Jean-Christophe Buisson

  • Une histoire-monde illustrée, des communismes de la fondation de la IIIe Internationale à la chute du mur de Berlin. " Le grand livre rouge ".Né avec la révolution d'Octobre, mort avec la fin de l'URSS, le communisme a connu la durée de vie classique d'un être humain, soit trois quarts de siècle (1919-1991) ; mais trois quarts de siècle qui ont bouleversé la planète, débordant largement la matrice politique pour " révolutionner " les sphères économiques, sociales et culturelles. Touchant tous les continents et presque tous les pays, son idéologie, son action, les artistes et grands écrivains mobilisés en sa faveur durant trois générations, ses nombreuses guerres (civiles et extérieures) comme ses leaders charismatiques (Lénine, Mao, Staline, Castro...), ses victoires, son déclin puis sa chute n'ont jamais été explorés dans leur globalité au moyen d'un grand récit chronologique à la fois accessible, documenté aux meilleures sources et richement illustré.
    Tel est le pari relevé de main de maître par Jean-Christophe Buisson, dans la lignée de son magistral
    1917, l'année qui a changé le monde. Les entrées sélectives, très écrites et toujours contextualisées, s'appuient sur de nombreuses cartes et illustrations souvent spectaculaires. Elles reflètent les espoirs, les combats, les divisions et les drames de millions d'êtres portés par leur croyance dans une idéologie dont ils furent les militants avant, pour la plupart, d'en devenir les victimes.
    Une union idéale entre la clarté du texte et la puissance des images, indispensable pour comprendre et connaître le XXe siècle.

  • L'album du centenaire, par le meilleur écrivain d'histoire actuel. L'album du centenaire, par un des plus grands écrivains d'histoire actuels. 1917 est une année cardinale non seulement dans le déroulement de la Première Guerre mondiale mais plus largement dans l'histoire du monde. 1917, c'est d'abord l'année des deux révolutions en Russie, prélude à la fondation du premier État communiste et au développement d'une idéologie qui bouleversera tout le XXe siècle. C'est aussi l'année où, pour la première fois, les États-Unis interviennent militairement en Europe, inaugurant leur leadership sur la planète. 1917, c'est également l'année de la déclaration Balfour, qui promet aux Juifs la création d'un État ; l'apparition de la notion de " guerre totale " ; l'émergence du mouvement dada et l'invention du terme de surréalisme. Mais aussi et encore : la naissance de l'art conceptuel, le premier disque de jazz, la création de la Coupe de France de football, l'épopée de Lawrence d'Arabie, les apparitions de la Vierge à Fatima, les exploits aériens de " l'as des as " et du " baron rouge "... L'ambition de cet ouvrage novateur est de révéler tous ces aspects à l'aide d'une chronologie-monde sélective, très écrite, commentée et superbement illustrée. Une vingtaine de focus sont également proposés pour raconter les 1917 de personnalités en devenir : Hitler, Staline, de Gaulle, Churchill, Roosevelt, Mussolini, mais aussi Céline, Proust, Picasso, Marie Curie, Freud, Einstein et quelques autres. En ressort la conviction que cette année sans pareille aura creusé la tombe de l'Europe des Empires au profit d'une nouvelle ère où la mondialisation de la puissance marchera de pair avec le progrès technique et la brutalisation des êtres.

  • Depuis César, « La violence est la sage-femme de l´histoire » (Karl Marx). On en aura la preuve en lisant ce livre exceptionnel, écrit par un journaliste d´investigation historique, à la fois enquêteur hors-pair et écrivain de race. Jean-Christophe Buisson raconte quinze assassinats majeurs qui couvrent tous les continents et toutes les époques et ont pour point commun d´avoir bouleversé l´histoire mondiale.

    Certains sont célèbres (César, Ceausescu, Henri III, Sissi, François-Ferdinand, Nicolas II...) ; d´autres moins connus (Maximilien de Habsbourg, Diem, Sadate...) ou encore oubliés (Dolfuss, Lumumba, Indira Gandhi).

