Littérature générale

  • Dans l'islam, il est permis à un homme qui part en voyage de contracter un mariage à durée déterminée pour ne pas être tenté de fréquenter les prostituées. On le nomme "mariage de plaisir". C'est dans ces conditions qu'Amir, un commerçant prospère de Fès, épouse temporairement Nabou, une Peule de Dakar, où il vient s'approvisionner chaque année en marchandises. Mais voilà qu'Amir se découvre amoureux de Nabou et lui propose de la ramener à Fès avec lui. Nabou accepte, devient sa seconde épouse et donne bientôt naissance à des jumeaux. L'un blanc, l'autre noir. Elle doit affronter dès lors la terrible jalousie de la première épouse blanche et le racisme quotidien. Quelques décennies après, les jumeaux, devenus adultes, ont suivi des chemins très différents. Le Blanc est parfaitement intégré. Le Noir vit beaucoup moins bien sa condition et ne parvient pas à offrir à son fils Salim un meilleur horizon. Salim sera bientôt, à son tour, victime de sa couleur de peau. Hervé Pierre met en voix un conte vivant et dramatique qui apporte un regard inédit sur le Maroc, divisé par le racisme et l'exclusion, des années 1940 à nos jours.

  • "«S'il vous plaît... un petit peu de sommeil... un petit peu de cette douce et agréable absence... Une simple échappée, une brève escapade, un pique-nique avec les étoiles dans le noir...»
    Grand insomniaque, un scénariste de Tanger découvre que pour enfin bien dormir il lui faut tuer quelqu'un. Sa mère sera sa première victime. Hélas, avec le temps, l'effet s'estompe... Il doit récidiver. Le scénariste se transforme en dormeur à gages. Incognito, il commet des crimes qu'il rêve aussi parfaits qu'au cinéma. Plus sa victime est importante, plus il dort. Et c'est l'escalade.
    Parviendra-t-il à vaincre définitivement l'insomnie? Rien n'est moins sûr. Une erreur de scénario, et tout peut basculer. "

  • «?On trouvera dans ces pages des éclairages passionnants et érudits sur le Coran et ses dévoiements par le soi-disant imam Al-Baghdadi, sur le sens du texte sacré des musulmans, ses interprétations, les luttes dont il fut l'objet au viie?siècle entre les modernes et les obscurantistes, avec ce constat amer sans cesse renouvelé?: les progressistes perdirent la bataille, laissant prospérer une vision rétrograde du legs spirituel de Mahomet. Les attentats terroristes en France, comme les exactions de Daech en Irak et en Syrie, ont ­inspiré à Tahar Ben Jelloun des textes puissants, tantôt remplis de colère et d'émotion, tantôt écrits au scalpel froid d'une pensée rationnelle aux prises avec l'irrationnel.»
    Éric Fottorino,
    Directeur de l'hebdomadaire Le 1

    /> Romancier, poète et essayiste, Tahar Ben Jelloun est un observateur attentif du monde arabe. Il est depuis 2008 membre de l'académie Goncourt, institution qui avait distingué son roman, La nuit sacrée (Seuil) en 1987.

  • Un travailleur immigré, reclus dans une malle, noue une relation avec une femme rêvée à laquelle il livre son histoire intime et les souvenirs de son pays. Pour échapper à son fantasme qui l'isole, il décide de retourner vers le monde des vivants. Dans la rue, il subit la violence, la haine et le racisme mais rencontre aussi Gazelle, une jeune Palestinienne, qui l'aide à rompre avec sa solitude.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • « L'amitié est une religion sans Dieu ni jugement dernier. Sans diable non plus. Une religion qui n'est pas étrangère à l'amour. Mais un amour où la guerre et la haine sont proscrits, où le silence est possible. Ce pourrait être l'état idéal de l'existence. Un état apaisant. Un lieu nécessaire et rare. Il ne souffre aucune impureté. L'autre, en face, l'être qu'on aime est non seulement un miroir qui réfléchit, c'est aussi l'autre soi-même rêvé. Pour parler de l'amitié, je n'irai pas compulser des ouvrages dans les grandes bibliothèques. Je ferai simplement un retour sur moi-même, un voyage dans ma mémoire. Je vous conterai mes histoires d'amitié comme des histoires fabuleuses ou banales, surprenantes ou quelconques. » T.B.J. Tahar Ben Jelloun raconte ses amis, de l'école coranique à aujourd'hui.

  • Entre le Maroc et la France, Tahar Ben Jelloun a connu mille et un vies. Philosophe, poète, professeur, opposant politique, journaliste, psychothérapeute, écrivain, juré littéraire... Devenu auteur sans le vouloir, cette grande figure de la littérature nous raconte son parcours, ses engagements, les hasards qui l'ont menés au-devant la scène littéraire. Depuis 1971, il a publié une cinquantaine d'oeuvres, dont Les amandiers sont morts de leurs blessures (recueil de poèmes qui lui a valu le prix de l'amitié franco-arabe en 1976), La Nuit sacrée (Prix Goncourt 1987), ou plus récemment Le Mariage de plaisir (Gallimard).
    Comment cet intellectuel multiculturel est-il arrivé à l'écriture ? Comment son parcours a-t-il façonné son oeuvre ? Quel regard porte-t-il sur la littérature ? Il aborde tout cela, et bien plus, au cours de ce passionnant entretien.
    « L'écrivain n'est pas quelqu'un qui s'isole et qui ferme les portes et fenêtres [...] C'est quelqu'un qui est dans la réalité. Moi je suis citoyen, écrivain et citoyen » Tahar Ben Jelloun
    © et (P) Audiolib, 2017
    Durée : 0h58

empty