Ferdynand Ossendowski

  • Krasnoïarsk, hiver 1920. Dénoncé aux « Rouges », un homme apprend que le peloton d´exécution l´attend. Il prend son fusil, quelques cartouches, sort dans le froid glacial et gagne la forêt. Commence alors une course-poursuite dont il ne sortira vivant, il le sait, que s´il ose l´impossible : gagner à pied l´Inde anglaise à travers l´immensité sibérienne, puis les passes de Mongolie, puis le désert de Gobi, puis le plateau tibétain, puis l´Himalaya...

    Esprit exalté et curieux, Ferdynand Ossendowski vit sa marche folle à la manière d´une initiation et nous introduit aussi bien à la vie de bête traqué par les loups qu´aux mystères de l´Asie.
    « Un fabuleux récit... mais aussi un document historique et ethnographique sans pareil. » Patrick Sabatier, Libération.

     

  • Ferdynand Ossendowski raconte ici ses souvenirs de la guerre russo-japonaise et de son emprisonnement dans les geôles du tsar après l´échec de la révolution de 1905. Le récit que l´auteur de Bêtes, Hommes et Dieux fait de la vie des prisonniers russes en

  • Ferdynand Ossendowski a vécu pendant près de dix ans en Sibérie, explorant les rivages inaccessibles des monts Oural au Pacifique, de la frontière de l´Inde aux régions arctiques. De ces voyages des forêts de l´Ienisseï, dans les montagnes de l´Oussouri, au nord de la tristement célèbre île de Sakhaline, des monts Altaï aux confins du Kazakhstan, de la Mongolie et du Sinkiang, il a recueilli quantité d´impressions et de souvenirs qu´il a rassemblée dans Asie fantôme.


    En conteur de génie, il mène le lecteur à la rencontre des bêtes et des hommes, tribus autochtones et russes « blancs » composée pour l´essentiel de bagnards évadés et de trafiquants, tapis dans les immensités du Far East. Il fait de cette nature riche et indomptée le théâtre d´un récit qui tient à la fois du document historique et ethnographique et du roman d´aventures.

empty