    Sur chacun, Buisson amène du neuf, que ce soit par des révélations et surtout un art de raconter par une écriture et une mise en scène cinématographique des évènements et des protagonistes qui le hissent à un niveau rarement atteint chez les historiens actuels.

    Chaque chapitre est élaboréà partir de structures narratives différentes. Parfois, comme un compte à rebours, parfois du point de vue du bourreau, d´autres fois du point de vue de la victime ; le plus souvent dans une mise en parallèle chronologique des destins de l´assassin et de l´assassiné jusqu´au moment de la rencontre fatidique. Au final, quinze chapitres écrits comme autant de « page-turners ». Un bonheur de lecture rare.

  • À l'automne 45 avant Jésus-Christ, il apparaît bien que Jules César, empereur, consul et maître du monde ou peu s'en faut, rêve de " couronner " la liste de ses nombreux titres par celui de roi. Mais des inscriptions sur les murs, des rumeurs de complot qu'on lui rapporte quotidiennement l'incitent à la prudence : Rome n'est pas encore prête.
    Jean-Christophe Buisson retrace ici les derniers mois de Jules César, jusqu'à son assassinat le 15 mars 44 avant Jésus-Christ.

  • En ce début d'année 1589, la popularité d'Henri III auprès de ses sujets est au plus bas. En ordonnant l'assassinat des deux princes de Lorraine, le duc de Guise et son frère, dont le pouvoir gandissant sapait son autorité, Henri III a effacé tous les gages données au fil des ans au peuple de France de son engagement catholique. Désormais, ceux qui reconnaissaient au roi les plus grandes vertus ne voient plus que sa face obscure, celle d'un mauvais chrétien, d'un hypocrite, d'un traître. Attaques injustes, mais qui mèneront à son assassinat le 1er août 1589 par le moine Jacques Clément persuadé de "tuer un tyran".
    Jean-Christophe Buisson retrace ici les derniers mois d'Henri III, jusqu'à son assassinat.

  • Le vendredi 14 avril 1865, l'heure est aux réjouissances à Washington. La guerre de Sécession vient de se terminer. Abraham Lincoln, 16e président des Etats-Unis, doit désormais gagner la paix. Mais il est assassiné le soir même au théâtre.
    Récit d'une journée historique de l'histoire américaine.

  • En 1898, Elisabeth d'Autriche, dite Sissi, est malheureuse. Depuis longtemps. Si elle ne s'habille quotidiennement en noir que depuis la mort tragique de son fils, l'archiduc Rodolphe, à Mayerling, en 1889, elle porte le deuil de ses illusions et de sa liberté depuis le premier jour où elle est entrée dans le palais impérial de Schönbrunn. C'était il y a quarante-quatre ans. C'était il y a un siècle.
    En 1898, Luigi Lucheni, ouvrier italien, vient d'arriver à Lausanne. Il est sérieux. Il a épousé la vause anarchiste. Déterminé, il ne lui reste plus qu'à trouver sa victime : un grand de ce monde, un de ceux qui persécutent sans scrupules les travailleurs. Un roi ou un empereur ferait idéalement l'affaire.

  • Le 28 juin 1914, l'archiduc François-Ferdinand de Habsbourg, héritier de la couronne austro-hongroise, est assassiné à Sarajevo. On connaît par coeur les conséquences de cet assassinat et le jeu des alliances qui mena à la Première Guerre mondiale. On connaît moins le déroulement de cette journée. Jean-Christophe Buisson nous raconte le "dernier jour de l'Europe".

  • 15mn d'Histoire : une collection numérique de textes courts pour apprendre et comprendre l'Histoire en 15 minutes !
    15mn d'Histoire : une collection numérique de textes courts pour apprendre et comprendre l'Histoire en 15 minutes !
    Dès le lendemain de la révolution d'Octobre éclate en Russie une guerre civile entre le nouveau régime et une opposition armée plus ou moins unie derrière le drapeau blanc des nostalgiques de l'Empire déchu. Grâce au " communisme de guerre ", Lénine et Trotski en sortent vainqueurs, au terme d'un conflit de trois ans qui fait des centaines de milliers de victimes et permet au pouvoir soviétique d'asseoir sa légitimité. Dans le sang.

