Editions Lucien Souny

  • De terribles événement vont entremêler les vies de Yolande et Henri...
    1950. Yolande Dartout et Henri Moreau, un sexagénaire distingué, se croisent fréquemment devant l'hôpital. L'une vient chaque jour embrasser son fils Christophe, quatorze ans, qui présente de sévères troubles psychologiques depuis la mort brutale de son père. L'autre se rend au chevet de son neveu, Joseph. Yolande et Henri ne se connaissent pas et ils n'ont rien en commun. Pourtant, leurs vies vont se trouver étrangement mêlées.
    En convalescence chez son parrain, dans une propriété nichée au coeur d'une nature paisible, Christophe fait la connaissance de Bernadette, une jeune fille de son âge, qui vit dans les dépendances du manoir des Aulnes. Une amitié complice et sincère se noue entre les deux adolescents. Mais leur innocence est vite rattrapée par les terribles événements qui vont s'abattre sur cette bourgade, jusque-là si tranquille, et dévoiler un lourd secret enfoui depuis de nombreuses années.
    Plongez dans une intrigue habilement menée, un suspense haletant et un dénouement surprenant.
    EXTRAIT
    Mathieu regarda Léontine. Elle posait la question qui avait fini par échauffer les esprits : en effet, lorsque les ingénieurs géologues eurent expliqué que, après avoir fini de recenser les zones où la concentration en uranium était la plus importante, ils s'adresseraient aux propriétaires pour acquérir les parcelles concernées, ceux qui étaient présents avaient aussitôt demandé, intéressés, le prix généralement proposé. Les deux spécialistes s'étaient regardés, mais n'avaient pas annoncé de chiffre. Ils avaient juste affirmé, sans doute pour tempérer l'effervescence naissante, que la valeur serait très au-dessus du prix habituel de l'hectare. Seulement, au lieu d'apaiser les esprits, leur réponse n'avait fait qu'exacerber les appétits. Tous ceux qui possédaient des terres avaient aussitôt voulu savoir s'ils étaient concernés - sousentendu, s'ils étaient au nombre des futurs veinards. René Ferraud était alors intervenu, mais en vain. Dès lors que l'on touchait au porte-monnaie des gens, le flot de l'avidité emportait toutes les retenues habituelles. Débordés, les scientifiques étaient d'abord volontairement restés dans le vague, mais, devant la pression, ils avaient fini par lâcher des précisions : « Selon nous, la zone la plus intéressante s'étend de la propriété Simonet jusqu'audessus du manoir des Aulnes. »
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Originaire du Limousin, Jean-Paul Romain-Ringuier a séjourné et travaillé dans de nombreux pays. Amoureux des livres et des mots, il doit attendre la retraite pour se consacrer pleinement à sa passion, l'écriture. Il se fait connaître avec la biographie de l'arbitre international de rugby Francis Palmade, Un sifflet pour la vie (Editions A. Barthélémy). Puis, s'inspirant de son étonnant parcours de vie, il se lance dans le roman. Dès le premier titre, Les Terres de Marguerite (Lucien Souny, 2007), il devient le défenseur des petits, des malchanceux, des sansgrade et développe les thèmes qui lui sont les plus chers : l'injustice sociale et les valeurs humaines. Il fidélise aujourd'hui un grand nombre de lecteurs avec des romans à succès tels que Une Soif de vengeance (2008), Les Ombres du passé (2009), Le Silence du hameau (2010), La Ferme des Combes (Prix Panazo 2012), tous publiés aux éditions Lucien Souny. L'auteur vit à à côté de Limoges.

