Jakob Hinrichs

  • Le livre Le Buveur est l'un des romans les plus personnels de l'auteur du célèbre Seul dans Berlin, Hans Fallada. Il a été écrit secrètement en 1944, alors que Fallada se trouvait en prison, présumé coupable du meurtre de sa femme. Ses propres expériences avec l'alcool et l'histoire de ses échecs répétés constituent la matière première du livre. Rien d'illégitime, dès lors, à combiner le récit de la déchéance de son héros, Erwin Sommer, un homme banal qui se met à boire à l'occasion d'une crise existentielle et entreprend de sacrifier sa femme et sa vie à son addiction, et la véritable biographie de Fallada. L'artiste allemand Jakob Hinrichs, à qui l'on doit déjà l'adaptation graphique du Traum Novel de Schnitzler, qui servit de base à Kubrick pour son Eyes Wide Shut, a méticuleusement étudié la vie et l'oeuvre de l'écrivain. Il mêle de façon convaincante la mise en lumière crue des pathologies du commis-voyageur alcoolique Sommer avec l'histoire bouleversante d'un écrivain de premier plan qui n'abandonna sa dépendance à l'alcool et à la morphine qu'à sa mort, en 1947. Le trait extrêmement libre et expressionniste de Jakob Hinrichs, traversé de multiples influences - de George Grosz et Otto Dix à Joost Swarte, Ever Meulen ou Henning Wagenbreth - excelle à représenter cette descente dans un enfer personnel au sein d'une Allemagne tenaillée par les tourments d'un mal infiniment plus grand.

  • IL y avoit déja plus de dix-huit mois que la plus intéressante des femmes, quoique encore à la fleur de l'âge, se voyoit dépérir sensiblement chaque jour. Un soir qu'après beaucoup d'agitations elle paroissoit avoir retrouvé quelques instants de calme, j'étois au chevet de son lit ; je la regardois avec l'attention d'une tendre inquiétude, mais dans le plus profond silence, espérant qu'elle jouissoit enfin d'un sommeil tranquille. Elle ouvrit tout-à-coup les yeux, et, les tournant vers son ami, c'est avec tout le charme naturel de sa voix, mais avec un accent qui déchire encore mon coeur en ce moment, qu'elle me dit : Je ne dors pas, mais je sens que bientôt, bientôt je dormirai toujours.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

empty