  • 15mn d'Histoire : une collection numérique de textes courts pour apprendre et comprendre l'Histoire en 15 minutes !
    15mn d'Histoire : une collection numérique de textes courts pour apprendre et comprendre l'Histoire en 15 minutes !
    Delhi, 31 octobre 1984, Indira Ganghi, Première ministre de la République d'Inde et seconde femme au monde élue démocratiquement à la tête d'un gouvernement est assassinée par deux de ses gardes. Voici la chronique d'un meurtre annoncé...

  • 15mn d'Histoire : une collection numérique de textes courts pour apprendre et comprendre l'Histoire en 15 minutes !
    15mn d'Histoire : une collection numérique de textes courts pour apprendre et comprendre l'Histoire en 15 minutes !
    Le 1er mars 1881, après six tentatives d'assassinat dont il sort indemne, Alexandre II succombe lors du septième attentat perpetré contre la personne, à Saint-Pétersbourg, alors qu'il travaillait à la transformation du Conseil d'Empire en Constitution et de la monarchie autocratique en régime représentatif. Voici le récit que cette incroyable chasse au tsar...

  • 15mn d'Histoire : une collection numérique de textes courts pour apprendre et comprendre l'Histoire en 15 minutes !
    Tout à sa politique de rapprochement avec Israël, confit dans une forme de mégalomanie et de contentement de lui-même, entouré de flatteurs et de courtisans, enrichi grâce à ses nouveaux alliés américains, Sadate, en 1981, a perdu le sens de certaines réalités. Il ne voit plus la pauvreté et la misère de millions de ses compatriotes ; il ne perçoit pas le degré d'imprégnation du sentiment antisioniste dans la société égyptienne ; il n'entend pas les appels quotidiens de ceux qui, comme Farag, autorisent leurs ouailles à abattre le despote au même titre qu'il convenait, jadis, de combattre les croisés envahissant la terre sacrée musulmane.En croyant avoir réussi, par quelques gages symboliques, à acheter la paix religieuse, Sadate n'a fait que nourrir une vipère prête à lui mordre la main, jusqu'au terrible attentat qui lui ôtera la vie le 6 octobre 1981...

  • 15mn d'Histoire : une collection numérique de textes courts pour apprendre et comprendre l'Histoire en 15 minutes !
    " Un seul homme ne peut tout de même pas nous expulser du Congo ! Tout doit être mis en oeuvre pour l'éliminer. " Comment interpréter la formule d'Eisenhower ce 18 août 1960, alors que le pouvoir des Républicains vacille et que la crainte de voir surgir un "nouveau Cuba" au Congo nouvellement indépendant inquiète au plus haut plus haut point la Maison Blanche ? A-t-il voulu parler d'élimination physique pure et simple du jeune ministre flambloyant ouvertement communiste, Patrice Lumumba, et donc ordonné très officiellement un assassinat ? Ou pensait-il plus métaphoriquement à une élimination de Lumumba de la scène politique congolaise ?
    Le doute subsiste mais il reste alors à Patrice Lumumba moins de cent quarante jours à vivre.

  • 15mn d'Histoire : une collection numérique de textes courts pour apprendre et comprendre l'Histoire en 15 minutes !
    L'homme qui a dit non à Hitler.
    Engelbert Dollfuss, chancelier autrichien de 1932 à son assassinat en 1934, a décidé d'éradiquer le nazisme dans son pays par la force et par la loi. Pour répondre aux menaces d'Anschluss émanant des nazis, il dissout le parti nazi autrichien et fait enfermer plusieurs milliers de ses cadres. Le 25 juillet 1934 il est assassiné lors d'une tentative de coup d'État orchestrée par Hitler.

  • 15mn d'Histoire : une collection numérique de textes courts pour apprendre et comprendre l'Histoire en 15 minutes !" Un Habsbourg ne s'en va pas en jetant son fusil. "
    Découvrez le récit de l'assassinat de Maximilien de Habsbourg, prince impérial et archiduc d'Autriche, empereur du Mexique de 1864 jusqu'à son exécution en 1867.

