Françoise Bourdon

  • La jeune et fougueuse Julie vit auprès de son père dans la demeure ancestrale des Ségurat, maîtres faïenciers à Moustiers- Sainte-Marie en Haute-Provence. La perte de sa mère, Livia, lors de l'épidémie de peste de 1720, reste une blessure inguérissable qui se ravive lorsqu'on lui remet, le jour de ses vingt-ans, le récit que celle-ci a laissé de sa courte existence.
    Livia, une orpheline, y révèle avoir été manipulée par des aristocrates aixois qui ont fait d'elle l'instrument d'une conspiration diabolique. Elle est parvenue à échapper, à ses bourreaux mais a vécu jusqu'à son dernier souffle dans la crainte de retomber entre leurs mains.
    L'intrépide Julie n'a plus qu'une idée en tête, rejoindre Aix-en- Provence pour venger sa mère. Elle ne sait pas encore qu'elle s'attaque à des hommes fortunés et puissants. Elle a cependant des atouts qui ne seront pas de trop : son adresse à
    l'escrime et son habileté au pistolet...

  • De 1875 aux années 1920, de Tourrettes-sur-Loup, sur les hauteurs de Nice, à Paris, quatre générations de femmes volontaires et indépendantes vont se succéder pour que vivent leurs passions. De Rosine, la courtisane, à Béatrice, " nez ", c'est la culture de la violette, fleur à parfum par excellence, qui scellera leurs destins.Rosine, fille de modestes paysans, quitte son pays de la violette pour cacher sa grossesse. A Paris, elle devient courtisane. Son ascension est rapide, d'autant que vers 1880 apparaît cette nouvelle forme d'amour vénal, hors des traditionnelles maisons closes.
    Sa fille Eloïse, née dans la rue, sera placée en nourrice et vivra de la couture à Lyon.
    Emma, fille d'Eloïse, passionnée de couture, de création, travaillera pour Paul Poiret. Ses chapeaux, souvent ornés d'un bouquet de violettes, rencontrent un grand succès. De sa passion avec un aristocrate tué sur le front en 1916 naîtra Béatrice. Années folles - sur fond de jazz et de surréalisme - qu'Emma vit intensément, en femme libre, au bras d'un journaliste américain ami d'Hemingway ; elle fréquente Jean Cocteau, Paul Iribe...
    Béatrice, elle, est fascinée par le monde du parfum qu'elle découvre dans l'entourage de Coco Chanel. A la faveur d'un séjour à Grasse, elle retrouve la trace de ses ancêtres sur le domaine de la Fontaine aux Violettes, dont on se transmet le nom dans la famille depuis 1875. Elle devient " nez " à Grasse et s'éprend d'un réalisateur de cinéma aux Studios de la Victorine, à Nice. Béatrice finit par racheter la Fontaine aux Violettes, là où tout a commencé ; elle y développe la culture des fleurs à parfum. Elle sera la première femme de sa famille à connaître le bonheur...

  • Au coeur des champs d'amandiers, ces arbres millénaires, Françoise Bourdon signe une ode éternelle à la Provence à travers une fière héroïne. Haute-Provence, 1890. Anna, jeune amandière, se croyait promise à Martin, héritier d'un riche producteur aptésien de fruits confits. Or, sans explication, celui-ci épouse une fille de notables.
    Seule sa passion pour les amandiers donne désormais un sens à la vie de la jeune femme. Lorsqu'elle rencontre Armand, pâtissier amoureux des traditions provençales, elle réalise un vieux rêve et fabrique le meilleur des nougats.
    Tous deux se battent pour développer leur confiserie, installée à Rouvion, un village du plateau de Sault.
    Elle croit avoir retrouvé le bonheur auprès de sa petite fille aussi. Mais la guerre de 1914, les révélations de Martin, les actes de résistance au pied du mont Ventoux vont mettre à l'épreuve la courageuse Anna.

