Lizzie

  • Ciao Bella

    Serena Giuliano

    • Lizzie
    • 9 Mai 2019

    Grandir, pardonner et... manger des pâtes !" J'ai peur du chiffre quatre. C'est une superstition très répandue en Asie. Le rêve ! Enfin des gens qui me comprennent ! Je devrais peut-être déménager... - Vous avez beaucoup d'autres phobies ? - Vous avez combien d'années devant vous ? " Anna a peur - de la foule, du bruit, de rouler sur l'autoroute, de la maladie, ou encore des pommes de terre qui ont germé... Elle est aussi enceinte de son deuxième enfant. Pour affronter cette nouvelle grossesse, elle décide d'aller voir une psy.
    Au fil des séances, Anna livre avec beaucoup d'humour des morceaux de vie. L'occasion aussi, pour elle, de replonger dans le pays de son heureuse enfance, l'Italie, auquel elle est arrachée toute petite. Une immersion dans son passé qui résonne inévitablement dans son présent...
    À quel point l'enfance détermine-t-elle une vie d'adulte ? Peut-on pardonner l'impardonnable ? Comment dépasser ses peurs pour avancer vers un avenir meilleur ?
    Attention, la lecture de
    Ciao bella pourrait avoir des conséquences irréversibles ! Parler avec les mains, écouter avec le coeur, rire de tout (et surtout de soi), ou devenir accro aux
    pasta al dente. Vous êtes prévenu !

  • Mamma maria Nouv.

    Mamma maria

    Serena Giuliano

    • Lizzie
    • 11 Mars 2021

    " Un roman savoureux comme un bon plat de pasta ! " MaxiSous le coup d'une déception amoureuse, Sofia a quitté Paris pour son petit village natal de la côte amalfitaine. Là, la jeune traductrice respire enfin. Attablée à sa place habituelle, sur la terrasse du Mamma Maria, le bonheur est simple comme un espresso au soleil ou une chanson d'Adriano Celentano... Ce caffè, c'est le coeur du village, le rendez-vous des jeunes, des vieux, dans le généreux giron de la patronne, Maria, leur mère à tous. Or ce matin-là, pour la première fois depuis des lustres, il s'est glissé comme une fausse note dans la partition. Le vieux Franco ne s'est pas présenté pour son éternelle partie de scopa... La fin de la dolce vita ?
    PRIX BABELIO LITTERATURE FRANCAISE 2020

empty