Emma Green

  • Ils ne devaient jamais se revoir.
    Ils sont liés pour toujours.


    Art Pearson a deux amours dans la vie : son île du Pacifique et l'hôtel paradisiaque qu'il a bâti en partant de rien. L'engagement, la famille, ça n'a jamais fait partie de ses plans.
    Pourtant, son passé le rattrape sept ans après une nuit torride et sans lendemain : une jeune Française vient de débarquer à Hawaï, avec ses jumeaux et son sale caractère, prête à piétiner tous les châteaux de sable sur son passage.
    Entre le bad guy sans attache et la mère célibataire, le paradis sur terre pourrait bien tourner à l'enfer.

    ***


    - Parfois, Art Pearson, les gens font des choses sans réfléchir mille ans, faire des plans, prendre des mesures et prévenir la terre entière par talkie-walkie. Parfois, les gens agissent, quand ils en ont vraiment envie, et arrêtent de penser. Tu devrais sérieusement songer à essayer.

    La blonde me plante là pour aller chercher une serviette à la salle de bains, je peux la reluquer de dos sans risquer de me faire prendre. Et réfléchir à une repartie. Mais à la place, je repense à ce qu'elle vient de m'envoyer dans les dents. Et j'ai une furieuse envie d'elle, de la coller contre le mur le plus proche, de fourrer ma langue dans sa bouche, de goûter à sa peau salée, d'empoigner ses cheveux trempés et de lui prouver que non, elle n'a pas du tout envie que j'arrête de réfléchir et de me contrôler.


    ***


    10 bonnes raisons de te détester, d'Emma Green, histoire intégrale.

  • Just 17

    Emma Green

    Une lycéenne rebelle. Un professeur hipster.Un amour interdit.Onze ans les séparent.Mais la morale ne peut rien contre l'amour.Elle est bien plus que son élève.Il lui est formellement interdit.Elle a tout à apprendre.Il a tant à perdre...Elle n'a que 17 ans.Mais elle sait ce qu'elle veut : lui.
    ***
    - N'avance plus.- Pourquoi ?- Tu n'es qu'une ado qui fantasme sur son prof. Je ne joue pas à ça, moi.- Tu dis ça pour me blesser. Ou pour tester ma réaction. Mais je n'arrêterai pas...- Il le faut, Lemon.À sa voix qui devient un souffle, je devine qu'il tente de résister. De jouer au prof, à l'adulte, au type raisonnable qui ne va pas craquer. Mais son regard dit tant d'autres choses.Alors je continue. Je mange la distance entre nous, comme affamée. Mon coeur s'emballe, une douce chaleur se propage sous ma peau, la pulpe de mes doigts se met à fourmiller.Je le veux.
    ***
    >br>Just 17, d'Emma Green, histoire intégrale.

  • Entre eux, c'est interdit. Et ça n'en sera que meilleur.
    Après un début de vie chaotique consacré à sa mère alcoolique, ses trois petits frères livrés à eux-mêmes et ses jobs sous-payés, Thelma a décidé d'échapper au destin médiocre qui l'attend... et de s'occuper d'elle, enfin. À 21 ans, elle décroche une bourse pour entrer à la prestigieuse université de Columbia, New York. Les mecs ? Pas envie. Les loisirs ? Pas le temps. Les amis ? Tout juste divertissant. Thelma sait qu'elle tient son unique chance de s'en sortir. Et rien ne pourra l'empêcher d'y arriver. Mais sur le chemin de la réussite, elle va très vite croiser Finn McNeil, le plus célèbre et le plus sexy des profs de littérature, dont les best-sellers s'arrachent par millions. Thelma se fait alors une promesse : ne jamais intégrer Le Cercle des Étudiantes Transies d'Amour qui gravite autour du professeur McLove.

    Cette nouvelle édition contient deux bonus inédits.
    Corps impatients, histoire intégrale.

  • Il y a Brody, l'architecte sexy ; Dermott, le prof de philo en slip ; Charlotte, l'amie des bêtes mais pas des gens ; Callum, le rugbyman malentendant ; Elif, la boulimique de romances ; et Maeve, qui préfère collectionner les mecs plutôt que les livres.


    Au milieu de ces colocataires fantasques et parfois invivables, Ada la solitaire va devoir répondre à trois questions existentielles et plutôt urgentes :

    - Comment survivre dans cette maison de fous ?

    - Comment reconstruire sa vie à Dublin, quinze ans après son départ forcé ?
    - Et comment ne pas tomber amoureuse de Brody Gallagher, le bel Irlandais qu'elle a embauché pour rénover l'appartement de son enfance ?

    Mais à part ça, tout va bien.

    ***

    Ses yeux descendent le long de mon pyjama en pilou.

    - Certaines images restent gravées à jamais, tu sais ? continue l'emmerdeur.

    - Laisse-moi deviner... Ma tenue n'est pas à ton goût ?

    - Il y a vraiment un corps de fille, là-dessous ?