  • En Ardèche, à la fin du 19ème siècle. Depuis son imposante demeure de Belle Epine, sur les hauteurs de Privas, Honoré Meyran a su faire fructifier la fortune familiale bâtie sur le travail de la soie. Déçu par son aîné, Antonin, un rêveur qui s'intéresse surtout à la magnifique châtaigneraie du domaine, il reporte tous ses espoirs sur son cadet, l'ambitieux Gabriel, pour lui succéder.
    Un monde sépare Belle Epine des ateliers insalubres de la filature Meyran. Placée là comme ouvrière par son père pour l'appoint qu'apporte son maigre salaire, Colombe, ne voit pas d'échappatoire à son avenir misérable quand son destin croise celui de Gabriel Meyran.
    Pour la petite Ardéchoise, bafouée, déshonorée, cette rencontre marque le début d'un long chemin parsemé d'épreuves vers la reconquête de sa dignité. Pour l'héritier désigné, elle est la première marche d'une descente aux enfers qui conduira la dynastie à la ruine et à l'infamie...
     
     
     
    Toujours sensible à la beauté et aux richesses de l'Ardèche, l'auteur du Mas des tilleuls, du Moulin des sources et de tant d'autres succès, nous entraîne, entre quête de lumière et vertige des ténèbres, dans une tumultueuse saga autour de deux êtres que tout oppose mais qu'un lancinant secret lie à jamais.

  • De 1920 à 1970, une famille juive allemande, les Steiner, se réfugie dans le Nyonsais, terre d'accueil et de résistance active. Tous auront, un temps, l'espoir d'une vie meilleure. Parmi eux, David, séparé d'Hannah qu'ilaime depuis l'enfance, par la guerre et la folie des hommes...Dans les années 1920 à Berlin, David Steiner et Hannah Ritter grandissent, en voisins, dans le quartier résidentiel de Schlossstrasse. A l'adolescence, leur amitié se transforme en amour tendre et sincère. Mais, dès 1933, la montée de l'antisémitisme rend le quotidien des Steiner de plus en plus éprouvant. Ils partent alors pour la France en quête d'un avenir plus serein. Des cousins leur ont parlé du sud de la Drôme, une terre d'accueil, protestante, où des terrains et des fermes sont à acquérir... Les Steiner, accompagnés d'une autre famille, les Levin, commencent une nouvelle vie dans le Nyonsais où ils sont bien accueillis. Les années passent ; les lois s'intensifient à l'encontre des Juifs en Allemagne, où Hannah, tout en poursuivant ses études s'investit avec courage dans l'aide aux familles persécutées.
    En France, David, lui, s'enrôle dans la Résistance, fortement implantée dans la région drômoise. Séparés par les épreuves de ces années de guerre, David et Hannah, rescapés de tout, pourront-ils se retrouver et offrir une nouvelle chance à leur amour ?

  • - 64%

    Une suite indépendante de la saga La Maison du Cap ou le combat de deux femmes soudées pour que subsiste une maison de famille, riche de mille souvenirs, de vies et d'histoires, au cap Ferret.
    1965. Charlotte Gallet, 93 ans, est bouleversée : son petit-neveu a reçu l'offre d'un promoteur immobilier et veut vendre la Maison du Cap, conçue par le père de Charlotte, l'architecte James Desormeaux, à la fin du XIXe siècle. La demeure sera rasée pour laisser place à un ensemble de villas qui bénéficieront de la vue incomparable sur le bassin d'Arcachon.
    Paniquée, révoltée, Charlotte fait appel à un cabinet d'architectes bordelais afin de demander conseil. Iris, l'une des deux architectes, se rend au cap Ferret pour rencontrer Charlotte et les siens. Fragilisée par une fausse couche récente, Iris est en instance de divorce. Elle tombe sous le charme de la Maison du Cap, comme de ses habitants. Parallèlement, Iris apprend la mort en Espagne de son unique parente, sa tante Anna. Tout en découvrant l'histoire tragique de cette dernière, la jeune femme cherche à remonter le cours du passé et fait sien le combat de Charlotte.

