Jean-Marie Mignon

  • Des destins qui se rencontrent, s'entrelacent et parfois se délient.
    Deux amis d'enfance, fils de parents aisés, unis pour faire les quatre cents coups et prêts à s'empoigner pour la conquête d'un jupon, voient leur avenir professionnel tranquillement se dessiner. Damien a intégré un cabinet d'avocats d'affaires et Jean-Joseph a endossé la responsabilité commerciale de la scierie familiale. Si le premier, entreprenant et délesté de bonnes manières, se jette dans la vie avec bonheur, le second, encore très attaché au regard de ses parents, navigue à vue dans les décisions à prendre. Quand Ariane et Sophie apparaissent, les deux garçons s'efforcent, chacun puisant dans son arsenal de séduction, d'avoir le dernier mot.
    Entre les chevauchées amoureuses dans la forêt, son accession à la direction de l'entreprise et l'accident d'une jeune Manouche dans lequel il se sent profondément impliqué, Jean-Joseph plonge doucement dans une tragédie qui n'en a pas l'air. Mais il ne sait pas encore qu'il y a toujours, dans cette folie pleine d'éclats, un apaisement après la tempête.
    Jean-Marie Mignon observe, écrit les silences, les incompréhensions, et il démonte en douce les collisions sentimentales et familiales.
    EXTRAIT
    La remarque de Damien sur le fait qu'il allait bientôt entrer dans la vie active fit s'abstraire Jean-Joseph du monologue enjoué que Damien avait repris devant les deux femmes. Il savait que son père - Joseph - dont il portait le prénom qu'il n'aimait d'ailleurs pas, comptait sur lui pour le seconder. Il était clair que le paternel bataillerait une nouvelle fois aux prochaines élections pour renouveler son mandat de conseiller départemental tout en conservant celui de maire. Les moments dédiés aux affaires publiques étaient autant de temps soustrait à la conduite de la société. Jean-Joseph ne se faisait pas d'illusion. « Mon père attend que j'intègre la scierie. Sans tarder! ». Il achevait sa formation à l'école de gestion avec un stage dans l'entreprise que dirigeait le père de son dernier flirt, une fille de sa promotion. Il approchait à pas rapides du terme d'une période de sa vie qui le comblait si bien qu'il ne voulait pas imaginer sa fin. Pourtant! Le grand balancier céleste des saisons marquerait, avec le solstice d'été, la fin de l'allongement des jours, l'arrêt de ses études. Le site principal de la société se trouvait à Cantabreix, là où il habitait, tout comme Damien. Jusqu'à présent, l'affaire familiale n'avait été qu'une replète tirelire pour son argent de poche. Il lui fallait se préparer à changer de focale sur l'usage de l'entreprise. Les fêtes de la Saint-Jean ouvriraient cette année une période de galère... toute relative.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Jean-Marie Mignon aime les lettres pour leur histoire et leur forme, les mots pour leur destin, pour leur usage, pour ce qu'ils donnent à voir, à rêver. À chaque roman, il jubile de savoir que le lecteur, dans son imaginaire propre, se réapproprie cette histoire, pour lui seul. Et, confie-t-il, "chaque fois qu'un lecteur se saisit d'un livre et s'immerge dans sa lecture, une nouvelle histoire d'amour peut débuter, sans que l'on sache jusqu'où elle mènera."

  • Toujours très active, cette utopie républicaine a connu une histoire faite d'enthousiasmes et de réussites, mais aussi d'incompréhensions et de critiques, voire de rejets.
    Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, se développe en France un courant d'idées qui cherche à promouvoir la diffusion de la connaissance au plus grand nombre pour que chacun puisse assumer son rôle de citoyen : l'éducation populaire. Sous cette appellation se trouvent intriqués, à partir de cette période, quatre grands domaines d'intervention : activités complémentaires de l'école, formation permanente, action culturelle et engagement dans la cité. Toujours très actif aujourd'hui, ce mouvement a connu une histoire faite d'enthousiasmes et de réussites, mais aussi d'incompréhensions et de critiques, voire de rejets. D'abord perçue comme une éducation culturelle touchant à la vie tout entière, l'éducation populaire a ensuite connu différentes phases : mise en place de la formation permanente puis de l'animation socioculturelle et, à partir des années 1980, développement de l'éducation civique. C'est cette riche histoire que propose de découvrir cet ouvrage. Son auteur montre le rôle essentiel joué par l'éducation populaire au sein de la société : il s'intéresse à l'éthique sociale qui la fonde, à quelques figures marquantes, à des institutions et organismes qui s'en réclament, à des programmes et actions inscrits dans la vie nationale et internationale, aux populations touchées par les acteurs du mouvement. Témoignant d'une certaine forme d'utopie républicaine - celle d'une société fraternelle et de progrès -, l'éducation populaire épouse les grandes questions de société de son temps et participe, selon Jean-Marie Mignon, de l'ensemble des mythes fondateurs qui permettent à la société française de conserver son unité.

  • Orange amère

    Jean-Marie Mignon

    Jacques, patron de Villes en Vie, une agence d'urbanisme, reçoit un jour une invitation pour participer à un colloque en Grèce.
    Et voilà que ressurgit du passé une histoire d'amour trouble et poignante, où l'ombre de la junte des colonels au pouvoir pèse sous la lumineuse magie des dieux helléniques.
    Entre le Paris estudiantin des années 1970 et la vie algéroise au temps d'un singulier service militaire, c'est d'abord la découverte bouleversante de l'âme grecque qui va saisir Jacques au fil de ses rencontres. En brisant la chrysalide qui l'enfermait dans ses convictions, il voit apparaître certains fantômes qui n'auraient jamais dû être réveillés.
    Roman passionné et passionnant sur une époque et un pays, cette Orange amère se déguste le coeur saisi et l'esprit aux aguets.

empty