Gerald Baril

  • Ce numéro fait place à Gérard Leblanc, figure marquante de l'Acadie moderne et dont l'oeuvre, dix ans après sa mort, reste plus que jamais vivante. Ayant consacré tout son temps à l'écriture, à la sienne et à celle des auteurs des éditions Perce-Neige de Moncton, il a contribué à l'émergence d'une parole originale, propre à l'Acadie. Cette édition nous fait aussi découvrir le troublant parcours de l'écrivaine sicilienne Goliarda Sapienza (en couverture), nous offre une entrevue avec le romancier Gilles Jobidon, dont vient de paraître La petite B, et pose un regard renouvelé sur le « poète militant » Aragon. Les critiques du premier roman de Dominique Scali, À la recherche de New Babylon, finaliste au prix du Gouverneur général, de la trilogie MaddAddam de Margaret Atwood et du travail de Janine Tessier dans Les rescapés de Berlin sont aussi au sommaire.

  • Le gagnant du Prix du Gouverneur général 2015 pour son roman Six degrés de liberté, Nicolas Dickner, est en une de ce numéro de printemps. Nuit blanche a rencontré pour nous le romancier un peu nerd, plutôt obsessionnel cérébral, passionné par les sciences et les techniques, les sujets pointus... comme ses héros. Ce numéro est aussi l'occasion d'en savoir plus sur une autre oeuvre primée par le Gouverneur général en 2015, soit Honoré Beaugrand de Jean-Philippe Warren. L'essai de Micheline Lanctôt, Lettres à une jeune cinéaste, ainsi que la biographie d'Hector de Saint-Denys Garneau écrite par Michel Biron sont aussi au sommaire. La rubrique « Écrivains franco-canadiens » met à l'honneur la carrière de Marguerite Andersen, cette grande dame des lettres franco-ontariennes arrivée tardivement à l'écriture de fiction, son premier roman ayant été publié alors qu'elle avait près de 60 ans.

  • Tout au long de ce livre, deux pistes se croisent au fil des lieux, des époques et des saisons : celle des grandes oies blanches et celle des gens qui les ont admirées, convoitées. Sur la toile de fond des cycles naturels, la halte immémoriale des oies en bordure du Saint-Laurent devient ainsi le germe d'une réflexion sur les liens entre les humains et les animaux, sur le territoire et le vivre-ensemble, sur la liberté, la solidarité et la détermination.

    Si près, si loin, les oies semblent nous livrer un message... Dans leur sillage, s'ouvrent nos propres routes migratoires...

    «Au fond, je n'avais peut-être pas la vraie patience de l'oiseleur, mais je me suis prêté au jeu avec ferveur, au point où mon regard sur toute chose en a été transformé. »

  • Dans les sociétés modernes, le respect de l'autonomie est souvent considéré comme la voie royale menant à la reconnaissance de la valeur intrinsèque des personnes. Or, la philosophe américaine Sarah Conly refuse d'emprunter la voie de la sacralisation de l'autonomie. Puisant aux sources de la philosophie, de l'économie comportementale et de la psychologie sociale, elle montre plutôt le caractère irréfléchi de nos décisions et soutient en conséquence que certains de nos choix, présumés autonomes, sont en grande partie nuisibles à l'atteinte de nos propres buts fondamentaux : être en santé, libre et heureux. Nous sommes des êtres rationnels, mais le sommes-nous vraiment dans notre vie de tous les jours ? Croyons-nous vraiment être capables de toujours prendre les bonnes décisions? Pour Sarah Conly, dans de nombreux cas - sécurité routière, saine alimentation, retraite -, nos aspirations seraient mieux réalisées si l'Etat nous empêchait d'agir en fonction de nos seules intuitions ou convictions premières. Tel est le sens du paternalisme coercitif, dont l'auteure entend montrer les bienfaits. Une telle prise de position remet largement en question les vues habituelles sur la moralité, la démocratie ou la frontière séparant le public et le privé.

  • Au tournant des années 2010-2020, il n'est pas inutile « de savoir, de se rappeler, de découvrir que la boucane a déjà existé, ainsi que quelques barbus ». Avec le dossier ou plutôt collage, « Québec psychédélique », la revue Nuit blanche revisite, dans son édition estivale, une époque où « tout était à refaire ». Regards actuels, espiègles, critiques, voire acides s'entrecroisent à propos de ces années de révolte et d'utopie(s) : celles des communes, de la revue Mainmise; des Jean Basile, Geoges Khal, Denis Vanier et tant d'autres. Ce numéro propose aussi un 25e portrait d'écrivain franco-canadien, celui du Franco-Manitobain Jean Chicoine et un de Francis de Miomandre, écrivain méconnu du XXe siècle. Retrouvez aussi des articles sur Paul Auster, le Dictionnaire des oeuvres littéraires du Québec et plusieurs commentaires critiques de fictions et d'essais récemment parus.

  • À la une du numéro d'hiver de la revue Nuit blanche, retrouvez Dominique Fortier, autrice et traductrice dont les écrits, maintes fois primés, naviguent entre le roman et l'essai. Michèle Bernard l'a rencontrée. Découvrez ensuite la réédition du Canadien français et son double (2018 [1972]) de Jean Bouthillette, un essai dépeignant l'aliénation d'un peuple vers sa reconquête, la vie littéraire de l'auteure prolifique et éclectique Aline Apostolska et deux récentes parutions du Cheval d'août : Créatures du hasard de Lula Carballo et Les fins heureuses de Simon Brousseau, toutes deux imprégnées d'une poétique du prosaïsme. Puis, Gérald Baril retrace les critiques adressées au marxisme pour mettre au jour la dimension écologiste du programme émancipateur élaboré par Marx. Enfin, retrouvez plusieurs critiques d'ouvrages récemment parus, un article sur Le dernier chalet d'Yvon Rivard par Jean-Paul Beaumier, ainsi que « Pourquoi a-t-on décerné le prix Nobel à Bob Dylan ? » par Yves Laberge.

empty