  • Quinquagénaire malmené par la vie, Amédée Dumain décide de quitter la ville pour le hameau déserté de la Ribière Pendant la durée des travaux nécessaires à la réhabilitation de son havre de paix endommagé par un violent orage, il s'installe dans une auberge. Là, il fait la connaissance de la fille de la maison, Pauline, âgée de vingt ans, qui reste prostrée des heures durant et qui ne communique plus depuis la mort brutale de son père, trois ans plus tôt. Se prenant d'amitié pour elle, Amédée essaie, avec patience et passion, de la sortir du monde du silence. Les progrès sont lents. Mais un jour le destin s'en mêle : à la suite d'un choc émotionnel, Pauline retrouve l'usage de la parole et voit sa vie menacée... Quel est le lourd secret qui semble hanter cette petite bourgade d'apparence paisible ? Et ne serait-ce pas pour tenter de le percer qu'Amédée, le baroudeur au coeur tendre, est venu se perdre en ces lieux reculés ? Deux âmes blessées se rencontrent et s'aident mutuellement dans ce roman de terroir poignant EXTRAIT En se réveillant le matin de sa première nuit à la Ribière, Amédée mit quelques secondes avant de se rappeler où il se trouvait. Dès qu'il fut debout, il s'approcha du fenestrou où les araignées avaient depuis longtemps tissé leurs toiles, improbable rideau à l'opacité veloutée. Il déchira une partie des lambeaux et observa le ciel. Il était dégagé et son bleu pâle annonçait une belle journée. Satisfait, il laissa son regard glisser sur son nouvel horizon. En face, à une trentaine de mètres environ, la maison, aux volets condamnés par de solides écharpes en bois, avait un air lugubre. Contre son pignon, les restes d'une remise dévastée par le feu y ajoutaient une touche inquiétante. Fort heureusement, pour égayer ce tableau, tout à côté, un talus s'éclairait de primevères. Ailleurs, des toupets de violettes habillaient le pied des maçonneries. Plus loin, le jaune des pissenlits attirait les premiers rayons du soleil. À PROPOS DE L'AUTEUR S'inspirant de son étonnant parcours de vie, Jean-Paul Romain Ringuier signe de savoureux romans de terroir qui ne laissent jamais le dernier mot au malheur mais toujours à la vie. Ses histoires sont peuplées de personnages souvent désespérants mais toujours attachants, dont les épopées individuelles se croisent dans la grande écume des petites ambitions. La Ferme des Combes a reçu le prix Panazô 2012. L'auteur vit à côté de Limoges.

  • La nature paisible et profonde détient parfois le secret des grandes vérités... À sept ans, Jacques quitte la région parisienne et l'institution religieuse où est décédée sa maman. Il est placé comme commis, à la ferme des Combes, dans une campagne reculée où les dernières meutes de loups vivent encore à l'état sauvage. Il devient un enfant égaré dans la vie des autres. Il garde le troupeau de moutons de Marcel et de Geneviève Dufour qui se sont enfermés dans un silence douloureux et pesant depuis qu'un bonheur familial s'est enfui un soir d'orage. Face à ce garçon attachant, d'un caractère doux et généreux, qui tend toujours la main aux autres, mais que la vie s'ingénie à meurtrir, ils déverseront tout l'amour et la tendresse qui sommeillent en eux. Ce nouveau foyer sera-t-il suffisant pour permettre à Jacques de se reconstruire ? Le chemin sera semé d'embûches. Il demeure aux yeux du plus grand nombre un drôle qui n'a rien à lui, pas plus de biens que de passé, un champi qui n'a rien fait, mais que personne n'aime. Mais heureusement il y a Marie, avec ses beaux yeux noisette, et Fernand, le forgeron respecté de tous, qui prendra Jacques sous son aile. Une belle histoire haletante et poignante, peuplée de personnages attachants et fort bien typés, à ne pas manquer ! EXTRAIT Paris 1904 La rue grouillait de grandes personnes et Jacques rasait les murs. Il avançait tête baissée pour éviter les regards de reproche que sa tenue pouvait susciter chez les autres. Avec ses petites mains, il tentait de coller sur lui les lambeaux de sa chemise. Il entendait déjà sa mère, Mauricette, se mettre en colère : - Décidément, tu as le diable dans la peau ; tu crois que j'ai que ça à faire, raccommoder tes habits ? Jacques savait déjà qu'il se défendrait, expliquerait qu'il n'y était pour rien, mais en voyant les cernes marquer le joli visage de sa maman il promettrait une nouvelle fois de ne pas recommencer. À PROPOS DE L'AUTEUR S'inspirant de son étonnant parcours de vie, Jean-Paul Romain-Ringuier signe de savoureux romans de terroir qui ne laissent jamais le dernier mot au malheur mais toujours à la vie. Ses histoires sont peuplées de personnages souvent désespérants mais toujours attachants, dont les épopées individuelles se croisent dans la grande écume des petites ambitions. La Ferme des Combes a reçu le prix Panazô 2012.

empty