Sciences humaines & sociales

  • Comment sauver les animaux ? une économie de la condition animale Nouv.

    La cause animale est aujourd'hui à un tournant de son histoire car la science économique porte désormais un intérêt croissant à la question animale et s'interroge particulièrement sur le rapport paradoxal que nous entretenons avec les animaux : alors que le bien-être animal n'a jamais été aussi consensuel, plus de 3 milliards d'animaux sont tués tous les ans en raison de nos choix alimentaires. Cet ouvrage fournit de multiples éclairages sur les raisons d'un tel paradoxe et revient sur les plus importantes théories pouvant expliquer ce conflit entre nos valeurs et nos actions (dissonance cognitive, bien public, heuristiques, warm-glow, licence morale, réactance, empathie cognitive, apprentissage social). Il propose également une lecture pratique de ces théories et analyse l'efficacité des actions menées en faveur des animaux par les associations de défense animale et l'État. Il montre également comment les récents développements technologiques (aliments simili-carnés et viande de culture) pourront également permettre de résoudre ce paradoxe.

  • Voici une histoire par dates du VIIe au XXe siècle, riche en surprises, qui rend compte des profonds renouvellements qui ont transformé notre vision de ce qu'on appelait autrefois les " Grandes Découvertes ". Les dates " canoniques ", revisitées à l'aune d'une réflexion critique sur les raisons de leur élection par les chronologies officielles, alternent avec les dates " décalées " qui font surgir des paysages et des personnages méconnus. Il est ici question de détricoter le discours qui, associant exploration du monde et " entrée dans la modernité ", en réserve le privilège et le bénéfice à l'Europe, et, pour ce faire, de documenter d'autres voyages au long cours – extra-européens. Il est également question, prenant le contre-pied d'une histoire héroïque des expéditions lointaines qui en attribue le mérite à quelques singularités, de rappeler qu'il faut beaucoup d'illusions, et plus encore d'intérêts, pour faire un " rêve ", et que Christophe Colomb n'aurait jamais appareillé sans les vaisseaux des frères Pinzón.
    Il s'agit ainsi de substituer des lieux, des instants et des visages aux cultures en carton-pâte et aux croyances en papier mâché ; de donner à voir les échecs autant que les réussites, les naufrages dans les estuaires de la même façon que les entrées triomphales dans les cités soumises ; d'inclure amiraux ottomans, navigateurs chinois, interprètes nahuatls et pilotes arabes dans le musée imaginaire de l'histoire globale ; de mettre en lumière tout un petit peuple d'assistants et d'auxiliaires, de sherpas et de supplétifs (que serait Magellan sans le Malais Enrique ? ou Cortés sans la Malinche ?) ; de passer outre une histoire au masculin en rendant droit de cité aux voyageuses et aux exploratrices ; et enfin de prêter une égale attention aux êtres et aux choses, sachant que, s'il faut une nef pour traverser un océan, une vague ou un bacille suffisent à la vider de ses occupants.
    Ce sont donc à la fois une autre histoire du monde et une autre histoire de l'Europe qui se dévoilent au fil des 90 récits d'aventures proposés par 80 des meilleurs historiennes et historiens de ces questions.
    Directeur d'ouvrage : Romain Bertrand est directeur de recherche au CERI (Sciences Po-CNRS).
    ​Coordination : Hélène Blais est professeure d'histoire contemporaine à l'École normale supérieure de la rue d'Ulm ; Guillaume Calafat est maître de conférences en histoire moderne à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (IHMC) ; Isabelle Heullant-Donat est professeure d'histoire du Moyen Âge à l'Université de Reims Champagne-Ardenne.

  • Depuis l'avènement de l'internet grand public dans les années 1990, le web a été perçu comme un outil au service de la liberté d'expression. Mais face à la montée de la désinformation et des discours de haine, une régulation nouvelle se met en place. Les États légifèrent pour encadrer les prises de parole en ligne. Les grandes entreprises du numérique se voient octroyer des pouvoirs de filtrage et de blocage. Le problème survient lorsque l'opacité de ces opérations transforme la modération en censure. Il est urgent d'inventer une régulation démocratique des contenus sur internet, afin que celui-ci demeure pour tous et toutes un espace de débat, d'engagement et de liberté.