  • En 1883 en Camargue, Noémie Valade, veuve, femme de lettres, se remarie avec Frédéric Marescot, propriétaire du mas du Castellar dont il a récemment hérité. Ancien communard endurci par le bagne, Frédéric se consacre avec passion à l'élevage des taureaux de sa manade.
    Noémie a ses blessures secrètes. Jusqu'à sa mort, sa belle-mère l'a accusée d'avoir poussé son premier mari au désespoir et au suicide. Elle croit que ce remariage sera un nouveau départ mais le temps des illusions sera court. Frédéric se montre cassant  ; il supporte mal le désir d'émancipation de sa femme. Surtout, il n'a pas tout dit de son passé. Une ombre plane dont Noémie a le pressentiment qu'elle rendra à jamais impossible leur bonheur...
    L'émouvant destin d'une femme en quête d'hamonie malgré les tourments de la vie. Une ode inspirée à cette terre de mystère, de sel et d'eau, de taureaux, de chevaux sauvages, aux traditions fascinantes qu'est la Camargue?.
     

  • Françoise Bourdon nous livre quatre nouvelles qui ont pour trait commun de se dérouler dans les paysages qui lui sont chers du Comtat-Venaissin, du Vaucluse, du Dauphiné, des Alpes de Haute-Provence, vaste territoire qu'elle sillonne depuis des années et qui nourrit son inspiration. Sensible aux traces du passé, elle situe ses histoires au XIXe siècle parmi des petites gens enracinés dans leur terroir et porteurs de tradition : santonniers, faïenciers, ouvriers de la chaussure de Romans, paysans du Luberon. Ces existences aussi modestes et effacées soient-elles n'échappent pas aux cruautés de l'histoire et aux injustices du destin. Mais les personnages de Françoise Bourdon savent puiser dans le meilleur d'eux-mêmes la force de reconstruire leur vie brisée. Quatre nouvelles qui sont autant de belles leçons d'humanité.

  • Après les Ardennes et la Provence, Françoise Bourdon explore la côte atlantique et le bassin d'Arcachon. Elle en décrit l'histoire, et l'atmosphère si particulière, à travers le destin de cinq héroïnes. 1849. Léonie, fille de modestes résiniers, grandit blessée par le désamour de sa mère, qui, un jour, lui assène : " Tu n'es pas faite pour le bonheur, tout comme ta dernière fille. ". Elle deviendra ramasseuse de sangsues. Sa benjamine, Margot, refuse cette existence de labeur et de honte : à elle la Ville d'Hiver, à elle le choix d'une autre vie. Par amour, un homme bâtira pour elle la Maison du Cap... Se poursuit au fil des décennies et des tumultes de l'histoire une grande saga d'héroïnes : Charlotte la photographe, Dorothée l'aviatrice, Violette la résistante. De génération en génération, elles perpétuent une lignée de femmes fortes et ardentes. La Maison du Cap demeurera un refuge pour Margot et ses héritières, et le bonheur, une quête ardue, dans une société toujours corsetée. Françoise Bourdon peint un tableau captivant du bassin d'Arcachon de 1849 à 1947 en évoquant traditions et histoire d'un lieu fascinant, terre élective d'artistes et station balnéaire en vogue.