    Il se marre en tirant sur l'une de mes manches. Je recule d'un pas et, en silence, d'un regard qui tue, lui fais comprendre de ne pas m'approcher.

    - Désolé, il fallait que je touche ça une fois dans ma vie... sourit-il en levant les mains de chaque côté de sa tête.

    - Qu'est-ce que ça peut te faire, ce qu'il y a en dessous ? Je ne suis pas ton genre, non ? Et pendant qu'on y est, tu as le droit de porter des fringues, quand tu vis en communauté... sifflé-je alors.

    - Attends, le débardeur sexy de l'autre soir, c'était juste pour mes beaux yeux ?

    - Qu'est-ce que tu racontes ?

    - Tu portes ce truc à capuche quand personne ne te voit... et quasiment rien quand tu sais que je suis dans le coin ?

    - Il faisait chaud, Gallagher, remets-toi.

    - Quand même...

    - Et quand personne ne me voit, je ne porte rien du tout, lui glissé-je. Mais ça, tu n'es pas près de le vérifier...

    ***

    Recherche coloc : emmerdeurs, râleurs, lovers... s'abstenir !, d'Emma Green, histoire intégrale.

  • Il a brisé son coeur et détruit sa vie. Elle va pourtant devoir se reconstruire avec lui...

    Léonore est belle comme le jour, mais elle vit dans l'ombre pour cacher son plus gros complexe et son plus douloureux secret. Pourtant, quand une agence de mannequins atypiques s'intéresse à elle, elle y voit une chance de se reconstruire.

    Mais ses espoirs se brisent lorsqu'elle découvre l'identité de son nouveau boss : Wolf Larsson, le garçon qu'elle aimait et qui a bien failli la détruire.

    Il fut son premier amour, son bourreau, son pire cauchemar...
    .
    Huit ans après le drame, elle est devenue une lionne prête à tout pour survivre. Lui a gardé ses mots féroces et ses yeux de loup.

    Elle va devoir lui pardonner. Il va devoir se racheter. Pour raviver la flamme qui brûle encore entre eux, malgré tout.

    ***

    - Tu te crois supérieur à tout, hein ?

    - Je crois que j'ai trouvé mon égale, souffle-t-il. Tu es particulièrement belle, quand tu es en colère. Et très divertissante.

    Nouveau pas en avant mais cette fois, je lutte contre l'envie de fuir et reste plantée face à lui.

    - J'aime bien quand tu me résistes... retentit sa voix grave.

    - Tu serais un cas d'étude intéressant, riposté-je en sentant mon coeur s'emballer.

    - Tu veux m'étudier, Léo ?

    Cette voix. Cette insolence. Il se rapproche encore, ma respiration s'accélère, je me bats contre mes instincts les plus primaires.

    - Arrête de croire que tu as tout le pouvoir... frissonné-je.

    - Ce n'est pas le cas ?

    - Pas avec moi ! sifflé-je en me hissant sur la pointe des pieds.

    J'attrape sa chemise et l'attire brusquement à moi. Mes lèvres rencontrent les siennes, nos souffles se rejoignent, se mélangent, je l'embrasse rageusement, sans tendresse, puis lui mords la bouche avant de le repousser.


    ***


    PS : Oublie-moi !, d'Emma Green, histoire intégrale.

  • Il aime quand rien ne dépasse. Elle ne rentre dans aucune case.

    C'est l'histoire d'un avocat arrogant prêt à défendre une cause désespérée pour redorer son image.

    Et celle d'une mannequin plus size qui ne veut ni pitié ni charité, mais qui se fourre toujours dans de sales draps - surtout s'il y a un mec charmant dedans.

    Cette fois, pour sauver son premier rôle dans une série télé, Willa Larsson va vraiment avoir besoin de Rio Delacroix, cet immense enfoiré qui la regarde en long, en large et surtout de travers. Il faut dire qu'elle ne passe pas inaperçue, avec sa taille 50, sa beauté extraordinaire, son hypersensibilité et sa repartie cinglante.

    Rio et Willa n'ont rien à faire ensemble. Mais déjà ils se désirent, déjà ils se détestent et surtout, ils se défient.

    Elle n'est pas du tout son genre, mais elle n'a pas besoin de ça : elle est forte, bien plus forte que lui.

    ***

    À peine arrivée dans la salle de débarquement où les passagers attendent leurs bagages, je retrouve l'avocat au costard noir et visage arrogant qui vient se planter devant moi. Son air triomphant ne me dit rien de bon.

    - Souriez un peu, personne ne portera plainte contre vous aujourd'hui.

    - Je. N'ai. Rien. Fait ! lâché-je en détachant chaque syllabe.

    - C'est votre façon de me dire merci??

    - Je suis épuisée par cette journée, vous n'avez pas idée. Vous ne voulez pas me foutre la paix??