  • Il semble que les états les plus désirables, à l'image du sommeil, ne puissent survenir qu'à condition de n'être pas recherchés, le simple fait de les convoiter pouvant suffire à les mettre en déroute. Or ce paradoxe de l'action volontaire, mal élucidé et jamais résolu dans la philosophie occidentale, est au centre de la pensée taoïste. L'auteur explore dans cette double lumière, à partir de diverses sphères d'expérience, de la pratique d'un sport à la création artistique, de la recherche du sommeil à la remémoration d'un nom oublié, ou encore de la séduction amoureuse à l'invention mathématique, les mécanismes de ces états qui se dérobent à toute tentative de les faire advenir de façon délibérée. Une telle approche, qui requiert une observation patiente des dynamiques du corps et des différents registres de conscience, permet de comprendre pour quelles raisons, et au terme de quelles expériences, les penseurs taoïstes de l'antiquité chinoise ont formulé les concepts si déroutants de non-agir ou de vide. Elle permet par la même occasion de démonter les erreurs et les leurres sur le pouvoir et la volonté qui sont à la base des représentations occidentales de l'action efficace.
    Mobilisant, sans les opposer, les ressources de la pensée chinoise et de la pensée européenne, l'ouvrage apporte ainsi une contribution originale à l'intelligence de l'action.

  • Les mots nous manquent pour dire le plus banal des paysages. Vite à court de phrases, nous sommes incapables de faire le portrait d'une orée. Un pré, déjà, nous met à la peine, que grêlent l'aigremoine, le cirse et l'ancolie. Il n'en a pourtant pas toujours été ainsi. Au temps de Goethe et de Humboldt, le rêve d'une " histoire naturelle " attentive à tous les êtres, sans restriction ni distinction aucune, s'autorisait des forces combinées de la science et de la littérature pour élever la " peinture de paysage " au rang d'un savoir crucial. La galaxie et le lichen, l'enfant et le papillon voisinaient alors en paix dans un même récit. Ce n'est pas que l'homme comptait peu : c'est que tout comptait infiniment. Des croquis d'Alfred Wallace aux " proêmes " de Francis Ponge, des bestiaires de William Swainson aux sonnets de Rainer Maria Rilke, ce livre donne à entendre le chant, aussi tenace que ténu, d'un très ancien savoir sur le monde – un savoir qui répertorie les êtres par concordances de teintes et de textures, compose avec leurs lueurs des dictionnaires éphémères, s'abîme et s'apaise dans le spectacle de leurs métamorphoses.
    Romain Bertrand, directeur de recherche au CERI (Sciences Po-CNRS), est notamment l'auteur de L'Histoire à parts égales. Récits d'une rencontre Orient-Occident (XVIe-XVIIe siècle) (2011, Grand Prix des Rendez-vous de l'histoire de Blois 2012).

  • D'une popularité rarement démentie, vantés pour leur courage et leur dévouement, les pompiers font partie de notre quotidien. Mais on sait bien peu de choses de ce métier qui incarne aux yeux de beaucoup l'altruisme dans son sens le plus noble. Pompier depuis près de vingt ans, Romain Pudal est aussi sociologue et, dans cette enquête en immersion, il nous fait découvrir l'univers d'un des derniers services publics présents sur tout le territoire français.
    Si les interventions pour incendie demeurent le coeur de leur métier, les pompiers sont aussi en première ligne pour affronter les inégalités qui se creusent et les tensions qui s'exacerbent au sein de la société. Confrontés à toutes les détresses - physiques, psychologiques et sociales -, ils doivent faire appel à des compétences techniques, mais aussi à des qualités humaines. En ce sens, leur professionnalisme est véritablement un humanisme.
    Cependant, en incarnant à la fois la " main gauche " (aide et assistance) et la " main droite " (ordre et sécurité) de l'État tout en étant eux-mêmes de plus en plus précarisés ou mis en danger, les pompiers se retrouvent pris dans un tissu d'injonctions contradictoires dont les implications politiques sont loin d'être négligeables. Si leur valeur cardinale demeure le service public, les pompiers ont néanmoins fort à faire pour résister à un air du temps gestionnaire et réactionnaire qui érode leur éthique faite d'altruisme, d'efficience et de discrétion.

