La Ferté-Vidame à Beaugency ... ce pays ensorcèle ses enfants et les métamorphose en auteurs d´exception. Rabelais, Ronsard, Descartes, Balzac, Sand, Proust, Péguy, Alain-Fournier, bien d´autres encore : ils sont tous venus de là ! Nous avons suivi les traces de leur vie pour découvrir l´âme mystérieuse de ce tendre pays. Suivez la promenade : vous serez enchantés. Cet ouvrage a été publié avec le soutien de Ciclic, agence régionale du Centre pour le livre, l'image et la culture numérique.

  • Gustave Flaubert sur les sentiers du GR20, André Gide sur les pentes du Monte d´Oro, Julien Gracq à la plage, Prosper Mérimée sur les pas de Colomba entre la Castagniccia et Sartène... Comment ces touristes peu ordinaires que sont les écrivains ont-ils vu la Corse ?

    Qu´ils en soient natifs (Salvatore Viale, Santu Casanova, Angelo Rinaldi...) ou étrangers (Mérimée, Dumas, Maupassant...), la Corse a inspiré l´oeuvre de nombreux écrivains. Certains n´y ont été que de passage, d´autres s´y sont installés (Jean d´Ormesson, Marcel Conche...). Leurs regards diffèrent, mais tous partagent la même passion pour cette île. Avec La Corse des écrivains, vous suivrez les chemins balisés par ces auteurs, à travers les anecdotes et les aventures qui leur sont arrivées. En sept chapitres, depuis Corte et le Centre Corse jusqu´à la plaine orientale en passant par la Castagniccia et la Casinca, Bastia et le cap Corse, la Balagne, Ajaccio et, au sud, Bonifacio et Porto-Vecchio... vous visiterez et (re)découvrirez en même temps les endroits secrets de cette île sur les pas de ses écrivains. Un voyage en compagnie de Balzac, Hugo, Nietzsche, Carco, Saint-Exupéry... et, plus près de nous, Colombani, Desanti, Fumaroli, Léotard, Culioli, Jérôme Ferrari...

  • De grands biographes nous content la vie intime des écrivains de Seine-Maritime. Terre natale de Corneille, Flaubert et Maupassant, lieu d´origine des familles de Dumas et de Gide, résidence privilégiée de Maurice Leblanc, Gaston Leroux et Raymond Queneau... cette terre a façonné les plus grands hommes et femmes de lettres !
    « Cette balade en Seine-Maritime est extrêmement riche, inspirée, la plus belle de la collection... je suis peut-être suspecte de partialité envers ce département où ont vécu, sont passés beaucoup d´écrivains que j´aime, présentés de façon remarquable. » Annie Ernaux « Cet ouvrage associe les grands noms du patrimoine aux écrivains contemporains. Des textes magistraux. » Philippe Bertrand, France Inter

  • La Loire-Atlantique a inspiré de nombreux écrivains impressionnés par la beauté du lieu. Leur vie quotidienne nous est ici savoureusement contée par leurs meilleurs biographes.



    Le temps, bien que pluvieux "au moins une fois par jour", n´empêche pas la douceur d´un climat qui a charmé des auteurs comme Balzac, Gracq, Verne, Prévert, Rouaud ou Vallès. On s´émerveille et on sourit face à la poésie qu´offrent les paysages maritimes où passaient, il n´y a pas si longtemps, les bateaux à vapeur. Ce pays de Loire est aussi le berceau du rêve surréaliste porté par Aragon, Breton et Vaché. On se laisse guider à travers Nantes, Pornic, Pornichet, La Baule, Guérande, Saint-Nazaire...

  • La joie de vivre, c´est le soleil des gens du Nord ! Elle se manifeste dans leur sens de la fête, mais aussi dans la musique de leurs mots, l´usage qu´ils font du français et la malice qu´ils expriment en picard. Comme disait André Stil : « C´est un pays haut en couleur humaine » ! Il est bien loin le temps de Germinal de Zola, de la courée dans laquelle grandit Van der Meersch, et de la ville « où, sans fin, vomissant le charbon, l´usine en feu dévore un peuple moribond... ! » (Albert Samain). Ces auteurs importants s´écartent aujourd´hui de l´imaginaire du pays et laissent éclore une littérature du Nord, joyeuse et optimiste comme ses habitants.

    « Cette région est comme le bonheur, s´exclame Jacques Duquesne : on ne sait son prix que lorsqu´on l´a perdu. »

  • « Écoutez, c´est moi, le port de Marseille, qui vous parle. Gravissez les coupées de mes bateaux... je vous conduirai vers toutes les merveilles des hommes et de la nature », nous exhortait Albert Londres en 1926.


    Mais que nous importe cette invitation à faire le tour du monde, puisque le monde entier passe par Marseille ? Attablons-nous plutôt avec Joseph Méry autour d´une bouillabaisse alors qu´Alexandre Dumas, parti explorer le château d´If, décidera d'y enfermer Edmond Dantès. Découvrons le jeune Albert Cohen fraîchement arrivé de Corfou, tout émerveillé devant vitrines et cafés de la Canebière... Regardons alors défiler mille nations et mille aventures, et Tartarin s´embarquer pour le pays des lions, et Fabio Montale lutter contre le crime...



    Marseille des écrivains est un formidable guide pour voyager sans quitter cette cité inspiratrice des plus grands écrivains qui y sont nés ou qui y ont embarqué vers des horizons inconnus.