    - Je pourrais, mais je suis coincé ici et je m'ennuie. Ah oui, et en échange de mes services de médiateur et contre la promesse de pas ébruiter l'affaire, la compagnie m'offre en bonus une chambre d'hôtel jusqu'à ce que les vols reprennent. Je n'ai pas tout perdu...

    Je secoue la tête, médusée par tout ce qui sort de sa bouche ourlée et tellement séduisante.

    - Gagner, vous adorez ça, non?? C'est votre raison de vivre??

    - C'est mon métier.

    - Dans mon top 5 des professions que je déteste le plus au monde, il y a agent immobilier, dentiste, banquier, nutritionniste et avocat. Loin devant tous les autres.

    - Maître Rio Delacroix, enchanté, résonne sa voix grave.

    Il s'amuse avec moi et c'est parfaitement horripilant.

    - Comme c'est un peu grâce à vous que j'ai obtenu ce superbe appart-hôtel tout près de l'aéroport, je vous propose de partager. Milla, c'est ça??

    - C'est honnêtement la pire approche de drague que j'aie jamais entendue. Merci pour la négociation dans l'avion mais non merci pour le reste. Et c'est Willa.

    Il lève ses mains de chaque côté de sa tête, en signe de repli. Enfermés dans son costard griffé, ses épaules me paraissent plus larges et ses bras, plus musclés qu'une heure plus tôt.

    Si seulement ce type était un peu plus désagréable à regarder...

    - Et comment vous connaissez mon prénom, d'ailleurs??

    - Vous vous appelez Milla??

    - Non.

    - Donc je ne le connaissais pas, sourit l'avocat.

    - À une lettre près, c'était le bon.

    - Il m'arrive de lire des magazines, Willa Larsson.

    À l'entendre prononcer mon nom en entier, un petit trou de rien du tout se creuse dans mon estomac.

    - Bref, aucun problème si vous préférez vous chercher une chambre minable et hors de prix en pleine tempête de neige, reprend-il. Et en même temps que ces centaines de gens qui ont déjà récupéré leur valise et se dirigent vers la sortie. Faites comme vous voulez.

    - Vous avez vraiment réponse à tout, hein?? Mais ça ne suffit pas toujours d'être beau, dans la vie. Il faudrait aussi voir à être un peu moins insupportable.

    - Vous ne me connaissez pas, Willa. Et je pense que sur ce terrain-là vous et moi, on se vaut largement.

    - Vous commencez à me chauffer... grommelé-je
    - Vous m'en voyez ravi.

    - Je ne voulais pas dire « chauffer » dans ce sens-là !

    ***

    Bien plus forte que toi !, d'Emma Green, histoire intégrale.

  • Ils ont passé leur vie à jouer.

    Mais cette fois, les règles ont changé.

    Trois ans plus tôt, June a tout quitté sans prévenir personne, emportant avec elle son plus terrible et plus précieux secret. Quand Harry la retrouve enfin, il découvre aussi le petit garçon qu'elle a eu de lui. Sans lui. Aujourd'hui, l'homme qu'elle aime encore a décidé de refaire sa vie. Déjà engagé auprès d'une autre, incapable de lui pardonner, Harry Quinn ne veut plus jouer.

    Pourtant, les deux écorchés qui s'aimaient tant vont devoir apprendre à se détester sans se quitter. Avec, entre eux, cet enfant qui les lie à tout jamais. Et cet amour infini qui a envie de crier « toujours ».

    Trahi, il s'est juré de ne jamais lui pardonner.

    ***

    Je m'accroche à son tee-shirt, à ses larges épaules, à sa peau tatouée, chaude et interdite. Harry se crispe, mais ne s'échappe pas. Pas encore. Il soupire, son torse se soulève avec plus de violence, je devine sa lutte intérieure entre le désir et la raison. La situation nous échappe, mais c'est trop bon. Impossible de reculer. Le bad boy baisse légèrement la tête, je trouve sa bouche. Je la happe, l'aspire, la mordille, je tremble, je gémis. Ce baiser ne ressemble à rien, il est maladroit, il manque de douceur, mais dans mon corps, tout s'allume, se réveille. Harry grogne lorsque je glisse ma langue entre ses lèvres, sa main se perd dans mes cheveux, les tire en arrière.

    Je me retrouve subitement plaquée au mur, son corps de mauvais garçon collé au mien. Dans chacun de ses baisers, je sens son envie, son impatience, je retrouve la même urgence qui coule dans mes veines et fait battre mon coeur à tout rompre.

    - Putain, mais je fais quoi, là ?! lâche-t-il en reculant pour mettre de la distance entre nous. Toi et moi, June, c'est mort et enterré. J'ai quelqu'un !

    Je m'en doutais, mais ça me fait un mal de chien de l'entendre. Surtout lorsque je peux encore sentir l'empreinte de ses lèvres sur les miennes. Face à moi, mon amour d'enfance enrage intérieurement. En fixant ses pompes, il souffle d'une voix ferme :

    - C'était une erreur, encore notre putain de passé qui nous joue des tours... Ça n'arrivera plus jamais. Inutile d'en reparler.