  • Qu'est-ce que la violence émeutière ? L'objet « émeute » fascine en même temps qu'il inquiète. Depuis quelques années, les émeutes accompagnent de nombreuses manifestations marquées par l'irruption de violences. À partir d'une immersion dans plus d'une cinquantaine d'émeutes au sein des cortèges de tête (black blocs) entre 2012 et 2019 (ZAD de Notre-Dame-Des-Landes, Loi Travail, Parcoursup, Gilets Jaunes), cet ouvrage saisit la dimension sensible de la violence. Il interroge ce geste politique aussi singulier qu'unanimement désapprouvé. Entre simulacre, jeu et violence domestiquée, le but des émeutiers est de prendre en défaut momentanément le pouvoir. Tout l'enjeu est alors de comprendre comment se vit corporellement l'émeute afin d'entrevoir pourquoi elle est susceptible de susciter chez ses participants de multiples affects : peurs, joies, ivresses, vertige. L'émeute est donc envisagée comme une épreuve charnelle du politique dont il convient d'interrogerà la fois la consistance et l'inanité. L'absurdité dont elle témoigne nous parle à sa façon de notre monde commun.

  • Le livre de référence pour comprendre l'histoire et les enjeux actuels du féminisme !

    Qu'on s'en revendique ou qu'on s'en méfie, le féminisme est aujourd'hui sur toutes les lèvres. Il est riche de conquêtes et pluriel, aussi parfois caricaturé ou instrumentalisé. Mission impossible d'y voir clair et de savoir quoi en penser ? Ça, c'était avant Le féminisme pour les nul.le.s. Pour connaître l'histoire du féminisme, cet ouvrage revient sur les grandes avancées, courants de pensée et voix féministes. Pour comprendre les inégalités entre les sexes, ce livre vous fournira toutes les clés de décryptage utiles secteur par secteur. Enfin, vous serez incollables sur les trucs et astuces pour agir dans votre quotidien. Le livre est dirigé par Danielle Bousquet, présidente du Haut Conseil à l'égalité des droits entre les femmes.

  • Nous sommes entrés dans l'ère de l'adaptation. Dès les années 1970, certains plaidaient déjà pour une « adaptation » des sociétés aux changements climatiques plutôt que pour de coûteuses réductions d'émissions de gaz à effet de serre. Aujourd'hui, derrière la façade des sommets environnementaux, la réalité est celle d'un climat et d'écosystèmes qui se dérèglent, préparant une régression des conditions d'habitation humaine de la Terre. Sociétés, territoires, individus sont désormais sommés de « s'adapter » à ces transformations inexorables. L'auteur nous fait comprendre comment, au lieu de contribuer à la solidarité et à la sécurité sociale et de résister aux conséquences de ces changements, le capitalisme utilise le choc climatique pour étendre le pouvoir du marché au nom de l'adaptation. La catastrophe : un nouveau business ? Romain Felli (né en 1981) enseigne à l'Institut des sciences de l'environnement de l'université de Genève. Géographe et politiste, ses travaux portent sur l'histoire des idées politiques et la gouvernance globale de l'environnement.

  • Le manuel d'analyse des textes offre un ensemble de ressources en matière d'histoire littéraire, de poétique des genres et de méthodolgie pour l'étudiant entrant à l'université ou en classe préparatoire. Cette deuxième édition apporte des compléments dans la version papier et en ligne : ces compléments fourniront des informations, des textes et des exercices supplémentaires (qui s'ajouteront aux 32 exercices qui existent déjà) suivis de leurs corrigés.

