Lou Garance

  • Il est son connard de demi-frère. Et il va la rendre folle...
    Depuis des années, Jayden ne revient au domicile familial qu'en de rares occasions, et ça convient très bien à Ambre.
    Moins elle voit son insupportable demi-frère, mieux elle se porte !
    Alors, quand elle apprend que Jayden-le-connard s'est fait virer de sa fac et qu'il est de retour à San Francisco, elle se prépare à vivre un été cauchemardesque.
    Jayden s'est toujours montré froid et méprisant avec elle, et ça n'a pas l'air d'avoir changé.
    Mais désormais, elle le découvre aussi viril, fascinant, terriblement sexy...
    Et si son été devenait finalement bien plus intéressant... ?
    />
    ***

    - Il ne se passe rien entre nous. T'es ni ma meuf ni ma pote. T'es rien, alors maintenant, si tu n'es pas capable de mettre de côté un écart malheureux qui n'a pas compté, je ne peux rien faire pour toi.
    - T'es un connard, craché-je en le retenant avant qu'il ne rentre dans la maison. Et que tu le veuilles ou non, on est coincés dans la même famille pendant encore très longtemps. Faudra t'y faire. Ta « soeurette », elle ne risque pas de te lâcher.
    Je le bouscule pour passer à sa place, retirant mes chaussures en vitesse pour me réfugier dans ma chambre.
    - T'es pas de ma famille, balance-t-il dans mon dos quand je suis en bas des escaliers. Tu ne seras jamais de ma famille, Ambre.
    Je fais volte-face, la main prête à s'écraser avec fracas contre sa joue, mais, au lieu de ça, mon poignet est rattrapé au vol, et c'est une bouche qui me cloue sur place. Chaude, douce mais hargneuse. Jayden attrape ma nuque et enfouit une main dans mes cheveux, ravalant au passage le gémissement rauque que ma gorge a produit dès que ses lèvres ont emprisonné les miennes. Je m'accroche à son tee-shirt avec force, l'obligeant à encercler mes hanches de son bras libre pour nous empêcher de tomber dans les escaliers. Notre baiser est urgent et désordonné. Ma respiration est catastrophique et j'ai du mal à reprendre mon souffle, mais je préfère m'étouffer en l'embrassant plutôt que le repousser.

    ***
    Can You Keep a Secret ?, de Lou Garance, premiers chapitres du roman.

  • Foutu coloc !

    Lou Garance

    Craquer pour le meilleur ami de son frère ? Mauvaise idée ! Emménager avec lui ? Encore pire !

    Quand elle emménage dans la coloc de son frère et de la bande de potes de ce dernier, Scarlett sent qu'elle est foutue.

    Elle n'arrivait déjà pas à se sortir Nolan Jones de la tête en habitant à des milliers de kilomètres de lui, alors comment pourrait-elle l'oublier maintenant qu'elle est de retour à Boston, et surtout... qu'elle occupe la chambre juste à côté de la sienne ?

    Pourtant, son crush de toujours ne lui donne aucune raison d'espérer : il la taquine comme si elle était sa petite soeur !

    Elle sait qu'elle doit accepter qu'il ne la verra jamais autrement.

    Mais entre les soirées passées à se défier, les rapprochements troublants sur le canapé et l'étincelle nouvelle qu'elle décèle dans le regard de Nolan, ce « jamais » pourrait bien devenir un peu flou...

    ***


    - Pas de série ? lui demandé-je.

    Il rigole et attrape le plaid comme à son habitude pour le placer sur ses cuisses. Il lève une main, massant sa nuque un moment, et je regarde son biceps contracté.

    - Je peux faire une exception pour un épisode.

    - Petit joueur, me moqué-je.

    J'allume Netflix, essayant de refouler la joie intense qui déferle dans mes veines en le sachant avec moi ce soir.

    « Je ne crois pas qu'il puisse un jour ressentir ce que tu ressens. »

    Je déglutis, lançant Crash landing on You tandis qu'un noeud énorme obstrue ma gorge.

    - J'espère qu'ils vont enfin baiser.

    - Ta gueule, dis-je dans un sourire.

    Je l'entends rigoler et ses doigts glissent sur mes côtes dans un mouvement brusque et mesuré. Je sursaute face à la sensation très désagréable que ça provoque sur ma peau.

    - Arrête ça, le menacé-je. Pas touche aux côtes.

    Il ricane, replaçant son bras contre sa poitrine.

    - T'es une enfant.

    Je tape son bras.

    - T'es un connard.

    Il claque ma main. Je le fusille du regard, il explose de rire.

    - Petite peste.

    Cette fois, je me jette sur lui, fourrant mes mains dans son cou. Il est extrêmement chatouilleux et il baisse instinctivement son menton. Bloquant mes poignets alors que je continue de forcer le passage pour l'agacer, il finit par me repousser violemment. Tout son corps s'écrase contre le mien et ses bras s'allongent, emprisonnant mes poignets au-dessus de ma tête pour empêcher toute autre tentative de ma part pour le faire chier. Mes jambes sont écartées et j'ai une sensation très - trop - précise de son sexe sous son jogging.

    Il ne porte pas de caleçon.

    Son visage est à seulement quelques centimètres du mien et il sourit, l'air fier du vainqueur.

    - Tu ne fais pas le poids, ma petite.

    L'une de ses mains se détache de sa prise et il se redresse doucement. Un bras tendu près de ma tête, le second reste occupé à me maintenir dans cette position. Tous mes sens sont en alerte. Mon clitoris brûle, mes muscles me démangent et ma respiration devient difficile.

    ***

    Foutu coloc !, de Lou Garance, histoire intégrale.