    ***

    Histoire intégrale.

  • Le beau multimilliardaire Gabriel Diamonds a entraîné la jeune et jolie Amandine dans son monde voluptueux, fait de luxe et de plaisir. Mais aussi de doutes, d´impatience et de crainte de perdre l´autre. Car rien n´est jamais acquis avec l´énigmatique Mr. Diamonds !



    Jusqu´où Amandine sera-t-elle prête à aller ? Le risque est-il juste de perdre Gabriel, ou de se perdre elle-même ?



    Éblouissant est le second volume des 100 Facettes de Mr. Diamonds, la saga qui fera oublier Cinquante Nuances de Grey !

  • La relation entre le ténébreux Gabriel Diamonds et la douce Amandine prend une tournure inattendue !



    La tension monte, la machine est lancée et rien ne semble pouvoir l'arrêter...



    Flamboyant est le troisième volume des 100 Facettes de Mr. Diamonds, la saga qui fera oublier Cinquante Nuances de Grey !

  • Amandine croyait avoir tout vécu, elle n'en était qu'au début. La jeune femme assiste, impuissante, à l'ultime quête de l'insaisissable Gabriel.

    Tiraillée entre son amour pour lui et sa crainte de le perdre à jamais, comment va-t-elle accepter son absence et leurs retrouvailles aussi fugaces qu'intenses ? Comment supporter la rivalité d'une autre femme, invisible et pourtant si dangereuse ? Comment gérer son propre trouble face au féroce Ferdinand de Beauregard ? La sensualité de la douce Amandine sera-t-elle plus forte que les événements troublants qui viennent barrer la route de son amour pour le beau milliardaire ?

    Foudroyant est le dixième volume des Cent facettes de Mr. Diamonds.

  • La relation entre le ténébreux gabriel Diamonds et la douce Amandine prend une tournure innatendue ! Gabriel réserve une surprise à Amandine, mais la jeune femme n'est pas sûre d'apprécier le cadeau ! Pourtant, elle est loin d'être insensible au charme du beau multimilliardaire : que va-t-elle décider ?Va-t-elle poursuivre la relation ou déclarer forfait ? La tension monte...


    Les 100 Facettes de Mr Diamonds est une série addictive, sensuelle et exceptionnelle à découvrir absolument.

  • Amandine et Gabriel continuent de lutter pour la survie de leur amour. Ensemble, ils vont démasquer le messager mystère qui tentait si férocement de les détruire et affronter les nouvelles épreuves qui menacent leur brûlante idylle. Alors que la jeune femme devient la cible de son nouveau patron, le fougueux Ferdinand de Beauregard, Diamonds va faire une découverte qui risque de tout changer...


    Le destin les a rapprochés, mais les amants maudits parviendront-ils à s´aimer de plus belle face à tous les éléments qui se déchaînent pour les séparer ?


    Ardent est le neuvième volume des Cent facettes de Mr. Diamonds.

  • Amandine pensait pouvoir enfin vivre son amour au grand jour, mais c´était sans compter les nouvelles épreuves de la vie: un mariage et un divorce précipités, une mort imminente et la réapparition d´un corbeau ! Ce nouveau messager mystère se fait plus menaçant que jamais et semble prêt à tout pour détruire les deux amants. La divine et brûlante liaison d´Amandine et Gabriel survivra-t-elle à cet ennemi invisible ? Qui tient tant à séparer les deux amants ? La jeune femme trouvera-t-elle un jour sa place dans le clan Diamonds ?


    Scintillant est le huitième volume des Cent facettes de Mr. Diamonds.

  • Amandine a le coeur brisé, son mystérieux milliardaire s´est envolé. Pourquoi Gabriel l´a-t-il quittée, que cache-t-il de si sombre et inavouable ? La jeune femme s´apprête à embarquer pour un nouveau voyage émotionnel et dangereusement sensuel, plus décidée que jamais à découvrir toute la vérité. Fera-t-elle le poids face au lourd passé de Diamonds qui ne cesse de les hanter ?

  • La douce Amandine se retrouve malgré elle au coeur des tumultes du clan Diamonds. Seule contre tous, elle devra affronter le corbeau démasqué, l´inséparable fratrie et une nouvelle rivale. Face aux fantômes du passé qui ressurgissent, à quel avenir est vouée son histoire d´amour avec Gabriel ? Malgré les épreuves, leur relation de plus en plus passionnelle résistera-t-elle ?
    Irradiant est le septième volume des Cent facettes de Mr. Diamonds.

  • Les aventures d'Amandine et du ténébreux Gabriel Diamonds prennent une tournure dramatique avec l'accident dont celui-ci est victime. À son chevet, Amandine en apprend beaucoup sur l'homme dont elle ne peut désormais plus se passer. Elle fait connaissance de sa famille, et va de surprise en surprise...