  • 15mn d'Histoire : une nouvelle collection de textes courts pour apprendre et comprendre l'Histoire en 15 minutes.
    Après 1954, les Français partis, le Vietnam est coupé en deux après la chute de Diên Biên Phu et les accords de Genève qui ont sanctionné la victoire du Viêt-minh au nord. Washington craint alors de voir Hô Chi Minh avancer ses pions au sud du 17e parallèle. Allié des Etats-Unis, Ngô Dinh Diêm, que ses contemporains surnomment " le Winston Churchill de l'Asie du Sud-Est ", les séduits par ses farouches convictions anticommunistes et antifrançaise. Il apparaît peu à peu comme une option politique sérieuse pour Washington. Ngô Dinh Diêm est un personnage central du puzzle vietnamien. Premier ministre de l'État du Viêt Nam de 1954 à 1955, puis président de la République du Viêt Nam de 1955 à 1963, il sera assassiné à Saïgon le 2 novembre 1963, en pleine guerre du Vietnam.

  • L'art de perdre.Selon l'adage napoléonien : " Du triomphe à la chute, il n'est qu'un pas. " Mais la réciproque est peut-être plus vraie encore tant la déchéance, la défaite et la mort des hommes et des femmes illustres hantent l'imaginaire et fécondent la postérité. Héros trahis, assassinés ou maudits, précipités depuis le zénith de la gloire jusqu'aux ténèbres des enfers, leur fin tragique suscite la curiosité puis la compassion jusqu'à ce que la légende s'empare d'eux et occulte leur véritable histoire.
    Jean-Christophe Buisson et Emmanuel Hecht sont partis à la recherche de treize grands destins brisés, depuis l'Antiquité jusqu'au xxe siècle, treize destins devenus destinées qu'ils explorent et racontent d'une plume aussi informée qu'enlevée.
    " Avec un vrai bonheur d'écriture et la jubilation de raconter, Jean-Christophe Buisson et Emmanuel Hecht dépeignent au stylet le destin tragique ou contrarié de deux femmes et onze hommes. "
    Le Figaro littéraire " Un livre épatant et érudit. "
    L'Express

  • Les 500 derniers jours du dernier tsar racontés par lui-même. " C'est un document exceptionnel. Unique. Et presque inédit : depuis sa parution il y a plus de quatre-vingts ans, il n'a jamais été réédité en France. Durant plus de cinq cents jours, entre l'assassinat à Petrograd, en décembre 1916, de son prophète de malheur, Grigori Raspoutine, et la semaine précédant sa propre exécution, en juillet 1918, dans le sous-sol d'une maison d'Ekaterinbourg, en Sibérie occidentale, le tsar Nicolas II a tenu un journal presque quotidien. On y lit non seulement le témoignage anxieux d'un autocrate assistant, impuissant, à l'écroulement d'un empire séculaire dont il était le maître et le garant, mais aussi le récit froid, clinique [...], des derniers jours d'un père, d'un mari, d'un homme. Un homme blessé. Prisonnier. Humilié. Menacé. Condamné. Et bientôt assassiné. "
    Pour enrichir et mettre en valeur ce texte oublié, Jean-Christophe Buisson ne s'est pas contenté de le doter d'un appareil critique d'envergure. Il l'encadre par une préface inédite et une postface constituée d'une version revue du percutant chapitre qu'il a consacré à l'exécution du tsar dans son ouvrage
    Assassinés publié chez Perrin.

  • Louis de Robien fut un témoin privilégié des soubresauts des révolutions russes. En poste à l'ambassade de Pétrograd depuis 1914, il a couché chaque jour dans son journal les observations rapportées de la rue comme des salons de la haute société ou des antichambres du pouvoir.
    Sa chronique précise et vivante raconte dans leurs moindres détails la chute du tsar, le coup d'État des bolcheviks et les prémices de la guerre civile.
    Narrateur intelligent, raffiné et subtil, Louis de Robien se garde de tout préjugé et porte un regard lucide et détaché sur un régime à bout de souffle, une poignée d'aventuriers prêts à tout et un peuple désabusé impatient d'en finir avec la guerre.
    Document majeur oublié depuis des décennies, ce Journal d'un diplomate en Russie nous est encore précieux aujourd'hui pour comprendre comment, en 1917, l'impossible s'est produit.
     
