Jill Glessing

  • Le dossier thématique de ce numéro présente les oeuvres récentes de trois artistes montréalaises (Jacynthe Carrier, Marisa Portolese et Kim Waldron) sous l'angle de la dimension performative de leurs images. Les corps y sont mis en scène de sorte à faire pleinement ressortir la part que les proches, l'étranger et l'animal occupent dans notre identité. Ce numéro publie également dans ses pages un entretien réalisé avec Luc Courchesne autour de l'oeuvre significative qu'il a produite pour madame Phyllis Lambert dans le cadre du projet Sitegeist. Quant à la section « Focus », elle réunit des commentaires sur les grandes expositions photographiques récentes, soit les éditions 2013 de CONTACT à Toronto, du Mois de la Photo à Montréal et des rencontre d'Arles.

  • Qu'est-ce qui peut faire se croiser des univers aussi différents que ceux réunis ici, si ce n'est qu'ils abordent certains aspects de cette condition commune que façonne de plus en plus la mondialisation en cours? « Si loin, si proche » présente le travail de trois artistes qui témoignent de réalités de partout autour du monde mais desquelles se dégage une humanité commune qui transcende les distances et l'étrangeté. Parmi les oeuvres de ce numéro, Near You No Cold, la récente série photographique réalisée par Raymonde April lors de multiples séjours à Mumbai, en Inde; The Future is Ours, Classroom Portraits, de Julian Germain, qui s'est attachée à photographier des salles de classes sur tous les continents; et les Carpoolers d'Alejandro Cartagena qui présente la réalité du covoiturage journalier et illégal de travailleurs dans les banlieues mexicaines.

  • Le numéro 104 de la revue des arts, des médias et de la culture, Ciel variable, nous invite à poser un autre regard sur les choses. Cet automne, c'est par le biais de la photographie que le dossier principal nous propose de regarder la vie selon un « angle décalé ». Cet angle, c'est peut-être l'unique point commun entre le travail des trois artistes invités ici. Yoanis Menge cherche par son oeuvre, caractérisé par un intense noir et blanc contrasté, à modifier la perception négative du public par rapport à la chasse au phoque. Marisa Portolese décortique dans sa dernière série les conventions rigides du portrait de femme victorien : une avenue inusitée pour remettre en question les stéréotypes de l'idéal féminin. Quant aux Outsiders que sont Nan Goldin, Diane Arbus et autres, récemment mis à l'honneur du Musée des Beaux-Arts de l'Ontario, ils s'attachent aux pas des marginaux dont ils révèlent la douloureuse beauté. Tous ont remis en question des préjugés et des systèmes de pensée dominants : voici d'autres sujets, d'autres valeurs à célébrer.

  • Les oeuvres présentées dans le numéro printemps-été de Ciel variable peuvent sembler relever, au premier abord, d'un simple travail sur le motif. Un regard plus attentif montre cependant que ce qui se désigne ainsi, dans une telle focalisation sur les arbres, les icebergs ou les nuages, c'est le façonnement des éléments naturels par l'action humaine en un paysage qui est devenu un environnement. Des essais sur la série Arbres de Jocelyn Philibert, Eidôlon d'Alain Lefort et Espaces aériens de Denis Farley constitue le coeur de ce numéro où l'on retrouve aussi plusieurs portraits d'artistes, comptes-rendus d'exposition dont celui de la récente présentation des oeuvres de Robert Mapplethorpe au MBAM, ainsi qu'une entrevue avec Luce Lebart, directrice de l'Institut canadien de la photographie du MBAC.

  • Les oeuvres réunies dans le numéro printemps-été, Revisiter | Revisit, de la revue Ciel variable font un retour sur des phénomènes ou événements significatifs de l'histoire récente pour les remettre en mémoire et prendre la mesure de leurs enjeux actuels. Freedom Rocks : The Everyday Life of the Berlin Wall de Blake Fitzpatrick et Vid Ingelevics, Le huitième jour d'Emmanuelle Léonard en écho à Charles Gagnon et The Natalie Brettschneider Archive par Carol Sawyer sont des oeuvres foisonnantes, aux itérations multiples, qui empruntent des formes complexes à l'image de leurs objets d'investigation, soit tout un champ des pratiques artistiques, des oeuvres phares et des moments charnières, des artefacts culturels démultipliés qui sont l'objet d'intenses manipulations idéologiques. Aussi, sous la rubrique « Focus », découvrez L'Arab Image Foundation, l'exposition Exhibit Model de Jonathan Monk présentée chez VOX l'automne dernier, ainsi que celle de onze photographes ayant participé à un portrait collectif de l'ancien hôpital Royal Victoria.

  • Le magazine Ciel variable propose une édition automnale autour du thème des trans-identités. Le dossier thématique rassemble les travaux récents des artistes Kent Monkman, JJ Levine et Erasmus Schrter dans de grands portfolios richement illustrés soutenus par les textes de Dayna McLeod, Charles Guilbert et Andreas Hll. Les oeuvres sélectionnées abordent différents enjeux liés aux frontières de l'identité sexuelle et à leur transgression. Ce numéro propose également des articles de fond sur le travail photographique du Canadien Dave Heath, sur la 23e édition du festival de photographie CONTACT de Toronto, sur le webdocumentaire installatif de Martin Bureau, entre autres. La section Actualité regroupe, quant à elle, des comptes rendus de publications récentes et des recensions d'expositions des artistes Ansley West Rivers, Myriam Jacob-Allard, Guy Tillim, Denis Rioux, Barbara Breitenfellner, Michelle Bui, Steve Leroux, ainsi que de l'exposition collective Intimate Portraits. En conclusion, lisez avec une entrevue d'Audrey Genois, directrice générale et co-commissaire de MOMENTA 2019

empty