    Éclatant est le 4e volume des Cent facettes de Mr. Diamonds. L'intrigue se complexifie, les personnages prennent de la hauteur, et les lecteurs retiennent leur souffle !

  • Amandine et Gabriel Diamonds sont en danger ! Quelqu'un leur veut du mal et menace leur relation. Parallèlement, Gabriel est rattrapé par son mystérieux passé, ce qui n'est pas plus rassurant. Pourtant, l'attraction entre Amandine et son bel amant se veut plus intense que jamais, et leurs rapports de plus en plus sensuels.

    Rayonnant est le 5e volume des Cent facettes de Mr. Diamonds. L'intrigue se complexifie, les personnages prennent de la hauteur, et les lecteurs retiennent leur souffle !

  • - Pose ta guitare, Tristan. - Quoi de neuf, Sawyer ? murmure-t-il d'une voix méfiante. - À ton avis ? sifflé-je. - Je n'ai jamais aimé les devinettes... - Tu n'as jamais aimé la sincérité, non plus. - C'est une question ? - Non. *** Définition de Tristan Quinn : nom masculin évoquant l'insolence et le sex-appeal poussés à l'extrême. Synonymes : roi des emmerdeurs, bad boy à la gueule d'ange. À 15 ans, il était mon pire ennemi. À 18 ans, mon premier amour. À 25 ans, je le retrouve, par le plus triste hasard de la vie... Sauf qu'il est redevenu tout ce que je déteste. Que je dois à nouveau cohabiter avec lui. Que les drames nous poursuivent et qu'aucun de nous ne s'en est jamais remis. Liv Sawyer et Tristan Quinn se déchirent autant qu'ils s'attirent, et ça fait dix ans que ça dure ! Mais est-ce qu'un enfant disparu et deux familles explosées pourront permettre à deux âmes soeurs de s'aimer ? Rien n'est moins sûr... Découvrez Jeux insolents, la nouvelle série d'Emma Green, numéro 1 des ventes en numérique ! Emma Green est l'auteure de Cent facettes de Mr. Diamonds, Toi + Moi, Call Me Baby, Call Me Bitch, Bliss, Jeux interdits, ainsi que de Love Me If You Can (« Aime-moi si tu l'oses ») et de Kiss Me If You Can (« Embrasse-moi si tu l'oses ») en collaboration avec Felicity Stuart. Jeux insolents, volume 5 sur 6 Cette série est la suite de Jeux interdits. Mais elle peut être lue séparément !

  • Pour eux, la vie a cessé d'être un jeu !
    ***
    Le regard gris me glace. Le silence me pétrifie. Les retrouvailles dont j'ai rêvé un bon milliard de fois n'avaient rien de commun avec tout ça. Rien d'aussi froid. Et parce que j'ai la réputation de n'avoir peur de rien. Et parce que c'est comme ça qu'il me connaît, impétueuse, volcanique, toujours prête à m'enflammer. J'explose.
    - Bon, tu me laisses entrer, trouillard ?!
    Avec un petit sourire provocateur, je lui pose la même question qu'il y a dix ans. Et je me jette en avant pour me frayer un chemin dans son monde, sans attendre qu'il me réponde. Ou plutôt, en étant certaine de la réponse. Mais je n'ai plus la force de le pousser. Et il n'a plus la faiblesse de me laisser entrer. Harry pose ses deux mains tatouées sur mes épaules nues et me retient d'aller plus loin.
    - Non, souffle sa voix douce et profonde.
    - C'est déjà ce que tu m'as répondu la première fois, chuchoté-je du tac au tac.
    ***
    « À 17 ans, je fuis l'enfer, ma famille d'accueil et le désert du Nevada pour venir retrouver Harry Quinn sur son île paradisiaque. Harry, c'est mon amour d'enfance. Et ma plus grande trahison. Kidnappé à 3 ans et séquestré jusqu'à 11, il a traversé le pire. Et j'étais là.
    Maintenant majeur, de retour parmi les siens et devenu le roi de la fac de Key West, il s'est reconstruit sans moi et s'est métamorphosé : je l'ai quitté enfant, je le retrouve immense, puissant, sculpté, beau à crever. C'est bien joli, tout ça... mais moi, je deviens quoi ? Moi qui lui rappelle son enfance volée, cette vie d'avant qu'il veut tant oublier, j'ai tout à perdre. Harry compris, mais j'ai trop besoin de lui pour renoncer.
    Il avait juré de ne jamais m'abandonner. Pourquoi a-t-il brisé notre pacte d'enfants ? »
    Petits, June et Harry ont partagé leur solitude et joué à ne pas avoir peur. Aujourd'hui, leur passé les rattrape et, pour sauver leur peau, ils vont devoir s'apprivoiser à nouveau, s'unir enfin, se tendre la main... et ne plus jamais se lâcher.
    ***
    Jeux imprudents, d'Emma M. Green, histoire intégrale.

  • Une gamine qu'on a empêchée d'être mère. Un homme qu'on a obligé à devenir père.