  • Dans les Cévennes, à la fin du XVIIesiècle. Élie vit avec sa femme, Jeanne, et leurs trois enfants sur la terre de Jéricho, un domaine qui se transmet chez les Bragant depuis des générations. La révocation de l'édit de Nantes en 1685 est un séisme pour cette famille protestante. Les huguenots sont traqués et persécutés par les dragons du roi. Élie est chassé de sa terre, séparé de Jeanne, on lui arrache ses enfants. La famille est dispersée; chacun doit faire des choix vitaux: abjurer ou fuir, se cacher ou résister... Des sentiers de l'exil aux couvents catholiques, des cachots de Grenoble à une troupe de comédiens ambulants, des campements de camisards dans les Cévennes aux galères de l'Arsenal de Marseille, les Bragant sont happés dans un tourbillon d'aventures et de drames, pourchassés par la haine mais sauvés par l'amour aussi... sans que jamais ne s'éteigne leur rêve de retrouver un jour Jéricho... Avec Les Sentiers de l'exil, l'auteur du Mas des tilleuls, du Moulin des sources et de tant d'autres sagas familiales à succès signe une magnifique fresque romanesque pleine de souffle et de suspense.

  • L´odeur de tilleul du paradis perdu.      1825. Accusé à tort par sa jeune belle-mère d´avoir voulu abuser d´elle, Jean-Baptiste est banni par son père du mas des Tilleuls, bâti au-dessus de Buis-les-Baronnies. Passionné comme sa mère par les herbes, les plantes et les fleurs, Jean-Baptiste se promet de reprendre possession un jour du lieu de son enfance. Pour survivre, il devient colporteur-droguiste et sillonne la France pendant neuf mois chaque année pour vendre les plantes médicinales et aromatiques cueillies sur la Montagne de Lure. Engagé dans la résistance au coup d´État de Louis-Napoléon Bonaparte, Jean-Baptiste est arrêté. À sa sortie de prison, il apprend qu´il a un demi-frère, Élie, qui sera l´unique héritier du domaine familial. Les années passent. Jean-Baptiste a perdu tout espoir de retrouver le Mas des tilleuls quand les événements de la Commune de Marseille mettent Élie sur son chemin...

  • De 1868 à 1920, dans le Luberon. Ne supportant plus les humiliations de son père, un charbonnier venu du Piémont, Lorenzo quitte à regret sa mère et sa soeur pour partir à l´aventure sur les routes de France. Quand il revient au pays plusieurs années après, en compagnon menuisier fier de son savoir-faire, sa mère est décédée, sa soeur a disparu. Plus vindicatif que jamais, son père, le jour de son mariage, le traite publiquement de bâtard et lui donne sa malédiction...
    Commence une nouvelle errance pour Lorenzo, qui s´estime déshonoré. Épris de justice et de liberté, c´est après bien des combats et des drames qu´il reviendra dans la région de son enfance. À Roussillon, capitale de l´ocre, son destin croisera celui de Virginie, institutrice émancipée, héritière d´une dynastie de maîtres ocriers. Sans que jamais ne le quitte l´espoir de découvrir, sur cette terre de sang et d´or, le secret de ses origines...
    Françoise Bourdon nous enchante avec cette nouvelle saga tissée de destinées tourmentées, de blessures inguérissables, d´espérances jamais brisées, qui nous transporte dans une Provence illuminée de soleil et de couleurs.

  • - 55%

    Autour d´une femme passionnée et fidèle, entre ombre et lumière, secrets et traditions, la saga familiale d´une lignée de papetiers provençaux.

    Fontaine-de-Vaucluse, en 1840. Dès leur première rencontre, Timothée Viguier décrète que Noëlie sera son épouse et elle-même sait qu´il n´y aura pas d´autre homme que lui. Son père accorde sa main sans hésiter car les Viguier possèdent depuis plusieurs générations un moulin à papier prospère sur les bords de la Sorgue.  Ainsi commence pour Noëlie une vie tissée de drames et de bonheurs, de joies et de chagrins, qui la mènera jusque dans les années 1920 quand, vieille dame quasi centenaire elle saura, par la seule force de sa fidélité, sauver le moulin ancestral en révélant ce qui devait être tu.