  • 2e édition mise à jour et augmentée
    Transition écologique, clivages sociaux, inégalités entre les territoires, métropolisation, mobilisations citoyennes, territorialisation, transformations de l'État... Ces phénomènes qui affectent les villes et régions du monde intéressent et désorientent de nombreux acteurs et observateurs de l'action publique.
    Conçu dans une logique pluridisciplinaire, exhaustif et didactique, ce dictionnaire offre un point de vue original sur les dynamiques territoriales contemporaines et sur les notions clés qui servent à les appréhender. Son index thématique et les références bibliographiques permettent de saisir les sujets dans leur globalité, de comprendre leurs interactions et de prolonger leur étude. Véritable outil d'analyse et d'aide à la décision, il met un savoir clair à la disposition de tous : chercheurs, élus et collaborateurs politiques, acteurs de l'action publique dans les territoires, étudiants et candidats aux concours de la fonction publique.
    Conçue et dirigée par Romain Pasquier (CNRS/Sciences Po Rennes), Sébastien Guigner (Centre Émile Durkheim/Sciences Po Bordeaux) et Alistair Cole (Hong Kong Baptist University), cette nouvelle édition réunit les contributions d'une centaine d'universitaires et de praticiens.

  • Panorama synthétique du Moyen Âge (Ve-XVe siècles), cet ouvrage veut répondre aux besoins spécifiques des étudiants de premier cycle. Il propose l'essentiel des connaissances à travers plusieurs sections - les événements politiques, les faits culturels et religieux, le contexte social et économique, les grandes figures de la période...- et s'appuie sur un choix de documents significatifs. Plans de dissertation, chronologie,  glossaire, cartes et  sources livresques et informatiques offrent des ressources pédagogiques et des repères  précieux.

  • « On est la dernière personne à pouvoir les aider quand ils sont sur la table. » Ainsi une jeune légiste rencontrée dans cet ouvrage résume-t-elle sa vocation pour « la médico-légale ».
    Au terme d'une enquête singulière, menée pendant quatre ans au coeur du dispositif médico-légal français, l'auteur lève le voile sur un métier popularisé par les séries policières et pourtant méconnu. Il nous entraîne dans le quotidien de ces « blouses blanches » dont le rôle est de transformer les corps des victimes, vivantes ou mortes, en preuves judiciaires.
    Nous les suivons dans les salles d'autopsie où ils tentent de percer les secrets des cadavres, dans les cabinets médicaux où ils examinent les plaignants pour évaluer le degré de violence subie, et jusqu'aux tribunaux où les magistrats du parquet se saisissent de leur expertise. Nous écoutons leurs récits pour comprendre ce qui les a conduits, dans leur parcours personnel et professionnel, à exercer aux confi ns de la médecine et du droit une activité qui fait souvent d'eux de véritables juges en matière de faits de violence.
    Romain Juston Morival est maître de conférences en sociologie à l'Université de Rouen-Normandie, membre du Laboratoire DySoLab et chercheur affilié au Centre d'études de l'emploi et du travail.

    Romain Juston Morival, sociologue, est depuis 2019 chercheur affilié au Centre d'études de l'emploi et du travail, et maître de conférences en sociologie à l'Université de Rouen Normandie (Laboratoire DySoLab-IRIHS).

  • Le régime bolchevique aurait pu ne pas survivre aux événements violents qui l´ont fait naître entre 1917 et 1921. Mais cette expérience baptismale a été la matrice d´un État nouveau et improvisé, devenu la référence et la terre promise d´un mouvement communiste global dont l´existence a marqué le XXe siècle. Les régimes et les partis qui s´en sont réclamés ont eu leur trajectoire propre, mais ils ont tous subi, à des degrés divers, l´influence du modèle de parti léniniste et de l´État soviétique. À partir de 1922, l´URSS a été le centre d´un intense travail d´élaboration et de diffusion de techniques partisanes et administratives spécifiques qui ont essaimé sur la surface du globe au point de régenter un quart de l´humanité dans les années 1970.
    L´histoire critique des systèmes communistes a longtemps été la plus asymétrique qui soit : jusqu´au début des années 1990, elle a été écrite ou publiée à l´Ouest, dans le monde dit « libre », par des intellectuels occidentaux ou exilés, souvent divisés et confrontés au manque structurel de documentation. Avec l´ouverture des archives soviétiques consécutive à l´effondrement de l´URSS en 1991, l´étude des régimes et des partis communistes est entrée dans une période nouvelle caractérisée à la fois par l´éclatement extrême des historiographies nationales et l´affirmation toute récente d´un besoin d´histoire globale. Cet ouvrage se fait l´écho de ces études en proposant une histoire transnationale et comparée du communisme au XXe siècle.

