Parayre

  • Les histoires les plus culottées de Stéphane Servant,  La culotte du loup  et  Boucle d’Ours  réunis dans un livre savoureux ! L’auteur prête sa voix à ses
    personnages, tous plus drôles les uns que les autres. La musique réjouissante et carnavalesque de Jean-Marc Parayre ajoute au plaisir d’écoute. 
    Durée : 15 minutes.

  • Lexique de sociologie

    , ,

    • Dalloz
    • 21 Octobre 2020

    La sociologie occupe une place croissante dans le débat public. Pourtant le vocabulaire sociologique reste assez mal connu bien qu'il soit indispensable pour comprendre le monde.
    Ce Lexique présente les grandes notions de la sociologie générale et tous les courants théoriques de la sociologie (sociologie économique, sociologie politique, méthodologie sociologique...).
    Plus de 1 500 entrées concises et explicites qui couvrent tous les domaines de la sociologie.
    Plus de 100 définitions encadrées mettant en avant les notions incontournables de la matière. Tous les courants théoriques de la sociologie explicités : subjectivisme, sociologie critique, individualisme méthodologique, fonctionnalisme, ethnométhodologie, interactionnisme...
    Plus de 400 auteurs cités. 60 notices biographiques des principaux sociologues, facilement repérables ainsi qu'un index des auteurs, qui permet de croiser notions et auteurs.
    Un système très complet de corrélats qui permet de circuler facilement dans l'ouvrage.

  • "Rencontrer" une oeuvre d'art, cela s'apprend-il ? A l'école, au collège, au lycée, à l'université et tout au long de la formation professionnelle, cet apprentissage est "essayé", sans être interrogé. Les pratiques des acteurs permettent de s'interroger sur la réalité d'une démocratisation culturelle qui se fait trop attendre.

  • Une tragédie grecque qui débute sous l'Empire Romain, qui se poursuit sous le Premier Empire et qui s'achève de nos jours, en Roussillon. Une histoire d'amour impossible, entre une femme et deux hommes, à travers les siècles. Salomon Joch, prêtre exorciste, témoin de toute l'aventure depuis son commencement, cherche à résoudre cette énigme. Il veut savoir la vérité sur la théorie de la réincarnation, opposée à la thèse chrétienne de la résurrection de la chair et de la vie éternelle. C'est un signe mystérieux qui est la clé de cette histoire. Plus inquiétant, une prophétie obscure arrive à son terme et va bouleverser le Vatican. Voici le décor de Karma, le dernier livre de Paul Arquier-Parayre. Un thriller ésotérique, sur fond d'un drame romantique, une aventure troublante et exaltante que vous ne pourrez plus quitter avant de lire la dernière page.

  • Le nombre d'étudiants en situation de handicap augmente d'année en année. Les universités affichent aujourd'hui la volonté de les accueillir et les accompagner. Pourtant, les recherches menées ainsi que les témoignages recueillis révèlent des difficultés quand il s'agit de mettre en oeuvre des politiques inclusives tout en gardant le même niveau d'excellence et d'exigence sur un plan académique. Cet ouvrage rend compte de la réalité des pratiques d'inclusion d'étudiants porteurs de handicap, dans tous les cycles d'études universitaires.

  • L'économie est un ensemble d'activités interdépendantes, fondées sur des échanges réciproques. Ces derniers sont décidés à partir d'appréciations différentes, une inversion de préférences portant sur des objets échangés. C'est dans cette perspective que des acteurs économiques créent, transforment puis proposent des biens et services désirés, porteurs d'une énergie sociale, la valeur économique, qui provoque et active les transactions et par celles-ci une multiplication des procès de production.

  • À partir des contributions de chercheurs de différentes disciplines, cet ouvrage propose une réflexion inédite sur les enjeux sociaux et scientifiques soulevés, enSFrance comme à l'étranger, par les nouvelles problématiques de santé en éducation et en formation mais également sur l'impact des enjeux éducatifs dans les questions de santé. Les racines historiques et philosophiques de l'union entre santé et éducation ne sont pas oubliées.