    ***

    L'insolent lève un bras robuste et pointe son doigt vers une destination approximative au bout de la plage.

    J'ai du mal à regarder autre chose que son épaule puissante moulée sous son polo, sa manche qui s'arrête juste à la lisière d'un muscle tendu, la peau bronzée de son avant-bras.

    - Vous êtes censée regarder au bout de mon doigt, me rappelle-t-il à l'ordre.

    - Et vous étiez censé m'accompagner en repérage, rétorqué-je. Pas jouer les GPS.

    Il me fixe un instant, passe la main dans ses cheveux en soupirant.

    - J'ai un métier prenant. Un enfant à élever. Et beaucoup d'engagements à tenir. Je déteste le temps perdu.

    - Pas autant que moi, murmuré-je pour moi-même en repensant à ces cinq dernières années loin de Willow.

    - Je n'ai pas entendu.

    - Je vous attends, moi ! répété-je en haussant la voix comme si je parlais à un vieillard sénile.

    Le visage de Lennon affiche un parfait mélange d'agacement et d'amusement, puis il part devant, en levant au ciel ses yeux couleur nuage. Couleur océan. Couleur orage.

    J'adore le provoquer. Il ne marche pas, il court. Et je le regarde faire... parce qu'il est d'une beauté incroyable, en courant.

    ***

    Petite dernière d'un empire de la mode, Calliopé décide de s'affranchir d'un père abusif et tout-puissant pour retrouver son enfant, qu'on l'a forcée à abandonner des années plus tôt. À 22 ans, la brune révoltée ose enfin affronter son passé. Mais c'est son présent qui vacille et son futur qui surgit quand elle rencontre enfin Willow, une curieuse petite fille de cinq ans qui est bien la sienne.

    Seul obstacle à leurs retrouvailles : le père adoptif de Willow, Lennon Hathaway, bien trop beau pour être vrai, trop riche pour être honnête, trop solitaire pour lui faire une place dans sa vie et trop méfiant pour croire en elle.

    Et pourtant, dans ses yeux verts, elle jurerait avoir vu une lueur d'humanité. Peut-être même autre chose, un sentiment qu'elle n'espérait plus...

    ***

    Vous trouverez réunis les volumes 1 à 6 de la série.

    A la fin de ce livre, découvrez gratuitement l'extrait d'une autre romance !