  • Comment notre société affronte-t-elle les deux problèmes majeurs que sont la folie (ou maladie mentale) et l´invalidité (ou handicap mental) ? L´un est pris en charge par le secteur sanitaire, l´autre relève du secteur social. Pourtant, il s´agit là de deux états pour un même sujet.
    Cet ouvrage analyse les rapports étroits entre deux concepts qui ont chacun leur histoire, présente les acteurs des deux secteurs et ceux qui agissent en marge du psychiatrique et du social, et propose une nouvelle nomenclature de la maladie mentale handicapante. À lire également en Que sais-je ?...
    Les personnes handicapées, Claude Hamonet Le facteur humain, Christophe Dejours

  • Depuis quelques années, une défiance croissante envers les vaccins gagne la population. Graves effets secondaires, adjuvants aluminiques toxiques... Des rumeurs alarmantes circulent. À tel point que la ministre de la Santé, Marisol Touraine, a lancé une conférence nationale pour restaurer la confiance, dont les conclusions seront divulguées en cette fin d'année. C'est pourtant le silence des autorités politiques et sanitaires sur la toxicité de certains composants qui a eu pour effets d'alimenter les doutes et de créer des polémiques. Soucieux de casser ce cercle vicieux et délétère, le Pr Romain Gherardi lève le voile sur ces obscurs adjuvants, présents dans la composition de nombreux vaccins, et auxquels il a consacré vingt années de sa vie. Son credo : pour sauver la vaccination, il est temps de ne plus mentir.

  • La capitale de la Bretagne est devenue l'une des villes françaises les plus dynamiques. Elle est généralement plébiscitée dans les sondages pour son art de vivre. Depuis 1990, Rennes Métropole représente la cinquième plus forte croissance démographique de France. Elle accueille chaque année plus de 5 000 nouveaux habitants, des étudiants ou de jeunes professionnels dans leur majorité. Moteur de la croissance régionale, dotée d'infrastructures et d'équipements de prestige, elle joue désormais dans la cour des capitales régionales les plus attractives dans la compétition territoriale hexagonale.
    Quels sont les ressorts politiques, sociaux, culturels et économiques d'un tel développement ? Cet essor menace-t-il le " modèle rennais ", fait d'équilibre entre croissance productive et solidarité sociale et territoriale ? Quels sont les enjeux à venir pour une capitale régionale désormais à une heure et demie de Paris ?
    Ce livre entend apporter une contribution au débat public sur l'originalité et la persistance ou non du modèle rennais.

  • France d'antonio gramsci (la) Nouv.

    Cet ouvrage propose une analyse inédite de la place et de la fonction de l'histoire, de la politique et de la culture françaises dans la formation et la réflexion d'Antonio Gramsci. Gramsci pense la France, son histoire, sa politique et sa culture, mais son intention vise bien au-delà. La France lui sert à penser l'Italie et sa place dans un « monde grand et terrible », bouleversé par la Grande Guerre, la révolution russe, l'émergence des fascismes, les débuts de l'hégémonie des États-Unis. Constitué d'allers et retours permanents entre la France, point de comparaison plus que modèle, l'Italie et le monde, ce volume examine à partir des textes - au premier rang desquels les Cahiers de prison - certains de ses concepts les plus importants, à l'instar du jacobinisme ou du national-populaire et plusieurs de ses thématiques historiques, des Lumières à la Révolution française. Le livre explore aussi le volet politique et culturel de la pensée de Gramsci, lorsqu'il s'intéresse à l'Action française et à la pensée de Charles Maurras, au coup d'État manqué du général Boulanger ou aux épisodes de l'affaire Dreyfus. Mais en définitive, c'est bien toujours une double perspective, indissociablement européenne et internationaliste, qui est sous-jacente à cette « France de Gramsci ».

