Au Diable Vauvert

  • Quitte à prendre la porte, autant soigner sa sortie !

    Et si la démission n'était plus un saut dans le vide mais un vol plané soutenu par une nuée de ballons multicolores ? Si claquer la porte, au lieu de mener droit dans le mur, offrait un appel d'air, une occasion de régler ses comptes en tout bien tout honneur - et malice. Car il ne faut jamais perdre de vue que le travail, quel qu'il soit, reste une farce.

    Pour tous les velléitaires de l'abandon, les victimes du ras-le-bol général, les dépressifs chroniques ou occasionnels, voici un petit guide de la rupture qui leur donnera les raisons (ou la manière) de franchir le pas.

    Un exercice de style jubilatoire et salvateur, à savourer comme un pot d'adieu.

  • « L'âge adulte, c'est ce club à la mode où tout le monde arrive à rentrer sauf toi. » « La colocation, c'est comme une pizza. Sur le papier ça s'annonce délicieux. » « La danse, c'est ce truc qu'on fait en soirée dans l'attente hypothétique que les filles soient assez fatiguées pour vous tomber dans les bras. » Avec un humour irrésistible, un jeune homme superflu décrit les affres de cet âge où l'on cherche sa place entre la peur de vieillir et l'angoisse de se faire remarquer, savoir s'il faut regarder derrière ou devant soi. Colocation, travail, virées nocturnes... tout semble mener à la même conclusion : à quoi bon ?

  • Un premier roman naturaliste, classique et goguenard, récit de formation de la génération précaire, entre stages et colocation.

  • Toutes les histoires d'amour sont des questions sans réponse : où commence l'indifférence ? CDD ou CDI ? Comment se dire adieu ? Quel rapport entre le yéti et le point G ? Est-ce que ronfler, c'est tromper ? Deux garçons, une fille, combien de possibilités ? Sur fond d'Internet et de chansons populaires, Le Saut du requin explore le fonctionnement d'un couple moderne perdu entre non-dits et pas chassé.
    Bref, ceci n'est pas une comédie romantique, mais ça y ressemble.

empty