    Sur les pas de Pétrarque, Françoise Bourdon nous entraîne à Fontaine de Vaucluse pour un voyage empli d´émotions et de mystères dans une Provence authentique, rayonnante mais meurtrie par le tremblement de terre de 1909. .

  • De 1917 à aujourd´hui, le combat d´une lignée de Provençaux amoureux de la lavande pour gagner leur bonheur menacé par de lourds secrets.En 1918, Pierre Ferri revient à la Grange de Rochebrune, la ferme familiale située aux confins des Baronnies. « Gueule cassée », il se referme sur ses blessures, visibles et invisibles. Pourtant, l´amour inconditionnel de sa femme Antonia et la naissance d´une petite Valentine lui redonnent le goût de vivre. Il décide de développer la culture de la lavande pour laquelle Antonia éprouve une vraie passion.  Partageant son amour de « l´or bleu », Valentine croit être à l´abri des tumultes du monde dans la haute vallée. Mais la montée des périls, le chaos de la guerre, les déchirures de l´Occupation, ses engagements bouleversent son destin tout tracé. En Allemagne, une autre femme, Else, poursuit elle aussi son rêve de bonheur piétiné par le IIIe Reich.
    Longtemps après, les enfants perdus cherchent leur vérité...Provençale de coeur, Françoise Bourdon nous offre une magnifique saga familiale, pleine de mille et un parfums, tissée d´amours blessées, de drames et d´émotion, portée par la force des liens unissant quatre générations

  • Destins croisés dans une Provence pleine de couleurs et d´émotions.Parmi vignes et oliveraies, champs de lavande et forêts de chênes, dans le secret des mas, des bastides, des villages perchés, joies et drames scandent les destins de Provençaux de naissance ou venus d´ailleurs. Une ronde de personnages en quête de bonheur et de partage dont les vies se nouent et se dénouent à l´ombre tutélaire du mont Ventoux. À petites touches fines et sensibles, Françoise Bourdon peint dans ces nouvelles une mosaïque humaine magnifique, pétrie d´espérance, portée par une écriture limpide qui vise toujours juste : le coeur du lecteur.

  • "Le lendemain, au lever du jour, les cueilleuses étaient déjà à pied d´oeuvre dans les « olivettes » avec leurs « cavalets », leurs larges échelles à trois pieds. Chaudement vêtues, les mains protégées de mitaines noires, ce qui laissait leurs doigts libres, les jeunes filles portaient chacune un panier accroché à leur ceinture. Elles n´avaient pas besoin de parler pour se répartir la tâche, chacune ayant sa spécialité . " Une grande saga familiale à travers le destin d´une femme, provençale passionnée, au coeur de la tourmente du XXe siècle.
    Au domaine de la Combe aux Oliviers, Lucrèce Valentin, née en 1901, prend la relève de son père, Ulysse, et consacre sa vie à la sauvegarde du domaine. Mais cette femme, entière et impulsive, qui sacrifie tout à ses oliviers, se bat aussi pour sa fille, Aurélie, atteinte de polio. Durant la Seconde Guerre, Lucrèce s´engage dans la Résistance, Aurélie partage ses combats tandis qu´Hermance, sa quasi soeur, a une liaison avec un officier allemand. En 1956, le grand gel va provoquer la disparition de milliers d´oliviers. Seule, Lucrèce, à cinquante-cinq ans, refuse d´abdiquer. La nature lui donnera raison. La plupart de ses oliviers renaîtront. La vie continue...

