Romain Veilletet

  • Emma et Lucas, habitués infatigables du Jardin des Plantes de Nantes, voient leur univers bousculé lorsqu'un milliardaire du web décide d'y programmer le lancement d'une nouvelle application botanique révolutionnaire. C'est le moment que choisit leur vieil ami, Jean-Marie James Écolloyd pour... disparaître corps et âme ! Les deux adolescents se lancent bille en tête à sa recherche, avançant sans le savoir vers les mâchoires acérées d'un vaste complot international.Danger, chausse-trappes, coups de théâtre et coups de tonnerre, rien ne leur sera épargné !Une enquête menée à 100 à l'heure par un duo de choc appelé à s'approcher... de très près de la mystérieuse et très secrète « Guilde des Jardins du Roi »...
    Postface de Romaric Perrocheau, président de l'association des Jardins botaniques de France et des pays francophones.
    Guillaume Le Cornec, 48 ans, est l'auteur des deux premiers volumes de la trilogie des Jaxon, parus en 2017 et 2018. Il dirige désormais les collections jeunesse des éditions du Rocher.Romain Veilletet, natif d'Orléans, grandi sur le sable de la Dune du Pilat, vit aujourd'hui entre mer et montagne dans les Pyrénées-Orientales. Bercé par les aventures du Club des cinq d'Enid Blyton, ce grand admirateur de Roald Dahl a définitivement renoncé à perdre son âme d'enfant.

  • La jeune Lucille, entourée d'animaux et d'êtres fantastiques, se découvre un pouvoir surprenant... Lucille a les cheveux roux : la marque du malheur selon ses parents qui n'hésitent pas à la confier à Betty, sa grand-mère berrichonne. Rousse également, Betty connaît mieux que quiconque les légendes de ce Berry, terre de mystères où les croyances créent les héroïnes. Un être puissant et maléfique rêve de propager la terreur dans le pays. Mais la seule présence de Lucille peut nuire à ses funestes desseins. Ainsi, l'enfant, assistée d'animaux et autres surprenants alliés, devra surmonter ses peurs et affronter une puissance dangereuse, terrible et ténébreuse... De ses Pyrénées Orientales, l'auteur, bercé par les aventures du « Club des 5 » de sa jeunesse, a voulu à son tour partager cet univers et l'imaginaire dont il est empreint. Bienvenue « Chez Betty »... EXTRAIT Nous prîmes chacune un chapeau de paille et nous élançâmes sur les petites routes de campagne. A peine avions-nous parcouru cinq cents mètres que je revins à la charge à propos des préjugés concernant les roux. J'étais impatiente de savoir ce qu'on pouvait bien leur reprocher et ma grand-mère, en tant que rousse d'un âge avancé, aurait forcément des choses intéressantes à me raconter. Alors, sans cesser de pédaler, Betty me dit : - Les roux représentent une minorité de la population, noyée au milieu des bruns, des blonds et des quelques variantes de ces teintes-là. Dans l'esprit de beaucoup, la rousseur symbolise la couleur du feu et du fauve. - Comme dans le «Roman de Renart»! interrompis-je. - Oui, comme dans le «Roman de Renart», un animal rusé, cruel parfois, à qui l'on peut difficilement accorder sa confiance. - Mais ce livre date d'il y a très longtemps. Les gens ont forcément dû changer d'état d'esprit depuis ! - Certaines croyances et superstitions résistent au temps, ma chère Lucille. Même si la science a prouvé depuis de très nombreuses années que les personnes rousses ne sont pas plus démoniaques ou folles que les autres, il est toujours aisé de se donner bonne conscience en montrant du doigt une minorité, en clamant par exemple que les roux sont de proches amis du diable et qu'il convient de ne pas s'approcher d'eux. Il fut un temps où les femmes rousses étaient systématiquement qualifiées de sorcières aux pouvoirs maléfiques. La couleur de leurs cheveux, que l'on associait aux flammes de l'enfer constituait pour beaucoup une preuve suffisante justifiant leur persécution. La rousseur effrayait. Heureusement, les roux et rousses ne sont plus voués au bûcher de nos jours ! Cependant, il existe encore, et plus qu'on ne pourrait le croire, des individus superstitieux capables d'imaginer que croiser le chemin d'un roux est un mauvais présage. - Il existe encore des gens qui croient de telles choses dans le Berry ! - Il y en a partout, et le Berry, qui a un rapport assez privilégié avec la sorcellerie depuis des siècles, n'échappe pas à la règle.

empty