  • Rome, milieu du XIVe siècle. Le pape est à Avignon, la Ville éternelle en proie à la tyrannie des barons. Mais en 1347 Cola di Rienzo, fils d'une lavandière, l'esprit enflammé par l'idée de la grandeur de Rome et de l'Italie, se met à la tête du peuple en armes et s'empare du pouvoir. Enivré par sa puissance, il finira massacré par la foule. À quelque temps de là, un écrivain inconnu prend la plume pour composer en langue romaine une chronique rapportant les faits et gestes de Cola di Rienzo - mais pas seulement. Et ce sera un chef-d'oeuvre de la littérature italienne, tourbillon au parler truculent nous transportant sur les champs de bataille de Crécy, en Espagne ou en Turquie et dans le monde chatoyant de cette Italie du gonfalon à l'humanisme frémissant, théâtre des fureurs des hommes, de leurs prouesses et de leurs misères.

  • Cette synthèse sur les Provinces-Unies, depuis les débuts de la Révolte (vers 1555) jusqu'à l'invasion par les troupes françaises (1795) et l'époque napoléonienne met en lumière la place singulière et cruciale de la République des Provinces-Unies des Pays-Bas dans l'histoire politique, confessionnelle, économique et culturelle de l'Europe et du monde durant la période moderne.
    Au-delà de l'image traditionnelle d'un État riche de sa conquête de terres sur la mer du Nord, de son économie florissante grâce au commerce maritime et de ses artistes et penseurs, les Provinces-Unies furent capables d'assurer leur indépendance nationale au prix d'un effort militaire inouï pendant plus d'un siècle et demi et de maintenir un fragile équilibre politique qui a survécu à toutes les crises intérieures et extérieures. Sur ces terres qui furent un foyer d'immigration très dynamique, attirant ceux qui cherchaient du travail et une vie meilleure, les villes offraient une cohabitation inédite pour l'époque entre des communautés de différentes confessions. Outre une agriculture prospère et précocement tournée vers la commercialisation, le pays fut le siège de nombreux progrès techniques et c'est à La Haye ou Amsterdam que l'imprimerie a alimenté pendant toute la période l'Europe en feuilles et ouvrages.
    Cette solide synthèse thématique et chronologique sur la longue durée sera étayée par un lexique, une chronologie et une série de documents (courts extraits de textes, graphiques, tableaux statistiques, cartes historiques, reproductions d'oeuvres d'art) illustrant les séquences les plus importantes.

  • Manille, 1577, un enfant comparaît devant le gouverneur Francisco de Sande dans le cadre d'un procès d'Inquisition. De quoi le jeune Diego de Avila s'est-il rendu coupable pour inquiéter à ce point le représentant du roi d'Espagne? Ensorcelé peut-être par des servantes indigènes, l'enfant qui vit avec son oncle dans le couvent des Augustins a rêvé qu'aux Enfers un siège était réservé pour le gouverneur... Colportée par les soldats et les colons, la rumeur circule à Manille dans les arrière-cours et les cuisines et jusqu'au cœur du gouvernement municipal. Francisco de Sande ne peut le supporter.
    À travers cette histoire extraordinaire, dont tous les détails sont romanesques et qui agit à la façon de ces traceurs chimiques qui défient l'opacité des chairs, Romain Bertrand dévoile le paysagedérobé de la Conquête et défait, chemin faisant, la fiction de l'irrésistible expansion occidentale.
    Car qu'est-ce que la Conquête, sinon des commencements incertains qui voient les Espagnols, en lutte les uns contre les autres et taraudés déjà par le remords, ignorant tout d'un univers cosmopolite dont le cœur bat plus loin, être conquis plus qu'ils ne le conquièrent par le monde philippin et ses magies ?
    Romain Bertrand, directeur de recherche au Centre d'études et de recherches internationales (CERI), est notamment l'auteur, au Seuil, de L'Histoire à parts égales. Récits d'une rencontre, Orient-Occident (XVIe-XVIIe siècle) (Seuil, 2011, "Points Histoire", 2014 ; Grand Prix des Rendez-vous de l'histoire de Blois 2012).

