Nut Monégal

  • Dans « Combat à huis clos » se délivre un monologue empreint de suspense qui dépeint la résurgence des extrémismes dans notre société ; « Le mur mitoyen » plonge le lecteur dans l'absurde quand se déroulent sous ses yeux les interactions les plus étranges entre voisins au beau milieu de la nuit ; enfin, « Jeanne Moreau est morte » rend un vibrant hommage à celle qui fut l'égérie d'une génération. Trois pièces à la puissance narrative et à la profondeur de réflexion abyssales.
    Auteure en liberté, pétrie d'humanité, Nut Monegal scrute l'humain avec une curiosité toujours renouvelée. Touchants, maladroits, effrayés ou intrigués, ses personnages nous emportent derrière le rideau. Écoutons leurs paroles, scandons avec eux ce qui fait le sel de la vie : l'humour, la beauté, la poésie.

  • Un après-midi d'automne, en sortant d'un café de la rue des Abbesses, Nut Monegal a aperçu devant elle une femme qui marchait avec des cannes anglaises. Elle les envoyait avec force sur le trottoir, avec rage, comme si elle était furieuse contre la vie, contre quelqu'un ? Inspirée par ce personnage de la réalité, l'auteure a voulu la faire revivre en parallèle dans la fiction, dans cette pièce de théâtre que nous tenons entre nos mains.
    La vie, avec ses rayons de soleil et ses larmes salées, court, vole dans les pages de l'oeuvre de Nut Monegal. Poète, auteure dramatique, comédienne à ses heures, elle fait de l'écriture sa fenêtre ouverte sur les autres, cette merveilleuse source d'inspiration.

  • Romain Vidal est né trop vieux : atypique et nonchalant, à bientôt 18 ans il n'aime rien d'autre que lire et méditer. Resté seul à Paris le temps des vacances, il erre dans la capitale à la recherche de diversions pour oublier Mirabelle, son amour fruité.

  • Dans ce recueil, les poètes se déplacent avec une pléiade de souvenirs, jouant entre nostalgie et conscience de la réalité, nous emportant dans un dialogue poétique délicat. C'est leur mémoire transhumante...

  • Nut Monegal et Douglas McGuigue nous emportent avec eux dans une nouvelle valse littéraire. Primaux ou ciselés, calmes plats ou endiablés, les poèmes, arrangés à la manière d'un échange épistolaire, font tournoyer ensemble la mélancolie et l'exaltation, la tristesse et la fantaisie. Musical aux oreilles comme aux yeux, nous embarquerons avec eux pour un beau voyage en perspective...
    Après « Mémoires Transhumantes et conversations avec Douglas » (Éditions du Panthéon, 2017), Nut Monegal et Douglas McGuigue poursuivent leur compagnonnage littéraire. Mots en échos et tourbillon de sensations font partie de la mélodie si caractéristique de leurs textes.

empty