  • Esiècle, dans une Provence en pleine renaissance culturelle, le destin tragique de Mélanie, des cartonnages de Valréas à la distillation de l'absinthe.0500 0300 Mélanie est une enfant abandonnée. Après une enfance douloureuse dans une famille d´agriculteurs de la campagne drômoise où elle a été placée par l´Assistance, elle part pour Valréas où elle est élevée avec amour par Sylvine, une cartonnière. Sa rencontre et son mariage avec Alexis, le fils d´un garancier du Vaucluse qui s´est reconverti dans la distillerie d´absinthe, vont changer sa vie. La « Dame Verte » est alors la boisson nationale. Mélanie va consacrer son énergie et sa vie au développement de la distillerie sans jamais oublier son passé d´enfant de l´Assistance. C´est ainsi qu´en 1915, date à laquelle l´absinthe est définitivement interdite, l´ancienne distillerie deviendra un lieu d´hébergement pour les enfants abandonnés... Entre amours contrariés et drames familiaux, dans une Provence riche de traditions dans lesquelles Mélanie se plonge avec passion, la jeune femme cherche sa voie et acquière son indépendance, malgré les épreuves.

  • De 1919 à la Seconde Guerre mondiale, Nevart, d'origine arménienne, cultive la lavande dans la Drôme. Des rencontres, l'amour, la guerre précipitent son destin vers le drame... Un roman aux couleurs de la Provence.1919. Paul Mailfait, médecin, quitte ses Ardennes natales pour oublier les atrocités de la guerre, la mort de sa femme et de leur enfant sous les bombardements. Grâce à un ami sériciculteur près de Grignan, il s'intègre à sa région d'adoption et découvre une vie rude, rythmée par les travaux des champs. Mais il se refuse à tout nouvel amour. Jusqu'à sa rencontre avec Nevart, Arménienne à la beauté saisissante. Venue d'Alep après la tragédie de 1915, elle a été recrutée à Marseille pour travailler au moulinage. Installée dans un mazet abandonné, Nevart cultive la lavande sur un lopin de terre caillouteuse. Paul l'aime, mais la différence d'âge étant trop grande, il sait qu'il devra s'effacer. Passent les années... La jeune femme acquiert un alambic, rachète des terres, s'enrichit. C'est l'âge d'or de la lavande. Mais la situation internationale devient préoccupante. En 1935, des réfugiés venus d'Allemagne choisissent cette terre d'accueil, tel Erich Schwabele, Juif allemand. Entre Nevart et lui, c'est l'amour fou, irrésistible, tragique aussi à l'approche de la guerre...

  • Les Ardennes au début du XXe siècle. Hermine a juste vingt ans lorsqu'elle épouse Séverin et part vivre à La Lombarde, la propriété familiale où règne en maîtresse absolue la redoutable madame Lecoeur. La jeune femme se passionne rapidement pour la Forge au Loup, la prospère fabrique de boulonnerie que dirige sa belle-mère. A la mort de celle-ci, Hermine reprend seule les commandes de l'usine. Elle doit alors affronter avec courage et détermination les tourments d'un destin marqué par la guerre, la trahison et les amours manquées, portée par cette passion qui l'anime pour sa terre, sa maison et les siens...

  • A 17 ans, la belle Esther vit chez sa grand-mère qui tient un estaminet à Desvres, cité des potiers. L´ambiance y est chaleureuse entre les passionnés de pinsons et les combats de coqs. La jeune fille fréquente Justin Delfolie, un ouvrier agricole, charmeur, ambitieux. Très éprise, elle finit par s´abandonner à lui. Contre toute attente, Justin épouse Flore - qu´il n´aimera jamais -, plus âgée que lui et affublée d´un pied bot... mais elle est la fille unique du propriétaire de la Cour aux Paons, une ferme aux écuries réputées. Avec cette union arrangée, Justin concrétise son rêve. Abandonnée, enceinte, craignant pour son avenir, Esther accepte d´épouser Gaspard et met au monde Henri, fruit de sa liaison avec Justin. Août 1914, la guerre éclate : Gaspard et Justin partent au front tandis que Flore accueille des réfugiés à la Cour aux Paons. Au retour des hommes - excepté Justin, fusillé -, la vie reprendra à Desvres, même pour Gaspard et « gueule cassée ».