  • Des citoyens tirés au sort rédigent leur Constitution, des parlementaires travaillent avec les électeurs pour écrire les lois sur des plateformes collaboratives ; les start-up civiques se multiplient ; des partis politiques " nouvelle génération " redonnent le goût de s'engager ; des fonctionnaires et des élus construisent des services publics innovants avec la société civile... Partout dans le monde, un " coup d'État " citoyen est en marche. Abstention galopante, désertion des partis politiques, impuissance des élus face aux maux de notre société... : longue est la liste des symptômes de notre démocratie malade. Face à ces constats moroses sans cesse répétés, il est urgent d'agir. Quelles sont les alternatives crédibles pour sortir de l'impasse ? Pour répondre à cette question, les auteurs ont sillonné la planète pendant près de deux ans et sont allés à la rencontre de quatre-vingts défricheurs qui expérimentent de nouveaux remèdes en dehors des sentiers battus. Les initiatives qui ont fait la preuve de leur efficacité existent : en Islande, des citoyens tirés au sort rédigent eux-mêmes leur Constitution ; en Espagne, des partis politiques " nouvelles générations " redonnent le goût de s'engager ; en Argentine ou en France, des électeurs coécrivent les lois avec les parlementaires sur des plates-formes collaboratives ; un peu partout, des élus inventent de nouvelles manières de gouverner... À partir de ces expériences inédites, ce livre décrypte la transition démocratique à l'oeuvre. Il ouvre des pistes de réflexion pour renouveler notre démocratie et propose des solutions concrètes dont chacun peut se saisir. Et il apporte des raisons d'espérer.

  • Une nouvelle fenêtre s'ouvre sur les grands mouvements populaires des années 1960 et 1970 dans la Caraïbe. Que se passe-t-il durant ces révoltes à San Juan, à Kingston et à Pointe-à-Pitre ? Que reproche-t-on à ces Dreads abattus par la police à la Dominique ? Comment expliquer ces coups d'État fantasques à la Grenade et au Suriname ? Quelles résonances entre ces évènements isolés, la longue marche pour l'émancipation caribéenne et les trépidations du monde occidental : Mai 68 en France, Révolution tranquille au Québec, lutte pour les droits civiques aux États-Unis ; mais aussi éviction de De Gaulle et assassinat de Kennedy. Cet ouvrage revisite bien des idées reçues sur la Caraïbe, sur les liens entre socialisme et capitalisme, sur la finance, et sur quelques concepts creux de cette époque qui nous hantent toujours tels le développement, la crise économique, les théories du complot. Romain Cruse raconte une histoire populaire de la révolution caribéenne, en donnant à l'Histoire la force du vécu et du vivant. Le Mai 68 des Caraïbes est un petit manuel de la résistance.

  • ²

    Romain Telliez

    Cet ouvrage propose une analyse méthodique des institutions de la France médiévale, depuis le xie siècle jusqu'au terme traditionnellement assigné au Moyen Âge. Celui-ci, contre toute légende, s'avère en effet particulièrement fécond en innovations institutionnelles dont beaucoup sont encore vivaces aujourd'hui. On s'attachera d'abord à montrer la logique de l'ordre seigneurial qui marque si profondément la culture politique et les rapports sociaux dans le cadre féodal. Une deuxième partie examine l'État royal dont elle décrit un par un les principaux rouages : gouvernement, administration, devoirs de justice, moyens financiers et outils militaires. Puis sont étudiées les villes, qui affirment leurs libertés et aspirent à se gouverner elles-mêmes, donnent naissance à leurs propres structures politiques, commune ou consulat. La dernière partie, enfin, est consacrée à l'Église, qui soumet peu à peu le monde des clercs et celui des fidèles à des cadres de plus en plus ordonnés.

empty