  • Inspiration spontanée ou écriture travaillée ? Génie ou tâcheron ? Ces images contrastées de l'écrivain et de l'acte d'écriture suffisent à montrer combien l'activité littéraire se pense avec ou contre le travail, combien l'interrogation sur le métier d'écrivain est aussi, tout simplement, une interrogation sur le métier. L'imaginaire du labeur et celui de l'activité de l'écrivain sont si fortement intriqués qu'il est difficile de savoir lequel engendre l'autre d'un point de vue chronologique ou logique. D'une part, l'écrivain conçoit son activité en relation avec une représentation imaginaire du travail, d'autre part, lorsqu'il représente le labeur, il s'exprime depuis le lieu - imaginaire, lui aussi - qui correspond à la conception qu'il se fait de son rôle dans la cité. Ces deux représentations fluctuent donc ensemble, dans un mouvement dynamisé par diverses ambitions : élaborer un art poétique, maîtriser la représentation publique de soi, légitimer l'activité d'écrivain, se positionner dans le champ de production culturelle. Le labeur a longtemps été l'objet de représentations au sein de la production littéraire occidentale et le lieu d'élaboration de singularités scripturales et éthiques. Les collaborateurs de ce dossier ont eu l'audace de tenir un double pari : donner à lire et à comprendre ces singularités, tout en les rapportant à des enjeux pérennes. Dans les pages de ce numéro d'Études littéraires, on se figurera, par exemple, Chrétien de Troyes en semeur, Pablo Neruda en ouvrier ou encore Huysmans en orfèvre. On s'interrogera avec Céline sur le « travail » de promotion médiatique auquel doit se livrer l'auteur. On s'étonnera aussi du rôle central qu'a pu avoir la conception du labeur dans les dissensions au sein du groupe surréaliste.

  • Ces « Frontières » ne sont pas seulement la ligne matérielle qui sépare la France de l'Espagne, mais le passage mystérieux de la vie à la mort, celui, difficile à définir, du rêve à la réalité et celui, si douloureux, de soi aux autres. « Frontières » est un essai plutôt qu'un récit : chaque événement éveille des échos à la fois poétiques et philosophiques. C'est ce qui fait l'originalité de Marie-Josette Paraire et rend son ouvrage particulièrement attachant.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • L'histoire de la médecine, activité longtemps réservée et consacrée aux seuls médecins, a connu depuis un demi-siècle de nombreuses mutations. Investis par les historiens, les philosophes et diverses sciences sociales, elle s'est progressivement développée sous la forme d'une histoire de la santé visant à comprendre comment les hommes et les femmes du passé vivaient, pensaient et agissaient pour maintenir, recouvrer ou améliorer leur santé. Au sein de ce domaine de recherche en pleine expansion, les travaux francophones se sont multipliés depuis le début du XXIe siècle, dessinant les contours d'une historiographie singulière. C'est un panorama de ces recherches francophones en histoire de la santé à l'époque moderne et contemporaine que propose cet ouvrage collectif. Résultat des activités du réseau de recherche Historiens de la santé, il présente une sélection de travaux originaux réalisés par des chercheuses et des chercheurs francophones issus de différents pays, afin de témoigner de la vitalité de l'histoire francophone de la santé.

  • Fin septembre 1966, LUI, jeune homme d'une soixantaine d'années, aigri par les vicissitudes de la vie, décide d'entreprendre un voyage de chez lui jusqu'à l'île d'Oléron. Accompagné de son chien, il part à pied de l'Auvergne jusqu'en Charente maritimes à travers les chemins et les routes secondaires. En chemin, il bouscule la monotonie des personnes rencontrées. Personnages hauts en couleur, parfois aussi solitaires que lui. Il est là, avachi dans son vieux canapé au cuir élimé dont la couleur vert initiale s'est changée en un vert délavé du fait de trop longues périodes d'oisiveté, à ressasser cette phrase maintes et maintes fois répétée dans sa tête « J'ai toujours rêvé de voir l'océan. » La maison est vide. Pas un tableau aux murs. Aucune photo hormis celle d'un chien. Oh ! Pas celle du chien en train de gémir sur son fauteuil, pris dans le tourbillon de ses rêves, mais celle de sa mère qu'il a dû faire piquer il y a six années maintenant. Les meubles rustiques poussiéreux attendent sans prendre ombrage de la couche de fines particules qui s'accumulent au fil des jours, la caresse d'un chiffon ou la pulvérisation d'une bombe nettoyante d'une main féminine. L'un des trois tiroirs est bancal, espérant quelques coups de marteau sur les pointes tête homme qui dépassent pour lui redonner un semblant de forme originelle. La table pleine de miettes semble implorer muettement à l'éponge de venir la débarbouiller. La vaisselle de la semaine se repose tranquillement dans l'évier crasseux pendant que les moisissures s'en donnent à coeur joie sur une vieille croûte de pain. Tout dans la maison sent la crasse et le renfermé. Un bruit lointain tire le chien de ses rêves de courses à travers champs et de poursuites de lapins de garenne myxomatosés. Un oeil s'ouvre, une oreille se tend. L'alerte est donnée.