  • A travers une grande saga familiale et le destin de Camille, Les Chemins de garance évoque tout un pan du patrimoine provençal, la garance, une culture aujourd'hui oubliée. Avec une suite inédite du roman.Dans le Comtat venaissin. Augustin Vidal a prospéré grâce à la culture de la garance, plante qui fournit aux teinturiers un rouge incomparable. Il a transmis sa passion à sa petite-fille, Camille. En 1829, lors de la foire de Beaucaire, celle-ci rencontre Félix, qu'elle éblouit par sa " beauté du diable ". Mais quel avenir commun peuvent espérer l'héritier d'un indienneur avignonnais bonapartiste et la petite-fille d'un garancier élevée dans les valeurs républicaines?
    Hantée par le secret de sa naissance, Camille va envers et contre tout aller au bout de son destin, se consacrer à la garance, et épouser l'homme qu'elle aura choisi...
    D'hier à aujourd'hui, toutes les couleurs de la Provence.

  • Une grande fresque romanesque aux couleurs du Midi avec à l´honneur la batellerie sur le Rhône et la vigne en Vaucluse.
    Elle, Manon, veuve de batelier et mère du petit Antoine, vit à Caderousse, aux bords du Rhône, chez ses parents qui tiennent une auberge marinière.
    Lui, Jean-Dominique, ancien ouvrier imprimeur, retrouve la liberté après sept ans de bagne, à Toulon, pour fabrication de faux papiers.
    Un coup de foudre bouleverse l´existence de ces deux êtres meurtris. Ils se marient.
    A quatorze ans, Antoine, le fils de Manon, ne supporte plus de vivre auprès du fleuve qui a emporté son père. La vigne le passionne et il part travailler à Châteauneuf-du-pape où le vignoble prend de plus en plus d´importance. Il apprendra le métier au Château d´Hannibal.
    Dès lors et jusqu´en 1910, deux univers, deux mondes se côtoient au sein d´une famille marquée par les drames, les espoirs, le souvenir des défunts, le travail acharné pour la terre et le meilleur des vins...

  • Au XIXe siècle, le roman de Clément, dernier-né d'une famille de forestiers, et d'Eloïse, fille de communard. La forêt ardennaise sera le théâtre de leur amour et de leur résistance face à l'occupant allemand.Clément, vingt-deux ans, est profondément attaché à ses racines, à sa forêt, à son domaine de la Croix-haute. Sous la pression paternelle, le jeune homme doit se fiancer à Julia Laforgue dont le père possède une importante saboterie. Un soir, Clément rencontre une belle rousse qui vole du bois. Elevée par un vieil anarchiste, Eloïse est une rebelle dans l'âme. Entre Clément et Eloïse, l'attirance est immédiate.
    Mais le hasard de la vie et des secrets de famille révélés trop tardivement, séparent les deux amants. Eloïse, se croyant oubliée, disparaît tandis que Clément doit se résoudre à épouser Julia. Leurs destins seraient à jamais désunis si la guerre qui fait des Ardennes un territoire occupé ne les rapprochait de nouveau, tous deux engagés dans la résistance à l'envahisseur.

  • Le Fils maudit nous entraîne à la fin du XIXème siècle sur les pas de Lorenzo, fils rejeté, parti sur les routes du Midi en quête du secret de ses origines et dont le destin se dénouera parmi les fabuleux paysages d'ocre de Roussillon dans le Luberon.
    Avec pour toile de fond la beauté des champs de lavande de la Drôme, La Grange de Rochebrune retrace, de 1917 à aujourd'hui, la saga d'une famille de lavandiculteurs, fidèle à sa terre malgré l'adversité et les blessures de l'histoire.
    Puisque rien ne dure vraiment, nouvelle inédite, nous emmène de nos jours au côté de Geneviève, une Ardennaise, sur la rade de Toulon face aux reflets d'argent de la Méditerranée, gardienne éternelle d'indicibles secrets.

empty