  • Extrait
    – Emma… Ils m’ont libéré grâce à toi…
    Recroquevillé dans l’entrée, à bout de forces, Démétrius se laisse tomber en arrière en soufflant difficilement ces mots. Son grand corps gracile s’écroule sur le parquet et nous assistons tous à sa chute.
    L’ennemi juré semble bien innocent, tout à coup…
    Il paraît si faible que je glisse ma main sous sa nuque. Je retiens mes larmes comme je peux, morte d’inquiétude. La culpabilité m’étreint, je m’en veux de ne pas avoir fait plus pour le retrouver. Il respire de plus en plus mal, je lui caresse le visage, tente de l’apaiser.
    – Emma, garde tes distances.
    La voix rauque et sifflante de mon prince a transpercé les airs. Soren reste quelques mètres en arrière, mais je sens son regard protecteur dans mon dos. Le militaire aux yeux mitrailleurs et aux poings serrés est prêt à réagir en cas de menace. Sauf que l’homme que j’ai entre les mains n’en constitue pas une. Pas dans son état. Démétrius tente de prononcer d’autres mots, mais sa voix se brise et rien ne sort. Je lui chuchote de ne pas essayer, d’économiser ses forces et demande à Anouk d’aller lui chercher de l’eau et quelque chose à manger.
    Mes parents, Elliot et Margo nous rejoignent dans l’entrée, probablement alertés par les éclats de voix des uns et des autres. Ma mère pousse des cris aigus en découvrant l’homme qui gît sur son parquet, mais Lars les convainc de quitter la pièce en leur rabâchant que « la situation est sous contrôle ». Face à l’armoire à glace, personne n’ose broncher, même s’ils me lancent tous des regards paniqués en s’éloignant.
    Mes parents ne savent rien… Margo et Elliot ont dû comprendre, eux.
    Anouk revient au pas de course et me tend une bouteille d’eau.
    – Bois au moins une gorgée… dis-je doucement à Démétrius en la portant à ses lèvres.
    – C’est de l’eau sucrée, me confie le garde du corps. À mon avis, il est trop faible pour manger mais ça l’aidera à reprendre des forces.
    Le blond essaie de boire, tousse en recrachant la moitié du liquide, puis parvient enfin à avaler. Ses yeux bleus s’ouvrent, croisent les miens, et la peur que je lis sur son visage me brise le cœur.
    – Qu’est-ce qu’ils t’ont fait ? lui murmuré-je.
    – Emma, ce n’est pas à toi de… tente Soren en posant une main sur mon épaule.
    – À moi de quoi ? me retourné-je brutalement en le défiant du regard. De l’interroger de manière musclée ? De m’acharner sur un homme à terre ? Soren, qu’est-ce que tu proposes de faire exactement ?
    – De le traiter comme un terroriste, grogne mon amant en plissant les yeux de colère. Pour l’instant, tout porte à croire qu’il l’est…
    – Vraiment ? m’emporté-je. Tu as vu son état ? Tu crois vraiment que…
    – C’est peut-être une mise en scène, Emma, intervient Lars, les bras croisés sur la poitrine.
    Je crois rêver. Démétrius a beau être son fils biologique, Lars trouve tout de même le moyen de le traiter comme un pestiféré.
    – Dehors ! hurlé-je en direction des deux titans.
    – Quoi ? se braquent-ils, en même temps.
    – Non, mais vous l’avez vu ? enragé-je en pointant du doigt Démétrius. Il est tellement affaibli qu’il ne tient plus debout ! Il peut à peine s’exprimer ! Et ces bleus, ces coupures sur son visage, ses mains, partout, vous les voyez comme moi ?
    Soren et son garde du corps ne lâchent rien, leurs regards restent impassibles, comme indifférents à la douleur de mon ami. Lars se retient d’exprimer quoi que ce soit, mais je devine qu’il est profondément touché par tout ça.
    – Vous n’avez pas de cœur ! Dehors !
    Je suis hors de moi. Je tremble d’incompréhension, de déception, tandis que les deux géants ne bougent pas d’un millimètre.
    – Si tu crois que je vais te laisser seule avec lui… gronde mon prince en me fusillant du regard.
    – Je reste avec elle, intervient soudain Anouk d’une voix ferme. Il ne se passera rien.
    Je lance un regard reconnaissant à mon garde du corps, puis demande à nouveau aux deux militaires de sortir de la pièce. Lars finit par s’y résoudre et emmène Soren en le poussant par les épaules. Le prince se débat, fait comprendre à son garde de garder ses mains pour lui, puis me lance un dernier regard avant de s’effacer. J’y décrypte de la méfiance, de l’inquiétude, mais aussi un soupçon de tristesse.
    J’y suis peut-être allée trop fort.
    Je tente de me concentrer sur l’homme qui a besoin de mon aide, je nettoie son visage avec un coton imbibé d’eau – que vient de me remettre Anouk – mais mon esprit est contrarié. Je m’en veux d’avoir blessé Soren. Et soudain, notre dernière conversation – avant l’arrivée de Démétrius – me revient.
    « L’enfer a parfois un goût de paradis, avec toi… Je n’ai jamais dépendu de personne. Tu es la seule. Et contre toute attente, j’aime ça. J’ai besoin de ça. Je ne peux plus m’en passer. Je ne suis plus le même homme, Emma. »
    Suivi de la phrase fatidique, pendant laquelle je me suis arrêtée de respirer…
    « J’ai quelque chose à te demander. »
    Il était si beau, si touchant, si sincère… si intense. Pendant un instant, j’ai cru qu’il allait réaliser mon rêve le plus fou. Me demander en mariage. Me promettre de passer le restant de sa vie à m’aimer. Tout ça semble bien loin, tout à coup. Au lieu de me jeter dans ses bras pour lui dire à quel point je l’aime, au lieu de l’embrasser jusqu’à mon dernier souffle, au lieu de lui jurer l’éternité et bien plus encore… je joue à l’infirmière pour un homme qu’il déteste.
    Démétrius gémit lorsque je tamponne la plaie sur sa joue, je pose sa tête sur mes genoux pour mieux pouvoir le soigner. Anouk me donne du désinfectant et des vêtements propres. Elliot a bien voulu se dévouer.
    – Il lui faudrait un médecin, non ? demandé-je en étudiant l’étendue des blessures.
    – Et un bon bain. Le médecin et l’infirmière sont en route, acquiesce Anouk.
    – Mais… le secret ? m’inquiété-je.
    – C’est le médecin personnel de la famille princière, me rassure-t-elle. Aucun risque de fuite d’informations.
    Je soulève légèrement le pull troué et découvre d’énormes hématomes sur le torse de l’Américain. Je serre les dents, pleurer ne servirait à rien.
    – Démétrius, qui t’a fait ça ?
    – Harald Ostergaard, parvient-il à souffler.
    Mon cœur s’arrête.