  • Le tableau volé

    Daniel Paraire

    Clermont-Ferrand fin des années 60. Un tableau est dérobé dans un marché artistique. Quelques temps plus tard, il est vendu aux enchères dans une galerie à Hong Kong. En Auvergne, le voleur est défenestré. L'inspecteur Durand aidé de l'ami de la victime mène l'enquête. À eux deux, ils vont devoir déterminer s'il s'agit d'un accident, d'un suicide ou d'un meurtre. 1er juillet 1968. Depuis hier, la chaleur était torride, la France transpirait durant cet épisode de canicule. Il faisait 36° à Clermont-Ferrand. Dans le petit studio de la rue Fléchier de vingt-cinq mètres carrés qui lui servait d'atelier, Denis Canet, étouffait. Il avait pourtant tenu la fenêtre et les volets fermés, mais la chaleur avait pénétré quand même. On se serait cru dans un four. La température dépassait les trente degrés. Il était totalement nu, la transpiration ruisselait sur son torse velu. La sueur dégoulinait de ses aisselles, traçant un sillon aigre le long de ses côtes. De grosses gouttes circulaient entre ses poils telle une boule de flipper enfermée sous sa vitre, cherchant désespérément la sortie.... Le pinceau en main, Denis cherchait en vain l'inspiration, cette inspiration qui quelquefois faisait défaut aux artistes, même aux plus grands. Il pensait à Picasso, son mentor, qui peignait nu dans son atelier. Souffrait-il lui aussi de la canicule ?

  • L'histoire des États-Unis se confond, dans ses grandes phases, avec celle de l'application d'une stratégie globale d'exclusion des populations non blanches. Ce nationalisme totalitaire, initiateur du racisme moderne comme concept, responsable du génocide indien et de la résurgence historique de l'esclavage, a désormais confiné la communauté noire dans de véritables camps de concentration ethniques, les downtowns, au centre des grandes villes américaines. Il devient urgent de progresser dans la connaissance des étapes de la mise en place d'un tel confinement social et racial, afin de réfléchir à son démantèlement. Car l'émeute de Los Angeles en 1992 a montré la gravité d'une situation qu'aucune société ne peut laisser se dégrader sans risque de fission définitive.

  • Jusqu'où la mondialisation peut-elle aller ? Depuis cinquante ans déjà, le FMI, la Banque Mondiale et le GATT (aujourd'hui remplacé par l'Organisation Mondiale du Commerce) prétendent réguler, du coeur des métropoles impériales, le développement des pays pauvres et les pratiques commerciales de toute la planète. Or on ne voit partout qu'endettement accru, recul des droits sociaux, conflits ethniques, dégradation du milieu naturel, développement sauvage et inégalement réparti, pour le seul bénéfice d'un Capital devenu global. Déjà l'ancienne coordination de ces institutions dites de "Bretton Woods se transforme lentement en une autorité intégrée : une politique commune d'agression contre les pauvres du monde entier et les travailleurs des pays riches se met en place, sous le nom d'ajustement structurel. Cette dérive autocratique, officiellement présentée comme l'ébauche d'une administration mondiale prétendument nécessaire, n'est pas acceptée par les peuples qui, sur le terrain cherchent à préserver leur indépendance. De ces luttes dépend l'avenir d'une nouvelle démocratie sociale et internationale qui pourra seule apporter des solutions concrètes aux problèmes économiques, socio-politiques et écologiques du XXIème siècle.

  • La langue d'Oc contemporaine, tès riche, est souvent méconnue du public. Le romancier Jean Boudou est considéré par ceux qui lisent cette langue comme un auteur important du XXè siècle. Cet ouvrage propose de lire dans son engagement en faveur de la promotion de la langue d'Oc une réflexion passionnée sur les questions identitaires.

  • L'économiste peut-il se libérer de la dictature des mathématiques ? Depuis longtemps en économie, l'usage exclusif et réducteur des instruments de formalisation quantitative a réduit la recherche des liens économiques plus signifiants cachés sous le désordre apparent de l'histoire. Pour une compréhension renouvelée, l'auteur s'appuie sur des orientations conseillées par Karl Popper sans que la rigueur apportée par les moyens mathématiques ne soit abandonnée.

empty