  •  Comment nos auteurs préférés vivent-ils quand ils s'interrompent d'écrire ? Certains vont et viennent, se promènent, vagabondent. D'autres se posent, le temps d'une saison ou d'une tranche de vie, avec femme, compagnon ou amis.

    Ils habitent des lieux de passage ou des demeures, qu'ils imprègnent de leur parfum.

    Avec Claude Schopp, découvrez Alexandre Dumas sous un nouveau jour, à travers sa vie de tous les jours et ses lieux de résidence en France, à Marseille, à Lyon, dans les Yvelines... Une balade littéraire savoureuse.

  • Les Editions Alexandrines s'intéressent à la vie et au quotidien des écrivains dans leur région d'origine ou d'appartenance. "Le Calvados des écrivains" , ouvrage collectif, permet de découvrir la Normandie maritime, de Honfleur à Colleville et Saint-Laurent sur Mer, en passant par Trouville, Deauville, Villers-sur-Mer et Cabourg, en suivant les pas d'une vingtaine d'auteurs : Baudelaire, Delarue-Mardrus, Alphonse Allais, Proust, Duras, Sagan, Grainville, Garcin... Ce guide littéraire nous entraîne aussi dans la Normandie intérieure, de Pont l'Evêque à Caen, Vire et Falaise en passant par La Roque-Baignard, Lisieux, Verson, Bayeux et Aunay-sur-Odon ; nous traversons le pays d'Auge en visitant les maisons et les lieux d'inspiration des grands auteurs passés et présents: Gide, Flaubert, Segrais, Malherbe, Gracq, Senghor, Robbe-Grillet, Arcisse de Caumont, Olivier Basselin, Wace.

    Cet ouvrage est dirigé par Marie-Odile Laîné, spécialiste de littérature normande.

  • Flâner dans Toulouse sur les pas des écrivains, quel plaisir formidable ! Découvrir, aidé de leur meilleur biographe, ce que cachent les murs de leur maison ; explorer les ruelles qu´ils ont arpentées ; s´asseoir à la table des cafés qu´ils ont fréquentés : ce guide nous invite à goûter tout cela. Et c´est savoureux.

    « Ce merveilleux livre, véritable gourmandise littéraire, allie à la perfection, détente et savoir, fantaisies et surprises. À garder précieusement à portée de main pour une dégustation fréquente et ô combien savoureuse ! » L'Auta.

  • La célébrité de Daudet s'appuie sur deux figures légendaires : l'Arlésienne dont l'absence est passée en proverbe et Tartarin, le jovial menteur ainsi que sur le souvenir de la lecture des Lettres de mon moulin faite bien trop tôt pour qu'on en apprécie la richesse et les ambiguïtés. À partir de ces morceaux choisis et souvent survolés, s'est bâtie une image tout à fait réductrice de Daudet : un conteur méridional en belle humeur, un galéjaïre dont l'oeuvre n'exclut pas une pointe d'émotion.
    Mais, le vrai Daudet reste méconnu, victime de préjugés. Il faut redécouvrir un auteur qui, pour ses contemporains, était un grand écrivain, un maître de la nouvelle école et une personnalité complexe et attachante dont la sincérité va jusqu'au cri.

  • Est-il une vie plus difficile à interpréter que celle de Racine ? Orphelin issu d'une famille de petits notables implantée dans un bourg endormi de Picardie, La Ferté-Milon, il a fini, pourvu de la noblesse héréditaire, comme l'un des plus proches courtisans du Roi-Soleil. Admirateur passionné de celui-ci, dont il fut chargé d'écrire l'histoire, il n'en rédigea pas moins, secrètement, un Abrégé de l'histoire de Port-Royal, monastère si haï du monarque qu'il le fit raser dix ans après avoir accepté que Racine s'y fît inhumer. Éduqué par les jansénistes qui avaient le théâtre en horreur, il s'empressa de courir après la gloire procurée par la poésie dramatique. Puis, l'ayant obtenue, et avec elle la richesse, il chercha à faire oublier qu'il avait été un poète de profession, allant jusqu'à condamner la pratique même du théâtre comme les plus austères dévots de son temps, sans renier pour autant ses tragédies, qui lui avaient conféré de son vivant l'immortalité.
    Pour expliquer cet étonnant parcours, fait apparemment de ruptures, de paradoxes et quelquefois de trahisons, on a invoqué jadis la cruauté et la violence de ses tragédies, qui, sous des dehors policés, révéleraient une personnalité tourmentée et même sauvage. On a ensuite vu dans leur auteur un ambitieux sans scrupule, parce qu'il aurait été un orphelin pauvre, redevable de son exceptionnelle éducation à la charité des « Messieurs » de Port-Royal ; et il aurait fait une « carrière » exemplaire en ne considérant le théâtre que comme un moyen de parvenir.
    Loin d'échafauder une interprétation nouvelle, la présente biographie réexamine l'ensemble des documents originaux concernant Racine, en faisant la part entre ce qu'ils nous apprennent et les légendes qui se sont formées dès le lendemain de sa mort. En même temps, elle lie étroitement le parcours de l'homme à son activité d'écrivain. Non pour chercher ce qui dans l'homme éclaire l'écrivain ou ce qui dans ses écrits éclaire l'homme, mais pour montrer l'écrivain à l'oeuvre, à partir de ce que l'on peut reconstituer de la genèse de ses pièces. Et le lecteur découvrira des continuités là où l'on ne voit souvent que ruptures, des fidélités là où l'on ne voit qu'opportunisme, des cohérences sous les paradoxes apparents.

empty