  • Extrait

    2 avril. Cette date aurait dû marquer le plus beau jour de ma vie. Mon mariage de princesse avec l’homme de mes rêves. Mais aujourd’hui, par un cruel hasard du calendrier, ce sont des funérailles princières qui ont lieu. Aujourd’hui, nous enterrons Filippa. Et vivons le jour le plus triste de la vie de Soren.
    Mon prince orphelin a revêtu son costume de guerrier : habit officiel du royaume, visage dur et fermé, lunettes noires sur ses yeux humides, légère barbe entourant ses mâchoires crispées de douleur, gants noirs par-dessus ses poings serrés, bandeau bleu ciel barrant son cœur meurtri, comme autant de carapaces invincibles autour de son chagrin.
    Et ma main dans la sienne, comme le lien qui le retient à la vie.
    Après d’âpres négociations avec la royauté, Soren n’a pu obtenir qu’un compromis : des obsèques nationales raccourcies, avant le dernier adieu à Filippa dans l’intimité. Ce matin, une messe a été célébrée en grande pompe dans une sublime cathédrale, puis le peuple danois massé sur la place octogonale a pu rendre un dernier hommage à sa princesse chérie. Mais cet après-midi, il n’y a plus ni photographe ni caméra, ni foule d’anonymes ni chefs d’État ou membres du gotha : seulement la famille Ostergaard. Celle qu’on a tant voulu défaire, séparer, détruire, et qui se trouve réunie par une ultime tragédie.
    Toutes les mains dégantées reposent sur le cercueil fermé : celle de Solveig, qui a quitté son rôle de reine du Danemark pour redevenir, un instant, la fille aînée d’une famille endeuillée. Celle de son mari Viggo, qui porte dans ses bras le petit Emil, aussi sage que perdu au milieu de toute cette tristesse. Celle d’Heidi, inconsolable, qui enfouit ses larmes contre l’épaule d’Anton. Celle de Lars, dévasté, son visage brouillé par la peine et sa carrure d’armoire à glace complètement affaissée. Et la main de Soren, glaciale à côté de la mienne.
    Nos petits doigts se frôlent, encore et toujours, sans jamais perdre le contact.
    Les filles de Filippa prononcent quelques mots en danois, vite interrompus par des sanglots qui me tordent le cœur. Puis c’est au tour du garde du corps, dont la voix d’ordinaire si assurée se brise à plusieurs reprises. Je ne comprends pas ce qu’il dit, mais j’entends sa déclaration d’amour, teintée de tous ses regrets. Mon brun ténébreux finit par retirer ses lunettes aviateur et ses yeux secs mitraillent la terre entière. Il s’adresse à sa mère, une dernière fois, de son anglais à l'accent charmant et, surtout, de sa belle voix rauque, tendre et profonde.
    – Maman, tu as passé toute ta vie à te sacrifier : tu as épousé un homme que tu n’aimais pas, pour contenter tes parents. Puis tu es restée, pour protéger tes enfants. Et ce n’était pas par lâcheté : il t’a fallu un courage immense, face à toutes les épreuves que tu as dû endurer. Toi qui étais si fragile, tu es restée debout, malgré tout. Tu as vécu pour nous trois, en t’oubliant complètement, en jouant avec les règles pour qu’on reste libres, qu’on puisse mener la vie qu’on a choisie. Et toi, tu n’as pas eu ce choix… s’arrête-t-il un instant pour ravaler les larmes qui affluent. Tu m’as tellement donné, tellement appris. Tout ce que j’ai, je te le dois, ajoute-t-il à voix basse en entrelaçant ses doigts aux miens sur le cercueil.
    Les larmes coulent de plus belle, sur tous les visages autour de moi. Sur mes joues inondées. Et dans le cœur de mon guerrier, qui résiste encore.
    – Maman, tu l’avais enfin décidé, continue Soren dans un souffle. Abdiquer, commencer à vivre et changer de destinée. Tu voulais divorcer, choisir Lars, choisir l’amour et la liberté. On ne t’en aura pas laissé le temps. On t’aura vraiment tout pris, jusqu’au bout, tout arraché. Mais sois sûre qu’il va payer, que tu seras vengée, déclare-t-il entre ses dents serrées, sans jamais prononcer le nom d’Harald. J’espère que tu ne souffres plus, là où tu es, que tu as enfin trouvé la paix, murmure-t-il en commençant à craquer. Je t’aime et j’espère que je te l’ai dit assez… J’espère que tu me pardonnes de ne pas t’avoir protégée, de ne pas t’avoir sauvée… s’arrête-t-il en laissant une larme fendre son armure. Merci pour tout ce que tu as fait. Merci de m’avoir appris à pleurer, sourit-il tristement en faisant naître des sourires sur tous les visages des siens. Et merci de m’avoir appris à aimer.
    Soren se retourne pour me serrer dans ses bras et mon cœur explose contre le sien. Les autres nous imitent : Solveig et Viggo, si avares de gestes tendres, s’étreignent à leur tour. Anton entoure les épaules d’Heidi, qui s’effondre contre lui. Et Lars qui se retrouve seul, désespérément seul, va poser doucement son front contre le cercueil. Mon prince me quitte pour aller le soutenir, le redresser, l’empêcher de sombrer.
    – Tu n’es pas seul, Lars, lui chuchote-t-il près de moi. Tu fais partie de la famille. Et si tu veux bien être mon père, en plus de mon garde du corps, on a quelques années à rattraper.
    Les deux hommes aux regards verts mouillés se sourient, leur main posée sur la nuque de l’autre, comme s’ils se reflétaient dans un miroir parfait.



empty