Louis Maurin

  • Encore plus !

    Louis Maurin

    • Plon
    • 4 Mars 2021

    Un palmarès économique et social à rebours des idées reçues qui lève ainsi le voile sur cette France des " encore plus " : ceux qui traversent les crises sans embûches, tout en prétendant le contraire.Qui sont les privilégiés ? Uniquement des " super-riches " contre lesquels la gauche est vent debout ? Non, répond Louis Maurin, directeur de l'Observatoire des inégalités, qui dresse un tableau économique et social à rebours du discours ambiant.
    Entre ces super-riches et la France populaire et moyenne, les classes aisées vivent bien, voient leurs revenus progresser quand ceux des autres catégories stagnent. Elles affichent de plus en plus leur mépris pour la France des " perdants ", tout en réclamant davantage et en faisant tout pour maintenir leurs privilèges.
    Pendant ce temps, chômage et précarité font progresser l'insécurité sociale. Une armée de " flexibles ", souvent jeune et peu qualifiée, doit se soumettre pour répondre au mieux aux besoins des plus favorisés. La crise économique et sociale qui accompagne la crise sanitaire accentue encore un peu plus ces fractures.
    Pour séduire le peuple, les privilégiés détournent son attention en lui livrant des boucs émissaires " assistés " ou étrangers. Ils mettent en avant une hypocrite égalité des " chances " pour mieux défendre un système inégalitaire et célébrer les premiers de cordée. Les revendications légitimes des classes les moins favorisées sont étouffées. Mais la France d'en haut n'a pas gagné la partie, loin s'en faut. Les Français réclament instamment la justice sociale.

  • De puis plus de vingt ans, nos cultures et notre entendement sont progressivement imprégnées de l'obligation sociale, politique, civique, etc., de rendre intelligible la complexité. Le but premier de cet ouvrage est de témoigner de la prise de conscience de cette imprégnation qui s'accomplit sous nos yeux, à l'aube du XXIe siècle.

  • QUAND je suis entré dans la vie
    Passait, sous un voile enchanté,
    Une femme que j'ai suivie,
    Et dont j'admirais la beauté.Mais plus tard cette ombre chérie,
    Venant s'asseoir à mon côté,
    Etait maigre, triste et flétrie :
    Elle s'appelait VÉRITÉ !Toi qui passais, forme idéale,
    ILLUSION, beauté fatale,
    C'est toi que j'aime, et tu me fuis !Et toi, Vérité moins sévère,
    Toi qui te donnes tout entière,
    Je veux t'aimer et je ne puis !Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • C'était sous le règne du bon roi Henri : l'argent était rare, les vivres hors de prix et la poule au pot un souhait irréalisable.Les hôtelleries donnaient maigre chère à leurs clients, les clients ne payaient qu'à regret, Crédit était mort, et l'hôtesse soupesait de l'oeil l'escarcelle des gens avant d'avouer qu'il restait du vin au cellier et du lard au charnier ; jamais les pots d'étain n'avaient été bosselés avec plus de malice et les assiettes plus plates ; le quart d'heure de Rabelais était plein d'orages ; d'interminables disputes s'élevaient au sujet des moindres contestations.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Munis d'un certificat de leur maître d'apprentissage, constatant qu'ils avaient satisfait à toutes les conditions de leur contrat, les jeunes typographes se faisaient embaucher comme compagnons. Pour les uns, cette situation était la plus haute qu'ils pussent espérer, le gagne-pain de toute leur vie ; pour d'autres, elle n'était qu'un stage préparatoire à la maîtrise. Le règlement de 1649 (art. 4), l'édit d'août 1686 (art. 39) et le règlement de 1723 (art.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • LES FICTIONS :
    « Ismaël, Elstramadur et la destinée » de Christian Léourier ; « L'Amour au temps des univers parallèles » de Hugues Morin ; « Au Pré de l'Asphodèle » de Claude Bolduc ; « Les Pompes de Titan » de Jean-Louis Trudel ; « Les Coeurs tachyoniques ne peuvent aimer » de Derek Künsken ; « Explorer Jéhovah » de Mario Tessier.
    L'ARTICLE :
    « La Machine à écrire... de la (science-)fiction » de Mario Tessier.

empty