    Ambassadeur de France, Louis de Robien (1888-1958) a occupé plusieurs postes en Europe et en Amérique latine.
    Jean-Christophe Buisson est directeur adjoint du Figaro Magazine.

  • La tragédie du pouvoir au féminin. Comment sont mortes les souveraines les plus célèbres de l'Histoire ? Du suicide de Cléopâtre au dramatique accident d'Astrid de Belgique en passant par la décapitation de Marie Stuart et de Marie-Antoinette, l'assassinat d'Agrippine, de Sissi et d'Alexandra de Russie, ou l'agonie édifiante de Catherine de Médicis, Anne d'Autriche, Catherine II, la reine Victoria ou l'impératrice Eugénie, les meilleurs historiens et écrivains d'histoire racontent leurs derniers jours dans des textes incisifs où la limpidité du récit s'appuie sur des enquêtes puisées aux meilleures sources. Toujours tragiques, souvent brutales, parfois spectaculaires, inattendues ou interminables, leurs fins se ressemblent par une même dignité, une civilité monarchique de l'adieu exaltée par la conscience que ces reines avaient de leur rang, et leur volonté commune d'édifier la postérité après avoir marqué leur temps. Comme si toutes se retrouvaient dans la fière devise de Marie Stuart : " En ma fin est mon commencement. " " Une fresque du pouvoir suprême au féminin, de l'Antiquité au XXe siècle " : c'est ainsi que Jean-Christophe Buisson et Jean Sévillia définissent cet ouvrage collectif de prestige qu'ils ont dirigé et qui fera date, autant par ses qualités littéraires que par le regard innovant qu'il porte sur les ultimes instants de ces femmes dont les règnes ont changé le monde à tout jamais.

  • L'art de la guerre politique.
    La France s'est toujours construite par le conflit, qu'il soit extérieur (la guerre) ou intérieur. Notre histoire regorge en effet de rivalités, célèbres ou oubliées, opposant jusqu'à la haine des individualités d'envergure souvent proches par leurs idées mais antinomiques par leurs ambitions et leurs caractères. Or, en dépit de la familiarité de ce thème, aucun ouvrage ne lui a jamais été consacré. C'est chose faite grâce à ce "livre-chapitres" ambitieux qui rassemble les meilleurs historiens et les plus belles plumes du "Figaro-Magazine" sous la direction d'Alexis Brézet et Jean-Christophe Buisson. Un collectif de prestige pour un "casting" d'anthologie. En voici le sommaire.
    Préface par Alexis Brézet et Jean-Christophe Buisson 1/ Louis XI / Charles Le Téméraire : Geroges Minois 2/ Guise / Henri III : Jean-François Solnon 3/ Richelieu / Marie de Médicis : Simone Bertière 4/ Retz / Mazarin : Sébastien Lapaque 5/ Louis XIV / Fouquet : Jean-Christian Petifils 6/ Turgot / Necker : Ghislain de Diesbach 7/ Mirabeau / La Fayette : Jean-Pierre Bois 8/ Danton / Robespierre : Patrice Guéniffey 9/ Cadoudal / Bonaparte : Jean Sévillia 10/ Talleyrand / Fouché : Thierry Lentz 11/ Louis XVIII / Louis-Philippe : Arnaud Teyssier 12/ Thiers / Guizot : Laurent Theis 13/ Gambetta / Ferry : Maxime Tandonnet 14/ Clémenceau / Poincaré : Jean-Christophe Buisson 15/ Pétain / De Gaulle : Pierre Servent 16/ Giscard / Chirac : Philippe Tesson 17/ Mitterrand / Rocard : Christine Clerc 18/ Balladur / Chirac : Guillaume Tabard 19/ Sarkozy / Villepin : Charles Jaigu 20/ Fillon / Sarkozy : Carl Meeus

empty