  • Craquer pour le meilleur ami de son frère ? Mauvaise idée ! Emménager avec lui ? Encore pire !

    Quand elle emménage dans la coloc de son frère et de la bande de potes de ce dernier, Scarlett sent qu'elle est foutue.

    Elle n'arrivait déjà pas à se sortir Nolan Jones de la tête en habitant à des milliers de kilomètres de lui, alors comment pourrait-elle l'oublier maintenant qu'elle est de retour à Boston, et surtout... qu'elle occupe la chambre juste à côté de la sienne ?

    Pourtant, son crush de toujours ne lui donne aucune raison d'espérer : il la taquine comme si elle était sa petite soeur !

    Elle sait qu'elle doit accepter qu'il ne la verra jamais autrement.

    Mais entre les soirées passées à se défier, les rapprochements troublants sur le canapé et l'étincelle nouvelle qu'elle décèle dans le regard de Nolan, ce « jamais » pourrait bien devenir un peu flou...

    ***

    - Pas de série ? lui demandé-je.

    Il rigole et attrape le plaid comme à son habitude pour le placer sur ses cuisses. Il lève une main, massant sa nuque un moment, et je regarde son biceps contracté.

    - Je peux faire une exception pour un épisode.

    - Petit joueur, me moqué-je.

    J'allume Netflix, essayant de refouler la joie intense qui déferle dans mes veines en le sachant avec moi ce soir.

    « Je ne crois pas qu'il puisse un jour ressentir ce que tu ressens. »

    Je déglutis, lançant Crash landing on You tandis qu'un noeud énorme obstrue ma gorge.

    - J'espère qu'ils vont enfin baiser.

    - Ta gueule, dis-je dans un sourire.

    Je l'entends rigoler et ses doigts glissent sur mes côtes dans un mouvement brusque et mesuré. Je sursaute face à la sensation très désagréable que ça provoque sur ma peau.
    - Arrête ça, le menacé-je. Pas touche aux côtes.

    Il ricane, replaçant son bras contre sa poitrine.

    - T'es une enfant.

    Je tape son bras.

    - T'es un connard.

    Il claque ma main. Je le fusille du regard, il explose de rire.

    - Petite peste.

    Cette fois, je me jette sur lui, fourrant mes mains dans son cou. Il est extrêmement chatouilleux et il baisse instinctivement son menton. Bloquant mes poignets alors que je continue de forcer le passage pour l'agacer, il finit par me repousser violemment. Tout son corps s'écrase contre le mien et ses bras s'allongent, emprisonnant mes poignets au-dessus de ma tête pour empêcher toute autre tentative de ma part pour le faire chier. Mes jambes sont écartées et j'ai une sensation très - trop - précise de son sexe sous son jogging.

    Il ne porte pas de caleçon.

    Son visage est à seulement quelques centimètres du mien et il sourit, l'air fier du vainqueur.

    - Tu ne fais pas le poids, ma petite.

    L'une de ses mains se détache de sa prise et il se redresse doucement. Un bras tendu près de ma tête, le second reste occupé à me maintenir dans cette position. Tous mes sens sont en alerte. Mon clitoris brûle, mes muscles me démangent et ma respiration devient difficile.

    ***

    Foutu coloc !, de Lou Garance, premiers chapitres du roman.

  • Il est son connard de demi-frère. Et il va la rendre folle...
    Depuis des années, Jayden ne revient au domicile familial qu'en de rares occasions, et ça convient très bien à Ambre.
    Moins elle voit son insupportable demi-frère, mieux elle se porte !
    Alors, quand elle apprend que Jayden-le-connard s'est fait virer de sa fac et qu'il est de retour à San Francisco, elle se prépare à vivre un été cauchemardesque.
    Jayden s'est toujours montré froid et méprisant avec elle, et ça n'a pas l'air d'avoir changé.
    Mais désormais, elle le découvre aussi viril, fascinant, terriblement sexy...
    Et si son été devenait finalement bien plus intéressant... ?
    />
    ***

    - Il ne se passe rien entre nous. T'es ni ma meuf ni ma pote. T'es rien, alors maintenant, si tu n'es pas capable de mettre de côté un écart malheureux qui n'a pas compté, je ne peux rien faire pour toi.
    - T'es un connard, craché-je en le retenant avant qu'il ne rentre dans la maison. Et que tu le veuilles ou non, on est coincés dans la même famille pendant encore très longtemps. Faudra t'y faire. Ta « soeurette », elle ne risque pas de te lâcher.
    Je le bouscule pour passer à sa place, retirant mes chaussures en vitesse pour me réfugier dans ma chambre.
    - T'es pas de ma famille, balance-t-il dans mon dos quand je suis en bas des escaliers. Tu ne seras jamais de ma famille, Ambre.
    Je fais volte-face, la main prête à s'écraser avec fracas contre sa joue, mais, au lieu de ça, mon poignet est rattrapé au vol, et c'est une bouche qui me cloue sur place. Chaude, douce mais hargneuse. Jayden attrape ma nuque et enfouit une main dans mes cheveux, ravalant au passage le gémissement rauque que ma gorge a produit dès que ses lèvres ont emprisonné les miennes. Je m'accroche à son tee-shirt avec force, l'obligeant à encercler mes hanches de son bras libre pour nous empêcher de tomber dans les escaliers. Notre baiser est urgent et désordonné. Ma respiration est catastrophique et j'ai du mal à reprendre mon souffle, mais je préfère m'étouffer en l'embrassant plutôt que le repousser.

    ***
    Can You Keep a Secret ?, de Lou Garance, premiers chapitres du roman.

empty